24 septembre 2012

Circulez !

Les éternelles andouilles qui gueulent tout le temps contre les aménagements de Paris fait par l’équipe de Delanoë m’amusent toujours. Ca fut le cas à l’occasion de l’ouverture des voies sur berge aux piétons.

Ca fut le cas aussi ce matin. Il me fallait ramener ma voiture de location Place d’Italie. La boutique ouvrant à 8h30, j’ai décidé de partir à 8h15. Je suis donc arrivé à 9h05. 50 minutes pour faire les 2,6 kilomètres de chez moi jusqu’à l’agence…

J’ai deux remarques.

La première est que les principaux ralentissements sont liés aux carrefours… Ceci est évident, je vous remercie de ne pas me le signaler. Je suis d’abord resté encalminé sur la Nationale 7 parce que la Porte d’Italie est difficile à franchir. L’Avenue d’Italie, par contre, qui bénéficie de ces aménagements modernes qui font pester était par contre parfaitement fluide mais on ne roulait que sur une file à cause de ses connards d’automobilistes qui se garent en double file ou ses sympathiques automobilistes qui veulent tourner à gauche.

On aurait pu rouler sur deux files, on aurait mis exactement le même temps pour arriver à la Place d’Italie où il faut bien attendre son tour pour y pénétrer.

J’aimerais bien lire des études objectives sur l’évolution des temps de transports suite aux différentes évolutions des aménagements. Les antidelalonistes seraient probablement déçus.

La deuxième est qu’il faut être complètement con pour aller en voiture en Paris. J’imagine que tous les automobilistes trouveront une excellente raison pour y aller. Moi-même, ce matin, j’avais une voiture à restituer parce que je n’ai pas de voiture. Concrètement, il n’y a qu’une seule bonne raison de prendre sa voiture particulière aux heures de pointe : transporter des personnes à mobilité réduite. Certains boulots exigent probablement d’avoir une voiture.

Encore que… Ca reste à prouver. Travaillant à l’époque dans une boite d’informatique, j’avais un commercial qui prenait toujours sa voiture sous prétexte qu’il faisait beaucoup de déplacement d’un client à un autre. Un jour, on devait aller de l’Etoile à la Défense. Il me propose d’y aller en voiture. Non seulement j’ai refusé mais je l’ai obligé à venir avec moi en métro. Je lui ai épargné le RER. 12 minutes plus tard nous étions arrivés.

Pour rester objectif, je dois reconnaître que la voiture est souvent indispensable en banlieue.

Il n’empêche que tous les automobilistes qui mettent toutes les difficultés qu’ils ont sur le dos de la Mairie de Paris sont rigolos. Pas un d’entre eux n’arrive à reconnaître que les difficultés des automobilistes sont dues à la présence de leurs voitures…

N'oublions pas le cadre de vie abominable, les risques d'accident, la gêne pour les piétons, le bruit et  l'odeur comme dirait l'autre, la pollution...

21 commentaires:

  1. J'ai mis 7 minutes (soit une minute de plus que d'habitude)pour aller de l'impasse Paul Névo au rond point du Chaffaud et je pestais parce qu'il y avait devant moi un(e) automobiliste qui ne connaissait pas le coin et qui ralentissait tout le monde. Moralité : Quand on ne connait pas Loudéac, et ben, on n'y vient pas.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Proverbe berrichon : Quand on seut pas où on va on rest' cheu' soi !!
      Sinon à Nicolas, il y a des métiers qui ont vraiment besoin de leur voiture : dépanneurs à cause de leur matériel. D'ailleurs ils rêvent de pouvoir se garer !!

      Supprimer
    2. Jacques,

      Moi je connais et j'en pars souvent.

      Hielena,

      Je sais. Mais n'essaie pas de me faire croire que les milliers d'imbéciles coincés sur les quais à 18 heures sont la pour aller voir un client.

      Supprimer
  2. C'est bien beau tout ça, mais on en fait quoi de tous ces gens qui ne prendront plus la voiture, on les met dans le métro. Il est déjà bondé... (je précise que je n'ai pas de voiture).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non, mais avant de réduire le nombre de voitures, il va falloir sérieusement revoir les transports en commun et ça va prendre du temps, beaucoup de temps...

      Supprimer
    2. Oui. Mais dans l'attente ce sont les automobilistes qui sont pris à leur propre piège.

      Supprimer
  3. Dominique Millécamps24 septembre, 2012 14:13

    Je suis de celles et ceux qui n'iraient jamais en voiture en plein cœur de Paris. Je suis à 10 km à vol d'oiseau de la porte Maillot mais il ne me faut que 20 mn en RER pour rejoindre les Halles.
    Il faudrait une réflexion sur les horaires de travail, à mon avis. Comme pratiquement 70 % de ceux qui travaillent commencent et finissent à la même heure (9 h -17 ou 18 h), c'est là qu'on voit le problème de la saturation des transports en commun. Avec des horaires décallés, ce problème serait partiellement réglé.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il y a ça mais aussi aménager les bureaux ailleurs. Par exemple vers chez moi (ligne 7) il y en a très peu donc la ligne du métro est presque vide vers la banlieue le matin.

      Supprimer
  4. Moi, ce qui me fait particulièrement râler c'est que 90% des véhicules transportent 1 seule personne. Avec un peu d'organisation, le co-voiturage pourrait réduire nettement ce chiffre

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'y crois pas. Ce qui peut être vrai en Province ne peut pas nécessairement être valable à Paris. Dans la mesure où les raisons de prendre la voiture sont souvent mauvaises, l'organisation des automobilistes est impossible.

      Supprimer
    2. "Ce qui peut être vrai en Province"
      Ce qui peut être vrai à certains endroits plus exactement ...
      Habitant dans une zone semi-urbaine comme pas mal de français, il est impossible de co-voiturer. Quant aux transports en commun, 1h30 pour 4 km, c'est au-dessus de mes forces.

      Supprimer
    3. Il y a un tas de cas particuliers. Il n'empêche que 90% des glandus qui prennent les quais de Seine à 18 heures auraient une autre solution...

      Supprimer
  5. Bref, si je résume ce billet : les aménagements de Delanoë sont excellents, à condition que les gens cessent de prendre leurs voitures.

    RépondreSupprimer
  6. Didier,



    C’est presque ça sauf que je m’en fous : je n’habite pas Paris, je ne prends pas la voiture et n’utilise pas les aménagements de Delanoë. Il ne se représente plus et je n’ai aucune raison de le défendre ou de défendre ses aménagements.



    Je me contente de me foutre de la gueule de ceux qui ronchonnent.



    Mais je ne dis pas que ça dans le billet. Je dis que si j’ai mis du temps, ce matin, pour rendre ma voiture, c’est parce que j’ai eu du mal à passer la Porte d’Italie et la Place du même métal.



    L’Avenue d’Italie et ses aménagements modernes (c’est une façon de parler, la rénovation a été faite au siècle dernier… par la droite mais ce sont les mêmes qui gueulent) ne « participent pas » à mes ralentissements : ça bouchonnait à cause des carrefours.



    Les quais de Seine, rive droite, bloquent parce que son principal débouché (l’A4 si ma mémoire est bonne) est bouchée. Vous pouvez ajouter quatre feux sur les quais et réduire d’une voix sur quelques centaines de mettre, ça n’augmentera pas la capacité d’absorption de l’A4…



    Faites comprendre ça à un automobiliste.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. De toute façon, je ne dépasse plus Levallois, moi, en voiture, alors…

      Supprimer
    2. Pourquoi mon commentaire est en bordel ?

      Et qu'à d vous dépassez Levallois, vous jetez votre verre à la tronche des patrons de bistro.

      Supprimer
  7. prends le vélo, il y a 2 stations proches de La Comète.

    RépondreSupprimer
  8. Un nouveau véhicule devrait prendre le pas sur tous les autres dans les petits déplacements. Il est gratuit et très bon pour la santé.
    Son nom : la deux mollets.

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.