12 octobre 2011

Il est frais, mon poisson ?

« Tu te rends compte de la loi qu’ils viennent de faire passer ? » C’est ainsi que j’ai été accueilli par Michel, le patron de l’Amandine, hier. Il lisait le Parisien qui disait que l’Assemblée Nationale venait d’adopter une loi soi-disant pour protéger le consommateur avec un article obligeant les restaurateurs à indiquer par une astérisque les plats élaborés avec des produits frais.

« Les restaurateurs risquent d'en avoir pour leurs frais » note le Figaro. Dans la pratique, ce sont surtout les clients qui vont raquer. On imagine assez mal un restaurateur indiquer sur la carte : « Nos menus ne sont pas frais, nous vous garantissons qu’ils sont correctement congelés. »

Dans la pratique, Mesdames, vous qui êtes au régime, vous ne pourrez plus remplacer les frites par des haricots verts parce que le patron du resto ne pourrait pas mettre sur sa cartes que les haricots sont surgelés…

Quand le plat du jour ne vous plait pas, vous aviez l’habitude de prendre du poisson à la carte ? Terminé ! Vous imaginez le bistro indiquer sur la carte que le poisson n’est pas frais. Les cartes des brasseries vont désormais se limiter à l’andouillette et aux pièces de bœuf !

La salade de gésiers qui était si bonne ? Finie ! Les gésiers sont en conserves. J’imagine la carte : « Tous les composants de la salade sont frais sauf les gésiers… ».

Le confit de canard devra être du jour. On se demande si la bête n’aura pas du être tuée le matin…

Le sel ? Recueilli cette nuit et acheminé directement depuis Guérande, aussi, non ?

Et les plats du jour invendus ? Le restaurateur, il les balance à la poubelle ? Impossible de congeler pour resservir un autre jour ?

Et le pain de la veille, resservi en hot dog après une nuit dans le congélateur ? Non, Messieurs Dames, exigez des tartines grillées avec le pain du jour.

Je n’ose pas imaginer que nos députés descendent un jour dans la vraie vie. Pour un parti qui se prétend libéral, cette loi est à mourir de rire.

Les députés d’une seule formation politique ont voté contre (pas spécifiquement cet article, l’ensemble de loi, qui ne ressemble à rien) : ceux du Parti Socialiste.

28 commentaires:

  1. C'est terrible de voir les priorités qu'ont les députés... (peuchère, aujourd'hui on vivre mieux que hier avec les lois qu'ils ont voté hier...)

    Enfin bon, je garde un souvenir ému du poulet sauce chorizo de vers chez toi... Congelé ou pas, c'est bon...

    RépondreSupprimer
  2. On en rirait si ce n'était pas si grave.

    RépondreSupprimer
  3. "Le sel ? Recueilli cette nuit et acheminé directement depuis Guérande, aussi, non ?", mais tout à fait, et qu'il se démerde.
    (il peut également faire du stop s'il ne veut pas payer les transports en commun)

    RépondreSupprimer
  4. " Les gésiers sont en conserve"
    Mais c'est déjà le cas, tout le monde sait que les gésiers ont cuit longtemps dans de la graisse d'oie et sont mis en bocal ou en conserve. Idem pour le confit de canard.

    Un restaurateur n'a déjà pas le droit de congeler le reste d'aujourd'hui pour le ressortir demain.

    Il faudrait soutenir les restaurateurs pour qu'ils aient le droit de marquer "tarte maison" alors que ce n'est pas vrai ?
    Les boulangers se sont battus pour que soit reconnu leur statut d'artisan boulanger, par rapport aux terminaux de cuisson.
    Et des haricots verts ou petits pois surgelés peuvent être acceptables, on sait bien qu'un petit restau n'a pas le personnel pour écosser les petits pois et gratter les topinambours dès l'aube, et si on paie son plat du jour pas trop cher, personne n'ira chipoter s'il n'y a pas l'étiquette "produit frais" à cause des marrons qui entrent dans la composition de la farce du poulet.

    Par contre, c'est plutôt bien que le jour où le restaurateur aura mitonné un navarin d'agneau avec des légumes du marché, il puisse marquer "avec légumes du marché" sans que le client n'esquisse un "tu parles, on sait d'où ils viennent, les légumes..."

    Non ?

    RépondreSupprimer
  5. Je n'avais pas lu la dernière phrase du billet: seuls les députés du PS n'ont pas voté cette loi: eh bien, à mon avis, ils n'ont pas eu raison.
    J'aurais plutôt cru que ce serait la tendance poujadiste, défense du profit du petit épicier envers et contre tout, qui s'y opposerait.

    RépondreSupprimer
  6. Ouais c'est Suzanne qui le dit qui a completement raison, le consommateur est pas con au point de croire que les petits pois servis en decembre puissent venir du potager cueillis la veille, ce qui serait aussi interessant , c'est d'indiquer l'origine (c'est deja le cas pour la viande )

    RépondreSupprimer
  7. Suzanne,

    Je sais comment sont "faits" les gésiers, c'est pour ça que je les présente en exemple.

    Par ailleurs rien n'interdit au restaurateur de préciser que le navarin est fait avec les produits du marché (et donc pour un Qparisien viennent directement de Eungis, d'ailleurs, comme les légume de Leclerc).

    Là il s'agit de rendre obligatoire le fait de mentionner sur la carte quand il s'agit de produits frais. On marche sur la tête.

    Mhpa,

    Oui après tout ! Qu'il de démerde !

    Romain,

    Il faut toujours rigoler.

    FalconHill,

    Ouais. Ils n'ont pas mieux à faire. Tout va bien.

    RépondreSupprimer
  8. Suzanne,

    Cette loi est censée protéger les consommateurs. Or elle n'a que des mesures d'affichage comme je présente ici. Ils ont voté contre car elle est insuffisante et que c'est inadmissible de faire croire aux électeurs qu'on les protège avec de telle conneries. Le PC s'est abstenu tout comme le Nouveau Centre, c'est vous dire.

    RépondreSupprimer
  9. Je la trouve très bien cette Loi. Entre le restaurateur qui fait son marché pour son menu du jour et celui qui achète des plats sous vide pour les revendre au même prix, il faut bien que le consommateur s'y retrouve. Si les restaurateurs se plaignent de ne plus pouvoir tricher, c'est bon signe !
    :-)

    RépondreSupprimer
  10. Fidel,

    Le restaurateur a droit d'indiquer la provenance. Les "filières" peuvent s'organiser.

    Par contre, je ne vois pas l'intérêt d'indiquer que les patates des frites de la Comète viennent de Rungis. Surtout que c'est un restaurant d'habitués qui savent que les frites sont maison et déserteraient si ce n'était le cas (ce qui est d'ailleurs ridicule).

    Tu imagines le coup de la traçabilité ? Les carottes râpées sont de Vierzon, les Betteraves de Paimpol et le céleri de Moulins.

    RépondreSupprimer
  11. Poireau,

    Rien n'empeche le restaurateur de préciser qu'il vend des fruits frais. La il va être obligé ce qui est grotesque.

    Michel ne se plaint pas de ne pas pouvoir tricher, il se plaint d'une augmentation de ses couts qu'il devra d'ailleurs facturer au client... Qui n'aura plus d'autre choix que de bouffer des plats pas frais dans un resto pourri voire achetés au supermarché.

    Par contre, moi, en tant que client régulier, je sais que les produits de la Comete sont bons.

    RépondreSupprimer
  12. L'état ferait mieux de controler tout ces établissements qui payent à coup de trique et en partie au noir leurs employés.
    Et qu'on remette la TVA à 19.6%

    RépondreSupprimer
  13. El C,

    La TVA est un impôt sur la consommation payé par le client.

    La mal bouffe est taxée à 5,5 et tu voudrais taxer la bonne bouffe à 19,6 ?

    RépondreSupprimer
  14. Combien d'emploi ont été créé avec le cadeau de la TVA à 5.5%?

    RépondreSupprimer
  15. Les socialiste ont votés contre eh bien ils ont tort !!!!
    J'ai vu un reportage où des pseudos restaurateurs se faisaient des " C... en or " en faisant leurs courses chez Metro et en ayant pour seule peine de passer leur plat au micro onde avec des marges enormes !!! Qu'ils assument leurs façon de faire en acceptant que les clients en soient comme il est normal informés .
    Qu'ont ils a craindre puisque le clients sera le seul juge dans son choix de restauration , si ce n'est qu'a qualité et prix égal il choisira peut etre le concurent .

    RépondreSupprimer
  16. Vincent,

    Ça va faire des couts énormes supplémentaires et ça n'a rien à voir avec la qualité de bouffe. Du préparé d'avance peut être bien meilleurs que du frais. C'est très souvent le cas avec le poisson et les légumes (pas toujours, hein !).

    El C,

    Combien d'emplois ont été détruits dans les bistros à vais de leurs concurrents (fast food, cantines, supermarchés, poins chauds,...) qui vendent de la merde et bénéficiaient d'une TVA de près de 15 poins de moins ?

    RépondreSupprimer
  17. Vincent,

    Pour compéter ma réponse cette loi est faite à l'envers. Elle fait porter les contraintes sur ceux qui font de la qualité. Les autres vont gagner plus de pognon.

    RépondreSupprimer
  18. grrrrr. dit l'ancien restaurateur!

    J'ai passé la main, parceque c'était trop facile, je gagnais trop d'argent, et je ne payais pas mes employés..
    Putain! J'aimerais les voir les pourfandeurs de restaurateurs à tenir une cuisine et une salle.

    Les Quick et McDo et Flunch etc.. se gavent sur le système. Mais on dit que c'est les restaurateurs qui coutent cher à la collectivité.

    Merci Nicolas pour ce petit billet inattendu.

    RépondreSupprimer
  19. Finalement, après lecture.. Je file manger à Quick...

    RépondreSupprimer
  20. Bem,

    Andouille.

    Lg,

    Tu ne lis pas assez mes blogs, c'est un sujet que j'utilise souvent pour illustrer des propos.

    La TVA, par exemple : la différence de taux par rapport aux concurrents était insupportable. Il n'y avait pas d'autre choix que de la baisser par simple justice Mais le gouvernement a fait n'importe quoi en matière de communication.

    RépondreSupprimer
  21. En outre mes camarades gauche gueulent (voir El Camino dessus, je le prends en exemple parce qu'il passe par là, mais TOUS les blogueurs de gauche sauf moi ont la même position). Mais ils oublient que la TVA est payée par le consommateur et est l'impôt le plus injuste.

    RépondreSupprimer
  22. Et le foie gras ? Il n'y aura que le foie gras poêlé qui sera bon ? ... C'est quoi ce buzz ? En pleine primaires ? C'est quoi ce buzz quand on n'a pas parlé de la fusion de tous les corps d'inspection dans des établissements publics (Ex.l'A.R.S.) où est passée la D.G.C.R.F. : la Direction Générale de la Concurrence de la Consommation et de la Répression des Fraude ??????????? ....

    On s'EN FOUT des mentions sur la carte du resto : nous on n'est pas là pour contrôler, on est là pour bien manger ! ... On veut des agents de l'Etat et non de vagues salariés d'Etablissements plus ou moins publics, qui fassent leur travail d'inspection, de contrôle et de sanction des fraudeurs ... relativement à ce qu'on bouffe ... C'est tout, c'est clair, ça s'arrête là ... Chacun sa place : quand je vais au resto, je ne suis plus au travail, j'ai le droit d'être bourrée tant que je ne conduis pas ma bagnole ... j'ai le droit de plus savoir ce que je mange, je n'ai ni la capacité ni pouvoir de contrôler ce que je mange ... L'Etat doit être là et veiller pour moi, par application d'un principe de base : la primauté de la personne humaine (Art 16 du Code civil ! m'sieurs-dames)

    RépondreSupprimer
  23. Tellement qu'ils sont c..., j'ai oublié un C à DGCCRF ! ... Pardon ! ...

    RépondreSupprimer
  24. Ce n'est pas du buzz, juste un hasard de l'actualité.

    Mais tu as raison : le problème est le budget des organisme de contrôle. C'est tellement plus facile de faire une nouvelle loi.

    RépondreSupprimer
  25. Je retire buzz ...c'est pas toi qui le fait, c'est vrai ... c'est le calendrier parlementaire ... Si je lâche les chevaux, c'est vite fait 125dinn sous le capot ! ...

    RépondreSupprimer
  26. Beaucoup de commentaires pertinents sur ce sujet. Rien de surprenant à savoir que la plupart de la nourriture que vous servent actuellement les restaurants provient de produits surgelés. J'ai travaillé il y a plus de 20 ans pour une filliale d'Unilever dont le métier était justement de livrer tout ce qui peut se manger dans un resto sous forme surgelée... quand je dis tout, je dis absolument tout... vous pouvez faire tourner un resto avec un bon congélo : de l'entrée au plat de résistance, en passant par les sauces patisseries et autres, tout y est.
    Maintenant c'est à vous en tant que consommateur à en être informé, et à prendre vos décisions en toute conscience.
    Effectivement une telle loi peut paraître à priori stupide, mais c'est aussi aux restaurateurs qui se donnent la peine de travailler des produits frais à le faire savoir à leurs clients... pas besoin de loi pour ça, et ensuite le bouche à oreille fera leur réputation et leur succès.
    Personnellement je ne mange pas de plats cuisinés chez moi, et pratiquement pas de surgelés (à part quelques légumes basiques style haricots... et encore) mais je ne fais pas d'illusion sur ce qu'y m'est servi au resto :-(

    RépondreSupprimer
  27. La Graula,

    On est d'accord globalement.

    Néanmoins, il ne faut pas confondre qualité et mode de conservation. Avec des mauvaises patates, tu auras des mauvaises frites. Alors qu'avec des frites surgelées (si tu connais la marque), tu as moins de risque.

    En outre quand tu fais, par exemple, un poisson en sauce, ce n'est pas la qualité du poisson qui fait la qualité du plat. Et avec du pisson surgelé tu auras moins de chance de trouver des arrêtes et tu as la garantie de la fraicheur.

    Mais tu as raison, c'est bienn au bistro de faire connaitre sa qualité (et sa constance).

    RépondreSupprimer
  28. Bon pour les frites, globalement elles viennent de là : http://farmfrites.com/index2.php?lang=fr quand à croire que c'est une ferme comme ils le prétendent, la ferme elle ressemble aux immenses champs de polders hollandais, et la friteuse à ça : http://bit.ly/rllyff

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est activée. JE SUIS LE SEUL à décider des commentaires qui sont supprimés et ils ne le sont jamais pour divergence politique sauf si les propos tiennent du harcèlement de la part d'imbéciles qui ne savent pas prendre acte d'un constat de désaccord.

Je supprime les commentaires qui n'apportent rien à l'esprit de ce blog, tel que je me l'imagine. Tant pis pour les andouilles qui voient autre chose...