28 janvier 2013

Manifestation : paroles de réacs

Cette manifestation m'a fait du bien. Retrouver les copains (Cycee, Elooooody, Politeeks, Seb, Laurent, …), marcher dans Paris sous le soleil, croiser des gens heureux d’être là, des jeunes, des vieux, … J’ai loupé Doudette qui a fait un joli compte rendu. J’ai loupé Apo (voir son compte rendu). Elooooody, Laurent et Politeeks ont fait leurs billets.

L’illustration de ce billet vient du blog de Didier Goux. Il l’a lui-même piquée à Elooooody. « Fière de marcher du bon côté de l’histoire. » Tel est le slogan affiché sur la pancarte portée par la dame. Le titre du billet de Didier est : « La bêtise contemporaine comme si vous y étiez – d'ailleurs vous y êtes. » Les commentateurs réactionnaires s’en donnent à cœur joie.

Moi, je ne suis pas philosophe mais client de bistro. J’imagine le sujet de dissertation : « L’histoire a-t-elle un sens ? » « Ta gueule ! Remplis les verres ! » Albert Camus : « La fin de l'histoire n'est pas une valeur d'exemple et de perfectionnement. Elle est un principe d'arbitraire et de terreur. » Jégoun : « Ca s’arrose ! »

Je ne sais pas pourquoi j’ai envie de faire l’avocat de cette dame. Je ne sais pas si elle marche du bon côté de l’histoire, je ne sais pas ce que ça veut dire. Toujours est-il que elle comme moi considérons qu’il n’est pas normal que des jeunes gens n’aient pas les mêmes droits que d’autres et que ça va « dans le bon sens » de supprimer cette différence. Nous avons marché ensemble.

Le bon sens ? Que tout le monde ne soit pas d’accord avec une définition du bon sens est logique. Mais je relève un certain nombre de commentaires chez Didier. « Dommage que son visage soit largement coupé, même si on peut deviner un sourire magnifique. » On commence très fort au niveau de l’argumentation. Quand les gens souriaient à la précédente manif, celle des « contre », c’était bien. Maintenant, ça devient neuneu. « Fière d'être une conne. » Parole de spécialiste. « La seule chose que produit ces manifs pour ou contre le mariage pour tous est que ça donne l'illusion aux gens de "gauche" qu'ils sont de gauche et aux gens de "droite" qu'ils sont de droite…pour le reste c'est du pareil au même. » Celui-là est nécessairement plus intelligent que tout le monde… « Marcher du bon côté de l'histoire. Quand on pense que c'est ce que crurent fermement les communistes pendant des décennies... » Ben oui… Comme tous ceux qui ont cru à un idéaux, comme les réactionnaires maintenant. « Fière de faire partie des fossoyeurs de notre société, fière de son relativisme qui lui permet de croire, et faire croire, qu'une institution peut devenir un "droit à". » Ben oui, en renforçant le divorce, en 75, la droite a fait sauter l’institution… C’est défini dans le code civil, il s’agit donc bien d’un droit. Ce n’est pas un sacrement quand c’est dans le code civil… « Fière de penser ce qu'on me somme de penser. » Ben oui, mémère, tu penses bien comme ton église. « Le cui-cui : toujours la même race, les gauchos bobos : les mange-merde jamais rassasiés! » C’est toujours est un bonheur de tomber sur un tel con ! « Les mecs de gauche qui viennent ici pour faire chier, ils se rendent compte que ce qu'ils prônent c'est l'uniformisation de la société. » L’uniformisation ? En ouvrant le mariage ? « La fierté du mouton! Hélas. » Ah ! Quand un type de droite manifeste, c’est bien. Quand c’est un « de gauche », c’est mal…

Dans son billet, suite à la manif des opposants au mariage pour tous, Lo Froufrou écrivait : « Ce qui m'a fait une sale impression, en revanche, ce sont les commentaires haineux des opposants à cette manif et leurs mensonges. » Ce qui m’a fait une sale impression, en revanche, suite au billet de Didier Goux, ce sont les commentaires haineux des opposants à cette manif et leurs mensonges. C’est celui qui dit qui est…

Il est temps que le texte passe…

Cette dame a le droit d'être pour des évolutions de la société. La traiter de conne, de mouton, ... ne me semble pas indispensable. Vous pouvez aller troller le billet de Didier.




38 commentaires:

  1. Je ne vois pas en quoi si moi je me marie ça va dénaturer la mariage de Didier Goux ou faire de moi un des "fossoyeurs de notre société". Qu'on m'explique.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le plus étonnant, à mes yeux, c'est que je suis sûr que vous êtes sincère, que vous ne voyez réellement pas.

      Cela étant, je vais me répéter un peu, tiens : la grande faiblesse, à mon sens, de l'argument des anti “pourtousses”, c'est qu'il n'y a déjà quasiment plus rien à sauver, le mariage ayant déjà été vidé de 90 % de ses significations anciennes. Par le divorce “pour tous”, déjà, puis par l'égalité des droits entre bâtards et enfants légitimes, etc. Par conséquent, j'aurais tendance à dire : au point de décrépitude où nous en sommes…

      Supprimer
    2. Oui. Le mariage ne veut plus dire grand chose en tant qu'institution.

      Supprimer
    3. Jean Pierre Madère28 janvier, 2013 18:19

      C'est parce que le mariage a encore beaucoup de sens et que les gens sous-évaluent la teneur d'une telle union qu'il y a autant de divorces. Les gens se marient souvent à la légère.

      Supprimer
    4. Jean Pierre Madère28 janvier, 2013 18:20

      En soi le mariage a encore beaucoup de sens. Même si vous le percevez comme devenu insignifiant, sa dimension est restée intacte pour quoi choisit de s'engager.

      Supprimer
    5. Ben oui. Il reste inchangé pour ceux qui y croient.

      Supprimer
    6. "...puis par l'égalité des droits entre bâtards et enfants légitimes..." y'a que moi que ça choque cette phrase ?

      Supprimer
    7. Ben oui. On peut être contre le propos mais chacun à sa liberté d'expression...

      Supprimer
    8. Alors je suis contre le propos.

      Supprimer
    9. Ben voilà. Moi aussi. L'enfant n'a pas mérité ça. Donc maintenant on remet dans le contexte : le mariage ne veut plus dire grand chose si les enfants hors mariage n'ont pas les mêmes droits que les enfants issus du mariage.

      Donc je suis contre le mariage...

      Supprimer
  2. A part ça, le point Godwin a été atteint.

    RépondreSupprimer
  3. Ai été fait un tour, et j'ai eu droit à une gorgée d'aigreur, de débilité et d'insignifiance.
    C'est bourré de cynisme, de ricanement, de peur du lendemain et ça passe à peu près tout son temps à radoter.
    Aujourd'hui, on peut certainement faire des trucs plus agréables qu'aller se noyer dans les commentaires de ce blog.

    RépondreSupprimer
  4. je te rappelle que nous nous sommes également manqués !;-)

    RépondreSupprimer
  5. Oui, il est vraiment temps que la loi soit votée.

    RépondreSupprimer
  6. C'est après que les vrais débats vont commencer. Parce que le mariage en tant que tel, la majorité veut bien le partager avec ceux à qui ça fait envie... Après, pour la PMA et la GPA, ce sera plus houleux. Et quand c'est déjà houleux, c'est parce qu'on parle des enfants. Ceux qui ne veulent pas admettre qu'il y a des intérêts contradictoires sont de sacrés contorsionnistes.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui c'est plus houleux. Votre billet est une ode à la PMA.

      Supprimer
  7. Sinon, Nicolas, pour la dame qui porte cette affiche, l'histoire ne semble pas du tout avoir un sens, mais bien deux côtés. Un peu comme un trottoir, en fait. Ou comme une bonne femme : rectum, versum…

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un slogan con. Qui prouve que cette personne n'a aucune idée, même vague, de ce que peut bien être l'histoire.

      Supprimer
    2. Ben non. Le mariage homo sera oublié dans six mois. Comme le pacs.

      Supprimer
  8. Non, parce que dans six mois on sera sur la PMa (enfin, sur...) et la GPA

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'espère qu'ils ne traiteront pas les deux sujets dans la même loi.

      Supprimer
  9. Excellent billet qui nous fait comme d'hab' une revue de blog très pertinente.
    Sur le fond ... débat ce matin :
    1. Dans l'esprit de certains,d'éducation catholique mais aussi musulmane, l'idée que le mariage, en "droit français" est un "sacrement" a la vie dure !
    J'explique que penser que le mariage est un "sacrement" est une liberté religieuse individuelle que la loi respecte, mais ne fait pas sienne, ce, depuis 1905 et qu'on n'y reviendra pas.
    2. J'explique qu'"en droit" français,le droit étant le socle commun, le mariage est une institution : il est une institution disponible, c'est à dire qu'on peut choisir de se marier ou de ne pas se marier. En tant que telle, cette institution doit être à la disposition de tous : la loi ne peut contenir de discrimination. Les discriminations héritées de l'histoire doivent être éliminées chaque fois que la société y est prête. Le sacrement du mariage est un rituel qui relève de la liberté religieuse et ne peut intervenir, sous peine de sanction pénale des intéressés et du religieux mis en cause,qu'APRES la célébration du mariage civil.
    3. J'explique qu'au contraire du mariage, la filiation qui est aussi une institution, est "indisponible" : on ne la choisit pas. Tout individu acquiert dès sa naissance, le droit d'être inscrit à l'Etat civil et le droit de connaitre ses père et mère : art. 7 et 8 Convention internationale des droits de l'enfant + certaines dispositions qui l'induisent dans la Convention de la Haye de 1993 sur l'adoption transfrontalière.

    RépondreSupprimer
  10. Réponses
    1. Non. J'étais avec des potes plus 125000 autres types.

      Supprimer
  11. Consternant ! Des deux cotés à dire vrai. Tout et son contraire. Pas un seul argument. Procès d'intention, insultes qui fusent. Rien, en somme. J'ai beaucoup aimé celui qui prétend (Fil, il s'appelle ?) qu'on peut se comporter n'importe comment à l'égard du mariage et considérer la mariage comme une institution solide. C'est un peu comme si je disais du "Radeau de la Méduse" que c'est une très belle oeuvre mais que ça ne m'empêchait pas de temps à autre de balancer un étron dessus. Bon, allez, de toute façon, ça ne sert à rien d'en parler éternellement, chacun a dit ce qu'il avait à dire et c'est déjà quasi voté. Les gens de gauche qui n'étaient pas "très chauds" (comme moi) sont inaudibles. Les réacs, les opportunistes et les semi-tarés de l'UMP leur ont confisqué la parole...quand ils ne l'ont pas laissé par peur de mettre un but contre leur camp...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pense qu'ils l'ont laissé volontairement puisque le texte allait passer et qu'il serait impossible de revenir en arrière c

      Supprimer
    2. Amusant, votre commentaire, Dorham : je viens à l'instant de publier un petit billet qui, grosso modo, dit la même chose.

      Supprimer
    3. Faut que je rameute les trolls ?

      Supprimer
  12. Tu vois toi-même !
    Les "réacs" ? Mon opinion est qu'il en faut bien, d'abord parce que ça existe ensuite, parce que seules les sociétés totalitaires entendent les éliminer : pas nous !
    Enfin, parce qu'ils nous démontrent, toujours par eux-mêmes,le caractère émotionnel de leurs points de vue. J'en tire deux conséquence :
    - comme émotion, je respecte en leur point de vue, deux choses : leur intelligence, car notre intelligence n'est qu'émotionnelle; et deuxio,leur particularité : parce que c'est eux, et que comme humains, je les respecte : l'humanité se suffit à soi-même, même si elle me fait vraiment ch... Mais c'est un problème entre moi et moi, pas entre ces personnes et moi.
    - comme idée, je la respecte aussi, car rien n'est plus loin de moi que de prôner une pensée unique ... tu vois bien comment Méluche est "has been" ! Monsieur la vérité, Monsieur mains propres plein aux as qui se lance dans des incantations sur les pauvres ... ça fait rigoler, ça frise l'indignité. Donc comme idée, la parole discordante, la contradiction me plaît bien ... En plus, et ça ne gâte rien, j'ai l'outrecuidance de penser que le débat ne me serait pas défavorable.
    Il y a, non une, mais DEUX lignes blanches :
    1.Le respect de la parole d'autrui discordante. Je suis suis psycho rigide : chez moi, les chiens ont le droit d'aboyer ! Ils ne me mettent pas en panique ! Mieux même, ils m'obligent à réfléchir ! Avec eux, pas le droit de ronronner ! La contradiction, le débat sont institutionnalisés en République française ! Cf la Constitution de la 5ème République ... et pourtant dieu sait si ses rédacteurs angoissés ont tout fait pour les limiter !
    2 Le respect de ce qui fonde notre République : la primauté de la personne humaine (Art 16 C.Civ),l'égalité entre les gens, le respect de l'intérêt général qui voit s'effacer devant l'intérêt individuel, sous réserve de compensation s'il en résulte une inégalité devant la charge publique.
    Je sais, je devrais expliquer chaque concept : mais on va considérer qu'ils sont acquis ... sinon, ça serait trop long.
    Laissons parler et manifester les opposants, dès lors qu'ils respectent les règles du jeu politique, c'est à dire qu'ils laissent le dernier mot au Parlement !
    A part ça et en même temps, pour toutes ces raisons : qu'ils continuent à nous faire réfléchir : leurs idioties nous rend moins cons !
    Bizoo

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ben oui. Je pense que depuis les cinq ou six ans qu'on se fréquente (dans les blogs ou en présence de son épouse), on a beaucoup appris l'un de l'autre.

      Dans son billet que je cite, les commentateurs sont à peu près tous tarés. Du coup, il fait un billet ce soir pour dire qu'on de plante tous. Et la seule conclusion possible est que le mariage n'aurait pas à être dans le code civil (en gros).

      Supprimer
  13. "leurs idioties nous rend[ent] moins cons !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ladyapolline, j'ai laissé quelques commentaires chez vous, rien n'apparait.

      Supprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.