01 juin 2012

Réactionnaires de rien (du tout)

François Hollande a gagné. Je suis content. J’espère que la gauche va remporter les législatives. Il y a très peu de commentateurs et de blogueurs qui viennent de ce qu’on pourrait appeler une droite modérée (même si certains blogs libéraux sont actifs). Du coup, on entend plus que les sarkozystes et les réactionnaires mais ils ont souvent le fond percé.

Didier Goux, par exemple, appelait hier à signer une pétition contre le financement des associations antiracistes. C’est drôle. A chaque fois ou presque que j’encourageais mes lecteurs à signer des pétitions « bien pensantes », il se foutait de ma gueule et m’expliquait qu’il ne signait jamais de pétition, que les pétitions étaient ridicules, notamment par Internet.

Pendant cinq ans, mes commentateurs réactionnaires m’ont « encouragé » dans mes critiques de Nicolas Sarkozy, pas nécessairement ouvertement. Didier, toujours par exemple, se contentait de se foutre de ma gueule mais sans jamais réellement démentir mes avis.

Ils n’aimaient pas Nicolas Sarkozy et sa manière de faire de la politique, sentant bien qu’il allait échec sur échec, que ses déclarations, sa politique contre l’immigration, … n’étaient que des gesticulations. Ils n’allaient évidemment pas approuver mes propos de gauchiste modéré…

Pourtant, j’en ai trouvé plusieurs qui qualifiaient Nicolas Sarkozy de socialiste, voulant défendre leur point de vue de la société, certains réactionnaires étant ultralibéraux (pas tous, certains n’ont aucune connaissance en économie). Ca en était risible : Nicolas Sarkozy est tous sauf socialiste. Il est probablement étatiste vu qu’il faisait des lois pour à peu près tout et qu’il a laissé monter le taux de prélèvements obligatoires. Il se disait libéral et les libéraux l’ont largement soutenu en 2007 avant de déchanter rapidement. Ca en était risible car nous luttions aussi contre ce libéralisme endiablé, confondant volontairement le libéralisme et le capitalisme.

Maintenant que Nicolas Sarkozy a disparu, ils sont perdus…

Ca a commencé bien avant l’élection, quand ils ont compris que François Hollande serait le prochain Président de la République. Les réactionnaires pas trop libéraux soutenaient Marine Le Pen. Les réactionnaires libéraux soutenaient également Marine Le Pen tout en critiquant son projet économique et social. Le plus drôle, c’est probablement qu’ils le faisaient au nom du changement, ce fameux changement dont les blogueurs de gauche se réjouissent maintenant !

Mais ils savaient que Marine Le Pen ne serait pas élue, avec peut être, quand même, un vague espoir il y a 6 ou 8 mois, quand elle cartonnait dans les sondages. Quand Nicolas Sarkozy a lancé sa campagne, ils ont eu un autre moment d’espoir que le candidat socialiste ne gagne pas, mais ils ont vite compris que c’était plié.

Ainsi, depuis quelques temps, ils sont perdus. Pour un peu, ils vont organiser un « No François Hollande Day » et créer une page Facebook « Unité 2017 » !

Cela étant, ils n’ont pas grand-chose à dire. Ils ne pouvaient pas vraiment critiquer le laxisme supposé de la gauche en matière d’immigration et de sécurité puisqu’ils avaient besoin de démontrer l’échec de Nicolas Sarkozy en la matière. Ils ont pu se lâcher sur quelques trucs, comme au moment de l’annonce de la réforme du quotient familial. Ne pas toucher aux familles, mon Dieu ! Mais donner des milliers d’euros à des ménages qui en gagnent déjà plus de 4 ou 5000 par mois n’est pas défendable et un bon libéral jugera que l’état n’a pas à encourager les gens à faire des mômes, ce n’est pas son rôle. D’autant que dans leur esprit, ce sont souvent les immigrés qui bénéficient des politiques familiales.

Perdus… Surtout que le coup des chars Russes aux portes de Paris ne marche plus. C’est dommage, d’ailleurs, ça m’aurait aussi amusé, habitant le Kremlin-Bicêtre, à la porte (d’Italie) de Paris.

Alors, ils ont trouvé deux angles d’attaque, les deux seules qui sont sorties de leurs cerveaux : l’attaque frontale contre les socialos, surtout François Hollande, et la moquerie à notre égard quand on fait des billets pour critiquer l’UMP ou pour « montrer notre contentement » des actions menées. C’est de bonne guerre.

Moquerie des blogueurs de gauche ?

Dans mon précédent billet, je disais que j’étais content du changement visible depuis l’élection de François Hollande, ces petites touches, jour après jour.

Didier Goux a heureusement pris certains de mes propos au second degré mais Jacques Etienne, autre blogueur réactionnaire, a mis complètement à côté de la plaque. Je lui ai alors fait remarquer qu’il était aigri. Tout ce qu’il a trouvé à me répondre est « Aigreur ? Je n'en vois qu'à gôche... »

Juste après, Jacques Etienne a fini par comprendre qu’il avait écrit une grosse connerie et est donc venu laisser un autre commentaire : « Plus que de l'aigreur, tous ces enthousiasmes provoquent en moi l'hilarité. Il faut dire qu'ils succèdent à tant de haine qu'on peut les comprendre. N'importe comment, les gens de drouate attendent beaucoup moins du politique que ceux de gôche. Tout ce qu'ils demandent c'est d'éviter que la gôche soit au pouvoir. Ça ne marche pas à tous les coups. »

Toujours strictement aucun fond mais il s’est rendu compte de l’énormité qu’il venait de proférer. On pourrait décomposer ses propos. « Plus que de l'aigreur, tous ces enthousiasmes provoquent en moi l'hilarité. » Ben oui, moi aussi quand les joueurs de foot se trémoussent sur le terrain (et que les supporters se réjouissent dans Twitter) au moindre but marqué, je trouve ça profondément ridicule. Mais je comprends cette joie et je ferme ma gueule. « N'importe comment, les gens de drouate attendent beaucoup moins du politique que ceux de gôche. » Toujours cette façon ridicule d’écrire droite et gauche. Cela étant, c’est amusant comme argument : personne n’a fait autant de lois que Nicolas Sarkozy et augmenter autant le nombre de taxe, la fiscalité, la dette de l’état, … Nicolas Sarkozy s’est posé jusqu’à la « perte du A » comme un sauveur de la nation, comme un rempart, … Nicolas Sarkozy a voulu transférer des pouvoirs à l’Europe, qu’elle puisse imposer ce qu’elle voulait aux peuples. Mais, c’est Nicolas Sarkozy le candidat de la droite, le candidat de ceux qui attendent mois de l’état ? C’est amusant.

« Tout ce qu'ils demandent c'est d'éviter que la gôche soit au pouvoir. » L’aveu est fait. Le seul objectif est d’éviter la gauche. Il n’y a strictement rien derrière, aucun argument, juste un principe. « Eviter la gauche ». C’est le drame de la gauche, d’ailleurs. A gauche, au moins, on ne veut pas éviter la droite, on veut qu’elle éviter d’appliquer ses promesses électorales. D’ailleurs, Nicolas Sarkozy avait mis en place un paquet fiscal en début d’année mais a fini par revenir sur trois quarts des mesures, tellement elles sont mauvaises.

J’invite Jacques Etienne à aborder le fond. Les engagements de campagne des candidats. S’il arrive à trouver des engagements à droite… J’invite aussi Jacques Etienne à étudier point par point le bilan de Nicolas Sarkozy. En fouillant dans le site du Front de Gauche et du Parti Socialiste, il trouvera un tas d’explications…

Attaques aux personnes

Pendant toute la campagne, Didier Goux appelait François Hollande « l’endive batave » et Jean-Luc Mélenchon « le stalinien aux dents jaunes ». Il a arrêté « l’endive batave » le jour de l’élection et en avait fait un billet. La fonction de Président de la République se respecte et Didier ne voulait pas être aussi ridicule que tous les blogueurs gauchistes qui n’appelaient Nicolas Sarkozy que par des sobriquets divers, type « le nain » ou « le nabot » (ce que je n’ai jamais fait). Cela étant, je n’ai trouvé chez Didier que peu d’attaque sur le fond et uniquement des attaques sur la forme, « l’endive » signifiant probablement que François Hollande n’avait pas la carrure ou la stature ou manquait de charisme. Il faudra que je lui demande, tiens.

Le charisme ? Revenons à Jacques Etienne. Dans un billet précédent, je critiquais Jean-François Copé. Pour résumer : je suppose que les gens de droite ne l’apprécient pas nécessairement et qu’il ferait un mauvais chef pour l’UMP. Jacques Etienne a commenté pour nous expliquer qu’il pensait le contraire, ce qui est la moindre des choses, et expliquait que les gens de gauche préféraient les personnalités sans charisme.

Effectivement, c’est plutôt à droite que se trouve le culte de la personnalité. Le truc de l’homme providentiel.

Le charisme ? Un beau mot mais les gens l’emploient avec une définition relevant du « spirituel », comme si le personnage charismatique était un demi Dieu qui soulevait les foules.

Wikipedia donne une définition intéressante du charisme : « Le charisme est la qualité d'une personne qui séduit, influence, voire fascine les autres par ses discours, ses attitudes, son tempérament, ses actions. Un charisme puissant, c'est-à-dire fascinant, trouble et neutralise le jugement d'autrui ; c'est pourquoi on peut si aisément diriger, voire manipuler, les autres quand on a du charisme. » (lisez aussi lasuite, à l’occasion).

Nicolas Sarkozy a du charisme, incontestablement. Il a réussi à convaincre 53% des Français, en 2007, à voter pour lui. Il a réussi à convaincre des personnalités de gauche à travailler pour lui, créant le gouvernement d’ouverture (peut-être une erreur de sa part, d’ailleurs, une fois qu’il était élu, ça brouillait un message). Par contre, son charisme n’a jamais eu la moindre portée sur moi. Je n’ai fait que ressentir ce que Jacques Etienne appelait de la « haine » dans un de ces commentaires, terme peu approprié, d’ailleurs (une erreur de plus de nos réactionnaires).

Jacques Etienne pensait que Jean-François Copé à du charisme. Je ne le crois pas. C’est probablement un bon orateur mais il n’a pas le charisme suffisant pour exercer la fonction Présidentielle.

Au risque de décevoir mes amis réactionnaires, le type qui a le plus de charisme, en politique, dans la définition ci-dessus, aujourd’hui, est François Hollande. C’est bien lui qui a gagné la primaire du PS puis l’élection présidentielle. C’est lui qui a su convaincre, qui a « séduit », « influencé » et « fasciné » des électeurs.

Vous pouvez néanmoins le comparer à une huitre si vous voulez, il y a bien des dizaines de gauchistes qui ont manqué de respect à son prédécesseur. Ce que vous critiquiez. Ca ne fait pas avancer le débat.

Qu’un réactionnaire ne trouve pas François Hollande charismatique est bien normal, de même que je ne suis pas séduit par le charisme de Nicolas Sarkozy. Je l’ai pris pour un excité à moitié dangereux et décrit comme tel.

Et maintenant ?

Bien sûr, Jacques Etienne utilise l’argument final : le vote pour François Hollande n’est pas un vote d’adhésion mais un vote de rejet de Nicolas Sarkozy. Il a parfaitement raison, c’est le principe de cette élection : au premier tour, on choisit, au second on élimine.

L’élection de 2007 c’est faite par adhésion aux idées de Sarko ? Heu… L’élection de 2002 s’est faite par adhésion aux idées de Chirac ? Heu… L’élection de 1995 aussi ? Alors qu’il n’a pas fait 20% au premier tour… Tiens ! Il repoussait tellement en 1988 que la victoire de François Mitterrand était majestueuse. Mitterrand, tiens ! Sa précédente élection, en 1981, était liée à l’adhésion à son projet, ses fameuses 110 propositions ? Heu…

Alors le blogueur réactionnaire récent converti au sarkozysme par peur de la gauche va se poser des questions. Il va tenter d’expliquer la défaite de Nicolas Sarkozy et va démontrer, pour se persuader que ses propres idées sont bonnes, que la campagne de Nicolas Sarkozy n’était pas assez à droite. Vous pouvez relire les commentaires, chez moi, c’est ce que m’explique Jacques Etienne. D’autres l’avaient expliqué avant lui mais Patrick Buisson n’a pas l’habitude de commenter mon blog.

Je suis désolé pour eux mais la France n’est passée brutalement réactionnaire en quelques jours. Jean-Marie Le Pen avait fait 14% en 1988 et Jacques Chirac faisait peur avec la politique sécuritaire qu’il avait menée (remember Pasqua Pandraud…). En 1981, Georges Marchais avait fait 15%. C’était une époque où le seul parti politique qui gueulait réellement contre les immigrés était le Parti Communiste.

Et maintenant, demandais-je ?

Il faut peut-être ouvrir les yeux et accepter des réalités, certes pas toutes objectives mais il n’empêche qu’il y a un fait objectif : François Hollande a été élu. On pourrait délirer : la France est majoritaire à droite mais choisit un Président de gauche. De là, on peut en tirer un tas de conclusions objectives ou pas.

Je vais tenter : François Hollande a été élu dans une France de droite où les gens ont peur de la gauche et des fameux chars du Kremlin-Bicêtre parce que le Français est tout sauf réactionnaire.

Les réactionnaires ne sont pas majoritaires. Point.

Et maintenant, demandais-je, à nouveau ?

Si le degré de critique porte exclusivement sur le niveau de charisme de François Hollande et sur la bêtise de ses supporters, les cinq ans vont être très longs.

Les cinq précédents l’ont été aussi mais au moins, nos critiques portaient sur les actes politiques des membres de la majorité d’alors, sur les lois passées, les pratiques de gouvernement, …

Pas sur le jean de Madame Duflot…

36 commentaires:

  1. le problème c'est surtout l'absence de débat de fond de la droite...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est un des problèmes. Le principal étant que ses supporters ne s'en rendent pas compte, par haine de la gauche.

      Et s'il y avait débat, ils se rendraient compte que le programme des socialos est le bon.

      Supprimer
  2. Non non, même si il y avait débat, on ne vous donnerait pas raison. C'est indépendant des convictions. Beaucoup de gens qui ne votent pas n'ont pas été attirés DU TOUT par le programme Hollandais.
    Oui, le PS a gagné, mais vous ne brillez pas pour autant.
    A lire les commentaires, on dirait que toute la France adhère parceque Hollande a gagné.
    Mais à peine la moitié des électeurs a voté.
    Ce n'est pas ce que j'appelle un grand succès. Il y aurait eu ce succès si le programme de Hollande était en corrélation avec tout le pays.
    Là, il est en corrélation qu'avec un nombre infime de personnes.
    Tant mieux si cela vous contente, je suis sincère.
    Pour la droite ce n'est pas suffisant une politique basée sur la forme, et non le fond.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne sais pas de quel commentaires tu parles. Mais tu me sembles totalement hors sujet.

      Supprimer
    2. "c'est un des problèmes. Le principal étant que ses supporters ne s'en rendent pas compte, par haine de la gauche.

      Et s'il y avait débat, ils se rendraient compte que le programme des socialos est le bon."

      C'est super arrogant d'imaginer que le camp adverse est ignorant, et qu'il a nécessairement une vision fausse.
      C'est juste que ton commentaire peut apparaître méprisant.
      Car nul ne détient LA vérité.
      Si A droite on pense que le programme n'est pas bon, on ne remet pas en cause le fait que vous y adhériez.

      Supprimer
    3. "Haine de la gauche"??????????
      Je peux te jurer que les gens de gauche se permettent beaucoup plus facilement de faire des reproches aux gens de droite, que l'inverse.
      Le nombre de gens de gauche que j'ai vu mépriser d'autres de droite, avec une haine dans le regard, mais une haine clairement perceptible.
      Je pense que la gauche a du mal à admettre qu'on ne pense pas comme elle, et réagit violemment face à quelqu'un de droite, mais j'ai pas vu des gens de droite avoir cette haine dans les yeux, qu'on a retrouvé dans toute la presse depuis 4 ans.
      Ou alors si, mais ne crois pas que la haine n'est pas à gauche.

      Supprimer
  3. "Les cinq précédents l’ont été aussi mais au moins, nos critiques portaient sur les actes politiques des membres de la majorité d’alors, sur les lois passées, les pratiques de gouvernement, …"

    Pas toujours, mais tu as le droit de le penser...
    La "haine du camp d'en face" n'est pas l'apanage que d'un seul camp...

    Après, rien à dire sur ton billet, qui est loin d'être faux.

    Bonne fin de semaine

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Falconhill,

      Je ne dis pas que nous n'avons fait que ça. Mais pour l'instant je n'ai pas vu un billet ou un commentaire d'un réac critiquant les mesures du gouvernement ou défendant des mesures proposées par la droite.

      Maintenant tu peux relire les archives de mon blog. J'ai critiqué les personnes mais sans insulte, j'ai combattu un projet et défendu un autre, j'ai donné mon avis sur l'état des partis, j'ai fait des billets au sujets de gens de Bicetre, j'ai fait des billets de publicité...

      Je n'ai pas focalisé sur la personne de Nicolas Sarkozy.

      Supprimer
  4. "Maintenant que Nicolas Sarkozy a disparu, ils sont perdus…"
    Nous ne sommes pas perdus, je te rassure.
    La colonne vertébrale de la droite n'a pas besoin d'un homme, car ses pensées sont saines et pragmatiques. Et sont profondément ancrées en chacun de nous.
    La droite se retrouvera toujours autour de ces valeurs, et ne peut se diviser, même si la position du chef est contestable.

    Je constate juste que dans chacun de tes billets tu tapes sur la droite, tu es libre, mais derrière, tu dis que la droite est gonflée quand elle râle à propos des socialistes.
    N'est-ce pas un peu la poêle qui se fout du chaudron?
    Tu gagnerais du temps, de l'efficacité et de la cohérence, à ne pas écrire des lignes sur ce genre de choses, qui ne fait avancer en rien le pays. Mais je préfère que tu continues, car c'est une preuve de liberté de parole.
    Juste prendre un peu de recul et avoir un blog qui traite le fond des problèmes, et non la forme.

    RépondreSupprimer
  5. Les anonymes,

    Apprenez à lire avant de sortir vos âneries qui prouvent que vous n'avez pas lu. Je fais référence à des faits précis (des billets) ou des commentaires.

    Je n'ai quasiment jamais fait un commentaire pour critiquer une personne et si je fais des billets à propos de Copé c'est pour donner mon avis sur l'état de l'Ump.

    Les commentaires de reacs qui prétendent que Hollande n'a pas de charisme, que nous sommes crétins de le féliciter et autres conneries me gavent. C'est encore pire quand ils sous entendent que la victoire a été volée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et bein tu vois, même si je ne partage pas ta vision, je comprends que tu sois agacé. Mais laisse pisser les dires. Le charisme? On s'en fout. Chavez a du charisme, et pourtant ça ne change rien. Le pays est toujours dans la misère.
      Je réagissais au terme que tu as employé: "perdus".
      Je trouve qu'il n'est pas approprié, car 80% des gens de droite ne manifetent nulle part sur internet ou ailleurs, leurs opinions. Et pourtant elles existent, mais les gens ne l'expriment pas.
      Tu penses qu'ils sont perdus, à cause des commentaires sur internet peu reluisants, ou même des vacheries qu'untel à l'ump balancera sur l'autre; mais ce qu'on voit ne constitue absolument pas l'essentiel de la droite, des convictions des gens, dont la grande majorité est silencieuse, et ne participe pas aux débats ici et ailleurs.
      Je comprends vraiment que tu soies agacé, mais dans le ton que tu emploies, tu empreintes les mêmes codes que ceux que tu dénonces.
      Dire que la droite est perdue, c'est vrai à travers ce qu'on entend dans certains médias, mais en réalité, elle est très loin d'être perdue. Je ne dis pas ça pour faire chier, mais pour montrer que dans cette guerre, qui commence à lasser, personne n'a raison.
      La droite va redevenir une droite digne de ce nom, comme mr Hollande est devenu, par la force des choses, un quasi-véritable homme de gauche.
      Je pense que le ps, sans sarcasme, peut remercier Mélenchon d'avoir remontré ce qu'était la gauche.
      Il sera bon pour l'ump de se réaffirmer, pour ne pas voir la droite républicaine filer vers les extrêmes.
      Je ne critique pas les extrêmes, mais trouve plutôt la situation politique saine quand les gens s'en détournent, et à l'inverse, il y a problème quand on voit l'évasion massive des électeurs vers les extrêmes.
      L'ump et le ps doivent avoir des mesures fortes pour que le pays ne s'éclate pas.
      Le charisme, finalement, Hollande prouve qu'il en a un peu quand même. Mais il se révelera, ou pas, dans les situations dites difficiles. Pour le moment, ce n'est pas héroïque. Mais attendons.

      Supprimer
    2. Je ne lis pas commentaires : tu as anonyme, tu es à côté de la plaque et ton commentaire est trop long.

      Je ne dis pas que la droite est perdue mais que les blogueurs reacs le sont.

      Supprimer
    3. Ah d'accord. Alors tu aurais du être plus précis, et ne pas mettre dans le même panier le blogger et l'électeur de base.
      Merci Mélanch' d'avoir refait du ps un parti de gauche.

      Supprimer
  6. Pour l'heure, chaque fois que la DroiteSarkozyste montre du doigt notre nouveau Président et le Gouvernement, elle s'auto-accuse elle-même par comparaison de son triste bilan.

    RépondreSupprimer
  7. Moi, je connais un blogueur de haut niveau, qui donne régulièrement des conseils de blogage aux petits débutants. Et parmi ces conseils, il y a toujours : « Ne faites pas de billets trop longs, personne ne les lira »…

    Bon, cela étant, j'ai tout lu. Et je comprends ce que veut dire Jacques Étienne, lorsqu'il évoque son hilarité : qu'il va peut falloir, près d'un mois après l'élection, arrêter de faire des billets pour dire en gros « François Hollande a gagné, je suis bien content. »

    Autre précision : j'ai baptisé Mélenchon “le stalinien À dents jaunes”, et non “aux”. Comme on dit “la tourterelle à collier”, voyez.

    Pour le reste, je vous rassure : je ne me sens nullement perdu et Sarkozy ne me manque pas du tout.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne fais pas que des billets pour dire Hollande a gagné. J'ai fait des billets pour dire que j'apprécie la tournure des choses...

      Mais comme "vous" n'avez pas d'objectivité quand on parle d'Hollande (pas plus de nous quand on parle de Sarko), ça vous énerve.

      Supprimer
    2. Ca VOUS énnerve aussi.
      Voir des deux yeux quand on vise, permet d'être plus précis.

      Supprimer
    3. Connard. Je dis dans le billet qu'ils font ce qu'il nous reprochaient.

      Supprimer
  8. Il faudrait leur demander ce que eux, à droite, appellent "charisme".
    Je crois qu'ils emploient ce mot dans un sens dévié.
    Il me semble que pour eux le charisme c'est la bonne "apparence", du genre ce n'est pas bien d'être petit alors il faut mettre des talonnettes. Alors que tout le monde s'en fout, vu que un tiers des gens sont petits eux-mêmes.
    Le charisme pour eux, c'est "bien passer à la télé", faire ce qu'il faut pour en mettre plein la vue. Ils confondent avoir une personnalité charismatique et plaire physiquement, au besoin par un comportement artificiel.
    Personne n'aurait moqué Sarkozy pour sa taille s'il n'essayait pas de le cacher. Hollande est petit et tout le monde s'en fout. J'espère qu'il va regrossir un peu d'ailleurs, cela ne nuirait pas à son charisme.
    Q) : quoi cocher dans "sélectionner le profil" pour que mes données personnelles ne sortent pas ? Merci.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui ! Vive les gros !

      R) tu peux aussi signer ton commentaire en mettant ton nom ou pseudo après le commentaire.

      Supprimer
    2. je poursuis mon idée : quelqu'un plus haut écrit "le P?S. a gagné mais vous ne brillez pas pour autant."
      Voilà, pour eux le charisme c'est "briller", alors qu'il s'agit de "grâce" impalpable.

      Supprimer
    3. Oui. Ils confondent tout mais se prennent pour des intellos.

      Supprimer
  9. Super billet, mais quand il est synthétique et court, on te reproche aussi de ne pas développer( j'en sais quelque chose...)
    Et j'aurais aimé avoir un vrai projet en face plutôt qu'ils critiquassent à tout vat..Là, je parle des politiques.
    Pour la moisisphère des médias, trop fatiguée pour développer...
    Mais franchement, ton billet est très bon!

    RépondreSupprimer
  10. Font chier les anonymes à être anonymes, on n'a pas envie de les lire.
    Sinon Jacques Etienne est rigolo, il me fait penser à un vieux de Groland.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui hein ! Ils sont profondément ridicules.

      Supprimer
    2. Je vais vous confier un secret : Jacques Étienne et moi sommes en fait les deux vieux du Muppet show…

      Supprimer
    3. Qui vous a autorisé à dévoiler ce secret, Didier Goux ?

      Supprimer
  11. Le Nain, je m'en suis toujours servi, mais j'ai pris ce surnom aux meilleurs sources car c'est Dominique de Villepin qui en a affublé Sarkozy...

    RépondreSupprimer
  12. beau billet et tout.

    Les blogueurs réacs rêvent tous de devenir des Zemmour quand ils seront plus grands : polémiste ! Nouveau métier pour dire je suis à contre-courant de tout et que je pète fort intelligemment pour relancer les ventes de mes bouquins.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne sais pas. Je connais assez Didier pour penser qu'il s'en fout. Son métier est d'écrire. Moi aussi d'ailleurs (mais pas dans le grand public). Du coup on se fout totalement de ce qu'on branle dans les blogs et les commentaires, on s'amuse.

      Merci.

      Supprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.