02 décembre 2011

Nicolas Sarkozy à Toulon et moi au rade

Hier, beaucoup de copains, comme Bembelly, ont rappelé les promesses de Nicolas Sarkozy lors du précédent discours de Toulon et aujourd’hui, plusieurs évoquent celui d’hier, comme Yann, Juan, Antenne Relais, Elmone, … Pour ma part, comme à l’accoutumée, je n’ai pas regardé pour une raison parfaitement louable : la soif. Alors, j’ai plus de mal à évoquer cette séquence.

Je pourrais dire que Nicolas Sarkozy a commencé la campagne, qu’un discours devant un parterre de militants sélectionnés en était révélateur, surtout qu’il finissait par la Marseillaise. Même que j’ai bien rigolé en suivant ça dans Twitter, hier soir. Je le dis haut et fort : les twittos ont manqué de respect envers le Chef de l’Etat. C’est mal.

Je pourrais dire qu’il est gonflé de se montrer en sauveur de la Nation alors que c’est la politique de la droite, depuis dix ans, voire depuis 40 ans, qui provoque ce désastre, politique qu’il dirige depuis 5 ans. Je pourrais rappeler les largesses fiscales qu’il a accordées aux plus riches pour un montant supérieur à notre déficit, celui qui fait qu’on risque de perdre un A dont on n’a que foutre.

Je pourrais dire qu’il est gonflé de parler du Parti Socialiste qui voudrait rabaisser la France en lui faisant céder une place au Conseil de Sécurité de l’ONU alors qu’il est en train de placer notre pays, comme tous les autres de la zone euro, sous la coupe d’Angéla Merkel.

Pourtant, c’est le titre d’un article de Métro qui m’a interpelé dans l’édition papier (je ne le retrouve pas dans l’édition web, il me semble formulé autrement, et j’ai jeté le canard après avoir fini les mots fléchés dans le métro). Globalement, de ce titre, il ressortait que Nicolas Sarkozy avait dit qu’il fallait refaire rapidement un traité Européen parce que l’actuel était mauvais.

Alors je vais lui rappeler que c’est lui qui, en début de mandat, nous a imposé ce traité alors que le peuple s’était massivement prononcécontre, deux ans avant. Le peuple avait raison. L’Europe avait été abandonné aux marchés et, maintenant, le peuple paye, se serre la ceinture et se rend compte que ces quelques années pèseront sur nos épaules le temps d’une ou deux générations.

Il est beau, le père protecteur de la Nation…

Il nous a foutu dans la mouise et se présente comme le sauveur.

Le pompier incendiaire…

Alors continuons à tirer sur l’ambulance.

13 commentaires:

  1. Très bon titre, très bon billet.

    RépondreSupprimer
  2. Excellent titre! Continuons à charger la mule!

    RépondreSupprimer
  3. Beau billet, qui emporte tout. C'est vivifiant de lire ça au petit matin !
    Merci

    RépondreSupprimer
  4. Vu la nature des réponses systématiques du taulier, je préfère ne pas commenter ce billet.

    RépondreSupprimer
  5. Tu as remarqué que s'il a critiqué les Traités européens, il n'a pas du tout évoqué la responsabilité politique de nos élus depuis le début de cette construction européenne. Comme si ça avait eu lieu ex-nihilo, par voie naturelle, sans que personne ne fasse des choix !
    Quelle lâcheté !
    :-)

    RépondreSupprimer
  6. Si je m'en réfère au titre ce ne sont pas ceux qui ont " bû " ses paroles qui ce sont rincé le gosier.... :-)

    RépondreSupprimer
  7. Poireau,

    Un oubli, sûrement....

    Vincent,

    Pas du tout.

    RépondreSupprimer
  8. Superbe ton blog visite le mien sur les jeux gratuits a télécharger.

    http://www.jeux-gratuits-du-net.com/

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est activée. JE SUIS LE SEUL à décider des commentaires qui sont supprimés et ils ne le sont jamais pour divergence politique sauf si les propos tiennent du harcèlement de la part d'imbéciles qui ne savent pas prendre acte d'un constat de désaccord.

Je supprime les commentaires qui n'apportent rien à l'esprit de ce blog, tel que je me l'imagine. Tant pis pour les andouilles qui voient autre chose...