10 janvier 2013

Libéralisation du TGV ?

Il y a des jours où on a envie de torpiller l’Europe. Voilà que la Commission Européenne, du moins le Commissaire Européen aux Transports, Siim Kallas, une espèce d’ultralibéral Estonien (après avoir été membre du Parti Communiste Russe), souhaite ouvrir à la concurrence les lignes TGV (comme elles le sont pour les trajets entre villes de différents pays Européens, ce qui semble logique).

Ainsi, des opérateurs étrangers vont se précipiter sur les lignes hautement rentables comme Paris-Marseille et Paris-Lyon, laissant la SNCF se démerder avec les autres lignes, notamment celles vers l’ouest. Il veut même aller plus loin et séparer complètement l’exploitation des trains et la gestion des lignes ce qui ne va pas du tout dans le sens de ce que souhaite le Gouvernement Français qui, au contraire, se prépare à rapprocher RFF de la SNCF.

Ce lascar a tous les types de transport dans le collimateur (par exemple, il veut rendre le contrôle technique annuel) et s’est déjà attaqué aux transports régionaux et « intercités ».

Si le Gouvernement Français veut rapprocher RFF de la SNCF, c’est bien parce que le fonctionnement actuel n’est pas satisfaisant. Quant à la libéralisation du fret, on voit déjà le résultat. Ou plutôt, on ne le voit pas : le secteur ne fait quasiment aucun progrès. La libéralisation n’est sûrement pas la solution.

La conséquence à moyen terme de toutes ces décisions est que des opérateurs privés vont pouvoir se partager le pognon des lignes hautement rentables laissant notre opérateur national, la SNCF se démerder (avec les régions pour les lignes… régionales) pour tout ce qui ne rapporte rien. Du coup, on se trouvera dans 10 ans avec des nouveaux trous du cul pour déclarer qu’il faut privatiser la SNCF et arrêter de desservir les territoires quand cela ne rapporte pas d’oseille. Désolé d’avoir été grossier, mais, parfois, il y a des baffes qui se perdent.

Pour l’instant, je me pose deux questions :

La première : est-il encore possible de bloquer cette andouille ?

La deuxième : les instances Européennes représentatives du peuple (le Parlement et le Conseil) ont-elles donné leur accord pour qu’une palanquée de types payés par nos impôts travaillent continuellement à torpiller nos services publics des transports ?

32 commentaires:

  1. On leur explique que la mise en concurrence du rail en UK ça a donné des accidents, après chute de la qualité du service ?

    RépondreSupprimer
  2. Réponse première question : Cette andouille a finalement peu de pouvoir. Les transports c'est du low politics et low policies comme la politiques régionales ou l'environnement.

    Réponse et hypothèse deuxième question : Le PE sera surement contre ce genre de projets.
    Pourquoi ? Parce que la majorité des infrastructures ferroviaires de grandes vitesses en Europe sont financées par le FEDER ou le Fonds de Cohésion et là il y'a une vraie volonté au PE j'ai l'impression alors qu'on renégocie les budgets 2014-2020 des politiques européennes une stratégie de recentrage et d'éviter de faire trop de cadeaux aux opérateurs privés.
    Autre hypothèse : Vu le fiasco de ce qu'ils ont fait au Royaume-Uni, je vois mal le PE voire même le Conseil se lancer dans une politique si hasardeuse.

    Après ce n'est que mon avis ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci. Ma question était posée... Pourquoi ils travaillent dessus alors qu'ils ne sont pas mandatés ?

      Supprimer
  3. L'Europe semble vouloir se faire haïr des peuples.
    Je vais finir par devenir souverainiste, moi !!!

    RépondreSupprimer
  4. on devrait le saucissonner sur le rail et interdire à Zorro d'intervenir

    désolé pour les moins de 20 ans , comme disait aznavour

    RépondreSupprimer
  5. Je me pose une troisième question : qui, depuis vingt ans au moins, vote systématiquement oui à tous les projets européens, referendums ou autres ? C'est-y vous ou c'est-y moi ?

    RépondreSupprimer
  6. Réponses
    1. Didier a 100 % raison. Tous ceux qui ont voté pour tous ces traités n'ont juste rien à dire. C'est leur application qui donne cela. Ils sont au gouvernement. C'est comme cela.
      S'ils s'en plaignent, c'est qu'ils ne savent pas lire.

      Supprimer
  7. Encore un qui n'a pas du connaître la fille de l'épicier anglais il y a une grosse trentaine d'années. Parceque pour les dégats en la matière, ce fut un modèle.

    RépondreSupprimer
  8. Ce commentaire de Didier a disparu :

    Je me pose une troisième question : qui, depuis vingt ans au moins, vote systématiquement oui à tous les projets européens, referendums ou autres ? C'est-y vous ou c'est-y moi ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est le machin de 1992 qui fout la merde pour résumer. Ceux d'après vont plutôt dans le bon sens.

      Supprimer
    2. Didier a 100 % raison. Tous ceux qui ont voté pour tous ces traités n'ont juste rien à dire. C'est leur application qui donne cela. Ils sont au gouvernement. C'est comme cela.
      S'ils s'en plaignent, c'est qu'ils ne savent pas lire.

      Supprimer
    3. J'ai lu le traité de 2005. Je persiste à dire qu'il aurait fallu voter oui même si, contrairement à beaucoup, j'ai assimilé le résultat.

      Supprimer
  9. eh oui à un moment donné, faudra bien les remettre en cause, ces p... de traités européens qui nous livrent au marché comme de la chair à pâté...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Dis tu sur ton PC construit en Chine et acheté par correspondance à une boîte étrangère.

      Supprimer
    2. rhoo, dis-moi donc dans quelle boutique de quartier tu as acheté ton PC fait en France avec des composants fabriqués en France, ça m'intéresse.

      Supprimer
    3. Je n'ai pas dit ça. Tu tiens des propos tellement débiles que tu ne t'en rends pas compte. Fous le camp de ce blog. J'ai mieux à faire.

      Supprimer
  10. d'après moi. La solution consistera à facturer les voies ferrées aux prix du KM global , lignes rentables et non rentables. Il y aura un lisage des tarifs ca calmera les rapaces

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ou en fonction du coût d'entretien. Pas assez de compétences sur le sujet...

      Supprimer
  11. A suivre de très très près.
    D'autant que les allemands ne se sont pas laissés faire : leurs trains relèvent toujours du Service Public : ils y sont très attachés.Ils ont tiré parti au maximum des dispositions de l'art.14 TFUE.
    " Sans préjudice ....(Art 4,93,106 et 107) et eu égard à la place qu'occupent les services d'intérêt économique général parmi les valeurs communes de l'Union ainsi qu'au rôle qu'ils jouent dans la promotion de la cohésion sociale et territoriale de l'Union, l'UE (...) veille à ce que ces services fonctionnent sur la base de principes et dans des conditions, notamment économiques et financières,qui leur permettent d'accomplir leur mission.(...)"
    A nous de ne pas nous laisser faire.
    Bz

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui le texte ne passera pas mais des andouilles travaillent sur le sujet tout en nous demandant de faire des économies. Ils sont payés avec nos sous.

      Supprimer
  12. Je donne les textes allemands à jour si t'as des détracteurs :
    La loi fondamentale allemande met à la charge de l'Etat les obligations suivantes :
    Art7 alinéa 1 : assurer l'éducation primaire et secondaire
    Art 87-e-al.4 : assurer le trafic ferroviaire
    Art 87-f-al 1 : garantir des prestations adéquates et suffisantes sur tout le territoire dans le secteur des postes et télécommunications
    Rien de spécial sur l'énergie,mais la garantie de prestations adéquates et suffisantes est fondée sur le principe plus général d'Etat social qui implique cette obligation.
    La Cour Constitutionnelle de Karlsruhe veille en outre au grain,comme une vraie chienne de garde.
    A nous de jouer, car balayer les Traités d'un revers de main, nous ne le pourrons pas de sitôt, quoi qu'en dise Méluche,mais nous devons tirer parti de ce qui existe, au maximum.

    RépondreSupprimer
  13. C'est cool le libéralisme européen, on construit des routes et des rails avec nos impôts ensuite les gogos libéraux débarquent pour gagner du fric avec sur notre dos et vont tout faire pour ne pas payer d'impôts et autres taxes.

    au début ils pratiquent des prix que l'on qualifie de raisonnable, mais en fait c'est une illusion comme l'électricité ou les autoroutes , c'est en fait pour mieux nous entuber.

    Et que fait l'état, il se couche devant des commissaires ultra libéraux non élus. Je suis très déçu par nos présidents en ce qui concerne l'Europe, la France est vendue à la découpe par petits morceaux.

    Sincèrement ce n'est pas pour cette Europe que j'ai voté, et je regrette amèrement mon vote.

    David75

    RépondreSupprimer
  14. Ben voilà, je n'ai plus rien à dire, Jegoun a tout dit bien mieux que je ne l'aurais fait. merci

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.