04 janvier 2013

Free vs. Google : et nous ?

« Aussi sidérant que cela puisse paraitre, Xavier Niel semble en train, avec un culot monstrueux, de basculer sur le mode de fonctionnement d'Apple, en circuit fermé, où c'est lui et lui seul qui aura accès à l'internaute et à ses coordonnées bancaires, le seul à pouvoir le faire payer. Bien évidemment, l'accès à l'internaute sera possible, mais ne sera pas gratuit. Pour moi, ça va bien au delà d'une simple affaire de différend commercial avec Google, qui n'est que le paravent, le prétexte qui permettra de revenir en arrière si jamais un vent de refus se lève. […] » Telle est la conclusion du billet de mon confrère Authueil à propos de "l'affaire Free" qui a agité le web hier soir.

Au cas où vous débarqueriez de la lune (ou de la Comète), je vais vous résumer l'affaire. L'opérateur Internet Free a déployé sur certaines des box de ses clients un machin qui bloque les publicités Google. L'affaire fait scandale sous deux angles :
-         ça fout en l'air l'économie du gratuit et tous les services qui ne gagnent de l'argent que grâce à la pub,
-         ça met en cause la neutralité du net.

Je vais revenir brièvement sur ces deux points au cas où, en plus de tomber de la lune, vous auriez abusé de l’apéro à midi.

L'économie du gratuit

On l’oublie souvent mais tout le monde profite. Mon blog est accessible par tout le monde gratuitement (y compris pour moi) et sans publicité. Il hébergé par Google qui ne gagne pas d'argent avec mais se rémunère autrement. L'intérêt pour Google ? Bah ! Je vous laisse imaginer... Le modèle économique est abscons. Toujours est-il que si mon blog n'était pas chez Google, il serait ailleurs.

La neutralité du net

Le réseau « physique » d’internet ne doit pas s'occuper de ce qu'il transporte. Donc votre opérateur n'a pas le droit d'intervenir dans le contenu de ce qui arrive jusqu'à vous (sauf, je suppose, sur décision de justice, des sites pédophiles et autres saloperies). Sinon, ça serait comme si vous n’auriez pas le droit de tout dire au téléphone.

Le non respect de la neutralité du net serait un peu comme si Cofiroute était autorisé à bloquer les voitures Europcar sur l’autoroute de l’Ouest. Je serais bien emmerdé pour rentrer en Bretagne. Je serais contraint de changer de loueur. Devant la perte de chiffre d'affaire, Europcar serait obligé d'aller négocier avec Cofiroute et finirait par lui payer une redevance... qu'il imputerait à ma facture.

Revenons à nos moutons

Je ne sais pas quels sont les motifs de Xavier (on parle tellement du patron de Free que je vais l'appeler par son prénom). Authueil a une idée qu'il développe dans son billet : Free développerait un nouveau modèle propre de celui d'Apple. Je suis assez persuadé qu'il a raison avec quelques nuances qui importent peu.

La presse titre sur le machin de Free qui bloque les pubs. Le grand public pourrait s'extasier. Il est de notre ressort d'être extrêmement vigilant même si, à notre niveau, on pisse surtout dans des violons. Fleur Pellerin rencontre prochainement Xavier pour évoquer la question. Je ne suis néanmoins pas sur que l'Etat (en tant que législateur) puisse faire grand chose... à part fermer la porte à Free pour des appels d'offre. Je pense que c’est aux consommateurs d'être vigilants et aux concurrents de Free de claironner que Free bloque du trafic.

Si Free s'octroie le droit de bloquer les pubs Google (et de ralentir les vidéos YouTube, filiale de Google, selon Authueil), on peut s'imaginer qu'ils auront le droit de bloquer plein de choses ce qui pourrait provoquer la nécessité pour l'utilisateur de payer des services en plus ou, plus probablement, pour les boîtes qui offrent des services en ligne. Un exemple : vous êtes abonné à Médiapart (étrange idée !). Free pourrait bloquer Médiapart obligeant ces derniers à leur verser une redevance ce qui se traduirait sur vote abonnement chez Médiapart.

Mais vous continueriez à penser que Free est moins cher…

Le modèle Apple ?

C’est la théorie d’Authueil et je disais que je n’étais pas loin de penser qu’il a raison. Néanmoins, il dit un truc dans la conclusion que j’ai citée sur lequel je voudrais revenir.

Free est en train « de basculer sur le mode de fonctionnement d'Apple, en circuit fermé, où c'est lui et lui seul qui aura accès à l'internaute et à ses coordonnées bancaires, le seul à pouvoir le faire payer. »

Concrètement, tous les achats que vous faites sur iPad et iPhone (musique, presse, livres, applications, …) passent par l’iStore. Ils captent tous les flux financiers des paiements, notamment à la place des banques de ceux qui pourraient vendre en direct. C’est un sujet que j’aborde souvent mais avec l’économie du web, les flux financiers ne passent plus par nos banques nationales mais par des multinationales étrangères. C’est mal et dangereux pour l’économie.

Modèle économique du web

C’est aussi un sujet que j’aborde souvent notamment pour ce qui concerne la presse d’information. Je suis persuadé que le modèle va se tourner vers des applications pour tablettes, avec une partie gratuite (pour les informations disponibles sur tous les sites web), payée par la pub (ou pas, peu importe), et une partie payante sur abonnement ou à la pièce (pour des informations plus spécifiques).

Ainsi, les sites web de presse se détournent progressivement de Google News en voulant faire facturer les liens vers leurs sites ce qui nous parait à tous une hérésie. Tiens ! A lire chez Korben : « Mon Dieu que c'est ridicule ! La presse irlandaise, qui a un peu d'avance en matière de connerie sur la presse française vient de publier le tarif à payer pour faire un lien vers l'un de leurs articles. »

Le point de vue geek

Au fait, Korben revient aussi sur cette histoire de Free : « Si vous acceptez d'être chez un FAI qui commence à prendre certaines largesses avec le contenu que vous consultez sur le net ou vos requêtes, c'est votre choix. […] Il n'est pas très normal qu'un FAI modifie le contenu de mes paquets […] que ce soit de la pub ou autre chose. Demain, je vais donc me désabonner de Free et je switcherai totalement chez [biiiip]. Et pour le mobile, je pense qu'un autre opérateur comme [biiiip] ne fonctionnera pas pire... »

Libéralisme en peau de fesses

Free, ne serait-ce que par son nom, mais aussi parce qu’il a réussi à faire plier quelques opérateurs puissants passent pour un symbole du libéralisme. Cette affaire montre que c’est de la foutaise : l’usager n’aura plus la possibilité de naviguer comme il veut. Je vois déjà les objections qui pourront être faites (l’usager est libre de changer d’opérateur et tout ça). C’est aussi de la connerie : quand l’usager verra qu’une vidéo YouTube fonctionne mal, il mettra ça sur le dos de YouTube et passera chez DailyMotion…

Tout ceci nous montre encore une fois que le libéralisme est une vaste connerie. L’entreprise a la liberté de faire ce qu’elle veut.

Néanmoins, cette histoire doit nous permettre de rappeler quelques principes qui nous tiennent à cœur. A partir du moment où un service à l’usager impose ou presque un monopole géographique, il doit y avoir un « contrat » entre l’état ou la collectivité territoriale et l’opérateur. Beaucoup de choses imposent un monopole géographique. L’accès à Internet impose un monopole géographique. Vous ne pouvez pas choisir quel fil va acheminer les données jusqu’à chez vous (enfin si, vous avez le choix entre le câble et le téléphone si vous avez de la chance, mais une seule ligne de téléphone…).

Pour la téléphonie mobile, c’est quasiment pareil. : il y a bien des contrats de concession entre l’état et les opérateurs.

Ainsi, tous ces braves entreprises qui acheminent Internet jusqu’à votre maison réalisent des missions de service public.

Service public et débat politique

On a beau faire des théories sur un tas de choses, le dégroupage, l’internationalisation et un tas de conneries : l’acheminement de l’Internet jusqu’à chez vous est une mission de service pubic, disais-je.

Nos braves législateurs vont probablement coller des pansements à droite ou à gauche, mais rien ne sera satisfaisant. On va assister à une hégémonie d’acteurs américains (disons Google, Apple et Facebook) sur le net et sur toute l’économie qui va avec (y compris les flux financiers), donc toute l’économie du futur. Les pansements ne serviront pas à grand-chose. Les tergiversations de Xavier non plus, d’ailleurs, même s’il a bien raison de donner un coup de pied dans ce bazar pour rigoler.

L’économie numérique et donc l’économie mondiale est en pleine révolution. Il est temps que ce débat se tienne sur la place publique, indépendamment des volets techniques ou juridiques. Le débat doit se tenir en Français, pour que tout le monde puisse comprendre les enjeux. Il est temps d’arrêter de s’enfoncer dans un libéralisme idiot masqué par une phraséologie incompréhensible, encore pire qu’un blog politique de gauche.

Free a vraisemblablement entamé un bras de fer avec Google. C’est deux zozos vont discuter. Il ne me semble pas qu’il revienne à deux acteurs privés de définir totalement comment je vais pouvoir visiter des films de cul.

Dans le temps, on avait un opérateur public – France Télécom - qui s’occupait de tout entre vous et le serveur de minitel rose. Il vous fournissait même le matériel. Je ne refuse pas le progrès technologiques liés à une libéralisation de l’économie mais il faut bien qu’avec les joies du libéralisme, on n’y comprend plus rien.

Concluons

Petit 1 : tout cela n’est pas simple.

Petit 2 : par exemple, mon billet est charge contre Free mais une hégémonie de Google est bien plus inquiétante. D’ailleurs, on ne sait pas trop ce que cherche à faire Free mais si c’est bien de réellement concurrencer Google, on ne pas lui jeter la pierre.

Petit 3 : la neutralité du net doit être garantie absolument et ne doit être sous contrôle que de la force publique et des états.

Je présente mes excuses à mes trolls libéraux si je les ai choqués avec cette dernière phrase, mais il faut aussi faire quelque chose contre les actions illégales sur le web, pas seulement le téléchargement de séries vidéos mais aussi de la pédophilie et l’incitation au terrorisme. La « force publique » doit donc avoir le pouvoir de bloquer des sites internet « aux frontières » (c’est un autre sujet).

Petit 4 : n’oublions pas dans la discussion qui doit devenir politique qu’il s’agit aussi d’une mission de service public.

Petit 5 : le cumul des petits 3 et 4 pourrait nous faire faire des conclusions. N’hésitons pas plutôt que de s’enfoncer dans des usines à gaz libérales où le consommateur ne comprendra plus rien. Tant qu’il passe à la caisse…

Petit 6 : n’oublions pas la pub sur Internet qui permet de payer des services. Le français n’aime ni la pub ni payer : tant pis pour lui.

Petit 7 : ne nous affolons pas. Ce n'est peut-être que Free qui est en train de tester les réactions du public et de Google...

Complément :

Il semble que Google Friend Connect (le machin qui gère les membres du blog) et Google Analytics (le machin qui fournit les statistiques de visites) soient coupés par Free, selon quelques rumeurs que j’ai vu circuler.

14 commentaires:

  1. Xavier Niel n'allait pas faire preuve de bonté longtemps avec ses forfaits aux tarifs imbattables, il y avait un loup là-dessous, le voilà qui surgit.
    De la part d'un type qui se comporte comme la pire des ordures avec les syndicats, je ne suis pas vraiment étonné.

    RépondreSupprimer
  2. ça serait flippant si Google en représailles bloquait l'accès de tous les freenautes (mon cas !). Pas dans la merde :-/

    [D'un autre côté, ça aurait le mérite de faire bouger Free !]

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est bien la preuve qu'il faut que l'état intervienne.

      Supprimer
  3. Ce n'est pas comme si on pouvait désactiver ce filtrage donc moi ça ne me gêne pas surtout que le web est envahi de pub, bandeaux et autres popups.
    Quelle différence avec l'utilisation de soft tel adblock

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La différence est de principe : c!est l'internaute qui décide pas son fournisseur.

      Supprimer
    2. D'accord avec toi mais le filtrage n'est pas imposé. Puisque tu peux le désactiver dans l'interface de contrôle donc ça ne me gêne pas.

      Supprimer
    3. Oui mais il est activé par défaut. Donc le grand public ne fera rien.

      Supprimer
  4. Ayé ! J'ai mieux compris l'histoire et comment ça marche !
    Merci et Bz

    RépondreSupprimer
  5. Il faut quand même admettre que nous vivons dans un monde ou la pub est omnipotente partout !!!!!

    Sur la route, dans les rues, sur vos maisons, dans le fond de votre paquet de céréale, à la télé, dans votre boite au lettre, sur les pare brise de vos bagnoles, c'est pratiquement impossible de la zapper ou de l'ignorer ! C'est une pollution auditive et visuelle quotidienne et continuelle.

    Et je fais parti de ceux qui en ont vraiment marre d'être agressé visuellement tout le temps, c'est en parti pour cela que je regarde de moins en moins la télé, car maintenant il est presque impossible de regarder un film ou une émission, sans être interrompu 4/6 fois ou plus avec des pubs qui gueulent leur mère au niveau sonore.

    Certains sites web sont à la limite de la démence concernant le nombre de pubs et autres adds.

    Donc pourquoi pas épurer un peu le web de tout les popup et autres saloperies qui clignotent partout et qui nuisent à la consultation de nos infos ?

    N'oubliez pas que la pub ce n'est pas du contenu... Et bien souvent l'abondance de pub brouille tellement le vrai contenu du faux, qu'on se retrouve avec autant de pub, sinon plus, qu'a la télé ?

    C'est normal d'après vous, d'avoir à subir "clic sur ci" ou "clic sur çà" toutes les demi secondes ?

    J'ai un site web en ligne depuis plus de 10 ans, ce site me coute cher tout les ans, mais je n'ai jamais voulu faire subir quelconques pubs à mes visiteurs. Donc l'argument du :

    "Ouai mais tu comprend, si je ne met pas de la pub sur mon site , je meurt"'

    A mon sens ne prend pas... Avant il n'y avait pas de pub sur le web et tout le monde était content et le web n'est pas mort pour autant.

    Sauf que maintenant pour certains, c'est un véritable business, ils montent des sites uniquement pour y foutre des add et des pop up avec un contenu minimal.

    Après chacun vois midi à sa porte, mais moi j'en ai plein le c... de la pub, donc je salue cette initiative.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui mais la question n'est pas là (désolé je suis de mauvaise humeur à cause d'un autre truc). Ce n'est pas à un opérateur de décider.

      Supprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.