05 octobre 2012

Pigeons normaux

Le sujet de discussion principal de notre réunion de blogueurs d'hier a bien évidemment été l'affaire des pigeons. Mes confrères sont déçus de ce qu'ils appellent une capitulation du gouvernement et je ne suis pas tout à fait d'accord. Voire pas du tout. 

C'est vrai qu'il parait que je suis un blogueur de gouvernement !

Tout d'abord force est de constater que tout le monde se fout de cette histoire. Depuis 4 ou 5 jours qu'elle est sortie, je n'en ai pas parlé une seule fois dans un bistro (à part hier soir, évidemment !). Hier après-midi, elle n’apparaissait qu’à peine dans Google News et ce matin elle est absente. Pourtant, tant que le texte de loi définitif n’a pas été voté, tout reste une histoire de communication. Nous autres, nous sommes en permanence dans Twitter, dans le groupe de discussion des leftblogs et nous apportons beaucoup d’importance à une histoire qui n’en est pas une.

Un Président normal

Dans cette histoire, on ne parle pas d’une intervention de François Hollande. Je ne sais pas s’il a donné des consignes au gouvernement et je suppose que ces braves gens ont le téléphone, mais il ressort que les Ministres ont été en première ligne. On a tellement vu Nicolas Sarkozy s’agiter, qu’on s’imaginait voir François Hollande faire pareil.

Ce n’est pas son job. Il fixe le cap. Il a décidé de faire une réforme fiscale importante. Nous y voila. Les revenus du capital doivent être imposables au même niveau que les revenus du capital. Et hop !

Les détails seront réglés par les Ministres et le tout sera « arbitré » au Parlement.

Nicolas Sarkozy aurait convoqué tout le monde à l’Elysée pour simuler une négociation avec des décisions déjà prises.

Une capitulation d’opérette

Quand l’affaire a éclaté, avec certains confrères blogueurs, on a dit que c’était une connerie. On a dit que personne ne serait taxé à ce niveau. On a étudié la loi, on a vu qu’il y avait des exonérations, notamment en cas de départ à la retraite du patron ou d’investissement des fonds dans une autre société.

Je ne vais pas dire maintenant que le Gouvernement a capitulé pour supprimer un truc que je prétendais encore hier matin qu’il n’avait aucune importance.

Un Gouvernement à l’écoute

Ben oui. Non seulement, il n’y a aucune capitulation mais des braves gens (que j’appelais hier des connards de pigeons !) soulignent une imperfection dans un texte de loi. Le Gouvernement les invite à en discuter autour d’une table et on leur confirme qu’on veut bien modifier le texte.

Je sais, on n’était pas habitué. Il y a encore un an, le budget était fait à l’Elysée. Le Parlement avait uniquement le droit de changer les virgules ! Pire ! Rappelez-vous le dernier budget… Je caricature à peine : le texte de loi est présenté à l’Assemblée. Les différents organismes signalent que l’hypothèse de croissance retenue est délirante. Le gouvernement dit « ce n’est pas grave, votez quand même, on fera un collectif budgétaire. » Le collectif budgétaire contenait une évolution majeure : le passage du taux inférieur de la TVA de 5,5 à 7% ! Et paf ! A peine voté, on annonce une évolution du taux supérieur de 19,6 à 21,2% (pour après les élections, faut pas déconner non plus).

Aujourd’hui, tout a changé, on discute.

Des pigeons ridicules

Ils ont monté une belle opération de communication avec les réseaux sociaux alors qu’il aurait probablement suffit d’envoyer un SMS à Mosco : « Hé ! On peut se voir, il y a un truc qui ne va pas dans ton machin. »

Evidemment, nous autres, blogueurs, on passe notre temps sur les réseaux sociaux et on est « épatés » de la réussite de la chose tout en étant indignés par la réaction du gouvernement. Pourtant ce n’est qu’un coup d’épée dans l’eau.

Ces guignols ont réussi à se faire passé pour des révolutionnaires des réseaux sociaux, comme ces « indignés » ou ces arabes qui ont fait leur printemps. Très drôle. Mais il se trouve que la seule population qui pourrait être réceptif au message leur est soit très favorables (des entrepreneurs geeks) soit complètement hostile (la gauche de la gauche, toujours guillerette quand le peuple se fait entendre en dehors des urnes).

Des organisations patronales coulées

C’était très amusant de voir Laurence Parisot courir pour tenter de recoller les morceaux, pour récupérer le mouvement. C’est raté. Bilan des courses : le MEDEF et la CGPME sont aux fraises. Les autres négociations ont été reportées, …

Le message est clair : le Gouvernement parle aux gens qui travaillent, qui créent de l’emploi, qui créent de la valeur, pas aux pingouins qui moulinent pour défendre des intérêts indus.

Il va falloir que les organisations patronales arrêtent de se croire en pays conquis, comme avant. Basta.

Trop de vent

En guise de conclusion, je vais juste dire que les blogueurs sont parfois un peu trop réactifs (moi le premier vu le nombre de billets que j’ai fait à ce sujet). Il faudrait qu’on prenne le temps de se poser. Tout ce qui importe sera la budget qui sera voté par le Parlement, voire comment il sera voté, si les parlementaires pourront travailler normalement, …

Et on en tirera une conclusion dans 18 mois, quand les comptes liés au budget en question auront été bouclés.

14 commentaires:

  1. mais qui paiera l'impôt manquant dans les caisses de l'Etat dont cadeau a été fait aux entrepreneurs ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il ne manquera pas. D'une part les patrons restés en France auraient moins vendu, d'autre part, les exonérations étaient déjà prévues...

      Supprimer
  2. A regarder la photo, il n'y a aucun doute, les pigeons ont pris du poids !

    RépondreSupprimer
  3. Quelle pirouette !

    Mais bon, si tu retombes sur tes pieds, c'est bien !!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pourquoi une pirouette ? Je n'ai pas bougé d'un poil. J'ai toujours dit que c'était un truc qui ne servait à rien (il y a déjà des exonérations, vois mes billets precedebts). J'ai toujours dit que c'était des guignols et je le répète ici.

      C'est toi (et beaucoup) qui a perdu ton livre arbitre. Tu aurais voulu me voir critiquer le gouvernement uniquement pour le principe.

      J'espère pour toi que ça se soigne.

      Supprimer
    2. T'es dur quand même Nicolas.

      Où est l'homme de gauche ? Où est l'homme des sacs de riz en Afrique ??

      Supprimer
  4. De toute façon, il faut être réaliste. La grande majorité des ces pigeons dirigent des startups qui ne seront jamais des Facebook ou des Google.

    Venir dire que le gouvernement empêche d'avoir un Steve Job français est juste une sombre blague. Quand on pense que les "startups" qui marchent en France sont des sites marchants, soit loin d'être des entreprises innovantes, ça me fait doucement rigoler.

    Avant de pleurer, ils devraient déjà se concentrer sur leur business model, leur stratégie à l'international, la qualité des produits.

    Les meilleurs start-ups en France ne sont pas dans les services mais ce sont celles qui gueulent le plus. Pffff

    RépondreSupprimer
  5. Le socialisme du gouvernement fait penser au fameux pâté d'alouette qui est composé comme chacun le sait d'un cheval et d'une alouette.
    Ainsi 15 000 ( pour prendre les chiffres de ceux d'en face) dans la rue ce n'est pas digne d'intérêt alors que ces pauvres pigeons dont on peine à savoir le nombre et qui défendent une idéologie conforme à celle du MEDEF ont eu immédiatement l'oreille des ministres.
    ça va finir par se voir.
    C'est pour ça que je dis depuis le départ que 11 ministres à l'université du MEDEF c'était trop, 2 ou 3 cela aurait largement suffisant.

    RépondreSupprimer
  6. D'accord à 100% avec ta conclusion c'etait mon etat d'esprit a la lecture de tes differents articles .

    RépondreSupprimer
  7. Je peux comprendre le sentiment des entrepreneurs : Ils ont la sensation d’être dans un milieu hostile.
    Il est vrai qu’en terme de communication les « patrons » : terme générique englobant les grands gagnants du concours "qui aura le plus gros salaire", les rentiers ou autres grands noms (Lagardère, Leclerc, etc. ...), les petits dirigeants de PME et TPE (parfois simple salarié, parfois actionnaire majoritaire, parfois les deux) et les investisseurs. Les "patrons" donc, sont mal vus car ils ont bénéficié de l'ancien gouvernement qui leur a accordé des cadeaux fiscaux en tout genre et qui s’apprêtait à introduire (bien profondément) de la flexibilité et autres mesures de compétitivité.
    Bref le patron est un enfoiré qui gagne un max de pognon, ne paye pas d'impôt et ne désire qu'une chose, exploiter au max les salariés en les payant le moins possible histoire d'augmenter des bénéfices déjà bien gras qui seront alors reversés sous forme de dividendes aux actionnaires qui sont tous de vils spéculateurs qui lui accorderont en retour le droit à une rémunération aussi faramineuse qu’injustifiée (on les imagine aisément comme une rangé de vampires agrippés à la branche morte d’un chêne noir dans l’attente silencieuse du poulain égaré au tendre flanc duquel ils ventouseront leur groins immondes pour aboucher son sang clair en lentes succions gargouillées et glaireuses jusqu’à ce que mort s’en suive).
    Evidemment tout cela est une caricature qui reflète une certes une vérité mais une vérité incomplète. Il existe aussi des gens qui investissent, pour gagner de l’argent bien sûr, mais aussi dans le but de créer de l’activité et ainsi de l’emploi. Ils prennent des risques et sans eux point de salut pour nos innombrables chômeurs. Au nom de ce risque réel ils réclament le droit à être respectés, et surtout pas trop taxés.
    Nous avions la pénibilité pour la droit à la retraite, nous avons maintenant le risque pour le droit à l’exonération.
    Autant le premier me parait parfaitement justifié autant le second me convainc beaucoup moins. Finalement que risquent ces entrepreneurs ? De perdre tout ou parti de leur mise ? Qu’elle est la différence avec les vilains spéculateurs sur les marchés ? Eux aussi risquent de perdre tout ou partie de leur mise les « pauvres ». Je ne crois pas qu’il faille raisonner en termes de risques mais plutôt en termes d’utilité économique de l’investissement et de stabilité de ce dernier. Pour ce qui est de la bourse, l’exonération devrait se faire en fonction du temps de garde de l’action (par exemple moins de 6 mois taxe à 75%, 6 mois à 1 ans taxe à 50%, plus d’un an taxe à 25%). Et pour les investisseurs hors marché boursier (nos aimables pigeons donc) ce qui est proposé par le gouvernement me parait sage. Détaxation de tout bénéfices réinvestis dans l’économie réelle (j’aurai aimé que soit ajouté : ou distribués en prime aux salariés).
    Pour conclure, autant je peux comprendre qu’aujourd’hui les pigeons se sentent mal aimés, autant j’aurai beaucoup de mal à pleurer sur leur sort fiscal et ce quels que soient les risques qu’ils estiment prendre.
    Aujourd’hui le plus gros risque s’est de se retrouver au chômage après que son emploi ait été sacrifié sur l’autel du profit. Il n’y a pas d’exonération de prévu pour celui la.

    RépondreSupprimer
  8. Je viens de découvrir votre article dans lequel j'ai cerné plusieurs utiles informations.

    RépondreSupprimer
  9. Nous avons la chance en France d'avoir un président et un gouvernement qui est à la hauteur et qui prend conscience, il faut quand même le souligner.

    Jean-Jérôme.

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.