02 janvier 2013

Un peu de respect, bordel !

J’ai commencé mes billets de l’année 2013 par un appel au respect en guise de vœux. Didier Goux raconte dans son journal un déjeuner avec l’Amiral Woland et nous deux. Eux réactionnaires affreux et moi sympathique gauchiste : « Déjeuner parfaitement agréable avec Nicolas et l'amiral Woland. M'amuse beaucoup le fait que ni eux ni moi n'avons finalement rien à foutre d'être de gauche, ou de droite, ou de rien. C'est d'ailleurs Nicolas qui a protesté le premier lorsque j'ai abordé un thème, un sujet de conversation, qui, en effet, avait des allures “politiques”.  Il n'avait pas envie d'en parler. Ça tombait bien, Woland non plus, ni moi. »

Le respect, c’est évidemment cela, ce qui permet de passer un moment agréable à table et dans les blogs.

FalconHill qui avait beaucoup inspiré mon billet d’hier dit aussi ceci : « Donc des billets et des réflexions cons, d’un sectarisme consternant, je m’en suis pris. Ces grands tolérants de gauche ont en parti réussi : j’ai ressenti clairement du dégout à bloguer. »

Le respect, c’est aussi cela, ce qui ne décourage pas le blogueur de donner son avis, ce qui permet à la blogosphère de vivre.

Le respect, c’est également ce qui permet de maintenir un débat politique de qualité, notamment parce qu’il permet de comprendre les autres, ne serait-ce qu’en les lisant. Lire, dans la blogosphère, ne me parait pas inutile.

Je vais donc revenir sur le respect.

Le respect de l'orientation politique des gens

En France, on a la droite et la gauche, on a leurs extrêmes qui ne sont pas comparables, on a le centre, on a quelques libéraux qui tentent d’exister, des anars et plein de trucs. Il y a même des gens qui ne croient pas en ces clivages et qui pensent que tout le monde devrait travailler ensemble ne se rendant même pas compte qu’ils ne font qu’un clivage supplémentaire…

Dans les blogs de droite, je lisais des andouilles qui expliquaient que les « blogueurs de gouvernement » allaient vite comprendre que la politique de la droite était meilleure que celle de la gauche. Certaines disaient même que les électeurs reprochaient au Gouvernement d’être trop à gauche, tendance sectaire et communiste avec du poil dans les oreilles, ce qui explique que la popularité soit retombée à 40% ce qui est une preuve et tout ça. Pourtant, il suffit de lire un peu de commentaires, de billets, d’articles de presse, … pour comprendre que les électeurs de Hollande lui reprochent surtout de ne pas mener une politique plus à gauche.

A partir du moment où l’interlocuteur, dans les blogs (ou ailleurs), se trompe à un tel point, le débat politique a peu d’intérêt. Peu importe.

Le respect, c’est aussi de ne pas se mettre dans le cerveau des autres, de comprendre les différences, … C’est ce qui permet de faire vivre la politique. Je donne l’exemple de ce que pourraient croire des blogueurs de droite mais je m’en fous. Je suis plus effrayé parce que pensent mes congénères de gauche de l’opinion publique.

Le respect et la capacité à comprendre la position des autres sera au cœur de la vie politique française à droite, cette année. L’UMP va mener un débat pour une orientation politique, débat qui va se traduire par une guerre des chefs. Et au cœur de ce débat, on aura ce que pensent les militants de l’état de l’opinion publique, de la pensée des autres. On aura des militants qui vont expliquer ce qu’ils savent ce que pensent les français plutôt à droite.

On n’a pas fini de rigoler en voyant un tas d’andouilles dire qu’elles ont raison…

Le respect des personnalités

Je sais. Mes confrères blogueurs de gauche ne sont pas toujours des exemples. Mais vous pouvez fouiller les archives de ce blog, je n'ai jamais traité Nicolas Sarkozy de nain ou de nabot. Je n'ai jamais critiqué ses tics. Je n'ai jamais de mal de sa compagne. J’ai critiqué ses discours, sa politique, … J’ai parlé d’erreurs qu’il faisait : porter « ostensiblement » des talonnettes montre qu’il veut cacher une taille dont je n’ai rien à cirer, par exemple.

Pour en revenir à l’UMP, j’ai beaucoup critiqué Jean-François Copé. J’estime qu’il fait une grosse erreur en ratissant sur sa droite. La critique porte sur le positionnement politique, pas sur la personne. Ce positionnement politique fait qu’il exaspère « les spectateurs », ce qui revient à une critique de la personne mais indirectement.

Au début du quinquennat précédent et même par la suite, les critiques portées par les blogueurs de gauche sur la personne de Nicolas Sarkozy ont été dommageables parce qu’elles ont masqué le reste. Néanmoins, les blogueurs de droite qui évoquent la taille de François Hollande sont très drôles : ils ont passé des années à nous dire qu’on dépassait les bornes…

Le respect des blogueurs et l’écoute des autres

Depuis longtemps, quand je lis les critiques de ma personne et de mon blog, il en ressort souvent que je fais des billets en éructant dans un état d’ébriété avancé. Il en ressort aussi des critiques sur mon égo et un tas de conneries.

Les gens ont le droit de le penser mais par respect, ils pourraient éviter certains billets ou commentaires.

Ils ont le droit de le penser même s ils ont tort, je fais mes billets politiques le matin, à froid (je les rédige dans le métro et je les publie du bureau après relecture quand j’ai fini de traiter les affaires urgentes - aujourd’hui, c’est la rentrée, c’est le bordel) et sans avoir bu. Mais peu importe.

Ils ont le droit de le penser, de moi comme d’autres blogueurs d’ailleurs, mais en lisant les billets, ils ne cherchent que des failles. Ils font le procès à charge avant d’avoir lu le billet. Et ils omettent le fait qu’on puisse avoir raison. Par manque de respect, ils en reviennent à ne pas savoir ce que pensent les gens tout en étant persuadés du contraire, ce revient à ce que je disais plus haut mais surtout, ils omettent le fait que l’autre puisse avoir raison. Et ils s’enferment dans un raisonnement crétin.

Tiens ! Une anecdote personnelle pour tacler mes copains de gauche, pour changer. Par le passé, j’avais été scandalisé par des propos du pape et j’en avais fait un billet. Quelqu’un m’avait alors répondu que critiquer les propos du pape était lui reconnaître une autorité… Du coup, j’ai changé d’avis. Effectivement, je n’ai strictement rien à cirer de ce que dit le pape (sauf dans des cas précis mais discutables) à titre personnel. J’ai lu un commentaire alors que j’aurais du l’envoyer chier… Par pur respect. Un type prend la peine de dire quelque chose, je prends la peine de le lire parce que je n’avais encore rien absorbé sur le thème : "un non catholique.doit-il s'occuper de ce que dit le pape ?"

Le respect sans jugement

L’anecdote a un rebondissement récent. Mon dernier billet porte sur le pape (il s’attaque au monde de la finance, le bougre). Du coup, j’ai des « protestataires laïcs » qui interviennent pour lui reprocher ses propos (qui sont pourtant assez gauchistes). De quoi se mêle-t-il ? semblent-ils dire… Du coup je leur réponds : « mais qu’est-ce que tu en as à foutre, tu le reconnais comme une autorité morale, maintenant ? » Par contre, ça m’intéresse beaucoup de savoir ce qu’une autorité morale dit à ses ouailles, alors j’écoute le pape en tant qu’autorité morale pour les électeurs catholiques. Je ne juge pas.

Ou alors, si je juge, c’est sur un point de vue politique. Par exemple, avec le mariage pour tous, le pape (ou plus précisément les autorités catholiques françaises) a une occasion inespérée de ressouder « ses équipes ». Ca n’est pas spécialement idiot de sa part de se rapprocher des catholiques de gauche par des propos frisant le trotskisme. Ou alors, c’est crétin de se fâcher avec une partie de la droite française alors qu’il a l’occasion de lutter avec eux… Chacun jugera…

Je parle souvent des nombreux procès de blogueurs qui sont faits dans Twitter ou dans d’autres blogs. Alors je juge moi-même les juges et ces autoprocureurs proclamés et je leur dis : vous feriez mieux de respecter ce que les autres ont à dire plutôt que de les condamner sur la voie publique.

D’autant que le jugement à l’emporte pièce décrédibilise toujours celui qui le fait.

Le respect en commentaire

J’ai activé la modération des commentaires de ce blog. Je supprime les commentaires qui me manquent de respect ou manquent de respect à d’autres commentateurs. Avant, j’avais une fâcheuse tendance à traiter leurs auteurs de trous du cul ou de connard mais « on » me le reproche. Certain en déduisent que je ne supporte pas la contradiction. Ils se plantent.

Je ne supporte pas :
-         d’une part ceux qui pensent que leur avis a plus de valeur que le mien (d'autant que c'est mon blog, bordel),
-         d’autre part ceux qui ne sont pas aimables avec les gens qui prennent la peine de commenter mes billets.
Pour le deuxième point, c’est une question d’ambiance, de savoir-vivre, de tenue de mon blog, … Le premier est plus intéressant et on en revient à ce que je disais au départ : certains gagneraient à tenter d’admettre que les autres ont des avis différents sans être nécessairement timbrés.

Le respect…

Je tiens un blog politique. On peut être d’accord ou pas avec moi, je m’en fous. Je fréquente toutes sortes de blogs politiques. Je peux être d’accord ou pas avec les gens. Je m’en fous. Les blogueurs politiques participent, à leur niveau, au débat démocratique. Ce débat doit être encouragé. Je défends les blogs depuis toujours. J’ai peut-être tort. Je m’en fous aussi. J’aime voir des gens exprimer des opinions.

Tout commentaire manquant de respect va dans le sens inverse de la défense des blogs et de l’expression de l’opinion. J’ai donc toutes les raisons valables de le supprimer sans le moindre état d’âme. C’est la liberté d’expression qui me pousse à la censure des critiques irrespectueuses. Faut le faire, non ?

Le respect exemplaire ?

Je ne prétends pas montrer l’exemple. J’ai même un blog où je tombe souvent sur le poil d’autres blogueurs et surtout de twittos. Souvent, j’ai raison de frapper : je suis publiquement insulté, je riposte. Parfois, j’ai moins raison : une personnalité est publiquement attaquée, je riposte alors que je devrais n’en avoir rien à foutre. Parfois, j’ai totalement tort. Ici, par exemple, je tombe sur le poil d’un lascar qui raconte des conneries dans Twitter. Les propos m’ont amusé et méritaient un billet pour rigoler mais j’aurais du masquer le nom et l’avatar du gugusse. Je n’ai rien de personnel contre lui.

Je ne prétends surtout pas avoir été spécialement exemplaire quand j’étais un jeune blogueur et je reconnais qu’il m’arrive de m’emporter. A contrario, avec l’expérience, on finit par se foutre d’un peu de tout.

Le respect

Il est temps de conclure. Le manque de respect :
-         fait qu’on se coupe des autres, de l’électorat, en ne comprenant pas ce qu’il a à dire,
-         fait qu’on fait des grossières erreurs en ne sachant pas écouter une contre-argumentation,
-         fait qu’on décourage les blogueurs d’exprimer leurs avis.

Il est temps de conclure mais je vais citer un dernier exemple. Lisez mes billets de novembre et décembre à propos de la construction de l’aéroport de Notre-Dames-des-Landes. Lisez aussi les commentaires qui essayaient de m’expliquer que j’avais tort et comptez-les.

Comptez ainsi ceux qui sont passés uniquement pour charger mes billets sans même s’intéresser à ce que je pouvais avoir dire. Sans le moindre respect pour les considérations des usagers potentiels de Notre-Dame-des-Landes. C’est affligeant. Un combat politique est mené par des militants politiques à partir des seules argumentaires fournis par le parti.

Et ils n’ont même pas le respect de laisser s’exprimer ceux qui ne sont pas d’accord avec eux.

Après, ils perdent les élections. C’est ballot. Le respect n’est pas rien. D'autant qu'on se retrouve après avec des aéroports un peu partout...

49 commentaires:

  1. "vous pouvez fouiller les archives de ce blog, je n'ai jamais traité Nicolas Sarkozy de nain ou de nabot. Je n'ai jamais critiqué ses tics. Je n'ai jamais de mal de sa compagne. J’ai critiqué ses discours, sa politique, … J’ai parlé d’erreurs qu’il faisait : porter « ostensiblement » des talonnettes montre qu’il veut cacher une taille dont je n’ai rien à cirer, par exemple."

    Alors là je maxiplussoie. Malgré tous vos défauts atroces, rédhibitoires et pire encore vous n'êtes jamais tombé assez bas pour cela.

    RépondreSupprimer
  2. En vrac :

    1. Je suis d'accord avec à peu près tout. (les trucs où je sais pas si je suis d'accord, c'est parce que j'ai pas tout compris. Mais je ne suis pas pape.)

    2. Je hais les blogs. C'est toujours trop long. Et entre deux analyses pertinentes, il y a toujours un paragraphe "Moi, je" qui me casse les bonbons.

    3. Je hais les blogueurs. Seul un blogueur peut faire un billet sur un tweet d'un connard dont personne à rien à foutre - ni du connard, ni du tweet, ni du billet (ceci était un commentaire général, sans rapport avec ce post.)

    4. Beaucoup de blogueurs écrivent très bien. Tu en fais partie (à mes humbles yeux), avec ton style original. Quand, pour beaucoup, le blog est un concours de rédaction et de concordance des temps, tu manies la belle langue et le gros mot avec une élégance que je qualifierais de protocoluchienne.

    5. Comme dirait ma tante, "Mais arrêtes de perdre ton temps sur l'ordinateur et écris un vrai livre. Je suis sûre que ce sera formidable."

    Très bonne année Nicolas. Tous mes voeux, notamment ceux de ma tante.

    RépondreSupprimer
  3. Les gens de droite se moquent rarement de la petite taille de François Hollande, en revanche ils se marrent bien du fait que presque tous les gauchistes ont traité de "nain" et de "nabot" un président, Sarko, à peu près aussi petit que l'actuel.

    Dans le registre de l'insulte et de l'attaque basse, l'antisarkosisme a quand même battu des records.

    D'ailleurs le respect, c'est une valeur de droite. Demandez à Cohn-Bendit.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Marco, voilà carrément le type de commentaire que je devrais virer. Mais il illustre tellement bien mon billet.

      D'une part, je pense que ma critique des blogueurs de gauche qui appelaient l'ex le nain est parfaitement claire. D'autre part, j'ai vu des blogs de droite qui se moquaient de la taille de Hollande.

      Surtout j'aurais du parler des commentaires hors sujet ou sur des bricoles. Enfin Cohn Bendit est clairement pour moi une référence pour beaucoup de choses mais pas pour les théories débiles sur les valeurs qu'on va laisser à des crétins.

      Supprimer
    2. les talonnettes , où sont les talonnettes ?

      Supprimer
    3. les talonnettes , où sont les talonnettes ?

      Supprimer
  4. Suzanne,

    Ah ! Merci !



    Elooooody,

    Oui, hein !



    Samuel,

    1 : ouf. C’est un billet de blogueur destiné aux blogueurs. J’aurais du le faire dans mon annexe mais je n’avais rien branlé aujourd’hui.

    2 :

    2.1 : oui, beaucoup de billets de blogs sont trop longs. Quand j’essaie réellement de faire un billet politique (ce qui n’est pas le cas ici), j’essaie de me limiter à l’équivalent d’un gros A4.

    2.2 : je trouve normal le « moi, je ». Je parle à la première personne parce que je donne mon avis. C’est ce qui diffère les blogs des médias traditionnels. Cela étant, tu as raison, cela exaspère les lecteurs.

    3 : je te comprends. Mais il faut lire ces billets entre les lignes. Ils portent sur l’état de la blogosphère et des réseaux sociaux plus que sur le fait initial. Quand un type dit une connerie sur un de mes billets dans Twitter, j’aime bien un faire profiter le monde entier (les 100 lecteurs de mon annexe, en fait…) pour montrer cette facette des réseaux sociaux…

    4 : merci vil flatteur. A l’époque où mon blog était premier du classement machin, j’avais souvent des jaloux qui le critiquaient en disant que j’écrivais avec des pieds. Ca m’amusait de leur démontrer qu’au moins, il était lisible… Beaucoup de blogs politiques sont beaucoup trop chiants.

    5 : non. Je blogue à propos de l’actualité. En faire un livre n’aurait aucun sens.

    Encore merci, bonne année à toi aussi. La bise à Tata.

    RépondreSupprimer
  5. Le RESPECT.

    Vaste programme vers lequel nous semblons revenir chez nos dirigeants. Lorsque j'ai abordé la blogosphère, souvent comme lecteur et quelques fois comme commentateur, j'ai été horrifié par certaines réactions insultantes (du genre : t'es un connard parceque tu es médecin par ex.) alors j'ai choisi mes lectures.

    C'est vrai que nous sommes chez vous, Nicolas, et c'est la première des raisons qui obligent à nous essuyer les pieds sur le paillasson avant d'entrer ce qui bien sûr n'oblige et rien à être d'accord sur tout.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci. Pour rebondir sur le dernier paragraphe, je supporte très bien la contradiction si elle est faite respectueusement.

      Supprimer
  6. Je confirme que le présent taulier n'a jamais (en ma présence tout du moins) traité le président Goux de gros alcoolique mal embouché. Ce qui est à porter à son crédit car, son génie mis à part, le président Goux était effecrtivement un gros alcoolique mal embouché – heureusement, les électeurs y ont mis bon ordre et l'on vite fait bien fait renfermé dans son tonneau, dont il n'aurait jamais dû sortir.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Goux est Président hors de l'asile, maintenant ?

      Supprimer
    2. Mais oui, je vis dans le monde normal, maintenant ! J'y ai même une très belle suite aux murs entièrement capitonnés et le personnel – très stylé, vraiment – arbore d'irréprochables blouses blanches. La seule chose qui m'étonne, ce sont ces espèces de grosses chemises de toile à manches cousues sur le ventre qu'ils tiennent absolument à me faire porter…

      Supprimer
    3. C'est pour que vous ne preniez pas froid. Ils vous attache les mains pour que vous n'ouvriez pas les fenêtres.

      Supprimer
  7. Le respect vient du latin respicere signifiant « regarder en arrière ». Ce qui n'est pas forcément le réflexe du blogueur qui est un peu disons collé au guidon....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui. Regarde Pierre (pas toi !), il est incapable d'écouter ce que je lui dis donc il revient et se fait supprimer la moitié de ses commentaires.

      Supprimer
    2. Ah Ben tu ne peux pas regarder, suis je bête. J'ai supprimé son commentaire.

      La dernière sortie de ce connard : me dire comment gérer mon blog sans même se rendre compte qu'il est évident que je sais mieux que lui gérer un blog. Ce crétin ne se rend pas compte à quel point il est significatif du manque de respect rien qu'en se croyant supérieur aux autres.

      Supprimer
    3. Oui, c'est comme s'il venait chez toi pour l'apéro en te disant que tu devrais changer ton papier peint ! Quand on vient dans un blog, il faut un peu de tenue, de politesse, on essuie ses pieds sur le palier.

      Supprimer
    4. Il faut un peu de tenue pour fréquenter un blog, question d'éducation !

      Supprimer
    5. Oui. C'est tout à fait ça.

      Supprimer
  8. Brillante chute ! que celle de ce billet. Sinon, je ne sais pas si c'est moi, mais j'ai l'impression que tu fais de plus en plus de billets d'humeur. Ce qui me convient parfaitement, vu que j'adore ta façon pertinentes d'utiliser les insultes...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci et tout ça.

      Deux réponses :

      1. L'actualité politique est chiante et la période de prête à ce genre de billets.

      2. Il y a derrière une vraie réflexion à propos de la blogosphère politique. Ce n'est pas un billet d'humeur mais un billet parfaitement réfléchi. D'ailleurs c'est un truc auquel j'ai pensé hier, que j'ai rédigé ce matin dans le métro et j'ai pris du temps sur ma pause déjeuner pour fignoler.

      Je résume : la droite est parfaitement organisée sur le web autour de gros sites tels qu'Atlantico, Opposition Républicaine,... Ils passent pour des blogs et les blogs individuels sont noyés dans la masse. Le public est perdu et des meutes de commentateurs et blogueurs idiots apparaissent pour donner du poids au tout et marginaliser "l'expression citoyenne".

      Le phénomène n'est pas observable que sur les blogs de gauche. J'ai des contacts très positifs de blogueurs de droite ou centristes.

      Ce que j'appelle ici "le respect" n'est qu'un élément du puzzle. Il fait que le dialogue puisse se poursuivre dans les blogs individuels et ça ne peut passer que par un respect réciproque entre blogueurs. Il y a deux ans on s'engueulait joyeusement mais respectueusement.

      Tout a bien changé rapidement. Il est très difficile de d'analyser soi-même mais on peut regarder le comportement des autres. Prends Corto, par exemple, qui aurait pu être le destinataire de ce billet s'il n'était pas neuneu. Je fais un billet critiquant les blogs de droite cas réaction est complètement démesurée ! Il y a deux ans il m'aurait répondu point par point en commentaire. A force de pression dans les réseaux sociaux il a pété une Durit ! Et il en oublié le respect.

      Pas grave mais il tues le dialogue, le débat et les blogs.

      Supprimer
  9. Mouarf ! J'ai viré le com de Falconhill. Saloperie de modération. Le voilà :

    Pas grand chose à te dire suite à ce billet (même rien). Sinon te dire merci de l'avoir écrit.

    Bonne soirée

    RépondreSupprimer
  10. Ah merde ! J'ai aussi effacé le commentaire de Grandpas. Le système de modération est mal branlé. Je le remets :

    Le respect, vaste sujet et ce n'est pas derrière un clavier que l'on peut en discuter.

    C'est "Man to Man " que l'on sait si le respect existe et point barre.

    Si derrière l'écran, tu es et je suis, des gros cons dans la vie de tous les jours t'es un mec correct sauf après 20 litres de boissons alcoolisées mais là on est tous les mêmes.

    Maintenant, il y a des mecs de droite qui sont encore plus infréquentables que certains gauchistes sans parler des catholiques de gauche qui s'auto-flagellent sans qu'on leurs demande.

    Le pied c'est d'être inclassable car on peut emmerder tout le monde et renvoyer dos à dos les purs et durs.

    Lâcheté diront certains mais on leurs pissent à la raie du cul, on s'en tape.

    Pour terminer, on n'emmerde pas un gros con qui dort car une fois réveillé, il fait passer Terminator pour un enfant de choeur.

    Vive Gambrinus

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu soulignes un point important : je suis le premier à organiser des rencontres de blogueurs. C'est une des conditions pour le respect.

      Cela étant tu n'es pas inclassable. Tu es un gros con qui n'hésite pas à sortir tes préjugés en prétendant ne pas en avoir. Respecte les cathos de gauche, par exemple, et tu auras le droit de venir en deuxième semaine.

      Tu es le type même de la raclure incapable d'avoir le moindre respect. Tu es donc le type même des connards qu'on doit virer des blogs.

      Ce qui m'étonne c'est qu'un tel gros con puisse s'imaginer être crédible en se prétendant plus intelligent que tout le monde sans avoir peur du ridicule. Ça me laisse sur le cul.

      Supprimer
    2. Merci de me traiter avec autant de respect, je n'en attendais pas moins.

      Pourrais tu me faire une liste de mes préjugés quant à être crédible, je m'en tamponne et sur le fait d'être intelligent, je ne ai pas ta prétention.

      Les cathos de gauche sont des moralistes à deux sous qui sous des travers de respectabilité sont de misérables hypocrites.

      Pour ton cul fais gaffe en 2013 tu vas lui tombé dessus plusieurs fois.

      Vive Gambrinus

      Supprimer
  11. J'ai du écrire une ou deux fois Nicolas Sarkozy à la place de Talonnettes, pas plus.

    RépondreSupprimer
  12. Relire les commentaires des connards qui se croient tout permis, à ce billet, me met en joie. Ils ne comprennent rien, c'est un bonheur ! Et ils vont continuer à se croire intelligents quand ils émettent des opinions politiques.

    RépondreSupprimer
  13. Décider de tenir un blog, surtout politique, c'est nécessairement s'exposer à la contradiction (à moins de tenir un blog sans commentaires, pourquoi pas?Le blogueur serait d'ailleurs ainsi certain que les visiteurs n'y viennent que pour le lire, pas pour s'exprimer eux-mêmes -parfois même sans l'avoir lu, ou en l'ayant lu en diagonale).

    Que penser des blogueurs/blogueuses qui censurent les opinions courtoises mais argumentées qui les contredisent -surtout si elles sont argumentées? Il y a là une grande incohérence, pour le moins.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Élie, il n'y a aucune incohérence. Chaque taulier fait ce qu'il veut. Par exemple, mon blog est un blog de gauche. Si un libéral utilise mes commentaires pour faire sa communication, je peux le virer. Je n'ai pas à l'aider à communiquer.

      Par ailleurs, le non blogueur n'a pas à juger de ce que doit être ou pas un blog. C'est quand même fort. Bloguer n'est pas que exprimer des opinions. C'est plein de chose comme entretenir des relations avec d'autres blogueurs, faire sa propre promotion, ... Je ne dis pas ça pour être grossier mais j'en ai vraiment marre de ces types qui viennent me donner des conseils sans connaître.

      Supprimer
    2. Élie, finalement ce n'est pas une question de courtoisie mais vraiment de respect. Regardez le Marco Polo, ci-dessus. Il ´'est pas discourtois, il fait un commentaire sur un détail sans intérêt.

      Supprimer
    3. Je ne vous donnais aucun conseil, je vous posais une question.

      Ce ne doit pas être évident, de trouver la bonne formule pour les commentaires, entre:

      -éviter qu'ils ne deviennent un lieu d'affrontement gauche/droite, socialistes/libéraux, PS/UMP, etc., ce n'est pas l'endroit;

      -aboutir à des commentaires sans contradictions, réservés aux groupies, d'un unanimisme lassant ("L'ennui naquit un jour de l'uniformité")et confinant au cirage de pompes.

      D'où la re-question: pourquoi pas des blogs sans commentaires?

      Supprimer
    4. Elié, c’est moi qui ne dois pas formuler la bonne réponse. C’est presque vous qui le faites, d’ailleurs, avec « la bonne formule ».

      Je vais approfondir les deux points, quitte à être un peu long.

      Le premier : « éviter qu'ils ne deviennent un lieu d'affrontement gauche/droite, socialistes/libéraux, PS/UMP, etc., ce n'est pas l'endroit »

      On est d’accord. Il y a d’ailleurs plus d’affrontements possibles, rien qu’avec toutes les tendances du PS et la gauche de la gauche… Le problème c’est que certains ne s’en rendent pas compte. Si je fais un billet un peu économique, un tas de commentateurs libéraux vont intervenir et ne me lâcheront pas la grappe si je ne dis pas que je suis d’accord avec eux. Ils vont donc me bassiner avec leur doctrine libérale que je connais peut-être, d’ailleurs, aussi bien qu’eux. Ils ne comprennent tout simplement pas que l’on puisse ne pas être d’accord. Je leur demande gentiment d’arrêter, ils continuent. Je suis obligé de les foutre dehors.

      On peut tourner en rond pendant des heures, je préfère arrêter, d’autant que ça décourage mes autres commentateurs (notamment ceux qui sont abonnés aux commentaires par mail). En outre, ce n’est pas intéressant : je connais leurs idées, ils connaissent les miennes et basta.



      Le deuxième : « aboutir à des commentaires sans contradictions, réservés aux groupies, d'un unanimisme lassant ("L'ennui naquit un jour de l'uniformité")et confinant au cirage de pompes. »

      On est d’accord aussi. La blogosphère a changé depuis que j’ai commencé à bloguer. Au début, si quelqu’un n’était pas d’accord avec un de mes billets, il faisait un argumentaire point par point sur son propre blog et me laissait un commentaire ici pour signaler le billet s’il n’était pas sûr que je le vois (je suis abonné à plein de blogs, je vois donc quand on parle de moi). C’était le bonheur, on avait un vrai débat de blog à blog et dans les commentaires on papotait entre pote. A noter qu’une des raisons pour lesquels mon blog a été longtemps premier, c’est parce que j’aime cette pratique. La moitié de mes billets commencent par « Mon copain machin a dit ça sur son blog » et je pars dessus.

      Maintenant, vous vous faites incendier dans Twitter.

      Ainsi, « dans le temps », on avait effectivement des commentaires uniquement sur le ton de la discussion et j’aimais bien ça, un peu comme ici avec une majorité des gens.

      N.B. : Maintenant, le débat se passe dans Twitter et les commentateurs de blog ont changé. Ce sont des gens qui ont été habitués à commenter les sites d’information et ne voient pas la différence entre un blog (un espace privé ouvert au public) et les sites d’information qui gagnent de l’argent en fédérant les commentateurs qui ronchonnent : allez lire les commentaires du Figaro ou du blog de Rioufol ! D’ailleurs, même chez Sarkofrance, on trouve un paquet de tarés.



      Alors le taulier du blog doit se débrouiller, identifier les gens, … Un type qu’il ne connaît pas se pointe pour commenter, il devient sur les gardes, presque hostile ! Même si le type est favorable, il va suspecter un foutage de gueule. « Marco Polo » arrive : je le connais, je le croise souvent chez Didier Goux mais il ne m’intéresse pas. Néanmoins, je lis ce qu’il a dire. « Grandpas » arrive, il commente souvent. Je laisse passer, je lis si j’ai le temps : il se rend ridicule tout seul. Enfin, « Elie Arié » arrive : je le connais, je l’ai déjà croisé dans les commentaires de chez mon copain Sarkofrance où il n’est pas hostile, je sais que, si j’ai le temps, je peux avoir une conversation avec lui, je laisse passer et je réponds.



      Voila, le taulier se débrouille avec son instinct. Personnellement, je n’aime pas censurer (pour des raisons compliquées : je n’aime pas censurer sans expliquer au type pourquoi je censure or, lui expliquer revient à lui donner raison : on censure pour ne pas dialoguer avec un connard et on est obligé de lui adressé la parole). Je connais des gens que ça ne dérange pas, ils font ce qu'ils veulent.

      Supprimer

    5. Par ailleurs, un détail : un blog est un espace de communication, ce n’est pas qu’un salon de discussion. Je diffuse ma propagande antilibérale ou autre : « je » n’ai pas à servir de moyen de communication à la partie adverse…

      Enfin : « D'où la re-question: pourquoi pas des blogs sans commentaires? » Mais pourquoi pas. Je n’en vois pas l’intérêt dans ma conception du blogage (voir ci-dessus). Mais un blogueur politique militant pourrait vouloir diffuser des billets sur son blog comme il met des tracts dans des boites à lettre… On voit de tout chez les militants…

      Supprimer
  14. Salut,

    Le manque d’écoute c'est un peu le lot de toutes conversations politiques entre personnes de bords différends. Le type d’échange qu'on trouve dans les blogs ne fait qu'amplifier le phénomène. Bon courage pour te faire respecter ici ou ailleurs sans modération.

    Bonne année.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci. On est d'accord.

      Mais quand on est blogueur, on a le devoir d'écouter l'autre. Sinon c'est crétin d'avoir un blog.

      Supprimer
  15. J'ai tout bien lu.

    Modérer, c'est être libre.
    J'ai pris cette résolution "liberté" pour 2013.
    C'est dans mon "forfait taulier de blog", illimité 24/7 . ..

    RépondreSupprimer
  16. Monsieur JeGoun,
    Sachez que j'ai beaucoup aimé votre billet. Savoureux, très savoureux et vraiment formidable
    Surtout que pour ma part, en des temps très anciens, j'avais essuyé des "connard" et autre "andouille" de Qui-vous-savez.
    Respectueusement vôtre.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Heu... Tu vas me faire le procès encore longtemps pour cette histoire ? Pauvre nasillon.

      Supprimer
  17. Bah, je passerai sur ce respectueux "nasillon". J'aurai été bcp plus fâché si tu avais écrit "nazillon".
    Pour moi, en tout cas, l'histoire se clôt ici.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne l'ai pas écrit avec un z, volontairement. Il serait en effet temps que cette histoire ce termine.

      Tu ne comprends donc pas que le manque de respect n'est pas l'injure mais de faire chier un type comme tu l'as fait avec moi... et que tu continues à le faire.

      Supprimer
  18. Je viens de rechercher ce billet. Tu auras une alerte dans tes mails. C'est pour un billet.

    Et une philosophie aussi : il était bien ton billet :)

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.