09 janvier 2013

Virgin et le Gouvernement dans ce monde qui bouge

S’il y a quelque chose qui me gène, au fond, avec le Gouvernement actuel, c’est l’impression que ses membres interviennent pour un oui ou pour un non sur des sujets qui les dépassent donnant une impression de mélanger tous les sujets et de ne pas comprendre le monde qui évolue. On nous dit souvent qu’il faut faire preuve de pédagogie mais là, c’est mal barré.

Une des informations politiques du jour est le dépôt de bilan pour Virgin. Je ne m’intéressais pas spécialement sujet : j’ai un abonnement Deezer premium compris avec mon forfait téléphonique… que je n’utilise pas, n’écoutant jamais de musique. Toujours est-il que les leftblogs discutent de ce sujet et les premiers billets sortent progressivement. El Camino, par exemple, a fait le sien et constate notamment deux éléments à propos du discours d’Aurélie Filippetti. Cette dernière a déclaré que Virgin était soumis à une concurrence déloyale d’Amazon, d’une part, et que la fiscalité des entreprises installées à l’étranger les avantageait.

La Ministre a lié les deux problèmes et c’est une erreur grave.

Amazon et Virgin n’ont pas le même métier. Amazon est une entreprise de vente par correspondance. Les clients commandent sur Internet, des robots préparent des colis et les expédient. Virgin est un « commerce de proximité ». Des vendeurs installent des machins dans des rayons, des clients passent les prennent puis vont payer à des « caissières ».

Comme le souligne El Camino, les dirigeants de Virgin ont fait une erreur stratégique en voyant se développer une concurrence nouvelle sans réagir : ils étaient cuits d’avance. La concurrence n’a rien de déloyale : le progrès technologique fait que les métiers changent. Aux industriels de réagir.

Notons qu’en plus, Amazon subira de plus en plus de concurrence d’Apple et de Google avec le téléchargement de musique et de livre mais aussi de machins comme Deezer et tous les lascars qui font du streaming mais aussi d’autres trucs qui font payés la musique en streaming par la publicité. La part de marché du numérique représente désormais 30,4% de la totalité du marché de la musique enregistrée et fatalement, à terme, la musique « numérique » dépassera la musique « enregistrée ». L’industrie du livre suivra, d’ailleurs…

Dans la mesure où les métiers ne sont pas les mêmes, la différence de fiscalité n’a rien à voir dans le problème de Virgin qui a fatalement une plus grosse part de charges liées aux salariés qu’Amazon.

Madame Filippetti aura beau dire qu’Internet tue des emplois, ce qui n’est d’ailleurs par vrai (Internet est peut-être, finalement, le domaine le plus créateur d’emplois), ça ne changera rien au problème : dans cinq ans, on n’achètera plus un CD aux petits-neveux pour Noël mais on leur filera un code qu’on aura payé pour qu’ils puissent télécharger un album sur leur iPhone (ou autre).

Dans ce dossier, il nous faudrait aussi évoquer les spécificités culturelles françaises, tant qu’à évoquer la fiscalité mais j’ai la flemme.

Par contre, le problème de fiscalité est bien réel… mais pour des entreprises faisant le même métier. Par exemple, FNAC (pour son site web) est en concurrence avec Amazone et pourrait souffrir de différences de fiscalité.

Je parlais d’Aurélie Filippetti à titre d’exemple. La semaine dernière, nous avons Fleur Pellerin qui est intervenue dans a bataille entre Free et Google. Plus récemment, Najat Vallaud-Belkacem qui a voulu convoquer Twitter pour cette histoire de propos antisémites. Nous avons bien des ministres qui interviennent à tour de bras mais qui donnent plus l’impression de mouliner de ces mêmes bras que de faire réellement quelque chose.

J’accusais notre Ministre de la Culture de faire un amalgame. Je vais en faire d’autres à sa place. Tout d’abord elle et Mme Vallaud-Belkacem ont le même problème : Twitter et Amazon ne sont pas des sociétés de droit Français et de fiscalité Française mais elles interviennent sur notre territoire.

On pourrait poursuivre le raisonnement beaucoup plus loin. On gueule tous contre Free qui se bat avec Google et coupe des sites web de son dernier. Mais d’un autre côté, on va gueuler contre Google qui va concurrencer, par son énormité, des sites Français qui subissent une fiscalité plus lourde que Google. Donc Free en coupant l’accès à des services pourrait rendre service « à la fiscalité Française ». Les trolls libéraux sont invités à ne pas déformer mes propos : je n’ai rien préconisé. Je vais le dire autrement : on est tous attaché à la neutralité du net mais si Internet fait baisser notre niveau de protection sociale à cause du commerce International, je ne tarderai pas à l’asseoir sur la neutralité du net. Les trolls geeks sont invités à ne pas déformer mes propos : je n’ai rien préconisé.

Toujours est-il qu’on se retrouve avec tas de problème sur les bras !

Petit 1 : 1000 braves gens de chez Virgin vont se retrouver au chômage

Petit 2 : le progrès technologique détruit de l’emploi.

Ah merde ! En fait, c’est très bien. Ce ne sont des emplois pénibles qui disparaissent. Par contre, la société doit assumer… (redistribution des richesses, diminution du temps de travail pour une meilleure répartition, aide à la mutation vers de nouveaux métiers, …). Et ce n’est pas Internet qui détruit de l’emploi contrairement à ce que laisse entendre le Ministre. En l’occurrence, la spéculation immobilière a sûrement fait plus que tout le reste contre Virgin… Mais aussi le fait que Virgin ait loupé le virage Internet… (on trouve assez facilement des articles éloquents).

Petit 3 : le progrès technologique détruit de l’emploi, certes. Mais ce n’est pas spécifique à la France. Donc tout ce qu’on pourra faire ici revient à pisser dans un violon du fait de l’internationalisation des échanges.

Amazon est un bon exemple : on a une entreprise de vente par correspondance qui vient de l’étranger et qui concurrence le commerce de proximité (ou le grand commerce, d’ailleurs) en France.

Petit 4 : des entreprises qui font du chiffre d’affaire en France ne sont pas soumis à la fiscalité sur le Chiffre d’Affaire en France et au droit Français.

Petit 5 : des entreprises qui produisent à l’étranger ou vendent de l’étranger ont des structures de coûts différents des entreprises françaises. Une partie vient des charges qui pèsent sur le travail.

Aujourd’hui, je suis en pleine forme pour lister les problèmes. Pour les solutions, on verra après l’apéro puisque j’ai du mal à imaginer refaire le monde tout seul dans mon coin en attendant l’heure de sauter dans un métro.

N’oublions pas le petit 6.

Petit 6 : je le cite pour pas qu’on l’oublie. N’oublions pas dans cette histoire notre industrie culturelle et ses spécificités. Si je fais du streaming depuis la Corée Amazonienne, ça ne génère pas de recette pour la SACEM pour payer des artistes Français. Il n’est néanmoins pas spécialement l’objet de mon billet mais je pense que la culture a une problématique fiscale particulière. Ce qu’on lit d’ailleurs ces jours-ci à propos du cinéma est évocateur.

Petit 7 : nous avons un modèle social à préserver. Ou un modèle meilleur à trouver.

Petit 8 : nous avons à nous prémunir de monopoles de sociétés étrangères. Par exemple, tel que la marché évolue, Apple Store et Google Play risquent bien d’avoir 90% du marché de la musique et du livre d’ici 5 ou 10 ans. Ils risquent même d’avoir une part importante d’autres marchés. Par exemple, si vous avez une application sur iPhone pour commander des bières dans un bistro, le règlement se fera par l’Apple Store. Dix ans plus tard, Apple Store sera directement la banque du commerçant qui pourra régler le brasseur. Du coup, les banques Françaises n’auront plus de pognon.

Qu’en conclure ?

Après l’apéro, je vous dis !

Toujours est-il que nos ministres qui interviennent à tout bout de champ doivent arrêter de d’intervenir à tout bout de champ sur tous les sujets dans un but de communication qui m’échappe mais réussit à brouiller les pistes. Contrairement à ce que dit Aurélie Filippetti, les salariés de Virgin ne sont pas victimes d’une entreprise américaine, d’Internet ou de la différence de fiscalité. Ils sont victimes de l’évolution de la société qu’on n’arrivera à compenser qu’en renforçant les accords internationaux pour nous permettre de conserver notre modèle social. Et non l’inverse.

Ces accords internationaux devront être passés entre états, entre industriels, entre états et industriels, …

Ca ne va pas être simple

Je n’attends pas d’une Ministre de gauche qu’elle explique qu’il faut baisser la fiscalité et que les étrangers sont des méchants.

28 commentaires:

  1. Pour information Amazon commercialise des mp3 en ligne :
    http://www.amazon.fr/T%C3%A9l%C3%A9charger-Musique-mp3/b?ie=UTF8&node=77196031
    C'est même l'un des gros noms du secteur, pour tout dire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On s'en fout. Avec mon iPhone je vais acheter de la musique ailleurs que chez Apple.

      Supprimer
  2. Pour information, Virgin a fait de la musique en ligne, Virginmega et ils se sont plantés.
    En fait, c'est un billet libéral, limite Atlas Shrugged.
    Oui, les ministres sont un peu largués dans leurs déclarations.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui. C'est indiqué dans un liens je crois.

      J'assume ce libéralisme. Tant que je verrai des blogueurs Front de Gauche qui utilisent des plates-formes libres...

      Supprimer
  3. Le Parisien Libéral. Tu es tricard sur ce blog. Cette nuit tu as dépassé les bornes en faisant la promotion de ton blog sur la page Facebook du mien. Je ne supporte pas les libéraux qui ne respectent pas la propriété des autres.

    RépondreSupprimer
  4. Je ne voudrais pas plomber l'ambiance, mais enfin, sur les trois ministres incompétents et bêtas que vous citez, il y a quand même trois femmes…

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah ! Vous avez remarqué aussi ?

      (Plus sérieusement c'est la période, mais je connais des ministres qui ont dit des conneries, même un premier ministre()

      Supprimer
  5. Je ne suis pas là, j'ai piscine ;-)

    RépondreSupprimer
  6. Un faisceau de causes a concouru à cette situation :
    S'agissant de Paris qui est le seul espace Virgin que je connaisse :
    - Mauvaise localisation : Virgin aurait dû se transporter vite fait à Chatelet-les Halles, point de chute de son coeur de clientèle car là se croisent toutes les lignes RER des 4 points cardinaux
    - Difficulté et cherté de l'approche en voiture
    - Quasiment pas d'animation dans l'espace
    - Pas d'accompagnement dans l'immense espace : tu cherches manuellement
    - Pas de vendeur, pas d'accès numérique aux collections.
    Le disquaire ou libraire, il doit faire une partie du métier de bibliothécaire : suggérer, guider ... mais au bout du compte, au lieu de prêter, il vend.
    - Prix trop élevé des CD ou des livres pour le pouvoir d'achat des gens : on offre plus de CD ou livres aux enfants pour anniv ou Noêl, car le moindre CD ou livre vaut 15/20€ et c'est tout petit, tout maigre ! ça ne peut pas être le cadeau principal !
    S'il y a plusieurs enfants,tu ne peux pas faire face !
    Internet est une réponse insatisfaisante à une situation insatisfaisante.
    Ajoutons quand même qu'internet n'apporte aucune réponse à une large catégorie de gens : ceux qui n'ont pas de CB car ils sont trop pauvres. La cherté des transports pour aller se promener à Virgin, les écarte de ce commerce où ils pourraient payer en cash.
    Ils n'achètent pas non plus sur la toile de la culture, faute de disposer de l'instrument de paiement nécessaire ... Il leur reste la TV : elle a une lourde responsabilité.
    Il leur reste aussi la bibliothèque/médiathèque municipale ou intercommunale : là Mme Filipetti,il faut commencer à se bouger pour que les gens pauvres en apprennent le chemin : modifier les animations pour les enfants : il faut leur apprendre à chercher et à trouver ! pas seulement leur lire des contes !
    Il faut que les collectivités puissent recruter PLUS de bibliothécaires accompagnateurs,pour expliquer qu'à la bibli, on accède à internet gratuitement sans payer comme au cyber, on trouve des livres, des CD, des journaux ... tout quoi ! car c'est la loi : l'accès pour tous et gratuit, à l'information, à l'éducation et à la culture !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vaste problème.
      Oui Virgin s'est planté. Oui la Ministre a mieux à faire.

      Supprimer
  7. Tres bon billet. (très bon commentaire de ma part aussi, je ne ferai pas mieux)

    RépondreSupprimer
  8. Filipetti, je la connais bien, elle siégea longtemps au Conseil Municipal du 5ème arrondissement. Elle n'a pas changé. C'est une gentille fille, pas bête du tout, mais elle manque de compétences et c'est le cas de beaucoup de ministres de ce gouvernement. A quand - enfin - un gouvernement resserré comme cela avait été dit pendant la campagne. 15, 16 ministres appliqués à la tâche, unis dans la même communication. Pleurer sur les emplois, oui. Mais pleurer sur Virgin, franchement... En effet, on peut dire qu'ils l'ont bien cherché. L'ère des supermarchés de la culture. Qu'elle s'applique plutôt à développer un réseau de disquaires dignes de ce nom.

    Dans la question Virgin/FNAC, il y a aussi une question d'offres. Les rayons s'amenuisent. On n'y trouve plus rien. Comment se passer d'Amazon en l'espèce ou des vendeurs étrangers pour ceux qui sont à la recherche d'imports ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il n'a pas été question de gouvernement resserré pendant la campagne, je crois, mais peu importe.

      Mais tu as raison pour le reste.

      Supprimer
    2. Ce n'était pas un engagement parce que Hollande ne s'était pas aventuré à promettre ce genre de choses. Mais quand même, il avait tout de même envisagé un gouvernement articulé autour de 10 grands pôles. 10 grands pôles, est-ce que ça légitime autant de ministres et de secrétaires d'état fantômes ? Mais bordel, quand est-ce qu'il va comprendre qu'il ne parviendra pas à faire une synthèse ? Quand est-ce qu'il va enfin faire le ménage ?

      Supprimer
    3. Ouais diificilement compréhensible.

      Supprimer
  9. Je me demande si LE point fondamental n'est pas le 3
    "Petit 3 : le progrès technologique détruit de l’emploi"
    Dans quasiment tous les livres de science-fiction que je lis, il n'y a plus de travailleurs humains. Le "chômage" est donc à 100%; et pourtant la société tourne en redistribuant (plus ou moins équitablement) les richesses produites par les machines. Est-ce que ce n'est pas là le vrai problème du chômage?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On est d'accord ! En fait le chômage ne devrait pas être un problème. Le problème est le manque de redistribution...

      Supprimer
  10. attention internet créé des emplois mais il serait intéressant de trouver le ratio/création destruction.Et puis en tout état de cause, c'est un secteur qui créé plutot moins d'emploi que le reste par dizaine de millier d'euro d'investissement.Reste oui que cela créé des emplois.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce n'est pas calculable. C'est l'évolution de la société qui détruit des emplois.

      Supprimer
  11. J'aime le sujet mais le billet est trop long comme d'hab :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je m'étais désabonné de 3minutrs30 parce que les billets étaient trop longs mais une andouille qui a fermé son blog auquel je suis resté abonné y envoie les flux de 3m30.

      Supprimer
  12. Il est où le commentaire de 3min30 ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah ! Il était tombé dans les spams.

      Supprimer
  13. Analyse super intéressante mais je ne crois pas que ce soient des robots qui courent les kilomètres de rayonnages pour trouver les produits, et du coup j'ai bien peur que Amazon produise des emplois mille fois plus pénibles que ceux de Virgin.
    J'apporte ce reportage pour étayer mes dires
    http://www.motherjones.com/politics/2012/02/mac-mcclelland-free-online-shipping-warehouses-labor

    RépondreSupprimer
  14. Analyse super intéressante mais je ne crois pas que ce soient des robots qui courent les kilomètres de rayonnages pour trouver les produits, et du coup j'ai bien peur que Amazon produise des emplois mille fois plus pénibles que ceux de Virgin.
    J'apporte ce reportage pour étayer mes dires
    http://www.motherjones.com/politics/2012/02/mac-mcclelland-free-online-shipping-warehouses-labor

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.