19 septembre 2012

Faut-il se méfier de Borloo qui dort ?

Je suis atterré. Le quotidien gratuit que j'ai lu ce matin ne mentionne pas le nouveau parti de Jean-Louis Borloo, le Centre Uni et Large ou l'Union des Démocrates Indépendants, je ne sais plus (l'acronyme ne me dit rien). Une grande partie des citoyens ne sera informée de cette nouvelle majeure dans le paysage politique Français de cet été. 

Cela étant, ne nous affolons pas. Le congrès fondateur aura lieu en 2013. De fait, nous ne pouvons pas vous dire de quoi il s'agit précisément et devons nous contenter de dire des bêtises, ce qui ne nous gêne pas plus que ça. 

C'est une espèce de nouvelle UDF qui réunit des partis du centre ou leurs militants. Le noyau dur est constitué autour du Parti Radical Valoisien (oui, c'est encore son nom officiel) et du Nouveau Centre ainsi que d'autres officine dont nous avons oublié le nom ce qui n'est pas trop grave vu que nous nous en foutons à peu près autant que de la première soubrette que Louis XIV a passé à la casserole. 

Il y a même des lascars issus du Modem comme Alain Dolium qui était la tête de liste de ce parti pour les Régionales de 2010. D'après nos informateurs bien informés (par Google), François Bayrou, qui ne sera pas candidat à la Présidentielle de 2017, regarderait cette opération avec un œil bienveillant ce qui ne veut pas dire grand chose. 

Ce qu'il y a de plus drôle, dans ce parti, c'est le nom. Union des Démocrates et Indépendants. Ils s'approprient le mot "démocrates" que certains, comme le dit Bayrou, voudrait qu'il soit associé au mot "centre" dans l'imaginaire populaire et électoral. C'est surtout le mot indépendant qui prête à rire puisqu'on imagine ce parti se livrer à toutes les contorsions possibles pour que l'UMP leur laisse quelques strapontins électoraux. Tiens ! La Présidentielle de 2017 ! On imagine assez bien que Jean-Louis Borloo et Hervé Morin auront à peu près les mêmes candidatures qu'en 2012. Ils se retireront dès 2016 sous de nombreux prétextes (le mieux est de dire qu'ils se retrouveront dans le projet de François Fillon qui gagnera les primaires) quand ils auront constaté qu'ils risquent fort de ne pas dépasser les 3% ou que Marine Le Pen pourrait bien être au second tour. 

Nous avons donc un parti qui va tout faire pour que l'UMP gagne toutes les prochaines échéances électorales pour pouvoir survivre mais qui se présente comme étant indépendant. 

Peut être qu'un jour les centristes de droite comprendront-t-ils que la grosse connerie qu'ils ont faite, c'est de participer à l'UMP, en 2002. Parti qui a perdu la plupart des élections intermédiaires... et les dernières échéances nationales. 

Souhaitons-leur bon vent ! Je suis persuadé qu'ils nous offrirons quelques matières à rigolades.

Pour l’instant, quelques informations sérieuses.

Alain Dolium dont je parlais est nommé « délégué national démocratie et nouvelles technologies ». Ca tombe bien, il me followe dans Twitter. Hervé Morin sera à la tête du Conseil National. On a compris que cette instance ne servira à rien : c’est Jean-Louis Borloo, le patron.

La nouvelle du jour est que Louis Giscard d’Estaing. Il quitte l’UMP pour rentrer à l’UDI. Ca s’arrose : je vais illustrer ce billet avec sa photo.


19 commentaires:

  1. Un parti un peu comme les verts ou les machins de la vraie gauche qui ont besoin d'un PS fort pour les aider à survivre et à exister en somme...

    Enfin, en tant qu'électeur de droite je suis content : la droite républicaine souffre d'une absence d'alternative crédible, qui se traduit ensuite par des réserves de voix inexistantes. Donc finalement pourquoi pas...

    RépondreSupprimer
  2. Chouette, de la rigolade en perspective!

    RépondreSupprimer
  3. Mais pourquoi avoir choisi une photo de Fabius jeune, pour illustrer ce billet ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bien vu, et en plus ce n'est plus à la mode le crâne dégarni.

      Supprimer
    2. Oups ! J'ai dégainé trop vite, je n'avais pas lu (tout) le billet !

      Supprimer
  4. Union des Démocrates Indépendants : un triple mensonge, ce machin.

    RépondreSupprimer
  5. C'est bien et confortable, d'être un travailleur politique :
    quand on ne trouve pas d'entreprise qui veuille de vous, ou qu'on ne trouve rien à son goût sur la place, on crée sa boite, il suffit juste de le décider : pas besoin de clients, ni d'étude de marché, on sera quand même payé.

    RépondreSupprimer
  6. JL Borl..Ocarina veut nous fait entendre sa propre musique ?... Son nouveau parti sera avant tout " Indépendant " Ni de gauche ...Ni de gauche !!! dixit F Mitterand.

    RépondreSupprimer
  7. Je ne pense pas que la France ait envie d'un nouveau parti mou..
    Mais bon, c'est le jeu.
    C'est Bayrou qui va grincer des dents.

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.