24 octobre 2012

Qu'est-ce que l'UMP peut bien à voir à faire du logement social ?

C'était attendu. C'est fait. Le Conseil Constitutionnel a invalidé la loi sur le logement social. Dès l'annonce, les leaders de la droite ont commencé à trépigner de joie, comme s'ils avaient gagné une grande victoire !

« Le chef de file des députés UMP, Christian Jacob, a estimé mercredi auprès de l'AFP que l'annonce par Jean-Marc Ayrault de l'annulation de la loi sur le logement social avant l'annonce de la décision par le Conseil constitutionnel témoignait de "l'affolement général à Matignon". »

« L'ancien président de l'Assemblée nationale, Bernard Accoyer (UMP), a qualifié de "véritable camouflet pour le gouvernement" l'annulation "rarissime" de la totalité d'un texte et considéré que l'annonce de la décision par le Premier ministre "bafoue l'indépendance du Conseil constitutionnel". » Rien que ça !

Et j'en passe !

Il n'empêche que le Conseil Constitutionnel a censuré le texte pour une question de procédure dont se foutent totalement les Français qui sont dans l'attente d'un logement à cause de l'incompétence des gouvernements précédents

On peut toujours rigoler d'un soi-disant amateurisme d'un gouvernement mais on fait quoi on attendant ?

Je ne sais pas. A l'UMP, ils ont trouvé : ils se réjouissent pour la perte de temps, non seulement celle pour les parlementaires, mais aussi de celle pour la construction des nouveaux logements !

Bravo les gars !

Les twittos UMP semblent plus sages et commencent déjà (la flèche rouge de l’illustration) à penser au « bad buzzz » qui s'inverse... Le procès en incompétence du Gouvernement commence déjà à être remplacé par un procès en amoralité des dirigeants de l'opposition…

40 commentaires:

  1. Ouais,
    enfin, en ce qui me concerne, j'ai voté Hollande en mettant de coté tout ce qui ne me plaisait pas (les machins sociétaux, les verts au gouvernement) en espérant qu'il remette un peu le pays sur son chemin : générosité, sérieux, rassemblement des français... Si ils arrêtaient de pédaler dans la semoule, ça m'arrangerait... ça arrangerait un certain nombre d'entre nous... Parce que là, en effet, la question du logement est essentielle. Combien de drames humains derrière cette question là...
    Franchement, je ne regrette certainement pas ces crétins de l'UMP mais j'ai du mal à penser que les premiers mois de ce gouvernement sont bons - encore moins efficaces...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On jugera de l'efficacité dans plusieurs mois. Là, ce sont les députés UMP qui ont bloqué le texte (pour une vague connerie du gouvernement).

      Supprimer
    2. Ne vous faites pas d'illusions. Hollande est comme les autres. Il fera comme les précédents. Les socialistes ont de toutes façons trahi le socialisme. La question du logement est essentielle dans un pays les mal logés sont de plus en plus nombreux. L'espoir n'y changera rien et la "crise" non plus.

      Supprimer
  2. Alors vite fait une loi autorisant le Gvt à légiférer sur la question par voie d'Ordonnance et le tour est joué !
    Allez vite, vite, car les marchés de travaux pour des logements, pour que cela ne soit pas une catastrophe environnementale comme dans les années 60 à 80, ça ne s'improvise pas non plus et c'est long.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui. Il faut aller vite mais respecter le processus parlementaire.

      Supprimer
    2. L'article 38 de la Constitution permet au Gvt de légiférer dans les domaines relevant du domaine de la Loi, art. 34 : Il faut une loi d'autorisation, les Ordonnances qui sont signées par le Pté de l République, puis une simple loi de validation des Ordonnances.
      C'est tout ce qu'il y a de plus régulier et ça va vite.

      Supprimer
  3. C'est sûr avec le Nain Déchu on en serait pas là !
    Non j'déconne - Moi aussi j'ai voté Hollande et c'est vrai qu'il doit trouver ses marques. Mais bordel qu'on lui laisse le temps et qu'on arrête de lui tirer dessus. J'ai envie de retourner sous la couette tellement tout ça me fait chier...A+ ou pas JBL1960

    RépondreSupprimer
  4. Tiens, c'est à peu près ce que j'ai dit dans mon dernier billet...Et on est en plein dans une belle crise immobilière.
    Entre 20 et 30% de moins dans la valeur de l'ancien mais chtt...l'UMP ne doit pas le savoir...

    RépondreSupprimer
  5. Il est probable que ce soient les maires des petites villes et des villes moyennes qui aient fait pression sur les députés. Car on sait bien – même s'il est mal vu de le dire – que logements “sociaux” = afflux d'immigrés, ces immigrés dont ni les maires ni les habitants des villes en question ne veulent, instruits qu'ils sont depuis belle lurette sur ce qui se passe lorsque la population se met à devenir “diverse”.

    Mais, évidemment, tant que l'on fait semblant de croire que les logements sociaux seront attribués à des Français pauvres, on ne comprend pas pourquoi l'UMP fait de l'obstruction…

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Z'êtes limite hors sujet, là.

      Ça ne fait que repousser l'échéance. En outre, il est normal que le texte soit annulé : les procédures n'ont pas été respectées. Il n'empêche que les réactions de l'UMP sont ridicules.

      Supprimer
    2. bamboula dans sa case , le rom dans son bidonville et l'arabe dans son douar
      belle conception mr fautedegoux

      Supprimer
    3. La faute de goût, en l'occurrence, consiste à trafiquer les noms afin de produire de piteux calembours qui faisaient déjà les délices des crétins lorsque j'étais en CE1 (CE2, à la rigueur).

      Supprimer
    4. Cela dit, en l'occurrence, je serais assez pour, en effet, que chacun demeure chez soi, protégé des intempéries par le toit qu'il est capable de se bâtir.

      Supprimer
    5. À Nicolas : eh bien disons que le vice de procédure est une sorte de lapsus freudien. Car je crois que, dans les communes qui y échappaient jusqu'à maintenant, les élus de gauche n'ont pas plus envie que ceux de droite d'avoir des logements “sociaux” chez eux…

      Supprimer
    6. Vous faiblissez. Un commtaire sans "en l'occurrence".

      Supprimer
    7. Ah oui, merde !

      En l'occurrence, en l'occurrence : voilà, j'ai récupéré mon quota.

      Supprimer
  6. Dommage pour le logement social, et dommage pour ceux qui n'auront pas de toit - pour rien, finalement, si j'ai bien compris.

    Mais d'un autre côté, certaines sorties et postures de Mme Duflot ont dû déplaire à l'opposition (je pense à M. Accoyer, recadré récemment pour une question de grammaire), qui du coup ne lui fait surtout pas de cadeau, quitte à chercher la petite bête à son tour.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La prochaine fois, elle et ses services soigneront les formes.

      Supprimer
    2. En fait je trouve ça surprenant : il y a un tas d'huissiers et autres machins qui auraient du avertir. C'est leur métier. Même s'ils s'en rendent compte en séance, le texte ne devrait pas aller au CC. Surtout que, je suppose, ils ont un tas d'outils pour les aider à gérer les versions des textes (on voit les navettes sur les sites web du Parlement).

      Supprimer
  7. Le logement social n'est et n'a été aucunement une priorité pour la droite donc que cette loi ait fait l'objet d'un recours n'est finalement pas une surprise.

    Le but de la droite est en réalité d'éviter les 25% de logements sociaux dans les villes, et d'ailleurs Estrosi ne s'en cache pas voilà ce qu'il écrit dans un tweet ce matin :

    https://twitter.com/cestrosi/status/261019224577810432

    "Une belle victoire pour l'opposition, nous devons maintenir la pression pour éviter les 25% de logements sociaux!"

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ils sont tarés. Ils n'ont rien compris à la communication politique.

      Supprimer
  8. On doit avouer, et c'est pas très sympa, que certains logement sociaux en banlieue, et même à Paris, donnent pas franchement envie d'aller y habiter. S'ils veulent reconstruire des trucs aussi massifs que dans le 13è ou le 19è, c'est pas si absurde de ne pas en vouloir.
    Après, il y en a beaucoup aussi où ça se passe bien. Mais bon...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En plus maintenant, qui dit logements sociaux, dit roms à côté.

      Supprimer
    2. Tu pourrais essayer de faire un commentaire plus intelligent que : oui c'est mal mais c'est bien !

      Supprimer
    3. J'avoue c'était pas très finot. En fait, j'aurais voulu dire: regardons les espaces vides que l'Etat a a sa disposition avant de construire, sans même avoir fait une enquête approfondie sur de réels besoins en logements sociaux. Je crois que c'est Barouin qui avait dit ça, je trouvais ça pas idiot.
      N'empêche, si on construit, faut arrêter les tours massives. Ca crée trop de ghettos.
      Bonne journée à vous.

      Supprimer
  9. comment ça vague problème ?

    une loi est votée et le texte qui arrive au sénat est différent heureusement que c'est annulé sinon on vire les députés et on rentre en dictature

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Connard ! Tu fais du mensonge par omission. C'est pire que tout. La moi n'a pas été votee. Mais des amendements en commission.

      Pauvre garçon.

      Supprimer
  10. La droite fait tout simplement de l'obstruction systématique et conteste en permanence sur tout et n'importe quoi. Sans même attendre quelques mois afin de constater ou pas les premières mesures prises.C'est indigne et idiot.

    David

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est pas de l'obstruction, le gouvernement a percé c'est tout

      Supprimer
    2. Ça veut dire quoi, connard ?

      David,

      C'est ainsi. La gauche l'a fait avant.

      Supprimer
  11. Le socialisme aura alors acquis une toute autre définition : le respect des procédures plus que la valeur sociale, humaine.

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.