21 décembre 2011

La France du Gai non

Par l’intermédiaire de cet article de Guy Birenbaum dans le Lab, je découvre une interview de Henri Guaino, il y a quelques jours, dans le Parisien. Les deux premières réponses qu’ils donnent m’interpellent. Et je n’ai pas encore lu les autres.

Le premier, à propos de la condamnation de Jacques Chirac : « Avec ce qu’a été sa vie, à son âge, dans son état de santé, Jacques Chirac méritait-il un tel traitement ? Je crois que si l’on veut faire vivre la République, il est important de n’abaisser ni les hommes ni les institutions. »

J’ai fait un billet récemment à propos de cette histoire et je serais plutôt enclin à la mansuétude. Mais M. Guaino essaie-t-il de nous expliquer que modifier la loi pour décaler un justement et voler dans les caisses d’une municipalité dont on a la charge ne serait pas abaisser les institutions ?

Sans compter la critique des décisions de justice…

La deuxième, à propos des affaires, avec en exemple Karachi et Kadhafi. « Dans le dossier Karachi, tel qu’il s’étale dans la presse, il n’y a aucune preuve d’une quelconque implication de Nicolas Sarkozy. L’insinuation est une méthode détestable qui détruit la République. Cela me rappelle l’affaire Markovic avant l’élection présidentielle de 1969 : on trouve dans une décharge le cadavre d’un ancien garde du corps d’Alain Delon. On dit : Georges Pompidou connaissait M. Delon, donc il y a un lien entre M. Pompidou et le garde du corps. »

M. Guaino veut-il par là insinuer que des proches de Nicolas Sarkozy sont impliqués, notamment le chef du principal parti qui le soutient et son probable futur directeur de campagne, tous les deux pris en photo en vacances avec M. T. ?

La troisième, à propos du « tous pourris » qui pourrait encourager Marine Le Pen.

« Que voulez-vous que pensent tous ceux qui ont le sentiment de perdre la maîtrise de leur destin? Il y a une France qui a de plus en plus envie de dire non à tout parce qu’elle a l’impression que c’est la seule liberté qu’il lui reste. C’est celle du médecin généraliste qui voit son statut social se dégrader depuis vingt ans, du cadre qui peine de plus en plus à trouver sa place dans l’entreprise, de l’agriculteur dont la vie dépend de quelques spéculateurs, de l’ouvrier à qui l’on demande toujours plus d’efforts de productivité et qui vit dans l’angoisse d’une délocalisation, de l’habitant de banlieue ou du rural qui se sentent abandonnés… »

Il veut dire qu’il faut virer du gouvernement ceux qui « nous » ont abandonnés, de ceux qui ont encouragé la spéculation, de ceux qui ont détruit le système de santé, de ceux qui ont torpillé la démocratie en faisant voter des lois après un referendum « refusé », à ceux à qui ont demande plus d’effort parce qu’ils avaient cru au « travailler plus pour gagner plus » ?

« Les Français ont le sentiment que leur sort dépend des salles des marchés, de bureaucraties anonymes. Il faut renouer le dialogue avec cette France-là, entendre ses attentes et ses souffrances. »

Qui a fait en sorte de donner les pouvoirs aux salles de marchés ? Qui est responsable de la bureaucratie ?

« Ne nous occupons pas de Mme Le Pen mais des Français. »

Ah ! Merde, c’était l’objet de mon billet de ce matin.

A propos de l’accord Européen : « C’est faire bon marché de la parole de la France! Vingt-six Etats sont partie prenante à cet accord! »

Et le peuple des états qui avaient refusé, par referendum, les institutions Européennes qui ont permis cet accord ?

Hollande est-il de gauche ? « C’est une vraie question. Je laisse à la gauche le soin d’y répondre pour elle-même. C’est peu de dire que, pour ma part, dans la gauche de Mollet, je ne retrouve pas l’idéal de la gauche de Jaurès, de Blum ou de Mendès France. »

Ah oui ! Les grandes références de Nicolas Sarkozy, en 2007 ! Ils s’étaient retournés dans leurs tombes.

A propos de la proportionnelle ? « un système électoral n’est pas fait pour représenter toutes les opinions de la société, mais pour faire émerger une majorité capable de gouverner. »

Ah ! Les élections ne servent pas à trouver des représentants aux électeurs…


7 commentaires:

  1. Marrant comme les mecs de droite aimeraient que les gens de gauche soient très à gauche.

    RépondreSupprimer
  2. Marrant surtout de noter que Guaino est tout sauf un vrai démocrate.

    Tu me diras, c'est normal il n'a jamais été foutu de se faire élire !

    Il s'agit là d'un oligarque, une sorte d'apparatchik de la pire espèce qui méprise les citoyens.

    Je pense que ce type est dangereux car il est prêt à toutes les manœuvres pour faire gagner son poulain...
    On en reparlera.

    Bon billet.

    RépondreSupprimer
  3. Pour ces gugusses, désormais il y a une stratégie. Afin de mieux faire résonner les souffrances des français, il faut leur donner du grain à moudre : c'est à dire des boucs-émissaires (chômeurs, immigrés, etc) sur lesquels ils pourront enfin se déchaîner tant qu'ils veulent.
    C'est ça, "entendre" la souffrance des français, c'est la diriger sciemment sur certains.

    RépondreSupprimer
  4. A t'on vraiment besoin d'entendre parler "l'idiot utile" de l'Elysée ?

    Lui et ses comparses sont totalement "à l'ouest" , ils persistent dans leur raisonnement qui ne convainc plus personne (du moins à l'Ouest ^^)

    J'approuve totalement l'avis de Mike en ajoutant que ces manœuvres ne peuvent que favoriser la fifille à papa dont je n'écrirai plus le nom.

    RépondreSupprimer
  5. Pan sur le bec ! ...Bon biyé
    Remarque bien que tous ces ministres rabâchent tous,les mêmes litanies ... Ils font le tapis de "bombes idéologiques" ...Mais pourquoi s'en priveraient-ils, c'est pas décompté par le CSA, sont pas en campagne ... Ils communiquent juste sur "l'action" du gouvernement ! ... même là où tu vois des idées politiques, ben y'en a pas, c'est des z'actions, là ! ... quand même ! ...

    RépondreSupprimer
  6. Ce type est un petit baron parisien qui, écoutant trop les flagorneurs, commence à se croire plus important que sa fonction. Il s'ablouit de sa propre intelligence et glisse sur une pente dangereuse.
    Pour la proportionnelle, on a en Belgique un système électoral qui n'est que ça. Le résultat c'est qu'après l'expression du vote, les Partis négocient entre eux le pouvoir sans même parfois tenir compte de la teneur de ce vote. La proportionnelle intégrale, c'est le vol de l'expression du peuple par les Partis !
    :-)

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.