30 janvier 2013

Des primaires à gauche pour les municipales ?

Terra Nova souhaite que la gauche organise des primaires pour les municipales en 2014. « Il s’agirait d’organiser des primaires dans toutes les villes de plus de 100 000 habitants gouvernées par la droite ou celles dont le maire sortant de gauche ne se représente pas. Une petite quinzaine de villes seraient concernées : Marseille, Nice, Bordeaux, Le Havre, Toulon, Aix-en-Provence, Nîmes, Perpignan, Orléans, Boulogne-Billancourt, Mulhouse, Nancy, pour celles gouvernées par la droite, mais également Paris et éventuellement Montpellier, pour celle où le sortant socialiste ne se représente pas (ou ne se représenterait pas). »

C’est a priori une très bonne idée. La gauche risque de prendre une baffe aux prochaines municipales par un fort vote de protestation. Lancer une campagne purement locale une dizaine de mois avant l’élection permettra de mettre en avant un candidat et un projet tout en se détournant des enjeux nationaux.

Pour une ville comme Marseille, cela pourrait être particulièrement intéressant (vu de loin, Marseille ressemble un peu à un bourbier, je ne connais pas le ressenti des électeurs locaux, juste celui de quelques copains du cru). Une primaire, si elle est organisable…,  pourrait être l’occasion de rebrasser les cartes. En outre, gagner Marseille ne semble pas impossible et ça pourrait faire le plus grand bien pour masquer ce qui sera probablement une défaite à un nouveau national avec la perte de plusieurs villes moyennes.

Je suppose qu’à Paris, la victoire d’Anne Hidalgo est assurée. Néanmoins, une large victoire à une primaire pourrait la confirmer dans cette position de successeur de Bertrand Delanoë.

Par contre, je me demande s’il est bien fin de limiter ces primaires aux grandes villes (même si la multiplication des scrutins posera des problèmes organisationnels).

Je connais un patelin de moins de 10 000 habitant où une primaire à gauche pourrait ne pas être inutile, ne serait-ce que pour affirmer la position du futur chef de « la gauche » dans le secteur, quelque soit le résultat de l’élection municipale, mais aussi pour mettre une personnalité indiscutable en avant.

Il y aura besoin de ça.

Le PS ne doit pas négliger les communes rurales.

33 commentaires:

  1. Mouais, bof. On sera encore sur une personnalisation au lieu de parler du fond. Autant que vous fassiez une primaire à l'intérieur du PS, et ensuite, le 1er tour sera une primaire entre partis de gauche.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il ne s'agit pas de faire une primaire qui déterminera un candidat unique pour la gauche mais de celui qui conduira la liste qui sera soutenue par le PS. Mon billet est imprécis.

      Les élections locales sont souvent très personnalisées (sauf dans les petites villes ou tout le monde se connait). Les gens croient voter pour un maire.

      Ensuite, attention au fond. Tout ce qui est ressorti pour les Régionales en Île de France tourne autour des transports et à Paris ça sera pareil pour mes municipales. Le débat actuel porte sur la fermeture des voies sur berge. Pas sur le nombre de places en crèche ou ce genre de trucs largement aussi important.

      Supprimer
  2. C'est vrai ça. Arrêtons de stigmatiser Loudéac !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comment tu as compris de quel bled je parlais ? ;-)

      Supprimer
  3. Pour moi,c'est une idée très intéressante. Les réalités dans les petites communes sont surprenantes et invitent à beaucoup d'humilité ... car là s'y vérifie que nous sommes tous français ... et qu'il vaut mieux un candidat du parti adverse selon son opinion, mais intègre et généreux, qu'un abruti qui s'annonce du parti qu'on aime mais qui n'est qu'un arriviste prétentieux !
    Je vais suivre la chose de très près.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On est d'accord (même si ce n'est pas ce à quoi je pense en parlant de Loudéac).

      Supprimer
  4. pour la ville de perpignan ce ne serait pas une mauvaise idee
    jeamy

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne connais pas du tout les problèmes locaux mais je n'en doute pas.

      Supprimer
  5. Pas d'avis là-desssus. Au niveau local on vote plus ppur l'individu que pour ses idées. Pas sûr que ça fasse la différence. Ensuite, trop de mobilisation pourrait lasser... En fait, si je comprends bien l'intérêt médiatique, pour être mis en avant politiquement, je ne pense pas que ça change grand chose au final...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ça dépend des patelins. A Loudéac, par exemple, il y a quelques personnes qui pourraient être candidates. Je les appecie toutes mais battre le maire actuel sera très difficile. La primaire pourra mettre en avant une personnalité et, ensuite, en cas de défaite, montrer quelqu'un qui sera légitime pour être chef de l'opposition.

      Les connaissant, je pense que ça se passerait bien, cordialement (alors que la primaire pour la Présidentielle) a eu un côté destructeur.

      Supprimer
    2. Ah bon , il y aurait des candidats masochistes alors ?

      Supprimer
  6. À Lyon? Collomb ne sera pas d'accord.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les primaires ne se feront que pour les patelins où le sortant ne se présente pas.

      S'il y a interdiction du cumul, que fera Collomb ?

      Supprimer
  7. Réponses
    1. Oui. Mais peut-être est-ce un cas trop particulier, un peu comme Bicetre mais pour des raisons différentes (la ville est MRC et si le maire ne se représente pas, seul le premier adjoint est assez connu pour être élu à sa place).

      Supprimer
    2. oui ben nous la ère adjointe heu... Comment dire...

      Supprimer
    3. Merde mon clavier numérique était bloqué.
      C'est elle , peu connue au bataillon. Comme tous les autres d'ailleurs car NDA occulte tout le monde.

      Supprimer
    4. Ouais. À Bicetre c'est un peu pareil (en moins). Le Président d'un parti est Député Maire.

      Supprimer
  8. Je ne sais pas.
    La cuisine intra pèse sur les votes des militants et peut mettre en avant un/e candidat/e pas forcément le plus apprécié par les électeurs, d'une part,
    et d'autre part les anti-PS ne se gênent pas pour venir voter et promouvoir le candidat PS le moins susceptible de gagner, et tenter de faire perdre celui/celle qui serait le plus apprécié des électeurs.
    Est-ce que ce serait marginal ? Est-ce que ça fausserait les choses au point de propulser le/la candidat/e pas forcément le plus en phase avec le pays réel ?
    C'est une question que je me pose depuis les dernières primaires, où j'ai vu voter des militants, des sympathisants chapitrés, des sympathisants indépendants, et .. des gens de droite.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est une bonne question et j'avais lu des études du PS au moment de la primaire pour la Présidentielle. En fait, à grande échelle, ce n'est pas un problème. Il n'y a pas assez de type à se déplacer pour faire basculer le truc. Ça pourrait être le cas dans des petits patelins, disons (au hasard) moins de 5000 habitants.

      Mais si une ville de droite arrive à faire déplacer assez de militants pour faire pencher la balance, elle est perdue d'avance pour la gauche.

      Supprimer
  9. C'est là que "les" [pourquoi pas "la" ?]science(s) politique(s)et ses(leurs)instruments, se révèlent très utiles !
    Bz

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui. J'ai beaucoup appris sur ce volet (la perception des sciences politiques) avec les blogs, en discutant avec des vrais pros mais aussi avec des imbéciles qui se croyaient pros. Aujourd'hui j'ai papoté avec un type chez Melclalex, il confond ce qui serait bon pour la France et ce qui plairait aux électeurs. On en arrive à des raisonnents comme : si les électeurs préfèrent le candidat de droite en 2017, c'est parce que Hollande n'était pas assez à gauche en 2012.

      Supprimer
  10. "Je connais un patelin de moins de 10 000 habitant où une primaire à gauche pourrait ne pas être inutile, ne serait-ce que pour affirmer la position du futur chef de « la gauche » dans le secteur, quelque soit le résultat de l’élection municipale, mais aussi pour mettre une personnalité indiscutable en avant"
    A mon avis (et je le partage) on devrait appliquer le même raisonnement à Montpellier; sinon, ça va être la cata pour la gauche (il y a déjà au moins 3 ou 4 candidats "déclarés" pour la gauche)

    RépondreSupprimer
  11. Heureusement que je prends connaissances de tes éventuelles précisions en lisant coms et réponses … ;))

    RépondreSupprimer
  12. Il y avait la possibilité d'organiser DES primaires à gauche pour LES élections de 2012, puisqu'il y avait deux élections: la présidentielle et l'élection législative.

    Évidemment, le PS c'est bien gardé de le faire en prétendant organiser DES primaires, parce que ça bien, américain, démocrate, Obama.

    Alors que le PS a organisé UNE primaire pour choisir quel haut fonctionnaire énarque va se présenter parce que depuis Jospin, aucun n'arrive à s'imposer au autres à la tête de la bureaucratie du parti.

    Pour les municipales, élections profondément anti démocratiques puisqu'on n'a pas le droit d'élire un candidat mais uniquement on paquet de candidats sur une liste, impossible de faire ne serait-ce qu'UNE primaire.

    Il faut penser à l'UMP qui va aussi être obligé d'organiser UNE primaire pour 2017 qu'il va faire pour DES primaires... pour les mêmes raisons que le PS.

    On voit comment ça à déjà commencé...

    Avec tout ça, profitons-en plutôt pour admirer la guerre acharnée qui se mène en France et en Europe contre les aspirations à la démocratie de la majorité des citoyens européens.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as une curieuse notion de la démocratie.

      Supprimer
    2. Quand vous écrivez " limiterait l'intérêt de la démocratie", on sent que votre réflexion sur la notion de ce que signifie exactement ce mot était très succincte, genre: si Sarkozy est élu, on n'est pas en démocratie, si c'est Hollande, c'est la démocratie. :)

      Supprimer
    3. Désolé de répondre rapidement ce sujet qui mérite d'être creusé mais je n'ai qu'iphone pour répondre aux commentaires sur ce blog.

      Dans mon précédent commentaire je voulais dire que les municipales me paraissent bien démocratiques. On vote pour une liste avec un projet et une tête.

      La primaire du PS est une réussite : c'est la première fois depuis 88 que le parti gagne une Présidentielle et la première fois depuis 97 qu'il gagne une législative.

      Pour le reste on tomberait forcément d'accord pour dire que la démocratie pourrait être améliorée mais il n'empêche que le nombre de français sans "culture" politique est suffisamment important pour que l'on puisse constater que le vote porte plus sur les personnes que sur les idées.

      Supprimer
    4. "le nombre de français sans "culture" politique est suffisamment important pour que l'on puisse constater que le vote porte plus sur les personnes que sur les idées."

      Un des meilleurs arguments contre la démocratie, lorsqu'on ne peut décemment plus empêcher les gens de voter, c'est d'accrediter l'idée que ce qui prime c'est "les idées" (expriméesexpromee évidemment par le parti). Ensuite, l'idée qu'il suffit de laisser à la bureaucratie du parti le soin de choisir les candidats sur la liste passe facilement.

      L'Union Européenne est un flamboyant symbole de plus de deux siècles de défaites de la démocratie en Europe. Personne ne s'étonnera qu'il soit interdit de voter pour autre chose qu'une liste constituée par une bureaucratie politique à la seule élection autorisée en Union Européenne.

      Supprimer
    5. Ça ne sert à rien de nier des réalités ! Je n'accrédite rien, je constate. Tu as vu les taux d'abstention et la nature des débats lors des Régionales ?

      Supprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.