02 octobre 2012

Pigeons sauvages

« Les pigeons semblent penser d'être entrepreneur c'est créer et revendre son entreprise ». J'ai trouvé cette belle "définition" dans Twitter. On a un autre nom pour ça : la spéculation. Vous vous rappelez du discours du Bourget ? Notre ennemi c'est la finance. 

Nous y voilà. 

J'ai bossé pour un de ces lascars qui ne vivent que pour réaliser des plus values confortables. Il avait monté une boîte et avait proposé à sept salariés d'une société de conseil d'intégrer sa société informatique pour y développer une activité de conseil. Nous avions accepté puis acheté pour 1500 euros d'actions avant de nous mettre au taf. Nous étions enthousiastes ! Nous allions développer une activité. Enfin quelqu'un nous avait fait confiance. 

Tu parles ! Il ne nous a jamais donné les moyens de ce développement. Nous passions nos journées à faire notre travail de consultant et nos soirées à faire des propositions commerciales, des supports de formation, ... Rapidement, nous sommes passés de 7 à 19 puis nous avons stagné, passant trop de temps à maintenir l'activité sans avoir les moyens de toucher d'autres clients. 

Au bout de 5 ans, j'ai appris par la presse que notre « structure », celle en charge du conseil, avait été vendue. Le patron n'avait eu aucune considération pour le personnel (nous ne pouvions légalement pas être prévenus à l'avance ; une histoire de réglementation boursière). Il se foutait totalement de ce que nous pourrions devenir, de l'activité que nous aurions pu développer, de l'utilité économique et sociale de sa boîte... Il nous avait fait bosser comme des dingues sans investir le moindre centime et a réalisé une confortable plus-value, au nom de la maison mère, celle qui était cotée en bourse...

Une plue-value ? Elle ne serait pas touchée par les mesures fiscales annoncées récemment. Elle ne touche pas un particulier mais une entreprise. Les pigeons pleurent pour rien. D'ailleurs, il n'est pas inutile de rappeler que ce taux de 60% n'est pas exact. L’imposition est soumise au système de quotient et décroit progressivement en fonction de la durée. La somme ne sera pas imposable si le vendeur investit le pognon dans une autre boîte. 

Quand j'ai eu digéré cette vente à une autre entreprise (ça prend du temps puisqu'il faut apprendre à connaître la nouvelle), je me suis juré de combattre ce système économique qui n'apporte rien à l’économie et à la société.

Tiens ! Je ne serais pas honnête en ne disant pas que les 1500 euros du départ avaient fait de belles culbutes. Une année de salaire, en gros, avant de fondre de moitié dans les aléas de la bourse. Mais je m'en foutais. C'était de l'argent virtuel, placé sur dans un PEA, j'étais là, comme entrepreneur de pacotille, pour développer un cabinet de conseil, pas pour assurer un an de retraite...

La nouvelle boîte qui nous a achetés une fortune a fait une mauvaise affaire. Notre structure avait fusionné avec elle (nous n'avions donc pas été achetés pour être à nouveau vendus !) mais n'avait pas compris notre état d'esprit. De fait, la plupart d'entre nous (les 7 du départ) ont démissionné dans les deux ans, quittant définitivement ce monde du conseil ! Pourtant, je les aimais bien. Ils voulaient réellement développer une activité de conseil pour s’asseoir en partie dessus pour accroître le volume de leurs activités plus traditionnelles.

Ainsi, il existe deux sortes d’entrepreneur. Ceux qui veulent monter une activité pour la revendre et ceux qui veulent réellement développer une activité, faire du chiffre d’affaire, du bénéfice, embaucher du monde, …

Pour ne pas être grossier, je me contenterai de dire que je n’ai strictement aucune considération pour les premiers. Ils méritent d’être ruinés, taxés, … Ce sont des nuisibles. Ils vont pleurer au nom du risque mais n’en prennent souvent quasiment aucun. Ils pleurent parce qu’ils risqueraient d’être imposés pour de l’argent gagné avec ce qu’il faut bien appeler de la spéculation.

Les seconds, je les connais mieux. Vous aussi, d’ailleurs. Ce sont ces commerçants, ces artisans, …

On les croise au quotidien et on a besoin d’eux.

Surtout les bistros.

Le tweet que je citais en introduction finissait par "Mais qui fait vivre les entreprises, alors ?"

On attend la réponse des pigeons.

8 commentaires:

  1. Pauvre con, car tu crois que toutes les entreprises françaises gagnent des millions....va voir l'épicier de ton coin, le mec qui a monté sa boite avec sa famille.... c'est ça la réalité. Tu connais des patrons pitoyables, je connais des salariés qui ne pensent qu'à baiser leur entreprise et pourtant je ne généralise pas.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Débile ! Une entreprise qui ne marche pas n'a pas de problème de plus value.

      Supprimer
    2. il ne me semble pas que Nicolas ait fait une généralisation , donc le pauvre con s'adresse en fait à l'âne o nyme

      Supprimer
  2. Pigeon depuis septembre 2000. Voici ma contribution au débat. "Les politiques contre notre argent libre" http://www.orvinfait.fr/les_politiques_contre_notre_argent_libre.html
    Je suis prêt à en débattre ici s'il y a un dialogue argumenté.

    Je n'ai pas créé mon entreprise pour la revendre. Le fait de travailler chez moi me permet d'être disponible pour ma femme handicapée.

    Je n'ai jamais eu beaucoup de moyens dans ma vie (né en 1960) pourtant j'ai quand même fait l'effort de créer mon entreprise.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si tu ne n'as pas créée pour la vendre je ne vous pas de quoi nous pourrions débattre sans être hors sujet.

      Supprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.