14 septembre 2012

L'interdiction déplacée des voitures diesel en ville

« Si les mesures annoncées par François Hollande suscitent la joie des écologistes et ONG, du côté de la droite et du patronat, la déception se fait ressentir. » Ah, ben tant pis ! François Hollande a ouvert la « conférence environnementale » en confirmant la fermeture de Fessenheim et le rejet du gaz de schiste. Evidemment la droite rouspète. C’est une posture, de toute manière. Les gugusses font leur job. François Chérèque gueule aussi. Laissons les gueuler.

« Jean-Vincent Placé, président du groupe EELV au Sénat, a demandé vendredi, jour d'ouverture de la conférence environnementale, qu'il soit, dans trois ans, interdit de circuler avec des voitures diesel dans les grandes villes. » nous dit cette dépêche.

Je ne suis pas un spécialiste de la santé publique, je suis spécialiste dans les blogs politiques de clown. Je ne suis pas spécialement défenseur de la voiture, je n’en ai pas. Je suis néanmoins un type qui fait plus de 15 ou 20000 kilomètres par an, au volant de voiture de location. Deux fois, je me suis dit qu’une voiture bas de gamme serait quand même préférable pour payer moins cher, les deux fois je suis tombé sur une essence. Si j’avais pris une voiture de location de la taille au dessus, j’aurais économisé de l’argent en passant à la pompe, vu que je fais beaucoup de kilomètres à pompe.

Cela étant…

Monsieur Placé pourra-t-il m’expliquer comment je pourrais récupérer ma voiture de location Diesel chez Europcar à Porte d’Italie si la circulation avec cette voiture est interdite dans Paris ?

Monsieur Placé pourra-t-il expliquer aux propriétaires de véhicules diesels dans les grandes villes qu’ils devront la remplacer dans les trois ans ?

Je ne sais pas s’il pourra le faire.

Quelqu’un pourra-t-il expliquer à Monsieur Placé que les automobilistes des grandes villes subissent déjà suffisamment de contraintes avec les politiques, que j’approuve par ailleurs, de limitation de la circulation en voiture ?

A noter que je n’ai pas fait de billet suite à l’ouverture des voies sur berge aux piétons, faute de temps, mais je me serais bien foutu de la gueule des opposants.

Quelqu’un pourra-t-il expliquer à Monsieur Placé que les automobilistes ne sont pas tous des crétins et connaissent parfaitement les enjeux environnementaux, font déjà efforts ?

Quelqu’un pourra-t-il expliquer à Monsieur Placé qu’il est parfois indispensable d’avoir une voiture, que l’utilisation de moyens alternatifs (comme moi, parfois, la voiture de location) n’est parfois pas possible ou pas souhaitable ? Et qu’il est parfois indispensable d’avoir un diesel parce qu’on fait beaucoup de kilomètres ?

Quelqu’un pourra-t-il expliquer à Monsieur Placé que les automobilistes emmerdés sont des électeurs, surtout de gauche, d’ailleurs, dans les grandes villes, et qu’il leur doit la fonction de sénateur qu’il occupe grâce à la bienveillance d’un Parti Politique qui soigne ses alliés ?

Quelqu’un pourra-t-il expliquer à Monsieur Placé qu’il existe probablement des mesures plus justes et surtout moins symboliques ? Là je sèche, ce n’est pas mon job, mais je suppose qu’on pourrait augmenter les exigences en matière de rejet ?

Quelqu’un pourra-t-il expliquer à Monsieur Placé qu’au moment où le gouvernement fait un grand pas vers l’écologie avec un discours satisfaisant pour eux du Président de la République, il n’est peut-être pas opportun d’ajouter des demandes extravagantes ?

Quelqu’un pourra-t-il expliquer à Monsieur Placé qu’en ce moment où on nous parle sans cesse de transition énergétique, où l’on paye le carburant de plus en plus cher et où l’on voit bien qu’on va droit dans le mur, ce n’est pas le meilleur moment pour nous miner le moral dans un domaine où le sujet devient plus économique qu’écologique ?

Quelqu'un pourra-t-il expliquer à Monsieur Placé que les automobilistes trouveront absolument injuste que les camions et les cars diesel soient autorisés à rouler dans Paris et pas les voitures ?

N'a-t-on pas mieux à faire ?


25 commentaires:

  1. Je ne suis pas un spécialiste de la santé publique

    Google : effets sanitaires des micro particule PM10, cout global de la pollution de l'air estimée à 20 milliards par an.

    Cet âne de Placé raison, mais le délai doit être plus long. Et surtout on doit proposer des solutions alternatives aux usagers de ces voitures et comme ces cons de PSA et Renault ont pris du retard, ça rajoute de la merde.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Google n'a pas résines à tout. Il faudrait que je mesure la dangerosité des particules émises par les différents machins.

      Je suis d'accord pour les machins (énergies, véhicules, transports en commun,...) alternatifs. Comme pour le nucléaire : il faut développer les nouvelles technologies avant de jeter les anciennes.

      Supprimer
    2. Alors pour les particules PM10 je ne connais pas l'origine précise mais il semble me rappeler que c'est a peu près équivalents à celle des particules PM2.5, et comme on peut le voir là : http://www.developpement-durable.gouv.fr/D-ou-viennent-les-particules.html .
      Ba le traffic routier est la dernière origine, avant on a plein d'autre levier sur lequel agir. Du style les chaudière a bois qui rejettent plein de particules fines ... mais bon les chaudières a bois c'est écolo donc Mr Placé ne va pas embêter ses élcecteur école qui ont une chaudière a bois ...
      Le problème en France c'est qu'on a "les patrons les plus bêtes du monde" (selon les partis très a gauche), mais aussi la "droite la plus bête du monde" (selon la gauche, mais là je suis d'accord :D ) mais encore la "gauche la plus bête du monde" (selon la droite), mais pour le coup je crains que l'on ait pas les écolos les plus bêtes du monde mais les plus doctrinaires du monde ...
      La voiture c'est mal, les particules fines aussi, donc la voiture diesel c'est le mal incarné, et tant pis si c'est très loin d'être le principal émetteur de particules fines ...
      Bon après il est possible qu'en ville la voiture soit une des première raison d'émission (soyons un peu honnête :) )

      Supprimer
    3. En sept ans de blogàge les cons me sûre net toujours autant.

      Supprimer
  2. le vert c'est la couleur des ayatollahs
    ici ou ailleurs

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ça ne veut pas dire grand chose. Moi même je suis très stricts sur certains aspects et pourraient être qualifié d'ayatholla sur plein de sujets.

      Mais uniquement quand les alternatives existent.

      Supprimer
    2. Et je suis sûrement moins "dangereux pour l'environnement" que certains écolos officiels. À part pour le CO2 qui sert à servir la bière.

      Supprimer
  3. C'est vrai que le diésel, c'est un problème mais interdire ces véhicules en ville, c'est un peu trop intégriste, je crois. Peut-être aligner les prix sur l'essence serait une bonne chose.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ou aligner le prix de l'essence sur celui du gazole : la fiscalité ne résoudra pas tout.

      Et ne jamais avoir d'avis tranché : vaut-il mieux utiliser un carburant qui consomme moins mais pollue plus compte tenu de nos réserves en carburants ?

      J'attends donc "l'alternatif" et qu'on n'en parle plus...

      Supprimer
  4. T'es le roi des jeux de mots !
    Bravo pour ton titre.
    Sur le fond ... qu'ils alignent donc le prix du diesel sur celui de l'essence en faisant une moyenne : ça augmenterait le prix du gas oil, mais ça ferait vraiment baisser celui de l'essence ...
    L'objectif est double : marquer une baisse substantielle du carburant le plus utilisé; protéger les personnes des micro particules qui tuent les gens dans la durée : notamment les enfants qui respirent ça à pleins poumons dans leur poussette ... ils ont le nez au niveau des pots d'échappement ! ça donne trop d'enfants leucémiques, d'enfants atteints de cancer ... des milliers de cas nouveaux chaque année ... les chiffres sont affolants et quand ça tape chez toi,c'est l'horreur.
    Faut faire un effort, y'a pas à tortiller !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. D'une part voir ma réponse à Rosa qui va dans ton sens. Il faut arrêter faire payer les pauvres gens.

      D'autre part, l'effort ne doit pas être demander aux gens de changer de voiture en urgence. Sinon, ils votent pour le camp d'en face et on recule.

      Supprimer
  5. Je vais lui expliquer à Placé que c'est totalement déplacé d'emmerder le monde par temps de crise.

    Si quelqu'un peut me filer son 06... Je me porte volontaire...

    RépondreSupprimer
  6. Monsieur Placé est un bobo un peu coco. Ils veulent sanctuariser Paris comme Delanoix.

    RépondreSupprimer
  7. Bon, maintenant,c'est quand même Jean-Marie Le Guen qui a lancé l'idée !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, mais il n'était pas en première page sur un site d'information grand public et il n'a pas dit "3 ans" (si ma mémoire est bonne).

      Supprimer
  8. Je transmettrai avec plaisir à mr Placé qu'il arrête d'emmerder les automobilistes parisiens.

    RépondreSupprimer
  9. Nicolas, vous avez raison.

    Pour info : En France le diesel est subventionné. Il est moins cher que l'essence alors qu'il coute plus cher à produire et à transporter.
    De plus, les voitures diesel sont plus chères à l'achat et à l'entretien.

    Il suffirait d'aligner la fiscalité du diesel sur l'essence (ou l'inverse) pour que l'achat d'une voiture diesel ne soit plus rentable pour la très grande majorité des automobilistes et des loueurs.

    Mr Placé est un âne.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce n'est pas si facile. On se taperait une baisse des ressources de l'état dans un cas et une grève des routiers.

      Supprimer
  10. je vais demander à mossieur placé de bien vouloir transbahuter à la main les 15 à 20 kilos de materiel dont j'ai besoin pour bosser , sur plusieurs centaines de mètres voire 1 km ; on vérra s'il en est capable , ce dont je doute fort ; décidément , ces beaux méssieurs , ces belles dames , qui prennent certaines décisions , ne vivent pas dans le même monde que celui des travailleurs , les vrais ;

    RépondreSupprimer
  11. Sur les voies sur berges:

    La mairie de Paris est en guerre contre les automobiles et les automobilistes, responsables selon elle de tous les maux des Parisiens. Après avoir réduit certaines grandes artères, créé des quartiers verts ou autre, la mairie de Paris a décidé de s’attaquer aux voies sur berge en les fermant ou en y installant feux rouges, vélos et piétons. Mais la résistance s’organise. « 40 millions d’automobilistes » lance une pétition en ligne contre ce réaménagement.
    Les voies sur berge font partie intégrantes de la ville de Paris depuis plus de 50 ans. Décidé au milieu des années 60 l’aménagement des voies sur berge a permis à des millions d’automobilistes de traverser plus rapidement la capitale et/ou de se rendre au cœur de la ville en gagnant de précieuses minutes. Las, la mairie de Paris ne l’entend pas de cette oreille et décide donc de balayer d’un trait de plume tout ou partie de ces voies rapides empruntées quotidiennement par plus des centaines de milliers de véhicules.
    Forte de ses plus de 320 000 adhérents l’association de défense des automobilistes « 40 millions d’automobilistes » a donc décidé de passer à la contre-offensive et de mettre en ligne une pétition pour défendre l’existence actuelle de la voie Georges Pompidou (rive droite) et de la voie sur berge rive gauche. Point d’aveuglement partisan mais un argumentaire particulièrement étayé, chiffres à l’appui.
    Selon l’association, cette fermeture sur la rive gauche, et l’ouverture aux piétons et aux « circulations douces » est surtout un contre-sens écologique et social. En effet, les automobilistes qui empruntent les voies sur berge le font rarement de gaieté de coeur et ne prendront pas plus les transport en commun que maintenant. Ce sont selon l’association 40 000 voitures par jour qui se reporteront donc sur les quais, les rues adjacentes et très certainement le périphérique augmentant alors les embouteillages sur ces axes.
    De plus beaucoup de personnes empruntant les voies sur berge en voiture viennent de la banlieue plus ou moins proche de Paris. Ces personnes ne sont pas sur une ligne de train, ou doivent opérer plusieurs changements pour se rendre sur leur lieu de travail, rendez-vous ou autre. Cette fermeture et « piétonnisation » augmenteront donc le clivage entre les parisiens intra-muros et les franciliens. Selon l’estimation de l’association les temps de parcours seront rallongés de 20% environ.
    Des arguments qui se rajoutent à d’autres, avancés par des acteurs de la circulation parisienne inattendus comme AirParif. En effet selon une étude d’AirParif la circulation automobile des particuliers ne représente que 10% environ de la pollution aux particules fines. La plus grande partie de cette pollution étant importée (via l’atmosphère) et issue de réactions chimiques des polluants industriels, agricoles, mais également des sources surprenantes comme le chauffage au bois. L’automobile tant montrée du doigt ne serait donc qu’un chiffon rouge que l’on agite pour faire diversion ?
    Du coté de la mairie de Paris, on considère que ce réaménagement profitera à tout le monde et on fait même le voeu pieu d’un « boulevard parisien moderne, et harmonieux, équipé de feux rouges, où cohabiteront piétons, circulations douces et voitures » (sic). Pour plus d’informations sur les projets de réaménagement vous pouvez suivre ce lien.
    L’aménagement des voies sur berge prend même un tournant politique puisque l’ancien Premier Ministre François Fillon avait bloqué la décision de la mairie de Paris d’interdire la circulation sur une partie de la voie rive gauche, blocage très vite levé lors de l’alternance politique issu des présidentielles. Au milieu de tout cela on trouve les automobilistes accusés d’être les vilains de l’histoire et ayant l’impression d’être des parias.

    Mais en en bon socialiste, ces gens sont des gros cons.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Rien qu'à voir un gros con lutter contre, l'idée de fermer définitivement les voies sur berge me parait assez bonne.

      Supprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.