21 mai 2011

La police de la pensée : le come back

Pendant que la serveuse de la Comète finissait le ménage, dans ma grande bonté je restais avec elle pour pas qu’elle se retrouve toute seule (et que je boive des bières discrètement), j’ai eu l’idée de prendre une photo d’elle et de faire une « plaisanterie #DSK ». Je me suis assuré qu’elle me tournait le dos pour qu’elle ne soit pas reconnaissable et j’ai pris la photo que j’ai diffusée avec le commentaire suivant, de mémoire : « je violerais bien la bonne, moi » ce qui n’était pas d’une intelligence supérieure mais j’étais au bistro à 22h30.

Je vous laisse lire le commentaire que je me suis pris dans la gueule. « Notre illustration »

Un jour prochain, l’humour graveleux sera interdit.

Bravo. Merci madame ! Tu as gagné un billet dans mon blog. Marine Le Pen n'a plus aucun effort à faire pour figurer au deuxième tour...

18 commentaires:

  1. Je lis le twitt d'une personne que je ne connais, et que je n'ai aucune envie de connaitre...

    J'allais être grossier en parlant de la personne dont tu as mis en avant le twitt qui montre sa grandeur d'ame, mais bon... Se faire follower par des gens qui n'en valent pas plus la peine que ça, est ce la peine ? (blocke donc cher ami)

    Et reste comme tu es bordel...

    RépondreSupprimer
  2. Mouarf FalconHill ! J'ai vérifié : cette espèce de machin ne me followe même pas. Elle a du me trouver dans une liste !

    RépondreSupprimer
  3. C'est pas ton meilleur tweet, c'est sûr, mais ça ne vaut pas une telle réaction; un peu comme si on se retrouvait au tribunal pour chaque blague juive balancée en ligne quoi !...

    RépondreSupprimer
  4. Faut dire que tu l'as cherché ! ;+)

    RépondreSupprimer
  5. Denis,

    Non. C'est la personne qui a fait ce twit qui a cherché la baffe publique : quand on me followe sur twitter, on sait que je raconte sur des cochonneries, notamment à des heures tardives.

    Alors les braves gens qui me followent et n'aiment pas mes conneries devraient allez voir un psy. D'ailleurs, tu m'as toi même unfollowé (parce que nous n'avons pas la même vision de Twitter et surtout des blogs) ce qui n'est pas bien grave.

    RépondreSupprimer
  6. On ne peut pas faire que de bonnes vannes. Tu n'es coupable que de ne pas avoir été drôle, mais c'est dur de l'être à partir de certaines heures et de certaines bières. Hier dans la nuit, vers 2h00 du mat, je ne sais pas, je ne twitte pas donc, personne ne sait, mais j'étais peut-être d'un humour incertain...

    RépondreSupprimer
  7. En ce moment, par exemple, au boulot, avant d'entrer dans le bureau d'une collègue, je déclare en ce moment que j'ai aucun intention d'agresser sexuellement qui que ce soit, ce n'est pas très drôle mais bon, il faut savoir rire des choses qui en soi sont tout sauf drôles...ça dégonfle un peu la gravité des choses.

    RépondreSupprimer
  8. Dorham,

    Je plaide non coupable ! J'étais drôle mais pas pour elle et j'aurais pu faire cette blague à jeun... d'ailleurs je l'étais presque (j'étais déjà sorti le jeudi avec le KdB puis le vendredi soir : il faut savoir se reposer le foie).

    Ce qui n'est pas facile, c'est d'être drôle en 140 caractères et de ne pas pouvoir recaser le contexte.

    Alors je vais le faire maintenant : la serveuse a 23 ans, elle est arrivée à Paris à la fin de l'année dernière et à trouvé un job dans ce bistro. Elle nous a, moi et le vieux Joël, et à force de passer des soirées (plus des journées d'ailleurs) avec elle, nous l'avons "prise en affection", un peu comme une fille adoptive ou une belle fille. C'est la même affection que je pouvais avoir pour Jim, l'ancien serveur, un sentiment un peu paternaliste.

    Alors hier soir, comme elle était toute seule, elle m'a demandé de rester pendant qu'elle finissait le ménage ! J'attendais donc sans verre (ménage oblige) et j'ai fait ce twit.

    Sur la photo, elle balayait la terrasse et juste après elle est rentrée dans le bar et a fermer les portes à clés pour que nous puissions boire un dernier verre en tête à tête.

    Les lumières étaient éteintes. Je lui ai dit un truc du genre "fais gaffe, je vais te violer" et elle a éclaté de rire parce que dans les circonstances s'était drôle : j'étais resté pour qu'elle ne se fasse pas agressé.

    En plus, il y a un phénomène qui me casse les burnes : en tant que number one du Wikio, je devrais être un phare de la pensée puisque les gens s'abonnent à mon compte twitter parce que mon blog est number one.

    Je ne prends twitter que pour raconter des trucs de cul ou d'ivrogne, bref pour rigoler ! Pas pour faire de la propagande politique de number one dont je n'ai rien à cirer.

    Dans les commentaires à mon billet d'hier matin "je me fous des débats des primaires" un type (P. Sage) est venu commenter en disant qu'en tant que number one, j'avais des responsabilités et que je ne pouvais pas dire que je me fous de ce débat (d'autant qu'il n'a visiblement pas lu mon billet).

    Je ne veux pas avoir de responsabilité de number one à un truc qui n'est qu'un jeu.

    Alors même en tant que number one du machin, je veux pouvoir rire "dans les conditions de ton deuxième commentaire".

    RépondreSupprimer
  9. Moi c'est curieusement le dimanche que je m'embrouille sur twitter. Ce matin une nana m'a fait tout un caca nerveux sur plusieurs twitts car je lain unfollowée

    RépondreSupprimer
  10. Oui, les gens ne sont pas raisonnables avec Twitter... Certains voient un follow en une relation d'amitié alors que c'est juste un "voyons voir ce que le gugusse a à dire". Du coup, ils font la gueule pour des unfollows.

    RépondreSupprimer
  11. Qu'on unfollowe ok, mais qu'on pleurniche ou commente le pourquoi du unfollow c'est n'importe quoi, elle est pas contente elle te vire et point barre. C'est des trucs de mijaurées que de prévenir la terre entière : "attention je vais unfollower, ayé c'est fait"... J 'y ai souvent droit, je ne réponds même pas.... Je me demande ce qu'on attends en face ?

    RépondreSupprimer
  12. "En tant que number one, j'avais des responsabilités et que je ne pouvais pas dire que je me fous de ce débat."

    Là, on est d'accord. Faudrait que certains se rendent compte qu'être number one du Wikio, ce n'est pas comme si tu étais Secrétaire Général du PS.

    RépondreSupprimer
  13. Oceane,

    Oui. Mais je vais répondre hors sujet : bête comme je suis, je n'avais pas fait le rapport entre cette histoire et nos échanges ce matin dans twitter.

    Dorham,

    Oui mais il y a des jours où ça pèse. Je veux bien qu'on me prenne pour le chef d'une meute, ce que je revendique pas et ne veux pas, mais ça arrive tellement souvent depuis bientôt trois ans. Je me vois plus colle une espèce de locomotive.

    Mais me donner une responsabilité est ridicule. Pour ne pas dire abject.

    RépondreSupprimer
  14. Cela dit, Oceane, j'aurais du te répondre plus précisément mais j'avais déjà fait une réponse de ce type à Romain.

    Les gens ont un rapport bizarre avec internet. La fille en question se la pête en me chiant dessus avec un twit qui aura été lu par dix personnes, l'air d'avoir dénoncé publiquement un scandale international.

    Ce qui m'amuse c'est que mon billet aura été lu par quelques centaines de personnes.

    Le plus drôle est que je m'en fous. La plupart des vrais lecteurs sont des potes qui vont par réflexe approuver ma position et s'empresser de faire des billets pour expliquer qu'il faut vénérer la liberté d'expression tout en gueulant parce qu'on laisse parler Zemmour.

    RépondreSupprimer
  15. L'humour est une chose difficile à partager, on est toujours le salopard de quelqu'un(e) surtout s'il a quelques problèmes mal gérés !
    Tiens, je me suis fait un peu agresser avec ce tweet :
    "La victime est noire, l'agresseur est juif, les juges sont protestants. On n'est pas sortis de l'auberge." alors que justement, je me moque de tout dedans ! :-))

    RépondreSupprimer
  16. Mais sinon, elle est bien la bonne finalement?

    RépondreSupprimer
  17. Poireau,

    Oui, les gens sont d'une bêtise !

    El Camino,

    Tiens ! Je ne sais pas.

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est activée. JE SUIS LE SEUL à décider des commentaires qui sont supprimés et ils ne le sont jamais pour divergence politique sauf si les propos tiennent du harcèlement de la part d'imbéciles qui ne savent pas prendre acte d'un constat de désaccord.

Je supprime les commentaires qui n'apportent rien à l'esprit de ce blog, tel que je me l'imagine. Tant pis pour les andouilles qui voient autre chose...