21 mai 2011

Je me fous des débats internes au PS

Je ne ferai pas de billet pour torpiller un candidat aux primaires du Parti Socialiste. J’ai exprimé mon opinion : François Hollande me parait le plus apte, à l’heure actuelle, pour gagner l’élection présidentielle. On peut regretter ce fait mais c’est ainsi.

Quand je fais un tel billet, des blogueurs défenseurs de Martine Aubry, comme Abadinte, m’indiquent qu’elle est la seule à être légitime puisqu’elle a été désignée par les militants pour être Premier Secrétaire. Ma réponse est toujours la même : d’une part, je n’ai rien contre Martine Aubry et je ne remets pas en cause sa légitimité en tant que Premier Secrétaire. J’ai signé les appels en sa faveur mais les choses bougent… Elle aurait du être la candidate du parti mais ELLE a poussé le parti à organiser des primaires.

Je rappelle qu’il y a eu un événement important le week-end dernier. Je ne sais pas s’il faut croire à la théorie du complot et, à la limite, je m’en fous. Je ne veux pas rentrer dans ce genre de débat même si l’envie est forte. J’apporte humainement mon soutien à Dominique Strauss-Kahn et je souhaite que la jeune femme soit une menteuse, c’est la seule solution pour qu’elle ne soit pas une victime.

Cela dit, cet événement est grave et devrait nous bouleverser tous, non pas pour le fait divers tragique qu’il représente mais parce qu’il est précurseur de ce que sera la campagne, tout au long de l’année à venir. Je voudrais donc que les partisans de Martine Aubry ouvrent les yeux et constatent que la campagne visant à la dénigrer a déjà commencé. Le premier élément est de faire croire aux Français qu’elle picole. Ouvrez les yeux ! Elle va être belle cette année…

Je crois tout simplement que François Hollande est celui qui supportera plus les coups, parce que son image de « père tranquille » le rend difficilement attaquable.

En outre, nous avons trois personnes, Martine Aubry, Ségolène Royal et François Hollande, qui ne peuvent pas se blairer entre eux qui risquent de rentrer en conflit avec les partisans des uns qui vont taper sur les autres, comme il se passe régulièrement depuis que je m’intéresse un peu aux histoires internes du PS, sans toutefois les comprendre. Un affrontement serait mortel et, probablement, vaudevillesque

On me dit que François Hollande est le candidat des sondeurs. Une commentatrice de Dagrouik (j’y reviendrai) me dit qu’il a été désigné par une médiacratie. C’est typiquement le discours de Jean-Marie Le Pen, quand il était au plus fort, quand il dénonçait « l’Etablissement ». Je leur ferai néanmoins remarquer que Ségolène Royal était aussi la candidate des sondages avant 2007. Ceux qui défendaient Ségolène Royal à l’époque ont beau jeu de dénoncer les sondages, maintenant.

Ces sondages sont amusants à observer. En interne du Parti Socialiste, Martine Aubry arrive en tête mais, en externe, c’est François Hollande.

Les militants du Parti Socialiste mettent tous leurs maux sur la tronche de François Hollande en niant une évidence : le plus gros du bordel dans le parti a commencé au lendemain du congrès de Reims, c'est-à-dire après son départ… En onze ans, il était l’homme de la synthèse molle, mais au moins, il avait réussi cette synthèse.

Avec ces primaires, le PS se retourne sur lui-même. Les militants dénoncent la « médiacratie » sans se rendre compte qu’ils en font partie en tant qu’observateurs privilégiés de la vie politique.

Dans le billet de Dagrouik auquel je veux répondre aujourd’hui, il me prend à partie, de même que Yann. « Je veux donc dire à mes deux collègues qu'ils devaient avant de penser au ridicule, se mettre à suivre les débats des primaires. »

Ben non. Doublement non. Tout le monde se fout des débats des primaires. Tout ce qu’il ressort dans la presse populaire tourne autour des batailles de personnes et pas du tout du contenu des propositions.

Sur leurs sites internet :

Le Parisien (qui est le journal le plus lu en France) : le premier sujet politique (hors cheminent de DSK) porte sur le soulagement de Nicolas Sarkozy après la chute de DSK. Le deuxième sujet est la divergence de vue entre Ségolène Royal et François Hollande à propos de DSK.

Métro (seul quotidien gratuit distribué chez moi le matin) : rien sur les primaires en une mais un billet signalant l’unité du PS autour du projet, ce qui semble relativement important.

Le Télégramme (qui est un des journaux que je connais le mieux, avec Le Parisien, et qui représente la PQR dans mon bref billet) : rien sur les primaires en une.

Voila (qui est un des sites d’informations populaire de référence, j’essaie de me baser dessus tous les matins pour mon billet politique) : un article à la gloire d’un des candidats (assez haut dans la une, d’ailleurs), en l’occurrence François Hollande sans rien sur le fond.

Google News (« la référence ») : comme Métro, un article positif (je parle du titre…) de France Soir, avec le vote des militants.

N.B. : on dira ce qu’on veut du projet mais, au moins, on en parle, ce matin, et en bien…

Les primaires intéressent des centaines de milliers de personne (je suis optimiste) mais il y a une vingtaine de millions d’électeurs à convaincre. Dans ce contexte, ce que peut dire tel ou tel candidat dans un débat interne au Parti Socialiste, y compris sur le fond, n’a strictement aucun intérêt. Dans cette République (je n’arrête pas de dénoncer la constitution), seule la personne compte. Tout ce qui importe est la capacité de chaque candidat, soutenu par le parti, à passer les deux tours…

Ainsi, comme l’immense majorité des Français, je me fous totalement du fond, dans ces primaires, le seul truc qui m’intéresse est leur résultat, parce que comme cette immense majorité des Français je n’ai jamais rien compris dans les querelles internes du Parti Socialiste qui minent la gauche depuis toujours. Parce que, comme tout type de gauche, je n’ai pas le culte du chef.

Hop ! « Art. 5. - Le Président de la République veille au respect de la Constitution. Il assure, par son arbitrage, le fonctionnement régulier des pouvoirs publics ainsi que la continuité de l'État.  Il est le garant de l'indépendance nationale, de l'intégrité du territoire et du respect des traités. » Le Président préside la République, il ne me préside pas, moi, personnellement…

Quand ces primaires seront passées, il y aura bien une négociation, ensuite, avec les partenaires du Parti Socialiste, d’un côté pour tenter de rallier le MRC et, de l’autre, pour faire comprendre aux écolos qu’ils font fausse route et qu’ils risquent de détruire tous les efforts de la gauche et des écolos en présentant un candidat qui affaiblirait le candidat de la première formation de gauche : le Parti Socialiste.

Ensuite, si le candidat du Parti Socialiste franchit le premier tour de la Présidentielle, il faudra ensuite négocier avec les partenaires potentiels d’une plate-forme gouvernementale, a priori essentiellement le Parti de Gauche mais aussi le Modem que je n’ai toujours pas enterré…

Enfin, quand il aura gagné le second tour, il faudra se lancer dans la bataille des législatives, pour déterminer le poids réel respectif de chaque formation politique, il y aura encore des négociations avec les composantes de la future majorité présidentielle pour mettre en place un gouvernement qui pourra mettre en musique le fruit de ces négociations en musique, dans un contexte économique et autre dont on ne sait rien aujourd’hui.

Il y a encore sept jours, tout le monde imaginait Dominique Strauss-Kahn Président de la République. Il y a encore deux mois et une grosse semaine, on n’imaginait même pas le poids que le nucléaire aurait pu avoir dans l’ensemble de ces négociations.

Ainsi le débat interne au PS ne me fascine pas.

Je m’en fous et les Français aussi.

Les Français veulent un grand parti qui puisse se mettre en marche pour balayer Nicolas Sarkozy, pour les sortir de la merde dans laquelle ils stagnent depuis trop longtemps. Ils attendent donc du Parti Socialiste qu’ils trouvent un candidat en qui ils puissent avoir confiance, pour qui ils voteront sans rechigner.

Il faut un candidat qui fera cette synthèse, forcément molle, puisqu’il s’agit de réunir autour d’un nom des gens résolument antilibéraux et d’autres forts partisans de la construction européenne.

Trouver ce candidat de synthèse qui ne soit pas un repoussoir électoral devrait être la seule préoccupation du PS.

(photo)

19 commentaires:

  1. T'as raison,
    mais la bataille interne risque de déborder très vite si Martine ne prend pas ses responsabilités.

    RépondreSupprimer
  2. David,

    Oui. J'ai exprimé mon souhait. J'espère qu'elle ne se trompe pas dans sa démarche et qu'elle n'est pas aveuglée par la haine qu'elle pourrait avoir contre Hollande.

    RépondreSupprimer
  3. Aubry "légitime parce désignée par les militants" ? On sait ds quelles conditions elle a été élue secrétaire générale... Du flou même pas artistique !

    Ceci dit que toutes ces querelles internes soient dues au fait que les socialistes n'auraient pas le culte du chef, oui pkoi pas, je n y avais pas penser. Ce qui pourrait donc expliquer leurs échecs aux présidentielles qui par nature sont gagnées par un "leader"

    RépondreSupprimer
  4. Corto,

    Ce billet est trop long, mais effectivement, j'aurais pu mettre en cause la légitimité de Martine Aubry.

    Pour le culte du chef, c'est une des explications... La cinquième n'est pas faite pour eux...

    RépondreSupprimer
  5. "Les primaires intéressent des centaines de milliers de personne (je suis optimiste) mais il y a une vingtaine de millions d’électeurs à convaincre"

    Ben c'est pas gagné camarade ! En 81 je fus sans doute de cette jeunesse qui croyait au changement... les années passent, on avance dans l'âge; aujourd'hui la politique m'indispose, quand au 'socialisme' version PS :-( rien à battre de leur primaire, et même aller voter commence à me poser un sérieux problème de conscience.

    RépondreSupprimer
  6. Pas vieillir... à bientôt 50 piges on ne se sent pas forcément vieux, je me sens même jeune d'esprit, mais pas l'esprit jeune (nuance). Ona plus de recul qu'à 20; c'est mathématique tout simplement 30 ans se sont écoulés.
    Les jeunes d'aujourd'hui utilisent Facebook pour faire la révolution, ils n'ont pas forcément envie de passer par les urnes... je les comprends.

    RépondreSupprimer
  7. Bah ! Je n'avais que 15 piges en 81... Mais je me rappelle très bien l'espoir que j'avais en votant Juquin en 88...

    RépondreSupprimer
  8. Étant donnée la pléthore de personnel, on peut quand même supposer que si Truc est élu , et pas Muche ni Bidule... Et bien Muche et Bidule seront ministres... Et si c'est Muche qui est élu , Truc et Bidule seront ministres .... Voilà je pense pourquoi les primaires on s'en fout un peu... Mais ce qu'on voudrait sans doute, c'est une unité vague mais pas trop derrière un programme de gauche... G.

    RépondreSupprimer
  9. « je n’arrête pas de dénoncer la constitution »

    Eh bien voilà, le problème des socialistes est là : vous n'avez jamais admis l'élection du président de la République au suffrage universel, trop irréductiblement attachés que vous êtes aux politicailleries parlementaires des troisième et quatrième républiques. Donc, inconsciemment, vous faites tout ce qu'il faut pour la perdre, cette élection "indigne". L'affaire Strauss-Kahn en est le plus flamboyant exemple.

    Et ce n'est pas un hasard si le seul depuis trente ans qui ait réussi à faire gagner les socialistes à cette élection fut Mitterrand qui ne l'était pas, socialiste.

    RépondreSupprimer
  10. Ah Didier et les socialistes qui mangent les enfants! D'ailleurs l'assiette de la photo en est pleine.

    Nicolas: Le souci c'est que si tu annules les primaires, ça va brailler en interne et affaiblir le candidat.

    RépondreSupprimer
  11. Si vous annulez les primaires, ça va brailler en externe aussi. Ça ressemble un peu à de la démocratie, nom d'un chien!

    RépondreSupprimer
  12. Dire : "Je me fous des débats internes au PS", et peu importe que ce soit une boutade, c'est peu ou prou, la même chose que de dire : "je m'en fous, je veux juste que Sarko soit battu en 2012"... Pauvre argument.

    Au fond, votre candidat(e) pourrait être un stalinien, un imposteur, un néo-libéral, voire un nazi, ou un terroriste lambda, peu vous chaut vous n'avez aucune éthique, pourvu que votre camp (mais lequel ? Quelle pensée ? Quel avenir ? Quel projet ?) gagne. Mais quelle misère.

    Si vous ne voyez pas ce qui se trame, permettez :

    http://sagephilippe.20minutes-blogs.fr/archive/2011/05/21/primaires-socialistes-la-grande-entourloupe.htm

    C'est à vomir.

    Et encore, ce n'est que la surface. Si vous creusez, c'est plus qu'à vomir.

    Ou vous ne voulez pas faire l'effort de le voir, et ensuite, le dire, et dans ce cas, peu importe. Mais alors, adoubez Sarkozy. Right now !

    Soit vous vous battez vraiment (c'est ça la force de Goux, Zemmour, et consorts, ils se battent eux ! Ils ont de vraies convictions - votre faiblesse, c'est votre lieu, vous êtes et avez décidé d'un lieu dérisoire : le bistro : l'alibi foireux pour dire ce que l'on veut et ne jamais en être tenu responsable puisque "tout le monde le dit"), soit vous êtes dans l'a peu-près, le rigolo (c'est vrai que c'est le moment) la dérision, le "je m'en fous" (bien pratique).

    Vous avez, aussi, une responsabilité. En tant que (pour paraphraser Goux - vous devriez l'entendre ou/et l'écouter) de "number one du Wikio" (du cirque à la con - c'est-y pas ? Un bourrage des urnes à sa façon - contredisez-moi, ça m'amusera follement. J'aime rire. Ce classement est juste une infamie).

    Si vous ne l'assumez pas, intellectuellement, ce statut, honnêtement, alors, d'autres le feront. "Honnêtement". Tant ce terme est important, désormais. Et ça va se faire. Je vous l'assure....

    Bonne nuit.

    RépondreSupprimer
  13. Didier,

    Oui, mais ça ne change rien.

    Le Coucou,

    On peut faire aussi des primaires de confirmation, je m'en fous, je veux juste éviter une bataille qui va torpiller le PS. Ce qui n'aurait pas été le cas si DSK avait été là.

    Philippe,

    Vous faites totalement fausse route et d'ailleurs, je me demande si vous avez lu le billet.

    D'une part, je suis blogueur, pas militant socialiste, juste sympathisant. J'ai "choisi" un créneau pour mon blog (le bistro, le tout le monde le dit)... Je dis que ces primaires vont foutre le bordel dans l'opinion.

    Ceci ne m'empêche pas de mettre du fond dans certains billets, notamment quand je parle de fiscalité et autre.

    D'autre part, je ne fais que dire que Martine Aubry doit se désister et qu'elle doit faire en sorte que les primaires ne soient pas un affrontement entre Ségolène Royal et François Hollande. Il faut donc faire en sorte que François Hollande soit candidat, vous aviez d'ailleurs commenté dans ce sens un de mes précédents billets.

    A ma connaissance, Hollande n'est pas "un stalinien, un imposteur, un néo-libéral, voire un nazi, ou un terroriste lambda"...

    Vous me dites que je n'ai aucune éthique mais vous m'envoyer lire un de vos billets où vous détaillez "pourquoi" le fonctionnement du PS n'est pas éthique.

    Vous n'avez ainsi pas lu mon billet. Je vais le résumer. Dès l'élection du candidat aux primaires, il faudra qu'il aille voir Chevènnement pour éviter qu'il se présente. Son programme connaitra alors une inflexion à gauche.

    Ensuite, ça va être le bordel chez les écolos. Il faudra bien aller voir Cohn-Bendit pour que celui-ci appelle à voter pour le PS au premier tour, avec des nouvelles concessions au programme.

    Alors les divergences qui peuvent exister, maintenant, entre les lignes politiques de chacun des candidats sont dérisoire (en fait, seul Montebourg est vraiment original mais comme il n'est pas audible, il ne m'intéresse pas pour blog - voir le "d'une part" ci-dessus).

    Entre les deux tours, si il arrive à passer le premier, le candidat devra aller chercher les voix des centristes, voir carrément aller chercher un appel de François Bayrou qui pourrait très bien remonter la pente d'ici là.

    Vous pouvez penser ce que vous vous voulez du classement Wikio puisqu'on en revient là, éternellement pour me contredire, ce qui est parfaitement risible... Cela dit, nous n'avons probablement pas la même définition de ce que sont les blogs...

    Si j'ai une responsabilité avec cette position, c'est d'avoir fait en sorte que les blogs militants de gauche aient une certaine visibilité et je ne m'en sors pas trop mal, tout le Wikio est plein de blogs de gauche, mais je n'ai pas la prétention de faire un aussi bon boulot, par exemple, que quelqu'un comme Bruno Roger-Petit.

    Les blogueurs politiques, et vous en faites partie, sont frustrés depuis 2007 : ils n'ont pas réussi à dépasser le stade des 500 ou 1000 (ou 3000 on s'en fout) lecteurs.

    Vous pouvez faire un billet pour décrire ce qui est écrit dans Marianne mais ça reste une posture : Marianne est lu par au moins 100 fois plus de personne que votre blog.

    Alors laissez moi gérer mon espace personnel comme je l'entends.

    Je n'ai pas la prétention de me donner une responsabilité, moi. Je ne veux pas devenir un énième éditorialiste chiant à mourir.

    RépondreSupprimer
  14. Par ailleurs, Philippe, je crois que vous confondez le fond avec le style d'écriture.

    Vogelsong de Piratages a fait un très bon billet hier, avec son style et son écriture bien plus travaillée que la mienne. Ce billet visait à démontrer qu'en laissant les gens avoir de l'espoir dans un potentiel délinquant sexuel, la classe politique et les journalistes font le jeu de Marine Le Pen.

    C'était exactement la conclusion de mon billet de la veille. Ainsi Vogelsong et moi disons exactement la même chose mais je suis beaucoup direct parce que j'ai pas la capacité à écrire une dissertation sur le sujet alors que lui sait très bien écrire.

    Autre exemple : j'ai fait l'autre jour, un billet en faveur de François Hollande, disant que c'est le seul possible. Parallèlement, Marc Vasseur faisait son billet à sa propre sauce (sa pensée politique est beaucoup plus structurée que la mienne, il a beaucoup plus de fond), pour arriver à la même conclusion...

    Nous sommes juste des blogueurs...

    RépondreSupprimer
  15. Nicolas :
    Tu as bien fait d'insister et d'en refaire un billet, je ne suis pas loin de penser que tu as raison.
    Cependant, tu dis à juste titre qu'il faudra aller négocier à droite à gauche pour avoir une candidature plus ou moins unique de la gauche en 2012.
    De ce point de vue, Martine Aubry n'a-t'elle pas un avantage sur Hollande, qui se présente lui même comme un "réaliste" (cad aile droite du PS), ce qui pourrait rebuter les écolos.
    On se souvient de la belle affiche sur la péniche après les cantonales. Hollande peut-il faire la même chose ?

    RépondreSupprimer
  16. Il est évident que François Hollande représentera le PS à la présidentielle, pusique Martine Aubry ne souhaite pas réellement être candidate. Elle aurait pu l'être en 2007. Elle aurait aussi pu déjà annoncer sa candidature pour 2012. Or, elle ne l'a pas fait. Elle attendait que DSK annonce son entrée dans la course pour se placer en second. C'est comme ça, la place de président, il faut la vouloir. Or Martine hésite encore...

    Vous semblez effrayé par ce qui se profile, en terme de bataille d'égos socialistes. Mais vous croyez réellement que les Français s'intéressent aux égos des politiciens ? Ben non, is s'en fichent. Ce qui compte, ce sont les trucs basiques comme le chômage, la sécu. Et en un an, il peut s'en passer des choses pour Sarko (et pour nous). Dans l'économie, par exemple.

    Alors, pas la peine de flipper. L'affaire Strauss-Kahn ne change rien à la donne. Sarko est au fond du trou et il y restera. Cette fois, ce sont les Français qui décideront du résultat, pas les publicitaires.

    A part ça, vous vous trompez, le Parisien n'est pas le journal le plus lu en France (Ouest-France et de très loin).

    RépondreSupprimer
  17. Il y a plusieurs points sur lesquels je ne suis pas d'accord mais ça n'est pas grave ! Pour moi, il y a deux manières de faire de la politique : suivre les études d'opinion et proposer aux français ce qu'ils veulent entendre ou avoir des conviction et passer son énergie à convaincre du bienfondé de celles-ci. A mes yeux, toute politique conçue à partir des sondages est dénuée de sens politique.
    Mais c'est juste mon avis d'utopiste !
    :-))

    RépondreSupprimer
  18. Merci pour vos coms !

    (utopistes...)

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est activée. JE SUIS LE SEUL à décider des commentaires qui sont supprimés et ils ne le sont jamais pour divergence politique sauf si les propos tiennent du harcèlement de la part d'imbéciles qui ne savent pas prendre acte d'un constat de désaccord.

Je supprime les commentaires qui n'apportent rien à l'esprit de ce blog, tel que je me l'imagine. Tant pis pour les andouilles qui voient autre chose...