03 janvier 2012

La TVA ne peut avoir de "social" que le nom !

Valérie Pécresse a confirmé dans la presse la mise en œuvre d’une TVA sociale avant l’élection présidentielle.

Je me demande comment une nouvelle taxe peut être sociale ! Ca me rappelle la grande époque du gouvernement Raffarin, où ils nous mettaient le mot « social » à toutes les sauces. Je crois que c’est Jean-Louis Borloo qui avait inventé « la croissance sociale », comme si ça pouvait dire quelque chose.

« L'augmentation de plusieurs points de la TVA est une double faute :

Faute économique, car la France s'enfonce déjà dans la récession et la baisse programmée du pouvoir d'achat des Français va immédiatement entraîner une baisse de la demande et donc une aggravation de la récession et une hausse du chômage.

Faute sociale, car la TVA est un impôt particulièrement injuste qui frappe massivement  ceux qui dépensent la totalité de leur petit revenu et marginalement ceux qui ayant de gros revenus, en épargnent la plus grande part. » (j’aime bien pomper l’argumentaire du Parti Socialiste, ça sent le Sapin...).

Je vais le traduire en langage PMA : d'une part, c'est complètement con d'augmenter les taxes sur la consommation vu que ça va faire baisser cette dernière et nous propulser plus profondément dans la merde et d'autre part, ça commence à bien faire, toutes ces mesures qui ne pénalisent que les couches populaires et moyennes, au grand bénéfice des plus riches des français.

Que nous dit Mme Pécresse ?

« La TVA sociale pour créer de l'emploi en France et pour éviter que des produits importés ne soient vendus chez nous à bas coûts, nous allons la faire et nous allons la faire avant l'élection présidentielle. »

Sujet, verbe, complément ? Un détail… Ca commence bien.

Madame Pécresse est invitée à nous expliquer comment un impôt peut créer de l’emploi (surtout quand il est créé par un gouvernement qui se revendique libéral) ? La TVA sociale va augmenter le coût des produits, donc diminuer la consommation et donc la production… Pour augmenter le chômage ?

Madame Pécresse oublie de préciser que la TVA sociale ne s’applique pas sur les produits importés mais sur tous les produits.

« Nous allons la proposer aux syndicats lors du sommet social" qui doit être réuni le 18 janvier autour du président Nicolas Sarkozy à l'Elysée. »

C’est intéressant de consulter les syndicats sur ce genre de truc qui n’est pas franchement de leur ressort. Il aurait été néanmoins intéressant de consulter les représentants du peuple, au Parlement, lors du vote du budget, avant d’envisager une évolution majeure de notre fiscalité dès le premier mois d’application du budget voté.

Il aurait aussi été intéressant de faire les grandes réformes fiscales dès le début du mandat (mais l’heure était aux cadeaux aux plus riches) et pas dans la précipitation, quatre mois avant des échéances majeures.

Mais qui s’intéresse encore aux désirs des représentants du peuple ? Qui s’intéresse encore aux échéances électorales ?

(photo)
A lire aussi chez Seb et chez Stef.

9 commentaires:

  1. le dictionnaire politique doit etre reformé.alors le dialogue sera peut etre plus respectueux.

    RépondreSupprimer
  2. Jeannot Frilunche03 janvier, 2012 16:34

    Monsieur Nicolas,

    "Madame Pécresse est invitée à nous expliquer comment un impôt peut créer de l’emploi... "

    Là, vous avez tout bon. Plus d'impôt, moins d'emploi c'est une vérité économique.



    "(surtout quand il est créé par un gouvernement qui se revendique libéral)..."

    Je n'ai pour ma part jamais entendu un membre de ce gouvernement se qualifier de la sorte.


    "La TVA sociale va augmenter le coût des produits, donc diminuer la consommation et donc la production."

    Là aussi c'est juste mais vous gagnez dans le désordre : ce n'est pas la consommation qui génère la production mais l'inverse. C'est de simple bon sens. Essayez donc de consommer quelque chose qui n'a pas été produit auparavant. Vous pouvez remonter à l'age de la Pierre polie, c'est toujours dans ce sens que ça fonctionne.

    RépondreSupprimer
  3. Jeannot,

    Ne refais pas le monde comme tu voudrais qu'il soit.

    En 2007, Sarko se présentait comme libéral et a eu les voix des libéraux.

    Quant à ton dernier paragraphe, c'est importe quoi. Outre que je me foute du fait de savoir qui de l'oeuf ou de la poule, etc, tes solutions de bon sens n'ont rien à voir dans le contexte.

    Je te parle des prix qui vont augmenter et de la consommation qui va baisser mécaniquement et tu essaies de nous faire croire, au nom du bon sens, que c'est faut.

    Va donc jouer ailleurs et arrête donc de prendre les gens de haut.

    RépondreSupprimer
  4. Le fait que la balance commerciale Française soit largement négative, ne justifie t-il pas un peu ce choix?
    Charles R.

    RépondreSupprimer
  5. Ouh la ! Pécresse fait une déprime sur la photo ?
    Terrible ...

    Cette mesure "à la va vite" ne fera sourire que le Medef , toujours avide de réduction de charges (oui ils disent toujours "charges" au lieu de "cotisations") Même à 5 points de plus , la tva ne règlerait pas le problème de nos exportations étant données les différences de salaire en dehors de nos frontières ...
    Et puis , si personne n'achète , personne ne vend hein ?

    RépondreSupprimer
  6. Quand le moral des Français est au plus bas et la consommation chancelante, Nicolas Sarkozy décide sur un coup de tête de prendre une mesure qui va faire augmenter les prix.
    C'est un grand président qu'on a là dis donc !
    :-)

    RépondreSupprimer
  7. Charles,

    Le coût du travail en Allemagne n'est pas supérieur à celui en France. Par ailleurs, il y a d'autres solutions pour baisser les charges sur le travail que d'augmenter le plus injuste des impôts... On peut aussi augmenter le plus juste...

    Mamie,

    C'est sûr !

    Poireau,

    Oui. On croit rêver...

    Stef,

    De rien !

    RépondreSupprimer
  8. Sarkozy fait la distibution à ses amis du Medef avant de se faire éjecter.

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est activée. JE SUIS LE SEUL à décider des commentaires qui sont supprimés et ils ne le sont jamais pour divergence politique sauf si les propos tiennent du harcèlement de la part d'imbéciles qui ne savent pas prendre acte d'un constat de désaccord.

Je supprime les commentaires qui n'apportent rien à l'esprit de ce blog, tel que je me l'imagine. Tant pis pour les andouilles qui voient autre chose...