27 septembre 2012

L'anonymat des blogueurs [le retour !]

Mes blogs auront sept ans dans un mois. S'il n'y avait qu'un seul sujet à revenir régulièrement, ça serait celui là : l'anonymat des blogueurs. Ou des twittos, maintenant. Il faut vivre avec son temps. 

Je résume : le lascar passe son temps à faire des conneries sur le web et il ne veut pas qu'on sache que c'est lui. Notons bien que je me moque beaucoup de mes confrères, ici, mais j'ai moi-même tenu à mon anonymat pendant des années avant de me rendre compte que c'était raté et surtout que je m'en foutais totalement. 

Vous cherchiez mon blase sur Google, vous tombiez directement sur mon blog politique. Du coup, j'ai crée un autre blog à mon nom. Il arrive premier, maintenant. Le type qui va me rechercher dans Google sera perdu. Surtout que j'ai un tas d'homonymes, c'est bien pratique. 

Vous m'objecterez que si un employeur potentiel veut faire une enquête sur moi, il paiera un cabinet et il saura tout. Je répondrais que si un employeur potentiel se base sur des critères non professionnels pour m’embaucher, il ne me mérite pas (mais je bosse dans un secteur qui ne connait pas la crise, je comprends facilement ceux qui balisent).

Il va payer la peau des fesses un cabinet spécialisé pour faire une enquête. Moi, cherchant du travail, j’aurais pris soin de supprimer le blog politique (ou du moins, j’aurais supprimé la moitié des billets). Du coup, le cabinet va rendre sa conclusion à l’employeur potentiel : le type est surement de gauche, passionné par les réseaux sociaux et il boit de la bière. L’employeur va lui répondre : « ah mais vous vous foutez de ma gueule ! Dans notre secteur, 90% des cadres sont à gauche. Je l’ai rencontré, j’ai bien vu qu’il ne boit pas que de l’eau, avec son bide et sa trogne. Surtout qu'il refoule un peu du goulot. Et à la fin de l’entretien nous avons discuté des réseaux sociaux… »

Soyons sérieux.

Les gens prennent le sujet à l’envers. Ils voudraient connaître l’identité réelle des blogueurs ou twittos alors que la seule chose plus ou moins importante est qu’on ne retrouve pas le pseudo à partir de l’identité réelle de manière à ce que le blogueur ou twittos puisse faire le con sans que ça se sache.

Prenez un blogueur influent au hasard : Gaël Detoutderien. Il a fait son "outing" récemment et s'appelle en fait Marcel Bichon. 

Les braves gens vont se demander qui est Detoutderien. Ils vont faire une recherche sur Google. Je ne sais pas s'ils vont trouver. A priori non, il a probablement laissé tant de traces sur le net qu’il est impossible de retrouver « Marcel Bichon » en cherchant « Detoutderien ». Toujours est-il qu'on se fout totalement de la vraie identité de Detoutderien ! Seuls d'idiots trous du cul rancis peuvent se poser la question, de petits gestapistes qui méritent le plus profond mépris. Surtout que Gaël a fait le choix de se présenter à nous avec le nom « Detoutderien », je ne vois pas au nom de quoi nous devrions le connaître autrement !

Du coup, les blogueurs ou twittos qui ne veulent pas qu’on sache leur vrai nom me font généralement rigoler. Je me fous de leur nom. Ceux qui veulent savoir le vrai nom des autres, par contre, me font gerber. De même que ceux qui donnent le nom de ceux qui voudraient rester anonyme.

Mais peu importe.
Ce que voudrait éviter Marcel Bichon, c’est qu’un individu (un collègue, son employeur, …) tombe sur une trace de son activité numérique en cherchant « Marcel Bichon » sur Google.

C’est raté. J’ai fait cette recherche ce matin pour préparer ce billet. Son blog arrivait en deuxième position. Je viens de la refaire, il est en bas de la deuxième page.

Ainsi, un collègue de travail de Marcel, s’ennuyant ferme, trouvera le blog de Marcel et son identité numérique en quelques clics.

Un twittos ou un blogueur aura un tas de raison d’avoir une activité numérique qu’on ne puisse pas retrouver à partir de leur identité réelle. Moi, par exemple, je ne voulais pas que les collègues de bureau voient l’intensité de mon activité et me regardent comme une bête sauvage en tant que numberwane du classement machin.

Il n’empêche que la plupart des raisons invoquées par les internautes concernés sont ridicules. Je vais me limiter à trois exemples.

Le premier est une internaute que j’ai connue. Elle ne voulait pas que sa famille (parents, conjoint, enfants, …) sache qu’elle tient un blog et regarde ce qu’elle fait. Je suis sûr, d’ailleurs, que certains de mes lecteurs ou de mes lectrices sont dans ce cas et vont me haïr en voyant que je me fous de leurs gueules. Il n’empêche que si tu en es à cacher ce que tu fais de tes loisirs à tes proches, tu peux aussi t’interroger.

Le deuxième concerne une majorité de gens qui ne veulent pas que leurs patrons découvrent qu’ils passent leurs journées de travail à faire les cons sur Internet. La meilleure façon pour éviter ça est de ne pas passer son temps sur Internet et de faire ce pour quoi on est payés… En outre, le patron demande à un bureaucrate du résultat, pas un décompte de ce qu’il fait heure par heure. Ou alors, change de patron.

J’ai oublié le troisième.

Ce n’est pas grave.

Je vais donner un conseil. Si tu veux avoir une activité numérique secrète, le mieux est d’avoir aussi une activité numérique visible à ton vrai nom, comme ça, le type qui te cherche te trouve rapidement et ne comprend rien. Pour ma part, j’ai un blog avec mon nom complet dans l’URL : http://www.nicolasjegou.com ! Hop ! Premier sur Google. Vous pouvez aussi me retrouver sur Twitter avec @nicolasjegou et sur Google+… Il n’y a que sur Facebook où mon activité secrète de blogueur est liée à mon vrai nom…

Je n’ai malheureusement pas le temps de l’entretenir. Je passe trop de temps à faire le con sur Internet.

43 commentaires:

  1. je ne vous remercie pas monsieur ! je me vois dans l'obligation de fermer mon compte twitter ! :)

    RépondreSupprimer
  2. et il y a un vrai MArcel Bichon voire plusieurs semblé t'il :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est le nom d'un détective privé dans un vieux film. Il se faisait appeler Marc Elbichon.

      Supprimer
  3. Sept ans dans un mois, ça s'arrose.

    RépondreSupprimer
  4. Suggérons aux Marcel Bichon de prendre "detoutderien" comme pseudo. Comme ça, ni vu ni connu Google t'embrouille.

    RépondreSupprimer
  5. J'ai un Marcel Chihuahua dans mon quartier, est-ce que Marcel Bichon le connait ?

    RépondreSupprimer
  6. Je me fous que tu te foutes de ma gueule !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'espère bien ! Je n'ai jamais essayé de connaître ton nom !

      Supprimer
  7. Personnellement, je suis inconditionnellement pour l'anonymat et les pseudonymes. C'est pourquoi, m'appelant en réalité Ginette Luxembourg, j'ai choisi de me planquer derrière ce Didier Goux que j'ai inventé tout seul avec mes petites mains.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Heureusement que ce n'est pas Rosa Luxembourg.

      Supprimer
    2. (Oui je cafte, c'est pour mes lecteurs, ils pourraient ne pas comprendre votre fine plaisanterie).

      Supprimer
    3. J'ai une tête à plaisanter, moi ?

      Supprimer
    4. Merde, j'ai piqué une barre.

      Supprimer
  8. Un septennat bientôt! Longue vie au pseudo Nicolas Jégou!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. D'un autre côté tu as de la chance que je ne connaisse pas ton vrai nom. Il faut dire que Ève est rare.

      Supprimer
  9. Il y a d'autres raisons pour souhaiter rester anonyme. Des bonnes, des mauvaises. Par ex : ton métier t'astreint à un devoir de réserve. Espion, infirmière, prof, pétomane, ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quelle horreur ! Si tu as un devoir de réserve, tu ne parles pas, c'est tout ! Un pseudo n'empêche pas les obligations morales.

      Supprimer
  10. Sur le même sujet :
    http://zythom.blogspot.fr/2012/09/pseudonymat.html

    RépondreSupprimer
  11. faut pas être maso non plus. L'anonymat peut être une manière de protéger ses proches des gros cons dont on peut critiquer l'action politique per exemple.....enfin j'me comprends....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non. Ta véritable identité doit être déclarée à ton hébergeur.

      Supprimer
  12. Sur une présence globale pourquoi pas l'anonymat mais je te garanti que quand tu te fais insulter sur ta vraie, sur ton vrai nom et que tu ne peux riposter parce que l'autre est caché, c'est gonflant.

    Tout comme est gonflante la parano de certains, que tu dénonces à juste titre, de croire qu'on les à outé.Récemment j'ai oui parler d'un blogueur qui accusait régulièrement les gens de l'outer sans que cela ne se oit passé

    RépondreSupprimer
  13. "si un employeur potentiel veut faire une enquête sur moi"

    La plupart des cabinets de recrutement font désormais ce type d'enquête. Pas plus tard qu'hier, stupeur quand mon interlocuteur me parle de commentaires que j'ai écrit mais que j'avais complètement oublié. Ca ne m'empêchera pas de signer mon contrat mais je prendrais soin à l'avenir d'utiliser pseudo plutôt que mon vrai nom :))

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ils vont se lasser. Ça fait des contraintes de recrutement en trop, ça limite les capacités d'embauche.

      Supprimer
  14. Exemple: une amie au chômage depuis longtemps. Divorcée, elle a un enfant handicapé. Elle tient un blog style "tranche de vie d'une femme seule avec un gamin un peu difficile à vivre". Elle blogue avec son prénom, et avec l'adresse mail qu'elle a sur son blog, les photos de sa maison, les références à l'établissement qui scolarise son enfant, son identité est transparente, il suffit d'un clic sur Google. Quand on lit son blog, on suit ses recherches d'emploi, le récit de son allergie au pollen et de ses migraines violentes, parfois incapacitantes, sans parler du manque de sommeil su aux nuits blanches qu'elle consacre à son enfant malade. Elle a un réseau de copines, de commentatrices qui sont devenues des amies, qui la soutiennent.
    La plupart du temps, ses recherches d'emploi l'emmènent dans des entreprises où il y a un DRH et où la concurrence pour ce type de poste est rude. Elle a TOUJOURS été éconduite. Puis, par hasard, une fois, le DRH était la femme d'un de ses copains blogueurs, et il lui a dit que non, il n'était pas question d'embaucher quelqu'un qui serait, prévisiblement, souvent absent. Il avait lu le blog.
    Elle a supprimé son blog, en a recréé un beaucoup plus discret, sous pseudo, et dans le trimestre suivant, a eu plusieurs entretiens d'embauche, et le choix entre trois propositions.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le non anonymat n'empêche pas l'utilisation d'un pseudo. Il y a un tas de blogueurs dont je connais le nom. Et vous citez un extrême.

      Supprimer
    2. Vous cliquez sur l'onglet "en salle" de mon blog et vous obtenez mon nom. Mais il n'est pas détectable par Google (pour l'instant).

      Supprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.