02 octobre 2012

L'intoxication aux pigeons de ball-trap !

L’affaire des pigeons fait beaucoup de bruit depuis quelques jours dans les médias, dont les blogs et les réseaux sociaux mais elle ressemble de très près à une gigantesque escroquerie. Tout d’abord, les données brutes sont fausses : personne ne sera taxé à 60%...

Il parait que Bercy a transmis une notice explicative aux médias. Mon ami Pierre la diffuse sur son blog. Elle est totalement incompréhensible et je suppose que les médias en question ont la flemme de reprendre la chose.

Il faut croire que la taxation en question n’intéresse pas les gens (notamment les commentateurs de mes blogs...). Le seul truc qu’on peut en retirer est la démarche des « pigeons » qui semblent se prendre pour des révolutionnaires de Twitter ! C’est en effet très drôle.

Toujours est-il qu’en lisant ce machin, j’ai cru comprendre que la CSG était déductible. Le calcul de base 45+15 sorti pour générer polémique est sans fondement. Le seuil pour attendre ces 45% est de 150 000 euros, soumis au quotient familial et seule la tranche du haut sera concernée par les 45%, sans compter qu’il existe un tas de conditions d’exonérations.

Je suppose qu’on comprendra mieux dans quelques jours… et que tout retombera. Ces chiffres rejoignent ceux de cet article de Libé (que m’envoie Louis).

Dans ce billet de blog, rédigé par un entrepreneur, on peut lire « Au cours de la journée de vendredi, un mouvement d'apparence spontanée a enflammé la toile, autour du slogan "nous ne sommes pas des pigeons". Je dis "d'apparence spontanée" car, à bien y regarder, il émane d'une poignée de personnes qui étaient en charge de la communication élyséenne sous la présidence de Nicolas Sarkozy. »

Des spécialistes des médias et de ces machins de communication politique pourront nous en dire plus.

Cet autre article, que m’a transmis Melclalex, montre que le nom de domaine defensepigeons.org « est géré par YOPPS, une petite agence de communication Parisienne, spécialisée dans les réseaux sociaux (Yopps – Agence media digital, expérience utilisateur, web et mobile). Une rapide balade sur Yopps.fr et le pot aux roses est découvert. Des pages entières y sont développées sur les moyens de manipuler les utilisateurs des réseaux sociaux comme Facebook pour les rendre actifs et « rentables ». » On comprend tout de suite mieux le succès apparent de cette campagne.

L’affaire qui a été monté en parallèle, celle des autoentrepreneurs, a bien permis de faire monter la mayonnaise (le statut d’autoentrepreneur n’est pas réellement modifié contrairement à ce qu’on peut lire un peu partout).

C’est lamentable. Tout cela ressemble donc à une gigantesque manipulation.

Et c’est d’autant plus lamentable que cette bande de pigeons de balltrap fait passer un message : n’investissez pas en France.

Et ça mérite des baffes !

  • 5 millions tout compris de personnes sans emploi, 
  • 8,5 millions de pauvres, 
  • 1600 milliards de dette, 
  • un déficit abyssal »
Ne nous laissons pas faire…

Ils vont ruiner la France en décourageant les investissements des honnêtes gens tout en se laissant manipuler par des lascars qui aimeraient bien profiter du crime. !





27 commentaires:

  1. "Ils vont ruiner la France en décourageant les investissements des honnêtes gens tout en se laissant manipuler par des lascars qui aimeraient bien profiter du crime. !" cette phrase là est énorme ! à pisser de rire !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je profite que Didier Goux est en vacances pour sortir ce genre de conneries.

      Cela étant ne soit pas sur la défensive parce que tu t'es probablement planté avec cette histoire.

      Supprimer
    2. Accessoirement, cette phrase est digne d'un grand San antonio !

      Supprimer
  2. non, je pense le contraire et reste absolument droit dans mes bottes juppéistes. Tous les blogs de gouvernement se vautrent sur le sujet et il va rester une fracture dommageable

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quels blogs de gouvernement ? Je suis quasiment le seul à en parler. Les autres parlent du statut d'auto-entrepreneurs. C'est un autre sujet.

      Supprimer
    2. sur le fond disp ne dit rien.Juste les blogs qui ne sont pas d'accord avec moi sont méchants

      Supprimer
  3. n'oublions pas non plus,j'en parlais à midi et demie sur BFM business, que les cessions d'entreprises sont exonérées jusqu'à 300 000 euros complétement et jusqu'à 500 000 euros en partie. Bizarrement, aucun des médias qui a couvert l'affaire dés alors que le groupe atteignait le chiffre somme toute modeste de 1000 ou 2000 personnes (dont des militants UMP mobilisés par les réseaux compris)n'a dit cela....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'ai pas encore lu ton billet. Ça va venir.

      Supprimer
    2. En fait si je l'avais lu. C'est celui d'aujourd'hui que j'ai remis à plus tard (je prends rarement le taxi à Lyon).

      Supprimer
  4. et voir Tatiana Jama Gomplewicz de Living Social (boite us) initier un mouvement qui parle de délocaliser, c'est cocasse

    RépondreSupprimer
  5. Cela fait un moment qu'on s'obstine à vouloir saper le moral de ce pays, médias compris, encore une preuve.

    RépondreSupprimer
  6. Je dois dire que je ne suis qu'à moitié étonné.
    Déjà le reportage du 20h d'avant hier sur France 2 m'avait bien fait rire.
    On y voit un entrepreneur français à Londres se plaindre devant le reporter de F2.
    On ne sait pas de quoi il est entrepreneur et il est tout le temps accompagné d'une black plutôt acorte.

    RépondreSupprimer
  7. rappeler que cette histoire concerne à tout casser une entreprise sur mille.Cela ne veut pas dire que la question ne soit pas bonne, juste qu'un boulanger, un patron de café, une entreprise de pub, un magasine, un atelier de peinture, un boucher, une entreprise de transport, un avocat, un magasin de meubles, une entreprise de plasturgie etc...ne sont pas du tout concernés par cette histoire.Résumer les entreprises françaises à certaines start up est réducteur. Cela n’enlève pas la question mais il convient de le rappeler

    RépondreSupprimer
  8. Les créateurs d'entreprises doivent naturellement,être soutenus un maximum. Mais le statut d'auto-entrepreneur a été détourné de son but et est utilisé par des employeurs importants pour se soustraire à leurs obligations : ils emploient avec le statut d'auto-entrepreneurs, des centaines de milliers de personnes qui, en réalité, n'ont aucune autonomie et sont prises dans un lien de subordination juridique qui caractérise le travail salarié sans en avoir les avantages surtout sous l'angle de la pérennité de l'emploi, de la prévoyance, de la participation aux élections professionnelles ...etc.
    Je suppose que ces employeurs qui sont légions, sont derrière les pigeons ... car ils ont peur de voir s'envoler une manne !
    Auto-entrepreneur, oui, mais pas salarié déguisé en auto-entrepreneur : c'est ça que la réforme devrait viser.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. A propos du statut d'automachin, on est d'accord. Mais ça n'est a priori qu'une diversion... Les "entrepreneurs" les mêlent à leur combat idiot alors qu'ils ne sont que des travailleurs pauvres.

      Supprimer
  9. Pas étonnant : les protégés du sarkozysme ont pensé qu'ils étaient exonérés pour toujours, et voilà que non. Ils n'en reviennent pas... A vrai dire ils font plutôt rigoler, dans l'ensemble. "La classe moyenne accablée" ce matin c'était Mitt Romney...

    RépondreSupprimer
  10. Qu'est ce que le gouvernement attend alors pour communiquer la dessus ? vous y arrivez bien vous!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. D'une part ça leur ferait de la publicité (le public pourrait comprendre le message à l'envers) et d'autre part, tout le monde s'en fout. Ça m'amuse en tant que blogueur. Pour le reste...

      Supprimer
  11. Donner des arguments sans réagir, à la droite, qui du coup ne se prive pas pour affirmer qu'un gouvernement de gauche sera toujours contre l'esprit d'entreprise me semble irresponsable.
    Un dirigeant de start up qui créé 400 emplois et qui se plaint à la TV qu'être taxé a 60 % devient confiscatoire n'est surement pas une bonne publicité pour le gouvernement.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il ne faut jamais alimenter les buzz. De toute manière le mal est fait et c'était probablement le but.

      Il faut répondre à froid avec un tas d'argument pour montrer que les gugusses sont des clowns et qui pourra être utilisé contre eux ensuite tout en rassurant les troupes qui pourraient douter.

      Ça sera fait demain, je crois.

      Supprimer
    2. Le principal est que ce soit fait.
      Pour le reste...

      Supprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.