06 septembre 2012

Soutenir, soutenir !

Force est de constater que la gauche n'a jamais pu rester plus de cinq ans de suite au pouvoir. Elle n'a donc pas pu instaurer une politique de gauche sur la durée et se contente de constater que les retours périodiques de la droite sont dévastateurs.

Mes trolls reacs diront probablement le contraire : c'est leur job.

À gauche, chacun aura son explication. J'ai les miennes et je précise à mes trolls de gauche que je ne les considère pas comme exhaustives. Je ne vais qu'en citer 3 par opposition à la droite.

1. Elle n'a pas le culte du chef. Toute l'UMP était rangée derrière Nicolas Sarkozy. Toutes l'UMP sera devant le président qui sera prochainement élu.

Le travers pour l'UMP est qu'elle est incapable de faire autre chose que de soutenir un chef national. Elle n'a plus de projet politique et est incapable de trouver des leaders "territoriaux", laissant la gestion des communes, des départements et des régions à la gauche.

Le "drame" qui se joue à la tête du PS est à plier de rire : ils vont de désigner dans un processus fort peu démocratique un leader avec le charisme d'une huitre. On pourrait rigoler longtemps d'ailleurs puisque pour les primaires, ils ont voté pour un gars qui était jugé incompétent trois ans avant...

2. Elle est incapable d'unité. En tant que blogueur, je le "subis" tous les jours, tant je prends de baffe dans la tronche de la part de ces donneurs de leçon que sont les blogueurs d'extrême gauche.

La droite est unie. Les partis satellites de l'UMP ne sont pas sans cesse en train de lui taper dessus. Ils ont aussi la reconnaissance du ventre.

Que voit-on dans l'actualité des partis proches du PS ? Jean-Vincent Placé qui tape sur le Gouvernement. Et je ne parle pas de Jean-Luc Mélenchon qui était membre du PS et du Gouvernement Jospin qui passe son temps à taper sur ses anciens amis, comme les communistes l'ont toujours fait.

3. Elle a une fâcheuse tendance à pratiquer le droit d'inventaire. Les gauchistes ont une fâcheuse tendance à rappeler en toute bonne foi les erreurs de leurs aînés sans se préoccuper du contexte de l'époque et des résultats positifs.

Pas à droite. La gauche est très forte pour rappeler qu'elle fait des erreurs.

Comme promis, je vous passe les autres raisons (dont le fait que beaucoup de militants ne sont pas électoralistes, se basent sur l'intelligence des électeurs tout en les prenant pour des cons).

Pourquoi je vous raconte ça, moi ?

Parce que je suis stupéfait que certains ne retiennent pas les leçons. Je disais hier que la presse de gauche me brisait les roustons à faire éternellement des unes contre la gauche au gouvernement.

La presse de droite, elle, est bien rangée derrière son parti phare. Le Figaro n'a jamais laissé tomber Nicolas Sarkozy.

Il se trouve qu'un blogueur a fait un billet pour dire que j'avais tout faux sans même retenir ce dernier argument et en oubliant complètement qu'une entreprise de presse est une entreprise commerciale. Elle vendra plus de numéros en titrant "Hollande est nul" que "Ayrault est bien coiffé". Pourtant seule cette deuxième affirmation est exacte.

Ce blogueur est Marc Vasseur. Il n'hésite pas à commencer son billet par un mensonge à mon sujet visant à me rendre ridicule pour mieux affirmer la suite de ses propos. J'y reviens ci-après.

Cela étant, je ne suis pas un vieux militant du PS mais un type qui se passionne pour la politique depuis qu'il tient un blog...

La gauche a besoin d’une presse de gauche (et de blogs de gauche) impartiaux et objectif (autant qu’on peut l’être quand on fait de la politique…). Elle a besoin d’une presse (et de blogs) qui travaille, qui analyse, qui complimente, qui critique, …

Elle n’a pas besoin de magazines de gauche qui ornent les kiosques à journaux criant en une que nos dirigeants sont des imbéciles (j’ai trouvé l’illustration ici avec Google News. Elle n’illustre pas directement ce propos).

Il y a un temps pour le « yakafaukon ». Il a duré du 6 mai 2007 au 16 octobre 2011 (second tour de la primaire). Après il y a eu le temps du soutien du candidat et du matraquage des autres. Le temps est venu du soutien d’une équipe dirigeante. Surtout quand le yakafaukon est un ramassis d’âneries que je vais relever à partir de la fin pour varier les plaisirs.

« Comme le dit Plenel « Si l’on joue ici les Cassandre, c’est autant par éthique de responsabilité que par éthique de conviction : en espérant que cette alarme sera entendue. » » Ah ! Et ce n’est pas du tout pour gagner de l’oseille ? Ce n’est pas du tout pour rentabiliser un journal qui commence à « rencontrer un modèle économique qui fonctionne ?

« Et bon la multiplication des commissions… très sincèrement, c’est risible et on l’a d’ailleurs fait du temps de Sarkozy… » Non ! Du temps de Sarkozy, on gueulait parce qu’il mettait en place des commissions pour valider des décisions qu’il avait déjà prises.

« Les copains – blogeurs de gouvernement :) – ne supportent pas non plus qu’on puisse dire qu’il y ait eu une forme d’immobilisme durant cette été. Ben si… » Ben non ! Le PS avait annoncé le planning de sa première année avant les élections, il le tient. « On ne peut pas dire pendant des mois que le pays est dans une très mauvaise situation – une lapalissade- et donner l’impression d’un gouvernement présent aux JO et ensuite en vacances. » Pendant le quinquennat précédent, je n’ai pas arrêté de me foutre de la gueule de Nicolas Sarkozy qui communiquait sur le fait qu’il obligeait ses ministres à faire semblant d’être studieux pendant les vacances. « C’est à mon sens un autre problème de communication. » Peut-être ! Mais je ne peux pas, objectivement, critiquer Hollande pour ne pas faire ce que je reprochais à Sarkozy de faire. Le problème de communication vient de la presse (et des blogs…). Je n’ai pas titré : « Tous les ministres sont des faignants. »

« Ensuite, de ma fenêtre, on voit des choses qui si elles ne sont pas graves peuvent malgré tout agacer… Prenons par exemple ce mode de désignation pour le moins curieux pour entériner le successeur de Martine Aubry… Après une Primaire réussie on pouvait penser que la démocratie avait progressé au PS… et bien non au contraire c’est une complète régression avec un 1er secrétaire qui sera désigné par 3 personnes. » Là, on est d’accord ! Je n’ai pas été le dernier à critiquer ça (ce que je fais encore ici, en début de billet).

« Autre chose qui me chagrine, enfin à l’annonce des 3 millions de chômeurs, on décrète que c’est une urgence… mon coté chieur me fait dire qu’heureusement cette ligne de fracture est survenue rapidement sinon on pouvait attendre un peu plus longtemps. » On ne décrète rien. Une grande partie de la campagne était orientée sur l’augmentation du chômage entre 2007 et 2012 et sur le contrat de génération. Une partie de nos propos, dans les blogs, était qu’on ne pouvait pas travailler dans l’urgence et faire, comme le gouvernement une nouvelle loi par annonce.

Le paragraphe précédent concerne la ratification du traité Européen. Avec la mauvaise foi qui me caractérise, je vais dire que François Hollande avait promis de négocier une révision de ce traité. Il a tenu promesse : il a négocié. Ca n’a pas été bien loin, un peu comme moi quand je négocie la tournée du patron à l’Amandine…

Bref, la critique est fréquente dans les blogs « socialos ». La plus poussée a été faite par Melclalex, je crois. Ne lisez pas ! ;-) Vous pouvez aussi lire les billets de Dagrouik Intox 2007 Politeeks (notamment celui d’hier sur lequel j’aurais voulu revenir : certains voudraient faire bouger l’Europe, c’est bien, mais ça n’avance pas trop, c’est mal).

Revenons au billet de Marc et à son paragraphe sur l’Europe qui se termine ainsi : « Il faudrait un plan B ah bon au nom de quoi ? TINA ? » C’est le dernier argument, faire dire aux gens qui ne critiquent pas les évolutions de l’Europe : There Is No Alternative. J’aimerais bien qu’on me propose une alternative viable à ce que je propose : avancer pas à pas, négociation après négociation. On peut critiquer chaque évolution du traité mais ça ne dit pas comment on va trouver le pognon pour le filer aux pays qui en ont besoin avant de sombrer définitivement. On peut critiquer chaque évolution mais on peut aussi rappeler que c’est le traité original (je parle de celui de 92) qui pêche et qui nous a déjà obligé à mettre des contraintes budgétaires dans la Constitution (le respect du traité inscrit dans la Constitution implique de respecter les « 3 et 60% du PIB »), contraintes qui ne sont pas respectées, d’ailleurs…

Cela étant, comme mes camarades, je regrette que les négociations n’aient pas été plus loin mais je ne vais pas communiquer outre mesure sur le sujet : « Marine Le Pen a promis mardi une campagne d'envergure pour exiger un référendum sur le traité budgétaire européen.  » Je ne vais pas faire campagne contre mon parti, contre le Président que j’ai choisi, contre le Gouvernement responsable devant un Parlement que j’ai contribué à élire, par mon vote, pour expliquer que Marine Le Pen a raison. Si l’équipe dirigeante mis en place estime que la meilleure solution pour faire bouger l’Europe dans le bon sens est de ratifier le traité, je dis amen. Je les ai élus pour ça et ils sont largement plus compétents que moi.

J’attends avec impatience les manifestations prévues par le Front National et le Front de Gauche, pour les commenter bêtement, en espérant que le Front sera surtout dégarni.

Certains, au PS, ont oublié les blessures de 2004 et de 2005 et leurs conséquences... Moi qui critiquais le droit d'inventaire...

Revenons au billet de Marc : « Moi-même, et parce que j’ai soutenu François Hollande – ce que je ferai encore aujourd’hui-, je ne veux renier ce que j’ai toujours défendu à travers mes écrits : une liberté de ton et je l’espère une certaine cohérence avec ce que je défends  publiquement depuis près de 6 ans. Alors oui… Ca merde… » Ah ! Oui, ça merde ! Il y a une crise économique majeure. Ce n’est pas faire preuve de liberté de ton que de le constater. Je sens que les slogans « liberté de ton », « blogueur indépendant », … va rapidement devenir à la mode dans les blogs « socialos » pour tenter de prouver à ses lecteurs, voire à soi-même, qu’on est parfaitement objectif. On va vite rigoler. Chacun va faire des billets pour justifier sa propre position. D’ailleurs, c’est au moins le 24ème billet depuis la rentrée que je fais pour justifier la mienne.

Le début du billet de Marc est une réponse directe à mon billet d’hier.

Tout d’abord : « Je passe sur le fait qu’on découvre que l’Express ou le Point sont des hebdomadaires plutôt orientés à droite… aux dernières nouvelles il me semble pourtant qu’un Christophe Barbier -directeur du premier nommé- n’a jamais caché ses sympathies vis à vis de Sarkozy ou alors je n’ai définitivement rien compris à ses éditoriaux. » Soit Marc n’a pas lu mon billet, soit il cherche à me rendre ridicule pour rendre sérieux, c’est au choix… De la part d'un copain, ça surprend... Du coup, il a gagné un billet en réponse.

« Maintenant concernant des médias normalement plus proche de la Présidence, ceux-là si j’en crois mes « camarades » devraient soutenir vaillamment la politiquement de redressement entreprise depuis le 6 mai 2012. Ben non les copains, c’est peut à cela qu’on peut peut-être attester d’une présidence, d’une presse en mesure de dire qu’on n’est pas d’accord ou que ça déconne. »

Il y a une légère différence entre « ne pas soutenir vaillamment » et décorer les kiosques de France avec une une disant que le Gouvernement et le Président sont nuls… Cela étant, on m’expliquera ce que veut dire : « c’est peut à cela qu’on peut peut-être attester d’une présidence, d’une presse en mesure de dire qu’on n’est pas d’accord ou que ça déconne. »

Si c’est la seule conclusion d’un tel réquisitoire, je vais aller reprendre un café, moi, avant de donner un conseil à mes confrères blogueurs : évitez les billets trop longs.

On a l'élection de 2017 à préparer, ensuite...

"Dans son programme électoral, François Hollande s'était présenté comme l'ennemi de la finance et voulait être en rupture avec les politiques de rigueur. A cet instant-là, il avait entièrement raison. Cette posture  était celle qu'il fallait adopter. Cet état d'esprit est encore  d'actualité. 

Etant d'un naturel très optimiste, je reste persuadé, qu'à un moment donné de son quinquennat, il reviendra à ses fondamentaux, s'il veut sortir le pays de l'ornière."

Ca, c'est  Yann Savidan qui le dit. On peut rester optimiste.

26 commentaires:

  1. Vache, ça c'est du billet, on pourra pas dire que tu n'est pas honnête, ni convaincu.
    Ce blabla continuel me fatigue, je me dis qu'il y en a qui bossent comme des trimards et qui n'en ont strictement rien à foutre des supputations d'untel, des théories ampoulées des autres et des petits pics des autres.
    J'espère que ces derniers sont journalistes, au moins, sinon ils devraient.
    Sinon, la "France d'en bas", elle s'en branle, du traité machin, et des supputations-mes couilles, elle va jusqu'à s'en foutre royalement (peut-être pas le mot adapté) de Hollande, attendant un peu de voir, pas dupe de l'âpreté des journaux à faire parler d'eux par gros titre interposés, et de la petite guéguerre d'ameublement (dans le sens "meubler") qu'ils se font pour barbouiller de leur titres laids ces i jolis kiosques. Elle veut juste pouvoir payer ses factures, l'essence de sa caisse, espérer que ses impôts ne l'entraîneront pas par le fond et trouver un boulot pas trop dégueulasse si possible, il me semble.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui. C'est ce que je disais dans une parenthèse : ils ne sont pas électoralistes (ce qui me gêne beaucoup : le but est de faire passer un projet donc d'être élu, pas de draper dans une fierté de puriste qui respecte ses engagements).

      Ils vont faire des manifs et crier au succès alors qu'ils n'auront rassemblé que leurs sympathisants. Ils hurlent contre les articles des journaux mais ne font pas attention à ce que disent les unes, seuls trucs lus par le grand public.

      Supprimer
    2. « on pourra pas dire que tu n'est pas honnête, ni convaincu. »

      Comment fait-on pour être à la fois honnête et convaincu ? Mystère…

      Supprimer
    3. oui, la France d'en bas, va peut etre entendre : la BCE met 1000 Milliards pour stopper la spéculation .; et se dire : Tiens y'a plus de camembert dans le frigo.

      Supprimer
    4. Je ne vous pas le problème, Didier. C'est le cas de la plupart des militants de base.

      Supprimer
  2. Il faut faire une pause...
    Lire mon billet ( C'est utile)

    RépondreSupprimer
  3. le problème des magazines et des blogs c'est que souvent on dit "il ne faudrait pas" sans dire ce qu'il faudrait faire. Par exemple c'est quoi l'alternative au traité? je veux dire autrement que "ah mais il faut une Europe sociale" et que d'autre part tout désaccord avec son propre camp sur un blog permet d'avoir une posture de libre penseur là où tout accord peut faire traiter son auteur de godillot.Faire de la politique c'est garder son sens critique mais c'est aussi autre chose que le simple tir sur son camp systématique, qui n’amène qu'à favoriser l'adversaire. Tiens je vais copier coller cela chez Marc, c'est à lui que je pensais en lisant ton billet et donc en miroir le sien

    RépondreSupprimer
  4. Pourquoi je vous raconte ça, moi ? par ce que ça te tracasse manifestement et sans doute à raison.

    Sur mon billet d'hier , on notera que j'ai mis le mot gentil dans le billet au sujet de Barnier. Qui est un peu coincé entre la marteau et l'enclume un cas d'école à suivre de pret. C'est rare que je mette gentil dans un billet non ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. le sujet est grave : réguler les saloperies financières, soit on le fait, soit on se laisse bouffer, soit on décide de couper des têtes.

      Barnier est dans le premier choix qui est le mien . je n'ai pas envie de me laisser bouffer. Ni qu'on le mette devant un peloton d'exécution ou une charrette lui ou d'autres.

      Après tout est dans le "comment", donc je vais l'observer. Et j'aimerai bien discuter avec ce monsieur Barnier un jour. Pour le renifler, savoir s'il est sincère..

      Supprimer
    2. Ton billet (en lien dans le mien) est très intéressant mais je n'ai pas eu le temps de tout faire rentrer dans mon crâne !

      Je pense que le lascar est honnête.

      Supprimer
    3. oui, je me base sur son regard quand il est ITWiewé, a ça façon de parler. Du coup faut qu'on le rencontre.

      Supprimer
  5. Faudra que je réponde à ça aussi :
    Il faudrait un plan B ah bon au nom de quoi ? TINA ? » C’est le dernier argument, faire dire aux gens qui ne critiquent pas les évolutions de l’Europe : There Is No Alternative. J’aimerais bien qu’on me propose une alternative viable à ce que je propose : avancer pas à pas, négociation après négociation.


    Par ce qu'en fait on peut etre contre le traité et de cet avis là aussi. Tout est les pas, et le contenu des négociations . Details a venir.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On est donc d'accord ! C'est juste une question de méthode.

      Je n'ai pas dit que j'étais d'accord avec le traité, j'ai qu'il fallait le ratifier parce qu'à mon avis c'est la seule façon d'avancer.

      Supprimer
  6. Les Kiosques à journaux, ce sont les meilleurs médias pour faire la pub de nos politiques, avec une partisânerie décomplexée quand il faut faire pencher la balance.
    Si je devais croire la presse, je serai socialiste.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ceci est n'importe quoi ! Une connerie habituelle de la droite (une de plus par rapport à ce qu'on disait chez Jacques). La plupart des journaux appartiennent à des grands groupe de presse proche de la droite.

      Supprimer
    2. Dans ce cas, si les journaux appartiennent à des groupes de presse proches de la droite (ce qui reste à prouver, et surtout il faut prouver que ça influe sur la ligne éditoriale), pourquoi vous étonner qu'ils cognent sur Hollande ?

      Supprimer
    3. Je ne suis pas étonné. Pour le reste, ce n'est que ma réponse à "la presse est de gauche".

      Ce billet (Le Monde a fait un article depuis) et les précédents montrent que la ligne éditorial est surtout dictée par la capacité à faire du fric.

      Supprimer
  7. La majorité des électeurs penchera toujours plus vers la virilité affirmée que vers la féminité : le zizi en avant, ça draîne plus que la voix douce, c'est un fait.
    La droite joue là-dessus, capitaine karcher et rodomontades, et oui papa c'est toi le chef les femmes et les enfants bien alignés derrière.
    La virilité à gauche est plus subtile : Un président Un 1er ministre, qui associent les femmes sans condescendance, ET il faut gérer les chiards rétifs et pinailleurs sur :
    L'immobilisme ? vous êtes shootés à l'hyperactivité stérile de sarko ? vs vouliez être 1er ministre et papa ne vs a pas reconnus ? trop tard les enfants il n'y a qu'un poste, maintenant il faut faire coincider votre age et votre raison.
    la désignation du chef ps ? ca regarde les socialistes on fera avec (de tte facon en face il y aura fillon)Pourvu que ce ne soit pas harlem désir ..
    Etmoietmoietmoi ? je n'ai pas soutenu hollande mais Royal , je n'ai pas acheté le package Hollande, ni l'eau du bain avec le bébé,
    et je ne me permets pas, en public, le quart des remarques des types qui se dédouanent lâchement en disant avoir voté hollande : qu'ils le prouvent en n'alimentant pas la machine à perdre connement.
    Qt à Léthiquederesponsabilitédeconviction, ou "la maison ne fait plus de crédit" (besancenot), je propose qu'on fasse avec la gochecon comme la droite avec le FN: on vous fréquente si vous êtes sages, sinon vous pouvez aller vous faire voir, c'est justement ce qu'ont demandé les électeurs il y a 4 mois à peine.

    RépondreSupprimer
  8. Même pas un comment de Marc Vasseur :(

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.