21 juin 2012

Le Figaro premier journal d'opposition

Le Figaro a publié un article, hier, avec pour titre : « Dépenses de l'État : coupes drastiques en préparation ». François Hollande a jugé ses informations invraisemblables. Le Figaro est dans son rôle et le premier paragraphe résume la situation : « Pendant cinq ans, la gauche a accusé Nicolas Sarkozy de casser le service public, à coup de suppressions de postes, de fermetures de petits tribunaux et autres services locaux. Mais pour tenir ses objectifs de baisse de déficits publics, le gouvernement Ayrault s'apprête à mener une politique tout aussi sévère. »

On pourrait tout de suite prouver que le Figaro raconte n’importe quoi : la gauche ne fermera pas de petits tribunaux mais augmentera le budget de la justice et la casse du service public de Nicolas Sarkozy concernait beaucoup l’Education Nationale.

Le Figaro a oublié de préciser que l’équipe précédente a laissé une ardoise plus importante que prévue de 10 milliards et qu’il faut bien faire quelque chose pour tenir les objectifs. Le Figaro a oublié de rappeler que Nicolas Sarkozy a laissé une ardoise de 600 milliards…

J’ignore quelles seront les mesures prises par le gouvernement, mais, à un autre sujet (la compétitivité), hier, lors de sa conférence de presse, François Hollande a rappelé la jeunesse de son Gouvernement : « Sur ces reproches qui peuvent être faits à la France, j'imagine qu'ils avaient été donnés avant que je n'arrive. Nous sommes là depuis à peine un mois et encore, j'allais dire quelques jours depuis qu'une majorité a été largement trouvée à l'Assemblée nationale. »

Le Figaro serait bien avisé de laisser le Gouvernement et surtout la nouvelle Assemblée Nationale travailler. C’est amusant, en tant que blogueur de gauche, d’avoir Le Figaro comme principal journal d’opposition.

10 ans que ce n’était pas arrivé.

Tiens ! Le démenti de François Hollande est en haut de la une du site du Monde… Enfin un journal parfaitement objectif. Smiley.

24 commentaires:

  1. De quel type de fonctionnaire on parle? Il me semble qu'on a parlé d'enlever les doublons régionaux et étatiques, non?
    Parce qu'il va bien falloir faire quelque chose
    Amitiés

    RépondreSupprimer
  2. Le Figaro est une feuille de propagande

    RépondreSupprimer
  3. Pour l'opposition, le gouvernement sera de toute façon toujours en tord : s'ils appliquent une politique de gauche, ça sera un "désastre économique", s'ils appliquent une politique de droite, c'est qu'ils ne "tiennent pas leurs promesses".

    RépondreSupprimer
  4. Hé bé ! S'il n'a que le Figaro comme opposition, votre président normal va pouvoir roupiller tranquille !

    Et s'occuper de ses histoires de bonnes femmes.

    RépondreSupprimer
  5. ardoise de 600 Mds de Sarkozy soit à peu près exactement le coût de la crise, selon l'insee qui n'est pas un repère de sarkozystes béats.

    http://www.lemonde.fr/economie/article/2012/06/20/la-crise-a-coute-pres-de-140-milliards-d-euros-par-an-a-l-economie-francaise_1721589_3234.html

    140 mds sur 4 ans, soit 560 MDS, les 10 milliards sont simplement pour couvrir les dépenses engagées par l'État PS entre le 6 mai et le 18 juin, deuxième tour des législatives...

    Enfin pour revenir sur le figaro, cela ne vous dérange pas que le seul journal d'opposition soit détenu par un groupe qui doit dépendre à 80% des commandes de l'État...l'état de la presse est absolument déplorable en France.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Trop facile... La loi TEPA a été une catastrophe tout comme le couteux plan de relance.

      Supprimer
    2. C'est sur qu'on ne relance plus une économie en dépensant...

      Supprimer
    3. On ne relance plus une économie...

      Supprimer
  6. La fermeture des tribunaux a peut-être à voir avec l'argent, mais pour y penser il faut être dans une mentalité "concentrationniste", et tout ce que cela implique du coté de l'obsession de l'ordre.

    RépondreSupprimer
  7. D'ailleurs je m'en vais scruter de très près le discours de Guaino qui dit que ".. N. Sarkozy avait tout absorbé, tout concentré en lui par son énergie, son intelligence, sa passion pour les idées, son talent".
    La phrase cloche.Jusqu'à "lui", c'est une chose, à partir de "par son énergie" c'est autre chose, et c'est de l'ordre du rattrapage.
    Je me suis éloignée de l'article.

    RépondreSupprimer
  8. "Le Figaro serait bien avisé de laisser le Gouvernement et surtout la nouvelle Assemblée Nationale travailler."

    C'est vrai : une opposition muette (ou morte) est tout de même préférable.

    RépondreSupprimer
  9. C'est dommage réduire le nombre de fonctionnaires est pourtant une bonne idée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non, ce n'est pas le nombre de fonctionnaire qu'il faut réduire. Il faut tout simplement supprimer le statut de fonctionnaire.

      Mais de toute façon on y viendra à un moment ou à un autre. Les seuls pays à s'être sortie de situation comme la nôtre ce sont ceux qui ont remis en question le poids de l'état et le rôle de la fonction publique.

      Supprimer
    2. Arrête de prendre tes aises dans mon blog. D'une part, je n'ai qu'un iPhone pour te répondre et d'autre part tu perds ton temps (et le mien) : tu n'arriveras jamais à me convaincre.

      Supprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.