29 juin 2012

Un jeudi, des annonces. Une autre France se dessine ?

La journée d’hier a été très intense avec beaucoup d’annonces de la part du gouvernement (et même au niveau Européen, avec « l’union bancaire », lancée par la zone euro). Jean-Marc Ayrault a transmis les lettres de cadrages au différents Ministres, expliquant les différentes économies que devront faire chacun. J’évoquais hier les annonces de Manuel Valls relatives à l’immigration. Mon confrère Juanpolic (ex Sarkofrance) revient plus longuement dessus. Surtout Marylise Lebranchu a tourné la page de la dévastatrice RGPP et confirmé l’annulation du « Conseiller Territorial », au cours d’un entretien avec « Acteurs Publics ».

« Quel est le calendrier du nouvel acte de décentralisation ?
La première étape sera l’abrogation du conseiller territorial. Ensuite, il faut passer au crible toutes les dispositions de la loi de 2010 sur les collectivités et voir ce qui ne rentre pas dans notre vision des choses. Nous avons engagé une concertation. Nos décisions doivent marquer le retour de la confiance entre l’État et les collectivités. La défiance crée le mépris, nous devions arrêter cette spirale et redonner espoir aux élus locaux et aux fonctionnaires territoriaux. Le texte sur la décentralisation sera donc prêt à l’automne, après les états généraux du Sénat, qui s’achèveront en septembre. Je souhaite que ce projet de loi soit examiné à la fin de l’année.

Quelles seront les compétences transférées et à quelles collectivités ?
Un exemple : tout le monde est d’accord pour affirmer que la compétence “économie” des régions soit renforcée. Les conseils régionaux auront ainsi une mission plus clairement définie. Nous comptons aussi sur la création de la banque publique d’investissement, avec la possibilité donnée aux régions d’entrer au capital de certaines entreprises innovantes ou en développement. Ce seront deux outils très importants. Nous aurons à cœur d’étendre les compétences et de les clarifier. »

L’abrogation de la réforme territoriale me tient à cœur depuis longtemps et j’en ai fait de nombreux billets à l’occasion des dernières cantonales.

Je m’y suis particulièrement intéressé parce que j’habite un fief du MRC où le Maire et son Premier adjoint sont conseillers régionaux, au cœur d’un canton dont le Conseiller Général est communiste (dans un département qui était le dernier géré par les communistes avant les dernières cantonales). Avec le redécoupage électoral, j’aurais probablement « perdu » une partie, voire tous « mes » élus.

C’est la première ineptie de cette réforme emblématique du quinquennat Sarkozy. Il s’agissait de diminuer de plusieurs milliers le nombre d’élus en France, comme si on pouvait améliorer la démocratie en diminuant le nombre d’élus… Les raisons avancées étaient oiseuses mais peu importe aujourd’hui : la réforme va être annulée.

Il est au moins amusant de constater que les élus UMP seront les plus satisfaits de cette mesure de la gauche qui va réussir à leur sauver à la louche un bon millier de postes.

Peu importent aussi les autres inepties de cette réforme. Elle aurait renforcé le bipartisme (j’espère que les écolos et les cocos remercieront les socialos…) et surtout la « recentralisation ».

A propos ! Cécile Duflot a fait des annonces cette semaine au sujet du Grand Paris mais je n’ai pas vu de ligne claire et forte. Marylise Lebranchu ou Jean-Marc Ayrault pourraient-ils nous confirmer les grandes tendances, à savoir, pas nécessairement l’annulation de la loi, mais la nécessaire gestion des transports de la région par le STIF et pas par l’Etat ?

Revenons sur les propos de Marylise Lebranchu

  1. Il fallait sortir de la logique arithmétique qui prévalait pour l’organisation des services de l’Etat et de l’organisation territoriale.
  1. La décentralisation est une priorité pour un état fort et des collectivités fortes.
  1. La RGPP était une posture politique. Le seul but était de ne pas remplacer un fonctionnaire sur deux sans se poser d’autres questions (quels fonctionnaires, l’avenir du service public, …).
  1. Les missions qui relèvent de l’action publique seront discutées lors de la conférence sociale de cet été.
  1. Les Conseils Régionaux auront plus de compétences en matière d’économie (Bercy ne peut pas tout régenter ; d’ailleurs, le Ministre de la Fonction Publique n’y est plus rattaché).
  1. Les agents du service public ne seront plus en permanence pointés du doigt.
  1. Il va falloir mettre de l’ordre dans les statuts, les rémunérations, …

Et maintenant…

Depuis quelques semaines, les imbéciles couinent, sur le thème « gné gné gné ce sont 2 fonctionnaires sur 3 que Hollande ne veut pas remplacer. » Il n’en est rien. La logique arithmétique idiote est terminée. On va travailler pour avoir une organisation des services publics des collectivités locales efficaces, au service des citoyens, …

Les socialistes ne seront pas laxistes en matière d’immigration mais la politique mise en place ne sera pas celle du chiffre. Le Sarkozysme avait mis en place une politique avec pour seul un but un nombre de lascars à expulser. C’est terminé.

Les orientations économiques de François Hollande sont validées par d’éminents économistes (en gros, « les marchés » ne sont pas tarés et savent que les politiques d’austérité retardent la reprise économique et qu’une politique économique orientée uniquement pour faire baisser les taux d’intérêt n’a aucun intérêt).

L’Europe change progressivement d’orientation (même s’il faut bien reconnaître que faire bouger Madame Merkel n’est pas évident).

Les services publics seront renforcés, tout comme les collectivités territoriales.

Une autre France se dessine. Sérieuse. Ca change.

13 commentaires:

  1. "On va travailler pour avoir une organisation des services publics des collectivités locales efficaces, au service des citoyens,"

    Il serait temps !!!!!!! Puissiez vous avoir raison, mais j'ai de très sérieux doutes...

    "Les orientations économiques de François Hollande sont validées par d’éminents économistes"

    Ha bon ? Lesquels ? En plus l'économie c'est comme la sociologie, ce ne sont pas sciences prédictives mais des sciences explicatives. Et travaillant sur les marchés financier je peux vous assurer que les marchés savent aussi très bien que la relance keynésienne ne marche pas...

    "Les services publics seront renforcés, tout comme les collectivités territoriales."

    Mouai... Si renforcer les collectivités locales ça veut dire embaucher plus de fonctionnaires je ne vois pas très bien l'interêt, surtout que les collectivités locales (en grande majorité à gauche) sont particulièrement endettés voir même en faillite pour certaines...

    "Il va falloir mettre de l’ordre dans les statuts, les rémunérations"

    Ha ??? Seriez vous pour une remise en cause (ou du moins une réflexion) sur le statut de fonctionnaire ?

    "Une autre France se dessine. Sérieuse. Ca change."

    Je vous trouve bien optimiste... C'est bien, mais je vais attendre avant de me féliciter...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai déjà dit que votre propagande libérale ne m'intéresse pas. Nous ne sommes pas d'accord sur le fond, ce n'est pas la peine de continuer à me casser les burnes. Le libéralisme n'a jamais fonctionné, l'Allemagne va bien à part qu'elle détient le record de travailleurs pauvres...

      Je n'ai jamais dit qu'il fallait embaucher des fonctionnaires et si les collectivités locales en majorité à gauche sont en difficulté c'est parce que l'état a transféré des charges sans filer de pognon.

      Quant au statut des fonctionnaires, il faut lire ce qui Marylise Lebranchu. Il faut favoriser le changement d'un échelon territorial à un autre (ce qui est déjà énorme, mais ne remet pas en cause globalement le statut du fonctionnaire).

      Arrêtez donc d'avoir une vision restreinte par votre libéralisme et dites vous bien que les socialos sont au pouvoir pour au moins cinq ans. Mon billet n'est pas socialiste, n'est pas idéologique, il porte sur la méthode. Par exemple, transférer une partie de la politique économique de l'Etat vers les régions ne me parait pas spécialement antilibéral puisque cela permettra d'une part d'avoir une politique moins centralisée (donc proche des besoins) et d'autre part de mettre en concurrence les régions (voire leurs "pôles emplois" respectifs)...

      Je suis peut-être optimiste mais je pense les méthodes de travail du nouveau gouvernement sont autres que celles du précédent. Cela étant, on verra les résultats.

      Supprimer
    2. "Par exemple, transférer une partie de la politique économique de l'Etat vers les régions ne me parait pas spécialement antilibéral"

      Au contraire, c'est même très bien, c'est l'exemple des Landers Allemands...

      Et il faudra quand même que vous m'expliquiez ce qu'il y a de libéral à vouloir supprimer un privilège, source d'injustice et d'inégalité : le statut de fonctionnaire.

      A la révolution nous avons bien supprimé les privilèges de la noblesse alors pourquoi garder celui la ?

      De plus, ne pas croire au keynésianisme ce n'est pas être libéral, c'est juste être réaliste et se rappeler de l'Histoire. Même le ministre des finances de Roosevelt savait que la relance Keynésienne ne marcherait pas.

      Vous dites que le libéralisme n'a jamais fonctionné, c'est discutable, je vous réponds que le socialisme non plus n'a jamais marché...

      Supprimer
    3. En quoi gagner un concours est un privilège ?

      Supprimer
    4. C'est vrai que les conducteurs de métro, de TGV, les profs du primaire passent tous un concours...

      Et dans le privé personne n'en passe...

      Supprimer
    5. Ah bon ! Il fait un concours pour bosser dans le privé. Tu devrais arrêter de me casser les burnes, je te l'ai déjà dit, et prendre du recul ça ira mieux.

      Maitenant quand je te dis que je n'ai pas envie de débattre et que tu ne comprends pas, il va falloir que je te montre ce que ça veut dire : fout le camp.

      Supprimer
  2. J'envie votre enthousiasme ! Il est certain que la remise en cause de la RGPP est de nature à passionner les foules et à rendre parfaitement heureux une majorité de Français !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je me fous de passionner les foules, les prochaines élections sont dans deux ans. Il s'agit uniquement de montrer qu'on bosse sur autre chose que des critères délirants qui ont foutu le pays dans la merde.

      Supprimer
  3. Le ministère de l'intérieur ne se limite pas à la politique d'immigration et à la politique du chiffre, même si c'est déjà beaucoup.
    Il y a aussi la politique du fichage, qui commence avant la maternelle, avec la mise en place d'une sorte de traçabilité des familles.
    Peut-on mettre des liens sur ton site Nicolas ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, tu peux les copier. Ou les mettre en "a href" si tu connais le HTML.

      Mais Manuel Valls ne pas tout traiter d'un coup...

      Supprimer
    2. Ah ! Et c'est bien le débat sur l'immigration qui a divisé la population, c'est bien lui qu'il faut "éteindre" maintenant.

      Supprimer
  4. Merci Nico pour ce billet que je relirai demain quand j'aurai dormi un peu.
    Je sais la compétence et la rigueur de M.Lebranchu, son dévouement sans borne à l'égard de l'Etat. Idem pour JMA.
    Je milite pour que le droit public soit enseigné dès l'école primaire et aussi pour que la formation continue des adultes soit un droit effectif afin que la parole divergeante s'appuie sur un vrai savoir, un vrai questionnement.
    Je sais que nous allons réussir à retricoter l'Etat ... FH a choisi son équipe pour cela : j'aimais bien Philipe Séguin, même s'il était "pas de mon bord". Il manque à la France. Je pense qu'il doit être très content, là où il est, du travail en cours.
    Ceux qui militent avec une force qui confine à la sauvagerie, pour une libéralisation à donf ... toujours plus de destruction de l'Etat ... peuvent-ils se targuer du moindre fruit positif pour les peuples, de leurs mauvaises actions, dans l'un quelconque des pays d'Europe ?
    Quant aux pays "émergeants" montrez moi ceux où la prétendue "croissance extraordinaire", a sorti les peuples de la misère ? ... Cela fait penser à l'encensement de la "croissance" de l'Iran, à l'époque du Shah ... le pays est tombé dans une misère qui a fait le lit des Ayatollah ...
    Qu'ils aillent se cacher ... On va réussir.

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.