22 juin 2012

Les écolos et leur déplorable image

Daniel Cohn-Bendit a lancé une violente charge contre Europe Ecologie Les Verts en disant qu’ils ont une image déplorable. Je ne peux que lui donner raison : je ne sais pas ce qu’en pensent mes braves lecteurs qui ont les commentaires de ce billet pour s’exprimer sans modération (sauf celle des commentaires), mais, personnellement, ça fait que ce parti me sort par les trous de nez.

Ca ne date pas d’hier, mais tout empire. Au début de la campagne pour la Présidentielle, il y a eu la primaire de ce mouvement pour choisir un candidat. Je considère qu’Eva Joly n’était pas une bonne candidate mais que, de toute manière, la finale de la primaire n’avait pas un bon casting.

Cette primaire aurait du se jouer entre Cécile Duflot et Daniel Cohn-Bendit pas entre les deux autres qui ne représentent pas grand-chose (mais je conçois que Mme Duflot et M. CB n’avaient pas envie…). J’ai lu quelque part, récemment, que Daniel Cohn-Bendit regrettait de ne pas avoir participé à la primaire du PS (ou de ne pas avoir poussé quelqu’un, Cécile Duflot, donc, à le faire). Les choses auraient été beaucoup plus claires par la suite.

A la fin de l’année, l’histoire de l’accord avec le PS a été déplorable, tant pour le PS que pour les écolos mais ces derniers ont surtout donné l’impression d’aller à la soupe pour avoir des sièges de députés, comme s’ils allaient à l’Election Présidentielle uniquement pour rigoler. D’ailleurs, je crois bien que DCB avait dit qu’il aurait souhaité que Mme Joly se désiste et se rallie à François Hollande. Ca m’aurait paru la moindre des choses (et surtout la seule solution pour ne pas faire un score dérisoire).

Jean-Vincent Placé a été vu beaucoup des photos prises lors d’événements qui ont suivi l’élection de François Hollande, comme si son propre parti n’existait et qu’il a fait partie de l’équipe de campagne du nouveau Président. Ce matin, il se permet, tout comme le remplaçant de Cécile Duflot, de pester contre le remaniement d’hier soir et le changement de Ministre de l’Ecologie. Comme s’il regrettait de ne pas avoir eu le poste.

Tout ceci n’est que des impressions. Je ne suis pas au cœur de ce parti pour regarder ce qu’il s’y passe. Mais je crois que Cohn-Bendit à raison : l’image est déplorable.

Les écolos devraient regarder les autres petits partis de la gauche pour apprendre ce qu’il ne faut pas faire… Et les autres petits partis de la gauche devraient regarder les écolos : au moins, ils ont des ministres et des députés…

22 commentaires:

  1. Excellent billet. (rien à rajouter)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci. Je me doutais bien que tu serais d'accord.

      Supprimer
  2. La présence des écolos à la présidentielle est un paradoxe : l'écologie politique est incompatible avec le régime présidentiel tout comme avec les élections à scrutin majoritaire qui personnalise le débat alors qu'on devrait être dans "le projet commun". Donc forcément à chaque fois qu'EELV participent à un de ces scrutins, ils communiquent mal (contre nature... ce qui est un comble pour des écolos) car ils sont obliger de se trahir. Le beau rôle et l'intelligence de Daniel est justement de ne jamais faire le malin dans les élections de ce genre. En revanche on voit bien qu'il est comme un poisson dans l'eau lorsque sonnent les élections européennes, régionales (voire municipales mais pas pour lui car il joue quand même dans la division au-dessus!). Mais compte tenu du modèle politique franchouillard, si tu ne vas pas à la présidentielle ou aux législatives tu n'existes pas politiquement... Donc personnellement je parlerai plutôt du déplorable système politique français qui produit des baronnies et de petits arrangements entre amis.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui mais il faut faire avec. Les écolos auraient pu participer à la primaire du ps.

      Supprimer
  3. Ben oui, je suis d'accord aussi. Les Verts me gonflent, je l'ai déjà dit dans un ou deux billets, ce n'ai pas près de s'arranger.
    Et pourtant c'est bien l'écologie.

    RépondreSupprimer
  4. mouais. je vais réagir, mais je pense un peu comme toi.

    RépondreSupprimer
  5. Eh bien moi, je ne suis pas d'accord : je trouve profondément réjouissant un monde dans lequel une Cécile Duflot peut se retrouver ministre, alors qu'en d'autres temps on n'aurait même ps voulu d'elle comme institutrice.

    RépondreSupprimer
  6. Il faudrait peut-être arrêter de les appeler "les écolo", parce que tout le monde est forcément écolo. Eux c'est E.E.L.V. et il n'y a pas que leur image qui est déplorable. Aux cantonales (bon, chez moi c'est toujours la droite qui passe mais quand même), j'ai voté Pour la liste soutenue par Mélenchon, le candidat socialiste était trop vert à mon goût.
    Le gouvernement ferait bien de se méfier, E.E.L.V. fait fuir le peuple.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non. "écolo" est un diminutif affectif.

      Supprimer
  7. Mouais, si les verts gonflent, faut voir avec un pharmacien ou une bonne décoction avec un bain de siège approprié.
    Tout le monde est écolo... mouais, comme tout le monde est humaniste, j'ai rarement rencontré quelqu'un disant "je suis un gros salopard et à choisir entre ma gueule et la tienne, je t'écrabouillerai les doigts en toute circonstance". On est tous écolos comme on est tous des bons conducteurs de 4x4 des villes respectueux et courtois. Et puis le "fait fuir le peuple", c'est pas un argument. Si le peuple aime la Marine, faut-il tous se mettre en mode "boat people"?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si ! C'est un argument. L'écologie politique ne doit pas se résumer à des élections.

      Supprimer
  8. Et Hulot? le pseudo écologiste patron d'Ushuaia?
    Le messie capitaliste qui vote Mélenchon?
    Lui aussi, il y aurait des trucs à dire....

    RépondreSupprimer
  9. le changement de ministre de l'écologie m'emmerde tout autant que les Verts... et pourtant dieu (et toi) sait que je ne me retrouve que rarement sur les positions qu'ils défendent mais sur ce coup là ils ont raison de l'ouvrir

    RépondreSupprimer
  10. Je partage globalement ton analyse.
    J'aime bien Dany, mais je ne suis pas sûr que sa prise de position contribue à changer cette image.
    Les Verts sont assis sûr une mine d'or et ils ne l'exploitent pas : c'est ça qui est fou !
    Dans un monde au ressources finies, aux préoccupations écologiques grandissantes, le discours des Verts va finir par payer.
    Il ne reste plus que l'émergence d'une personnalité charismatique et consensuelle pour porter ce discours et les querelles de personnes passeront à l'arrière plan.
    Les Verts ne peuvent que faire mieux à l'avenir....

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.