04 octobre 2012

Pigeons : la réaction du Gouvernement aurait-elle pu être plus rapide ?

Dans un bon billet, Versac (je ne savais pas qu'il bloguait encore !) revient sur l'affaires des pigeons et s'étonne de la lenteur de la riposte gouvernementale. Des copains des leftblogs semblent d'accord avec lui. Moi, je ne sais pas mais, en bon blogueur de gouvernement, je vais faire l'avocat du diable. 

Revenons sur l'affaire. Des entrepreneurs ont cru qu'avec la nouvelle loi de finances, ils allaient payer 60% d'impôts sur la plus-value en cas de revente de leur entreprise. L'affaire a rapidement buzzé sur le web, notamment dans Facebook, sur le thème "la gauche pénalise ceux qui créent des emplois".  Parallèlement, un autre buzz est parti à propos des auto-entrepreneurs à qui on a fait croire que leur statut allait être supprimé, ce qui est faux. 

Il est probable que les seconds se soient imaginés potes des premiers alors qu'ils ne sont, pour la plupart, que des travailleurs pauvres, obligés d'utiliser un statut un bancal créé par la droite pour permettre à ces gens de travailler, pour quelqu'un ou pour une boîte, sans contrat de travail (et donc sans droit du travail). 

Le deuxième buzz a fait plus de bruit que le premier mais a largement contribué à le faire monter. 

On sait maintenant deux choses. D'une part, à peu près toutes les informations alimentant ces buzz sont fausses. D'autre part, il semble que le premier buzz ait été démarré par des professionnels des réseaux sociaux, proches de la droite. On peut donc légitiment penser que le buzz des pigeons est une manipulation politique. On pourrait même imaginer que l'autre ait été créée pour l'alimenter. 

Toujours est-il que ce pataquès (les informations erronées : la fin du statut et la gauche qui pénalisent les créateurs d'emplois) ont fait la une de la presse lundi !

Le gouvernement aurait-il du ou pu agir plus rapidement ?

Voyons d’abord les blogs, d'abord. Beaucoup de blogs de gauche (mais pas moi) ont consacré des billets aux machins des auto-entrepreneurs. Les blogueurs de gauche ont mis plusieurs jours à faire des billets sur les pigeons, tant ils étaient occupés avec l'autre affaire. 

Moi, au contraire, c'est l'affaire des pigeons qui m'a intéressé. Je ne me jette pas des fleurs, je connais personnellement un des principaux agitateurs des pigeons, à savoir Pierre Chappaz, le patron d’une boite qui bosse avec les blogs et avec qui j’ai souvent échangé. Je m’intéresse donc aux billets qu’il écrit. 

Pendant que j'étais occupé avec les pigeons, mes copains des leftblogs s'occupaient des auto-entrepreneurs, histoire que j’ai partiellement zappée. J'ignore quelle a été la riposte du gouvernement à l'histoire des auto-entrepreneurs...

Ainsi, la réaction des blogueurs de gauche à l'affaire des pigeons a pris plusieurs jours. Dans, ce contexte, je vais donner un élément de réponse à la question qui justifie ce billet : peut-on reprocher au gouvernement d'avoir tardé quand on a nous-mêmes tardé ?

Je vais poser une seconde question : est-il légitime de penser que l'affaire des auto-entrepreneurs ait aussi été délibérément lancée pour faire diversion ?

Les deux affaires sont arrivées un week-end et ont fait la une le lundi. Pour qu'une riposte du gouvernement soit efficace, il aurait fallu qu’elle puisse être analysée par la presse alors qu’elle avait trois sujets en stock. Rétablir la vérité est très compliqué pour l'histoire des pigeons : je ne pense pas que des journalistes spécialistes de fiscalité soient de permanence le dimanche dans la presse grand public. 

Je pense donc qu'une riposte du gouvernement aurait été inefficace le dimanche, les journaux avaient trois bons sujets à traiter

Je pense aussi qu'elle aurait été matériellement impossible à organiser (il aurait fallu d'immenses cellules de surveillance des réseaux sociaux, alors que les temps ne sont plus à ce genre de gabegie pour détecter ça avant, plus des ministres, hauts fonctionnaires et autres disponibles et efficace un dimanche). Impossible. 

Ainsi, lundi, la presse avait trois sujets de choix :
-         la (fausse) fin du statut d'auto-entrepreneur,
-         la (fausse) taxation à 60% des revenus et donc la gauche qui tue ceux qui créent des emplois,
-         la (vraie) belle mobilisation par les réseaux sociaux des pigeons.

Le mal était fait ! Belle orchestration. 

Le gouvernement aurait pu répondre aux pigeons dès lundi. Cette réponse aurait généré deux lignes dans la presse. C'était trop tard.

En outre, réagir dans la précipitation est la meilleure solution pour faire des gaffes

La polémique à propos des auto-entrepreneurs est morte étouffée devant l'immensité du mensonge. Il reste donc deux sujets : la gauche qui défavorise la création d'emplois et les pigeons qui se mobilisent par les réseaux sociaux. 

Une opération de communication auprès du grand publique aurait été négative puisqu'elle aurait remis "un problème" en une. Il restait donc à se remettre bien avec les entrepreneurs et les sympathisants du PS. Ça a été fait à froid de trois manières :
-         la très bonne tribune de Fleur Pellerin dans Libération ce matin,
-         les propos de Pierre Moscovici, ce matin, indiquant que tout pouvait être corrigé,
-         une diversion avec l'annonce d'un plan de réduction du coût du travail avec un transfert certaines charges pesant sur le travail vers la CSG.

L'impact auprès du grand public sera presque nul, peut être vaguement positif : "mais non le gouvernement ne veut pas ruiner les créateurs d'emplois, il est à l'écoute". 

J'étais l'avocat du diable...

Je ne sais pas si le Gouvernement aurait pu réagir plus vite mais je suis persuadé qu’il aurait pu faire bien pire.

Il n’empêche que l’affaire n’est pas finie. La presse titre maintenant sur le recul du gouvernement devant les entrepreneurs.

D’ici à ce qu’elle titre « le gouvernement recule suite à une mobilisation sur les réseaux sociaux », ça va nous générer un beau bordel. Dès la fin de ce billet, je vais aller créer une page Facebook contre l’augmentation des taxes sur la bière.

Et les quelques milliards concédés à ces entrepreneurs bourrés de pognon (ben oui, s’ils payent des plus-values…) devront bien être récupérés quelque part…

La communication aurait pu être meilleure en y mettant plein de moyens (je parlais d'une grosse cellule de surveillance des réseaux sociaux, par exemple). Mais on a suffisamment critiqué Nicolas Sarkozy pour se mettre maintenant à une gabegie phénoménale.

Surtout, la communication n'a pas été franchement positive pour le précédent Président de la République.

34 commentaires:

  1. au contraire, Flamby a finement joué (enfin, en ce qui concerne l'opinion qu'il veut donner à ses fans) : il va apparaître comme un négociateur.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne sais pas. Il est resté hors du coup : c'est un Président normal.

      Et en plus, il va pouvoir faire passer un machin qui lui tenait à cœur au début de la campagne des primaires. Le transfert des charges vers le revenus plutôt que le travail.

      Supprimer
  2. Sinon, ok pour la mobilisation anti taxes sur la bière

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La taxe sur la bière est de 5cts environ, pas de quoi fouetter un chat. En revanche j'ai entendu des représentants de cafetiers parlaient déjà de pratiquement doubler le prix du demi au bar. Le prétexte est trouvé.

      David75
      Auto entrepreneur de commerce

      Supprimer
  3. Je ne vois vraiment pas pourquoi la "Fronde" des entrepreneurs à été mélangée avec celles des auto-entrepreneurs....


    Belle manip...

    RépondreSupprimer
  4. La vitesse de réaction est une chose mais la faiblesse affichée devant quelques centaines ou milliers de personnes est elle, franchement consternante.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais non. Toujours en mode avocat du diable : le mal était déjà fait, mâles unes de la presse étaient là. Et le grand public n'a que faire des réseaux sociaux et du nombre de personnes.

      Supprimer
    2. Devant surtout une campagne de comm très bien organisée...

      Et le gouvernement qui cède si facilement, suis un peu dèg...

      Supprimer
    3. cédé ou fait semblant pour éteindre l'incendie et avoir l'occasion de faire de la pédagogie ?
      l'avenir nous le dira

      pour la bière bien que je n'en suis qu'un modeste buveur tu as ma signature

      Supprimer
    4. cE NE SONT PAS LES CENTAINES ou les milliers qui comptent mais l'opinion publique.
      Comme disait mon grand père "drôle et triste époque et tout ça a cause de la télé"

      Supprimer
  5. Sur une lecture purement rapport de forces, il ne fallait pas reculer. En même temps, le mouvement des geonpis pouvait prendre de l'ampleur. A la rigueur, ce n'était pas le plus grave. Le plus grand danger était à terme de ne pas être du tout le gouvernement et les ministres des entrepreneurs et des PME.

    RépondreSupprimer
  6. « L'impact auprès du grand public sera presque nul, peut être vaguement positif »

    Hum, « l'impact sur le grand public » ça sonne très mesures d'Audimat. En revanche, question impact impact sur la majorité des citoyens, sur la majorité des travailleurs, on reparlera quand on verra sur nos bulletins de paie les charges patronales baisser… mais notre salaire net réduit suite à l'augmentation de la CSG.
    « L'impact », on en reparle dans six mois, hein ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. A cause d'andouilles comme toi, la gauche n'a jamais tenu plus de 5 ans au pouvoir.

      Ça fait 3 ou 4 ans qu'Hollande parle d'allégement des cotisations patronale maladie et famille vers autre chose dont la CSG. Il faut revenir dans la vraie vie.

      Supprimer
  7. Ouf ! j'ai eu peur qu'on supprime l'avancée sociale que représente le statut des auto-entrepeneurs.
    Quant aux cotisations sociales qui sont en réalité des charges il faut absolument les réduire et même si c'est possible les supprimer.
    Alors là ça sera le nirvana ou presque

    RépondreSupprimer
  8. "Andouille" donc ? Une profonde caractérisation politique sans doute ? Et c'est à cause de "moi", que la gauche ne tient pas au pouvoir ? Je te remercie de tes lumières. Naïvement, je croyais jusqu'alors que les électeurs de gauche sanctionnaient les promesses non tenues. Donc allègement des charges patronales, comme le réclame le Medef depuis le Comité des Forges, et dont on a aisément pu mesurer l'impact sur l'emploi depuis 1987. Ainsi que le déséquilibre des comptes sociaux afférents. Et désormais cela va se doubler d'une réduction du salaire net. Mais évidemment ce n'est pas cette arithmétique salariale qui va influer sur les choix politiques des citoyens. Nan, nan, nan. C'est juste le fait de l'exprimer. Amin.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Qu'elles promesses non tenues, andouille doublée d'un connard ? Les élections datent de quatre mois.

      Supprimer
    2. Woaw, on sent le mec super open à l'échange. Andouille et connard. Le top de l'analyse politique. Tu parlais toi-même d'une fatalité que la gauche ne tienne pas plus de 5 ans. Je te répondais donc en conséquence. La croissance continue, et soutenue, de l'abstention au sein de l'électorat de gauche date de 1984. Ça n'est certainement pas une explication unique, mais tu ne peux pas non plus ignorer la déception née des promesses non-tenues. Mais bon, tu préfères répondre par l'insulte pour ignorer les analyses de ceux qui ont mis le même bulletin dans l'urne que toi le 6 mai dernier et te réfugier dans l'angélisme. Le réveil sera difficile.

      Supprimer
    3. Pourquoi serai-je ouvert ? Tu me fais chier et je n'ai pas envié de causer avec toi.

      Supprimer
    4. En fait, tu es le genre d'abruti qui fait fuir les gens. Vous êtes trop nombreux et vous tuez la cause. Maintenant vas chier. Tu es tellement présomptueux à être persuadé que les gens ont envié de parler avec toi.

      Supprimer
  9. La taxe sur la bière est de 5cts environ, pas de quoi fouetter un chat. En revanche j'ai entendu des représentants de cafetiers parlaient déjà de pratiquement doubler le prix du demi au bar. Le prétexte est trouvé.

    David75
    Auto entrepreneur de commerce

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas d'accord. La bière est déjà charmée par le cours des céréales.

      Supprimer
  10. a l'inverse de toi je me suis interessée aux autoentrepreneurs et j'ai twitté dès vendredi sur le sujet à partir d'un article de l'Express. et quand ce sont des journalistes qui écrivent je ne mets pas en doute http://lentreprise.lexpress.fr/statut-creation-entreprise/auto-entrepreneurs-cotisations-sociales-alignees-sur-celles-des-entrepreneurs-individuels_35521.html tu peux voir qu'il est daté de vendredi après midi et mis à jour depuis. Je ne peux pas dire ce qui a été changé, mais quand je l'ai lu vendredi soir j'avais compris que l'AE c'était terminé.

    La Tribune aussi en a parlé un peu plus tard .
    http://www.latribune.fr/actualites/economie/france/20120928trib000721920/budget-2013-le-statut-d-auto-entrepreneur-enterre.html

    et quand les pigeons sont apparus dans la foulée j'ai logiquement cru qu'ils représentaient les AE, il m'a fallut un peu de temps avant de m'apercevoir de l'amalgame

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On est d'accord ! Je n'ai jamais fait l'amalgame parce que les auto-entrepreneurs ne m'intéressent pas (dans le sens où je ne suis pas concerné).

      Supprimer
  11. Enfin un billet équilibré sur le sujet. Je partage ton analyse. J'ai consacré un billet sur l'autoentreprise. J'aurais pu également écrire un billet sur les plus-values professionnelles. Mais tout va si vite qu'il est difficile de suivre en temps réel.

    Comme tu l'as bien rappelé, on reproche au gouvernement d'avoir capitulé alors qu'il s'agit d'abord de rassurer, de négocier et, surtout, de désamorcer des polémiques fabriquées en un weekend et qui peuvent s'avérer destructrices.

    Il faut être conscient d'une chose. La très grande majorité des Français n'a pas le nez collé en permanence devant l'ordinateur et n'a pas suivi cette polémique internautique. Il était donc urgent de ne pas laisser cette manipulation médiatique s'installer.

    A quoi aurait-il servi au gouvernement de laisser ces pigeons s'agiter des semaines sur du vent (car la loi de finances est en cours de discussion) ? L'ennemi, ce n'est pas l'entreprise, ce n'est pas l'argent qu'elle génère et qui peut être investie. C'est l'argent qui dort, c'est l'argent de la rente et des lessiveuses.

    Je ne reviendrai pas sur l'amalgame entre entrepreneurs et autoentrepreneurs. Tout a été dit.

    Je constate enfin avec amertume que certains blogueurs (de gauche)ont une propension à se joindre de plus en plus vite à la critique du gouvernement (c'est leur droit) et d'un président de la République dont ils ont pourtant fait la campagne active. C'est à se demander s'ils ne regrettent pas Sarkozy ou s'ils n'anticipent déjà pas la victoire de Copé.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et encore, tu ne suis plus les conversations dans les leftblogs !

      Merci et tout ça...

      Pour cause de Kremlin des Blogs, j'ai encore la tête dans le cul mais mon billet du matin pourrait très bien en rajouter une couche sur le thème : le gouvernement a montré que les organisations patronales diverses ne servent à rien... Il a réussi à stopper les négociations avec le MEDEF et surtout la CGPME pour s'intéresser à des mecs qui bossent réellement.

      Supprimer
    2. @Nicolas : Oui tu as raison.

      Là où certains voient une capitulation, je vois au contraire la volonté du gouvernement de ne pas se laisser déborder par des peurs irrationnelles venus des profondeurs des réseaux sociaux et agitées par l'opposition.

      On ne peut pas avoir reproché durant des années à Nicolas Sarkozy ses multiples passages en force, son mépris caractérisé des citoyens, ses provocations, son autisme politique etc., et s'en prendre désormais à François Hollande parce qu'il prône au contraire la négociation et le dialogue.

      L'attitude du gouvernement n'est pas du caporalisme. C'est conforme à ce que le président de la République avait annoncé.

      Bonne journée.

      Supprimer
    3. Oui !

      (désolé, pas le temps de papoter, il faut que j'y aille).

      Bonne journée à toi aussi !

      Supprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.