14 janvier 2013

Clairvoyance et manifestations...

Les blogueurs de droite ayant participé à la manifestation sont contents et en font des billets, comme Lo Froufrou. Ils estiment que la manifestation est un succès. Je les comprends. J’ai toujours considéré que les manifestations auxquelles j’ai participé étaient un succès. J’ai toujours été impressionné par la foule. Ma première grosse manifestation était en 1994, contre la révision de la loi Falloux sur le financement de l’école privée. On était un million selon les organisateurs et 260 000 selon la police. A l’époque, je crois me souvenir qu’on disait qu’on était 1,4 millions. Finalement, on était probablement à peu près autant que les manifestants d’hier.

Le 23 août 1996, des sans-papiers avaient été expulsés de l’église Saint Bernard. Une manifestation spontanée s’était déclenchée et Gaël m’y avait trainé. On avait l’impression qu’on était des centaines de milliers, tant la foule était dense. On était excité comme des puces. On avait marché jusqu’au centre de rétention de Vincennes et les CRS nous avaient chassé à coup de bombes lacrymogènes. On se donnait l’impression de refaire une prise de la Bastille. C’était géant : nous allions faire tomber le centre de rétention. La presse, le lendemain, n’en parlait qu’à peine. Aussi bien, nous n’étions que quelques milliers.

Voilà ce qu’ose déclarer Corto dans son billet, en critiquant le fait que je l’ai qualifiée de flop : « Coupons la poire en deux et balançons le chiffre de 500 000 personnes, cela n'en demeurera pas moins la plus grosse manifestation organisée depuis plus de 30 ans ! » Corto a oublié de préciser un détail, dans sa phrase : c’est la plus grosse manifestation organisée par la droite depuis 30 ans.

Il devrait lire lebillet de Gaël : « votre promenade dominicale ne représente rien contre les 3 millions de manifestants contre la réforme des retraites en 2010 ou bien les encore 3 millions contre le CPE en 2006. ».

Mon billet d’aujourd’hui est commenté par un lascar : « C'est marrant, ça. Quand le gouvernement ne dit rien, vous affirmez que la manif fait un flop. Quand la presse de gauche et le gouvernement reconnaissent que la manif est un succès, parce que c'est l'évidence, vous admettez que c'est le cas. Dans le genre pas contrariant et gentil toutou à son maîmaître, vous vous posez là. » On croit rêver. Je veux bien reconnaître le droit de Corto d’écrire une grosse bêtise. Je veux surtout reconnaître mon propre droit à exposer des sentiments dans mon blog. Mon sentiment était hier soir que la manifestation n’était pas aussi importante que ce à quoi je m’attendais. J’avais peur que les manifestants dépassent le million, qu’elle se transforme en une vaste manifestation de protestation. A l’heure où j’ai fait mon billet, vers 18h30, les informations disponibles disaient que la police estimait le nombre de participants à moins de 300 000, voire à environ 100 000 selon les sources. Mon billet était basé sur le « live » du Figaro, annonçant 300 000 personnes. A 20h30, deux heures après mon billet, la Croix annonçait encore 600 000 participants.

Lo Froufrou commente chez moi, aussi : « Je comprends que tu n'approuves pas cette manif, mais il faut admettre qu'elle a été un succès. Ce serait une erreur grossière de la part du gouvernement de s'asseoir dessus. J'espère qu'il sera assez sage pour ne pas s'aveugler. » Il est faux de dire que je n’approuve pas la manifestation, c’est son objet que je n’approuve pas. En 1994, le Gouvernement avait maintenu le texte (mais le texte a été vidé d’une partie de son contenu par le Conseil Constitutionnel). Celui-là sera maintenu. Il y a eu des millions de personnes dans la rue pour les retraites, la réforme a été maintenue. Le CPE avait été maintenu par la droite (une autre loi avait été faite un mois plus tard pour le casser).

Les commentaires des gens m’interpellent. Jacques Etienne, par exemple, dit, chez Corto, en parlant de moi, je suppose : « Voyons, Corto ! Ça vous étonne vraiment que celui qui considère la politique de Hollande comme un succès considère la manif comme un flop ? C'est une question de clairvoyance... » Une question de clairvoyance ? Où ai-je écrit que la politique de Hollande était un succès ? J’ai uniquement dit que j’étais favorable à sa politique. On verra le succès à l’usage. Tant que je suis dans les commentaires de Corto, voilà ce qu’il répond à Suzanne : « Quant à penser comme jegoun... hein... non tout de même pas. Son billet de ce matin sur le flop supposé me conforte dans l’idée qu’il est complètement à la ramasse. » Mon billet n’est pas de ce matin mais d’hier en fin d’après-midi.

Je lis aussi les commentaires chez Homer. Tizel nous dit, à juste titre : « Tout le monde campe sur ses positions, sourds aux préoccupations et inquiétudes des autres. Et chacun finit par se balancer des noms d'oiseaux à la figure. »

Je comprends que les manifestants qui ont lu mon billet ce matin en soient fâchés et j’en suis bien désolé mais, objectivement, à l’heure de mon billet, hier, soir toutes les sources d’information à ma disposition laissaient entendre qu’il s’agissait bien d’un flop. Les deux photos illustrant ce billet tournaient sur Internet et « prouvaient » qu’il était impossible d’estimer la foule à plus de quelques centaines de milliers de personnes.

Si on pouvait arrêter les noms d’oiseau.

Authueil, par exemple, fait un long billet à propos de cette loi même si je ne suis pas vraiment d’accord avec lui, son analyse est intéressante ce qui nous change des braillards… Néanmoins, dans son introduction, il rejoint Tizel : « Enfin, je refuse de m'engager dans ce que l'on ne peut pas appeler un débat, mais un combat de rue, où chaque camp est crispé sur ses positions. Il n'y a aucun dialogue, mais des échanges d'invectives, où la mauvaise foi et la bêtise sont à peu près également partagées. » Et aussi : « En fait, François Hollande a remobilisé la droite conservatrice. Il va en payer le prix tout au long de son mandat, car si c'est la droite dure qui prend le leadership de l'opposition, on va vers un quinquennat d'affrontements et de violence politique dont personne, et certainement pas le pays, ne sortira grandi. Pour un président que se voulait "normal" et "apaisant", c'est un bel échec. »

C’est amusant de constater que la droite molle est coulée… Cela étant, les cinq années vont être très longues.

La droite quand elle était au pouvoir n’a pas manqué de dire que ce n’était la rue gouverne. Vous étiez nombreux dans la rue ? Très bien. Faites-vous plaisir.  On l’a fait avant vous.

De la clairvoyance, qu’il réclame, Jacques…

28 commentaires:

  1. Oui, succès, échec ? je pense que l'un dans l'autre, ce qu'ils annoncent comme un "triomphe", est ni plus ni moins ce qui était attendu, vu les préparatifs depuis perpèt : 500000, 600000, ce qui fait déjà pas mal, je le conçois.
    ceci dit, niveau "image", ce qui s'affichait en boucle sur BFM et Itélé (quand les gens ne défilaient pas derrière un journaliste), c'était une sorte d'image extrèmement trouble, vu des arbres, qui "semblait" montrer une foule (avec les branches au milieu) mais franchement pas clairement(il était où le technicien, à la manif ?). Il y avait une sorte de rumeur, extrêmement récurrente, qui stipulait qu'il y avait un contrôle sur les images à refiler aux médias, qu'en est-il ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas entendu. Ça m'étonnerait mais ça se fait lors des meetings politiques : seuls les partis diffusent les vidéos. Je me rappelle d'images d'un meeting de Sarkozy qui montraient une foule très dense mais des photos "pirates" montraient des zones vides.

      A noter que ça m'avait la même impression lors du meeting de Hollande à Vincennes. La foule semblait tassée pour faire joli dans les médias.

      Supprimer
  2. Je m'excuse j'étions énervé :)

    RépondreSupprimer
  3. Corto est zinzin. Pourquoi lui répondre?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne lui réponds pas. J'illustre le manque de clairvoyance.

      Supprimer
  4. Echec ? Pas échec ? ça ne servait surtout à rien. Je n'ai pas changé d'avis, je suis toujours contre, mais m'imaginer défiler avec Copé, Gollnisch, Corto et ses copines...comment dire ? Cela dit, franchement, ça avait l'air plutôt bon enfant et le cortège qui partait de Place d'Italie était quand même impressionnant. Il me semble évident qu'il y avait plus de 300 000 personnes. Bon, donc, j'étais aussi bien au ciné avec mes gosses... Comme je l'ai aussi dit, je serais prêt à m'asseoir là-dessus si le gouvernement se décidait à se sortir les doigts du Fillon et à faire - enfin - une politique de gauche. Qu'ils fassent leur loi pour les trois péquins que ça concerne et quand tout sera bouclé, qu'ils s'occupent un peu (ce sera pas trop tôt) des millions de personnes qui vivent sous le seuil de la pauvreté...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bah ! C'était sûrement bon enfant...

      Supprimer
  5. Merci Nicolas de ce billet apaisant. Ça fait plaisir de voir qu'on peut encore causer calmement. C'est réconfortant.
    Je ne vois pas ce que ça apporte de traiter corto de "zinzin", ni d'imaginer que je puisse avoir pris plaisir à défiler à côté de crapules telles que Copé ou Gollnisch. Je ne les ai pas vus. Ils auraient été bien inspirés de rester chez eux: leur présence décrédibilisent cette manif plus qu'autre chose. Le commentaire de Dorham le démontre.
    Bref, nous verrons bien ce qui s'ensuivra de tout cela.
    Je ne crois pas qu'il soit anodin de voir autant de gens, si divers, descendre dans les rues en plein mois de janvier dans le froid. Il se passe quelque-chose dans les esprits: de l'ordre du ras-le-bol et de la volonté d'être entendus, après des années de surdité gouvernementale. Sarkozy n'était pas tellement meilleur que Hollande dans cet exercice. C'est une illusion de penser que ce rassemblement était limité aux tenants de la vieille droite. Même si elle était présente, toutes sortes de gens se trouvaient là. Calmes, amicaux, ouverts, TRÈS nombreux, déterminés à être entendus.
    Pourquoi minimiser et ne pas ouvrir les yeux et les oreilles?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. De rien.

      Personne ne minimise. La gauche ne va pas revenir sur son programme parce que la droite était sourde.

      Supprimer
    2. Raaaa ! Mais pourquoi la droite, hein ? Purée, mais la droite n'a pas le monopole de la famille. Parce que je ne suis pas favorable au mariage gay, que je trouve grotesque, je deviens de droite ? Je suis certain que dans cette manif, il se trouvait un grand nombre de gens ayant voté Hollande...

      Supprimer
    3. Ah... si autant de moyens pouvaient être mis en oeuvre pour relancer l'économie de notre pays et éradiquer le chômage...

      Supprimer
    4. Parce que je ne suis pas une majorité, je ne compte pas ? D'accord, alors puisque cette Loi profitera à une minorité, on peut laisser tomber ?

      Supprimer
  6. Je ne vois pas non plus ce que ça apporte de traiter le mariage gay de mariage zinzin....

    RépondreSupprimer
  7. Restons sur 500 000, tiens. Il me semble aller de soi que ce qui serait un chiffre “normal” pour une grande manifestation de gauche devient un chiffre “important” dans le cas de gens de droite, dont le moins que l"'on puisse dire est que la manif de rue n'entre pas vraiment dans leurs réflexes politiques naturels – en tout cas depuis le début de l'après-guerre.

    D'autre part, Dorham a raison : ramener cette question à un simple affrontement gauche vs droite ne rend pas compte de la réalité.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si un peu ! (Pas le temps de papoter. Désolé !)

      Supprimer
    2. "Si un peu !"

      Non, pas du tout...

      Supprimer
    3. Sauf à nier que des gens comme moi existent... Ce qui ne serait pas très sympa...

      Supprimer
    4. Ce que je voulais dire est qu'à ma connaissance tu n'as pas participé à la manif. A gauche les gens sont largement favorable au mariage. A droite ils sont largement opposés. Mais ça ne veut pas dire 100%.

      Supprimer
  8. Le champs de mars fait environ 240000m² avec 2 personnes au mètre carré en visant très large on arrive presque à 500000 donc ça n'est pas déconnant.

    Mais contre un projet sociétal, donc des gens qui ne viennent pas défendre leur bout de gras, qui auraient pu rester au chaud et qui en plus ne sont généralement pas très enclin à manifester, il faut bien avouer que la mobilisation a été forte.

    Conclusion les gens qui sont vraiment contre sont très déterminés et doivent être respecter dans leurs convictions.

    Cela dit la démocratie a déjà tranché.

    Le projet passera et sera appliqué.

    J'ai la conviction que ça ne changera pas grand chose et que c'est beaucoup de bruit pour rien.

    RépondreSupprimer
  9. Dorham, Didier, Thierry,

    Ne coupons pas les cheveux en quatre : dans mon billet de dimanche à 18h30, je me suis basé sur des informations erronées. Oui, 500 000 personnes étaient probablement présentes mais j’ai vu des gens démontrer qu’il y en avait 2,1 millions, alors…

    Oui, c’est un beau résultat pour une manifestation de ce type. Il est probable qu’il y aura moins de personnes à la manifestation du 27 janvier, celle des « pour », parce que c’est moins mobilisateur et il n’y aura pas d’organisation religieuse derrière. Le texte devrait passer…

    On peut considérer que ce n’est pas une manifestation de droite si on veut. Il n’empêche que le Président de l’UMP était présent, tout comme une grande partie de son staff. Je suppose qu’une grande partie des manifestants était de droite, ce n’est pas grave. Pas tous, certainement, mais je ne vois pas beaucoup de monde aller manifester contre l’application d’un engagement du Président pour lequel ils ont voté. Et pour lequel des gens de droite ont probablement voté aussi, pour éliminer Nicolas Sarkozy.

    RépondreSupprimer
  10. Amusante la citation d'Authueil "si c'est la droite dure qui prend le leadership de l'opposition, on va vers un quinquennat d'affrontements et de violence politique dont personne, et certainement pas le pays, ne sortira grandi."

    Il préférerait que la gauche soit un peu moins à gauche histoire que la droite soit un peu moins à droite, c'est bien ça ? Je pense plutôt que cette dérive radicale est le problème de la droite et d'elle seule. On voit très bien ce qui se passe aux USA par exemple, où à chaque fois qu'Obama fait un pas vers les Républicains pour arracher des compromis, ces derniers reculent vers encore plus d'extrémisme. Laissons-les s'exciter et appliquons le programme pour lequel on a voté.

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.