15 janvier 2013

L'accord imparfait ?

« Jean-Marc Ayrault a une nouvelle fois salué mardi à l'Assemblée nationale l'accord sur l'emploi passé entre le patronat et trois syndicats et estimé que vouloir réformer de façon "autoritaire" sur ce sujet est voué à "l'échec". » nous dit-on.

Autant je suis d’accord avec la méthode et la nécessité de faire évoluer le droit du travail pour prendre en compte certaines évolutions du monde, autant je suis circonspect sur l’accord en question. C’est suffisamment rare pour être noté.

Je ne suis pas un spécialiste de ce domaine (aussi peu que du Mali…). Il n’empêche que les réticences exprimées par Gérard Filoche méritent d’être étudiées : « Il n’y a pas une seule avancée… sauf pour le patronat. C’est un accord […] dont une des principales caractéristiques est de faciliter les licenciements et de rendre plus difficiles les recours des salariés, des IRP, des syndicats. »

Mon confrère Cyril est plus optimiste. Le texte est disponible chez David qui résume : « Sur le fond, le medef a gagné. Les entreprises pourront en cas de difficultés économiques avérées et vérifiés par les représentants du personnel proposer un accord de temps-salaire d'une durée maximale de deux années. Les avancées pour les salariés sont de mon point de vue plus mineures. »

La méthode est bonne. Mais si le résultat n’est pas au rendez-vous…

21 commentaires:

  1. un peu vague ton billet (c'est rare)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il fait que je résume celui de Filiche mais les annonces des ministres puis du premier d'entre eux m'ont un peu gonflé aujourd'hui.

      Supprimer
  2. Si cela continue et à la vitesse ou le détricotage des droits du salarié se pratique, il faudra un jour payer pour pouvoir travailler et garder son emploi. Il est vrai que j'exagère un peu, mais un accord passé sans l'aval de la CGT, de FO et de quelques autres, ne ressemble pas à grand chose de cohérent. Mais, il y a une naissance d'un dialogue nous dit-on. Dialogue entre le MEDEF et les jaunes de la CFDT, je préfère.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas simple. D'une part, les gens en CDI oublient souvent que ce n'est plus la norme. D'autre part des évolutions sont nécessaires pour les entreprises. Ce sont les compensations qui ne vont pas contrairement à ce qui est dit.

      Supprimer
  3. J'avais envie de faire un commentaire intelligent pour expliquer pourquoi cet accord est important. Dire que nous avons absolument besoin à court terme de la croissance, que la croissance repose sur le pouvoir d'achat de PLUS de ménages, et sur l'investissement des entreprises, que pour celà il fallait les rassurer et leur donner confiance.
    Mais çà me gonfle
    Aussi je vais simplement dire que les accords parfaits en musique c'est vieux et barbant, et que des accords imparfaits de septième augmentée ou de onzième diminuée, çà fait de belles harmonies.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui mais faut peut être laisser les députés l'arranger un peu...

      Supprimer
    2. Non il ne faut pas que les députés s'en mêlent. La méthode de Hollande c'est la négociation entre partenaires sociaux. Si les députés changent une virgule, les partenaires ne signeront plus rien à l'avenir et attendront que le gouvernement fasse des lois pour les critiquer et les refuser ensuite.

      Supprimer
    3. Tu veux donc que comme avec Sarkozy, le Parlement doit devenir une chambre d'enregistrement ? Si les députés signent ça, malgré toute la propagande gouvernementale (et je ne suis pas le dernier à participer), c'est le peuple qui n'aura plus confiance. Il y a un moment où il faut savoir rouvrir les négociations.

      Supprimer
    4. je l'ai dit hier
      un accord est un compromis qui dépend essentiellement du rapport de force

      Supprimer
    5. Le patronat était donc en force.

      Supprimer
    6. Oui en force, comme d'habitude. Et j'attends ces prochains jours la sur-couche dans mon entreprise. Un peu comme l'effet kisscool mais en suppositoire qui pique.

      Supprimer
    7. Ouais... Avec la CFDT dans ses œuvres.

      Supprimer
  4. je veus bien faire 1 effort , mais en cas d'avançées et d'abus par le patronat il faudra enclencher la marche arrière et vite

    RépondreSupprimer
  5. Ce qui suit ne concerne personne en particulier juste un point de vue .
    Comme tout accord il est évident que c’est un compromis; mais de là a dire qu’il y a  ‘ traîtrise ’ de la part de la CFDT comme certains semblent plus ou moins le penser faut pas charrier … Non il ne faut pas que cet accord soit revu par les députés sous peine de mettre à terre l’ensemble du texte et non il ne s’agit pas d’avoir des représentants godillots mais seulement réalistes.
    Enfin que l’on me dise où un accord signé par la CFDT dans le privé a mis a mal les conditions de travail dans l’entreprise ! Que l’on soit en désaccord soit ,mais juste; serait la moindre des choses. 

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'ai pas parlé de traîtrise c

      Supprimer
    2. Je suis tout à fait d'accord avec Vincent. Un accord est une question de compromis. Celui-ci est acceptable, même si bien évidemment il est encore imparfait.

      Les salariés qui pensent que ce texte va uniquement dans le sens des patrons devraient écouter les employeurs s'exprimer en ce moment sur ce sujet. Beaucoup sont remontés contre le MEDEF, notamment au niveau de la taxation plus forte des CDD courts mais pas seulement. Ils comprendraient alors qu'il y a des gains appréciables et qu'il faut utiliser cet accord comme un tremplin pour de nouvelles avancées sociales, pour une diminution du chômage, une baisse de la précarité.

      Au lieu de ça on reste sur l'éternel combat idéologique à la con. La CFDT est accusée de lâcheté. Si l'esclavage était rétabli certains disent que ce syndicat négocierait le poids des chaînes. Sans doute. Mais il est peu probable que la CGT ferait disparaître ces mêmes chaînes grâce aux incantations magiques dont elle a le secret. Abracadabra !

      J'ai essayé d'en parler tout le week-end sur twitter avec des syndicalistes (ne l'étant pas moi-même) sans succès constructif. C'est dire à quel niveau se situe le dialogue social en France concernant le monde de l'entreprise...

      D'où l'utilité d'un blog comme le tien, et d'autres. Je rejoins Romain Blachier: ce n'est pas ton meilleur billet, mais je suis persuadé que tu nous donneras une analyse plus consistante d'ici que le projet soit débattu à l'Assemblée Nationale ;-)

      Supprimer
    3. On verra. CGT et CFDT sont dans leurs rôles habituels. Je ne suis pas syndicaliste.

      Supprimer
    4. Si ! l'accord doit être revu par les Parlementaires : chacun s'accorde à dire que de tels changements doivent être portés par la majorité des salariés et du patronat. Or les signataires minoritaires nous engagent tous par leur signature.
      De 2 chose l'une :
      - soit on se résigne au vote "par ordre" (3 syndicats sur 5 valident l'ensemble) que la République ne saurait connaître, et alors la "méthode" est mauvaise ;
      - soit on admet que le vote "par tête" est la norme, et alors la négociation a échoué.
      Dans les 2 cas, l'Etat doit intervenir : il ne se dédit pas.

      Quant à la CFDT, j'en ai dans la famille. Après Florange où la direction désavoue ses propres troupes, et çà, ils sont aussi furax que moi. Je ne veux pas payer de mes conditions de travail et de celles de mes proches, les ambitions de Berger.

      Supprimer
  6. J'ai l'oreille absolue, cet accord est parfait

    RépondreSupprimer
  7. "La méthode est bonne. Mais si le résultat n’est pas au rendez-vous…"

    C"est un peu le problème des socialistes, quant à la méthode, j'en doute vu les cotes de popularité actuelles de nos fameux "socialistes".

    D'un autre côté si on veut ça :
    http://www.liberation.fr/economie/2013/01/11/ps-et-ouvriers-on-est-passe-de-l-abandon-au-mepris_873050

    Alors c'est la très bonne méthode!

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.