12 septembre 2012

Harlem Désir : l'avenir

Je lisais dans Métro, ce matin, une interview de NKM qui se plaignait des difficultés pour trouver les parrainages pour sa candidature pour la Présidence de l'UMP. Elle a beau jeu de qualifier le processus de désignation au sein du PS de "soviétique"...

Moquons nous d'elle pour évacuer le sujet. Elle déclare : "je fais campagne sur un positionnement politique clair". Elle cite un seul exemple : "je suis par exemple contre toute alliance avec le FN". Outre le fait que les autres candidats auraient pu déclarer la même chose, je me demande si ça ne fait pas un peu léger comme positionnement !

Pour en revenir à la comparaison avec le PS, qu'elle qualifie de "soviétique", pourrait-elle nous rappeler la dernière fois où un vrai processus démocratique a été mis en œuvre dans son parti ?

Ainsi, Harlem Désir serait le futur Premier Secrétaire. Le conditionnel reste de vigueur : il reste des étapes à franchir. Et il nous faudra étudier ça de plus près

À mon avis qu'il m'arrive de partager, c'est un très mauvais choix mais Jean-Christophe Cambadelis aurait été pire. Le PS aurait du désigner une personnalité de premier plan. Mais non ! Pas Jack Lang ! Ils ont en stock un tas de lascars comme Bertrand Delanoë. Il sera bientôt à la retraite et on comme à présenter Anne Hidalgo comme future maire de Paris. Ou Ségolène Royal, tiens ! Elle est toujours très bien pour taper sur la droite et défendre des projets. En plus, ça aurait été rigolo.

Le rôle de Premier Secrétaire est un peu à définir (ça fait longtemps que le parti n'a pas été au gouvernement) mais il faut quelqu'un de poids pour causer dans le poste. 

Là, on a l'impression d'avoir le choix entre le charisme d'un oursin et celui d'une huitre. 

Je dis "on", c'est une façon de parler. Je ne suis pas dans le coup. Les militants non plus, d'ailleurs. D'ailleurs parler de choix est gonflé. 

Un système soviétique ?

On peut toujours rigoler de NKM mais les critiques qui viennent du sein de la gauche sont encore plus drôle. 

La presse est coupable en premier plan, comme souvent. Elle nous présentait la chose comme une décision de Martine Aubry. Après, elle a joué l'adoucissement et a évoqué un choix entre Martine Aubry et Jean-Marc Ayrault. Elle commence à dire que c'est un choix de François Hollande...

C'est amusant comment la présentation de la chose peut jouer. Je vais donc donner une autre grille de lecture : la gauche ayant gagné sa première présidentielle depuis 24 ans, les principaux cadres du PS ont décidé de montrer l'unité derrière le Président et le Gouvernement. Ils ont donc décidé de présenter ensemble une même motion (dans le temps on parlait de synthèse). Il restait ensuite à négocier les postes entre les différents courants du parti, notamment les Aubryistes, les Hollandistes, les Vallsistes (je dis ça pour faire plaisir à Louis), les Montebourgeoisiens, les Ségolènistes et les Hamonistes (sauf qu'ils ne jouent pas le jeu et présentent une motion à part). J’espère que je n’ai oublié personne, comme les Mallotistes.

Qui parle de déni de démocratie ? Je ne sais s’il y a un système de parrainage pour être candidat mais, a priori, rien n’empêche n’importe quel gugusse de se présenter… Encore faut-il qu’un candidat sérieux soit assez taré pour foutre en l’air l’harmonie actuelle pour sa propre gloire.

Après on pourra toujours tergiverser sur la démocratie interne. Du temps de Jospin, il avait mis en place un système où, pour résumer, l’élection se basait essentiellement sur la personne, pas sur une motion. Ca a donné le joyeux bordel de 2008. Du coup, Martine Aubry a fait changer les règles ce qui nous permet d’éviter ce merdier aujourd’hui. Il n’empêche que c’est « le joyeux bordel de 2008 » et ce qui s’est passé ensuite qui nous a permis de gagner les deux élections nationales et d’être maintenant au Gouvernement.

Et c’est pour ça qu’il faut un parti politique derrière le Gouvernement, pour le soutenir voire lui botter les fesses. Ces victoires ont été rendu possibles par 60 engagements qu’il convient maintenant de mettre en musique.

C’est un devoir démocratique : les électeurs « nous » ont fait confiance.

N.B. : Je remercie les copains des leftblogs. Nos échanges m’ont bien inspiré pour ce billet. Notamment Melclalex, Romain et Martin qui m’ont expliqué un peu comment fonctionnait le parti.

30 commentaires:

  1. moi président je ne serais pas le chef d'un parti ... mais je désignerais le chef du parti de façon non démocratique

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il a désigné quoi ? Je m'attendais à ce genre de commentaires de miséreux.

      Supprimer
    2. C'est marrant de te voir galérer pour expliquer comment le parti s'est fait verrouiller par la caste hollandiste.
      Quel joli avenir avec son passé judiciaire

      Supprimer
    3. Pourquoi galerer ? Ce n'est pas moi qui encule les mouches avec des trucs dont de tout le monde se fout ? Et tu appelles galerer se baser sur les statuts du parti.

      Supprimer
    4. Harlem ce grand démocrate que le peuple n'a jamais élu nulle part.

      Supprimer
  2. pour paraphraser ton titre :

    DESIR d'AVENIR

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'ose pas imaginer que tu puisses ne pas avoir compris que mon titre était un jeu de mot.

      Supprimer
  3. Tss tss tss objection votre honneur :

    on ne dit pas Montebourgeoisiens mais Montebourgiens

    M'enfin alors

    RépondreSupprimer
  4. J'avoue que ce genre d'élections induit toujours un triste spectacle. Je préfererais voir un président ou 1er ministre qui impose, et un gouvernement qui obéit. J'aime bien voir ça car ça montre que le président a de l'autorité, et que chaque membre de son équipe sait taire ses ambitions personnelles. Je me dis que les partis sont peut-être plus capables de savoir qui sera bon, que l'électeur ou le militant, qui n'a peut-être pas toutes les clés.
    J'aime voir l'unité chez des dirigeants, c'est pour moi un gros gage de sérieux.
    Pour ça, je regrette que l'ump aussi élise sont 1er secrétaire publiquement.
    Je trouve que, même si c'est le jeu, ça occupe trop d'espace médiatique, dans une époque où il serait bon de se pencher davantage sur les problèmes et leurs solutions.


    Sinon, bobiyé! ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci !

      À gauche on n'aime pas les chefs. Du coup on perd presque tout.

      Supprimer
  5. prendre quelqu'un avec un fort charisme aurait pu aussi se révéler handicapant pour un parti qui est au pouvoir.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est clair que c'était le candidat idéal pour le manque de charisme

      Supprimer
    2. Dans ce cas ils auraient du prendre un jeune.

      Supprimer
  6. Peut etre que tous les socialistes capables d'etre 1er secretaire sont au gouvernement, il a donc fallu choisir dans les 2nd couteaux.

    RépondreSupprimer
  7. Ils sont tombés sur la tête !!!
    Je ne sais pas qui a manifesté le " Desir " de choisir " Harlem " mais vu ses prestations je ne pense pas que cela soit un choix judicieux car pour affronter ses opposants, homologues de droite il va faloir qu'il sorte de sa coquille de gasteropode . Wath else ?... pourquoi pas Bruno Le Roux actuel président du groupe Ps ou Stephane Le Foll ?.
    Quoique qu'il en soit pas de "gestionaire" en cette periode de combat il faut un "guerrier" !!! mais je ne suis qu'un modeste sympathisant alors ....
    Ps je vous laisse deviner un débat avec entre d'autres Melanchon Desir

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il faut se méfier de l'eau qui dort. J'ai assisté à un discours de Désir, c'est un bon. Il pourrait dominer Méluche qui exaspère les gens.

      Supprimer
  8. Ce qui m'a étonné, et agréablement surpris, c'est entendre Jean-Chri dire de manière décomplexée, qu'il était à l'origine de nombreux coups opérés au PS sous la table. J'ai trouvé ça très honnête de sa part, ne m'a pas choqué car c'est la politique,
    Je sais pas qui j'aurais préféré.
    Peut-être Cambadélis après tout. Juste pour ses aveux. C'est une preuve de courage dans un gros parti que de reconnaître ses propres défauts.

    RépondreSupprimer
  9. je ne dis rien mais je n'en pense pas moins.

    RépondreSupprimer
  10. Belle réponse de bembelly.... Cmme d'hab'

    RépondreSupprimer
  11. ta gueule bembelly12 septembre, 2012 13:24

    C'est pas sympa pour Harlem il va encore être condamné pour emploi fictif

    RépondreSupprimer
  12. "Ils ont donc décidé de présenter ensemble une même motion (dans le temps on parlait de synthèse). Il restait ensuite à négocier les postes entre les différents courants du parti, notamment les Aubryistes, les Hollandistes, les Vallsistes (je dis ça pour faire plaisir à Louis), les Montebourgeoisiens, les Ségolènistes et les Hamonistes [...] Qui parle de déni de démocratie ?". => Relis lentement, tu vas voir, c'est limpide.

    Comme tu dis, il est amusant de voir comment la façon de présenter les choses influe sur la perception. D'aucun diraient qu'il y a là verrouillage du débat, du fait de cette motion-unique-que-tout-le-monde-est-poliment-invité-à-ratifier-dans-l'enthousiasme. Après moi je m'en tape, le PS c'est pas mes oignons. Mais j'ai un peu de peine pour le militant qui paie sa cotisation.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les militants qui ont payé leur cotisation sont contents : ils ont gagné les élections. Ceux qui gueulent sont des peine à jouir.

      Supprimer
    2. Je suis persuadé que tu as raison, malheureusement pour eux.

      Supprimer
  13. Eh bah elle est belle, la France. :D

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.