25 octobre 2012

Bah ! Le débat bas

Ça serait amusant que PS organise une riposte party, ce soir, comme "au bon vieux temps". Il devrait être assez facile de foutre le bordel dans Twitter pour déprimer les militants UMP pendant le débat entre Jean-François Copé et François Fillon. Mais il y a un hic : il faudrait regarder. Et ça serait donner de l'importance à un truc qui n'en a pas la moindre, à part en nous donnant l'occasion de raconter des bêtises dans un billet de blog. 

Nous aurons (« aurions » serait plus juste) en face de nous deux responsables politiques qui veulent diriger un parti et font tous les deux la même erreur de stratégie majeure : se mettre en première ligne de la vie politique alors que tous les Présidents de la République s'étaient mis en retrait plusieurs années avant la Présidentielle, sauf Nicolas Sarkozy. 

Je me rappelle, il y a un an, quand mes camarades réactionnaires ironisaient sur la candidature de François Hollande ! Probablement les mêmes qui en 1994 voyaient Balladur gagner en 1995 et en 1980 juraient que Rocard serait candidat l'année suivante. Pour gagner la Présidentielle, Mitterrand, Chirac et Hollande avaient commencé par disparaître vaguement de la scène politique. 

Nos deux compères, Copé et Fillon, qu'on nous présente comme des candidats probables pour 2017, se battent maintenant pour être chef de l'opposition. François Hollande et Marine Le Pen peuvent commencer à préparer le débat pour l'entre deux tours de 2017. Le plus grand risque pour Hollande serait encore que Copé gagne cette élection interne : ça ferait rentrer Fillon à la niche. Il pourra ressortir fin 2016, après avoir peaufiné son image et son programme. 

Dans le journal, ce matin, je lisais que les entourages des deux candidats trouvaient ce débat inutile, voire dangereux. Il est surtout dangereux pour la chaîne qui l'organise et qui risque de faire un bide. Par contre, on risque de bien rigoler, vendredi matin, à la lecture de la presse tentant de résumer ce débat qui sera probablement ridicules. Des éditorialistes vont encore se prendre au sérieux et prédire un vainqueur dans des postures toujours aussi lassantes.

L'UMP est incompréhensible. Cette élection interne sera forcément comparée à la primaire du Parti Socialiste et sera présentée comme un échec majeur. Deux titres font la une des informations politiques ce matin : ce débat et « l’histoire de la loi à propos du logement social invalidée par le Conseil Constitutionnel et Jean-Marc Ayrault qui grille la politesse à ce dernier en annonçant avant lui une information qui était déjà connue depuis plusieurs jours ».

De « l’histoire », on ne retiendra rien à part le ridicule de la situation et les attaques mesquines de l’UMP qui oublie totalement de parler du fond, le logement social, en mettant en avant position de retarder des lois qui pourraient faire consensus auprès du grand public (ben oui, la mise à disposition par l’état de terrains qui ne servent à rien ne parait pas polémique…). Du débat, on retiendra aussi son côté mesquin, la petitesse du parti qui l’organise.

J’ai menti. Deux fois. On ne retiendra rien du débat (à part une franche rigolade dans les blogs de gauche, mais il n’y en a pas à droite, demain matin) et un autre titre fait la une de la presse : la nouvelle hausse du chômage.

Regardons la presse.

A propos de « l’histoire » : « Jean-Marc Ayrault a commis mercredi une gaffe en annonçant la censure par le Conseil constitutionnel de la loi sur le logement social, visée par un recours UMP très commenté ces dernières heures, avant que les Sages ne décident quelques heures plus tard d'invalider le texte. » Si le journaliste avait tenu un blog politique au ton bistro, il aurait écrit : « L’UMP bloque la construction de logement sociaux et préfère s’amuser de soi-disant gaffes du Premier Ministre ».

A propos du « débat » : « Les prétendants à la présidence de l'UMP, François Fillon et Jean-François Copé, ont rendez-vous ce jeudi soir sur France 2 pour un débat que les deux hommes veulent le moins conflictuel possible mais qui constitue en soi une petite révolution culturelle à droite. » Si le journaliste …, il aurait écrit : « Putain ! Qu’est-ce qu’on va se faire chier, ce soir ! Pourquoi j’ai choisi ce métier, moi ? »

A propos du « chômage » : « La croissance continue du chômage depuis 17 mois, comparée par le ministre du Travail Michel Sapin à un "navire lancé à pleine vitesse" difficile à ralentir, a connu sa plus forte augmentation enregistrée depuis avril 2009. » Si…, il aurait écrit : « Allons bon ! Ils nous ont vraiment foutu dans la merde… »

Alors que retenir de tout ça ?

Si le journaliste avait tenu un blog politique au ton bistro, de gauche, mais attention, hein !, pas la vraie, la sociale-traitre, et avait fait le choix de s’asseoir sur toute objectivité, il oserait écrire que : « L’UMP a foutu la merde pendant 10 ans et s’amuse maintenant avec des conneries pendant que le Gouvernement socialiste rame pour tenter de recoller les morceaux. »

12 commentaires:

  1. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  2. Si un journaliste écrivait ce que tu mets en conclusion, il ne serait plus journaliste mais militant...
    (parce que bon... on peut être en désaccord avec cette affirmation...)

    Mais vous avez encore 5 ans pour dire que c'est de la faute de ceux d'avant. Les derniers, pendant 10 ans, n'ont cessé de reporter la faute sur les 35 heures et Mitterand, donc vous avez encore de la marge ^___^

    RépondreSupprimer
  3. Je suis tout à fait d'accord avec ce billet, à 100% !
    Cela ne me rend pas plus gaie pour autant ce matin...Cela ira mieux demain ! Ou pas ! A+ JBL1960

    RépondreSupprimer
  4. J'hésite entre regarder Bad Boys et le débat.Non. je crois que je vais regarder Will Smith pour la énième fois

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je te déconseille les films de Michael Bay. Ce mec là c'est l'UMP du cinoche.

      Supprimer
  5. Des fois on se demande si au fond l'utilité de ces abominations de la désolation n'ont pas au moins une utilité, celle de faire paraître les autres plus digestes.
    Quant à l'émission de ce soir je te parle pas, en plus des ulcères qu'elle risque de provoquer, de son empreinte carbone.

    RépondreSupprimer
  6. Perso je regarde pas les chaînes étrangères.

    RépondreSupprimer
  7. « L’UMP a foutu la merde pendant 10 ans et s’amuse maintenant avec des conneries pendant que le Gouvernement socialiste rame pour tenter de recoller les morceaux. »

    Oui, mais on a le droit de dire à FH qu'il ne penche pas assez du bon coté ?

    La vraie question du débat , ça va être de voir les journalistes qui lèchent.

    RépondreSupprimer
  8. LOUANCHI HARKIS : lien vers http://www.dailymotion.com/video/xl0lyn_hocine-le-combat-d-une-vie_news
    En 1975, quatre hommes cagoulés et armés pénètrent dans la mairie de Saint Laurent des arbres, dans le département du Gard. Sous la menace de tout faire sauter à la dynamite, ils obtiennent après 24 heures de négociations la dissolution du camp de harkis proche du village. A l'époque, depuis 13 ans, ce camp de Saint Maurice l'Ardoise, ceinturé de barbelés et de miradors, accueillait 1200 harkis et leurs familles. Une discipline militaire, des conditions hygiéniques minimales, violence et répression, 40 malades mentaux qui errent désoeuvrés et l' isolement total de la société française. Sur les quatre membres du commando anonyme des cagoulés, un seul aujourd'hui se décide à parler.

    35 ans après Hocine raconte comment il a risqué sa vie pour faire raser le camp de la honte. Nous sommes retournés avec lui sur les lieux, ce 14 juillet 2011. Anne Gromaire, Jean-Claude Honnorat.


    Sur radio-alpes.net - Audio -France-Algérie : Le combat de ma vie (2012-03-26 17:55:13) - Ecoutez: Hocine Louanchi joint au téléphone...émotions et voile de censure levé ! Les Accords d'Evian n'effacent pas le passé, mais l'avenir pourra apaiser les blessures. (H.Louanchi)

    Interview du 26 mars 2012 sur radio-alpes.net

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.