20 juin 2012

Bachelot de consolation

J’avais une furieuse envie de faire un billet à propos de Roselyne Bachelot. Je ne sais pas si c’est grave et si je dois consulter. Du coup, j’ai tapé « Roselyne Bachelot » dans Google News. On n’est pas nombreux en ces temps troublés. Et je suis tombé sur cet article de 20minutes. Je me suis alors rappelé que je l’ai lu ce matin dans le métro où j’ai fait plein d’autres trucs. Je suis bien content : je sais maintenant pourquoi je pense à Madame Bachelot. Je suis rassuré.

L’ancienne Ministre de l’Achat en masse des vaccins inutiles sort un livre et est interviewée par ce canard. Des parties ont attiré mon attention.

A propos des erreurs de Nicolas Sarkozy : « Les erreurs qui l’ont empêché de gagner étaient évitables. Il a été de loin le meilleur leader européen sur la gestion de la crise. Mais ses adversaires l’ont attaqué sur le Fouquet’s, le bling-bling... Nicolas Sarkozy a été son pire ennemi. »

Cette phrase est étrange. On ne sait pas si les adversaires sont vraiment critiqués. Elle a raison : Nicolas Sarkozy a été son pire ennemi. Mais s’il s’est grillé auprès des électeurs, on ne peut pas dire que c’est de la faute de ses adversaires.

Il n’a pas été le meilleur leader européen sur la gestion de la crise. Il a suivi Madame Merkel et on a perdu un A, ce qui n’est pas arrivé à tout le monde. Les adversaires ont aussi parlé de fond. C’est Nicolas Sarkozy qui a communiqué en décembre sur la nécessité de garder ce A et qu’il était un rempart et tout ça. S’il a échoué, ce n’est pas mon problème…

C’est bizarre cette manière de dire du mal et du bien dans la même phrase.

A propos de la campagne : « On est passé à côté de la campagne. La stratégie droitière était une erreur sur le fond et sur la forme. Les résultats de la présidentielle puis des législatives l’ont démontré. »

Mesdames, Messieurs, j’ai le plaisir de vous informer que je suis en parfait accord avec Madame Bachelot. C’est dommage qu’elle prenne sa retraite.

Je suis aussi d’accord avec la suite de ce qu’elle dit, à propos des anciens conseillers de Nicolas Sarkozy, comme Claude Guéant, Patrick Buisson et Emmanuelle Mignon : « Ces gens-là ne connaissent pas la vie politique. Ils ne vont jamais sur le terrain ni voir un électeur. J’ai constaté que le président a été isolé du terrain et de ses ministres. »

Je pense effectivement que certains barrages ont empêché, très tôt, Nicolas Sarkozy de se rendre compte de l’esprit des électeurs…

Elle dit à peu près la même chose à propos de Rama Yade et de Rachida Dati : « La politique n’est pas un métier mais elle doit être exercée de manière professionnelle. Il faut de l’expérience que l’on acquiert par l’exercice de mandats électifs. »

Pour une partie du reste, par contre, elle commet une lourde erreur : « Jean-Pierre Raffarin et Jean-Louis Borloo nous ont mis un coup de poignard dans le dos en affirmant que le gouvernement ne menait pas de politique sociale, alors que nous avons préservé et amélioré notre modèle social. Réclamer un tournant social était un déni de réalité. »

MM. Raffarin et Borloo ont eu parfaitement raison.

D’une part, il faut arrêter de vouloir faire croire à quiconque que le modèle social a été amélioré alors que l’hôpital est dans un état catastrophique, tout comme l’école, que le chômage a explosé, que l’âge de la retraite a reculé, que les finances publiques sont mortes, …

D’autre part, Madame Bachelot critiquait, en début d’interview, le virage à droite de Nicolas Sarkozy. Nicolas Sarkozy aurait du communiquer avec une couche plus sociale dès lors que le débat autour de l’Islam s’est avéré être un bourbier pour l’UMP. Ceci aurait nécessité de changer de Premier Ministre. Mais Madame Bachelot va : « faire campagne pour François Fillon à la présidence de l’UMP. »

On a les contradictions qu’on mérite.

En tant que chef de la majorité, François Fillon est un des premiers responsables du fiasco. S’il n’était pas d’accord avec la campagne menée et donc la politique suivie, il n’avait qu’à démissionner.

C’est amusant de penser que si j’ai encore un fond de sympathie pour François Fillon, c’est parce qu’il est le meilleur barrage contre son principal rival, Jean-François Copé.

Je vais donc être indulgent avec Madame Bachelot, d’autant que j’ai trouvé un titre rigolo pour ce billet.

16 commentaires:

  1. voilà ce qui arrive quand on se shoote au H1N1

    RépondreSupprimer
  2. ce qui me faire rire c'est de découvrir un nombre incalculable de membres de l'UMP se prétendant contre le virage à droite de Sarko.

    ils n'avaient qu'à ouvrir leur gue... avant car ils ne sont absolument pas crédibles.

    RépondreSupprimer
  3. L'état lamentable de l'Ecole et de l'Hopital sont il le résultat de la politique de Nicoals Sarkozy ?

    Évidement, non. Les 35h ont fait terriblement mal au secteur hospitalier quand à l'école, 30 ans de dictature syndicale ont eu raison des tentatives de réformes et ont mis à mal l'école publique française.

    Nicolas Sarkozy a t'il tenté de changer cela ? Non plus, mais l'état de ces deux secteurs ne sont pas à mettre à son crédit...

    Quand à Madame Bachelot, femme sympathique au demeurant, sa gestion de la crise H11 suffit à démontrer qu'elle n'est pas beaucoup plus compétente que Yade et Dati...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'ai pas dit qu'il était le seul responsable. Mais ne refaisons pas le monde. Ce sont bien des gouvernements de droite qui n'ont pas mis en œuvre ce qui était prévu pour l'hôpital par les mois sur les 35 heures (même s'ils n'avaient pas nécessairement les fonds nécessaires). Et c'est bien sous sa présidence que les effectifs de l'EN ont baissé. Et je n'ai pas envie de débattre avec un libéral de la pertinence des syndicats de fonctionnaires, nous perdrions notre temps.

      Cela étant, il est faut de dire que le modèle social sort renforcé.

      Supprimer
    2. 30 ans de dictature syndicale ? Les syndicats, de plus en plus affaiblis (même dans l'éducation nationale), seraient responsables de tous les mots. Je me marre ...Avec le nombre de victoires qu'ils ont eu ces 10 dernières années, ils n'ont rien bloqué du tout. Mais ils sont au moins utiles pour tenir ce genre de langage !

      Supprimer
    3. De tous les maux ! Ouuups ...

      Supprimer
    4. Bah ! Discute pas avec les libéraux.

      Supprimer
    5. Oui ce serait stupide de discuté de la liberté...

      Je vous conseille vivement d'aller lire le rapport Perruchot (http://www.lepoint2.com/pdf/rapport-perruchot.pdf)

      Cela vous éclairera sur la nocivité et l'inutilité du syndicalisme Français.

      Quand à l'EN, le problème n'est pas une question d'effectifs, ni de nombre de profs, mais de qualification et de formation.

      Et le modèle social (qui est mon avis est dors et déjà mort, mais bon...) ressortira renforcé si et seulement si les dépenses sont contenues.

      Supprimer
    6. Et puis il ne faut pas non plus oublié que, si la France est un pays impossible à réformer, c'est surtout à cause des syndicats qui ont un pouvoir de nuisance inversement proportionel à leur représentativité.

      Il n'y a pas besoins d'être libéral pour se poser des questions sur la légitimité de gens qui ne représentent, qu'au mieux, 10% des travailleurs de ce pays (dont 90% de fonctionnaires)...

      On parle justice, de démocratie mais ou est la démocratie quand des syndicats pour qui personne ne votent (sauf les 10% qui votent aux élections syndicales) décident plus ou moins de tous ce qui concerne les retraites, le droit du travail etc...

      Il suffit de comparer cela avec le syndicalisme allemand ou suédois pour voir qu'en France il y a un vrai problème de légitimité avec les syndicats.

      Supprimer
    7. Skandal,

      Quand je dis que je n'ai pas envie de discuter, c'est que je n'ai pas envie de discuter. Nous ne serons jamais d'accord sur ces thèmes (je peux concevoir que l'on peut regretter que les gens ne votent pas assez aux élections syndicales, mais les gens n'ont qu'à se bouger le cul).

      Supprimer
    8. "mais les gens n'ont qu'à se bouger le cul"

      Ou les syndicats (et l'état) n'ont qu'a faire ce qu'il faut pour que les gens aillent voter.

      Supprimer
  4. Fille de député et donc élue locale au bénéfice de l'héritage, Roseline Bachelot a eu la sagesse de ne pas tester ses thèses auprès des électeurs ce coup ci.
    Cela lui permet d'être encore plus à l'aise pour commenter.

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.