16 janvier 2012

Le Ministre de l'Intérieur hors la loi ?

Lors de sa visite en Bretagne dont je parlais samedi, Claude Guéant a posé la première pierre d'une nouvelle gendarmerie, à Merdrignac. Très bien.

Mais le permis de construire n'a pas encore été obtenu.

8 commentaires:

  1. Merdrignac : quel nom magnifique ! On dirait du Jarry…

    RépondreSupprimer
  2. Falconhill,

    Oui hein !

    Didier,

    Je ne sais pas : j'habite (ma mère plus exactement) à une trentaine de kilomètres depuis 45 ans.

    RépondreSupprimer
  3. Ce qui est étonnant, c'est qu'on plus de faire penser à Jarry (le "merdre !" du Père Ubu), ce nom fait irrésistiblement penser au Bordelais et non à la Bretagne.

    RépondreSupprimer
  4. À cause de l'aéroport de Merignac ?

    RépondreSupprimer
  5. Du grand n'importe quoi.
    "C'est la faute à l'insécurité ma bonne dame, et aux fonctionnaires qui font qu'à faire traîner les dossiers..."
    Et je suppose qu'il doit y avoir une criminalité exponentielle à Merdrignac !
    (confondu avec Médréac, proche de Montauban de Bretagne et à la frontière des Côtes d'Armor...)

    RépondreSupprimer
  6. Je connais bien Merdrignac j'ai aussi grandi pas loin !! ;o)

    RépondreSupprimer
  7. Les tâches

    J'ai été conviée au dernier conseil des ministres en tant que porte-parole de tous ceux qui ont un problème d'identité...
    J'étais assise à côté de notre ministre de l'intérieur... et juste au moment de retirer ma plume de l'encrier, je l'ai un peu éclaboussé... taché un tout petit peu son beau costume... tous les regards se sont aussitôt jetés sur mon âme désolée... pour la déchiqueter et la réduire en poussières... j'exagère ?
    Non... pour eux, c'était une déclaration de guerre... la tâche a tout tâché...
    Et comme pour rectifier le tir ou effacer mon péché, je me suis emparée de l'encrier et je l'ai vidé sur la tête de monsieur Claude... Guéant... c'était géant comme acte inconséquent ... médusé le ministre des infractions m'a aussitôt sauté dessus pour me mettre hors d'état de nuire puis m'a demandé avec son sens du sérieux légendaire de justifier au moins mon forfait
    Monsieur Claude lui dis-je... je ne voulais pas être chassée de votre beau pays pour une tâche insignifiante... j'ai cru bon renverser toute la vapeur, pour que, ni vous, ni moi, ne regrettions ma reconduite à la frontière... pour que justice soit pour une fois justifiée... bonne et malheureuse année.

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est activée. JE SUIS LE SEUL à décider des commentaires qui sont supprimés et ils ne le sont jamais pour divergence politique sauf si les propos tiennent du harcèlement de la part d'imbéciles qui ne savent pas prendre acte d'un constat de désaccord.

Je supprime les commentaires qui n'apportent rien à l'esprit de ce blog, tel que je me l'imagine. Tant pis pour les andouilles qui voient autre chose...