29 mai 2013

Dégarnissons le Front Républicain

FalconHill revient sur la dernière polémique à la mode, sortie par l’Express ce matin : il parait que Marion Le Pen a été élue avec des accords entre le PS (départemental) et le FN. Le PS et le FN ont démenti et on ne connaîtra probablement jamais la vérité. Catherine Arkilovitch avait maintenu sa candidature contrairement aux instructions du PS ce qui aurait permis à Marion Le Pen d’être élu.

Ca a fait scandale. Je crois bien qu’elle a été exclue du PS ensuite.

On peut donc disserter. Il faut une position de principe : luttons contre le FN. Ils ont des idées nauséabondes et tout ça. C’est mal. Mais je suis à peu près sûr qu’en luttant pour lutter contre des idées, on perd.

Les mots doux vont logiquement valser entre les directions des partis politiques. L'UMP va accuser le PS de faire gagner le FN et le PS va accuser l'UMP de faire des accords avec le FN. Tout cela me fatigue par avance. Je vais néanmoins ajouter mon grain de sel : je ne vois pas pourquoi la gauche favorisait l'UMP en cas de duel avec le FN dans la mesure où l'UMP récupère des thématiques de sa droite.

La stratégie du Front Républicain que l'ont peut défendre depuis 2002 est en échec. Le Front National se maintient à près de 20% aux Présidentielles. En poursuivant, on pourrait même démontrer que la stratégie est perdante à trois niveaux. D'abord, elle confirme Marine Le Pen quand elle prétend que l’UMP et le PS se partagent le pouvoir. D’autre part, elle empêche l’UMP de s’enfermer dans des stratégies d’alliances foireuses. Enfin, elle empêche le Front National d’arriver au pouvoir dans des municipalités pour montrer aux gens qu’elle ne sait pas gérer des communes. D’ailleurs, quand il avait gagné des municipales en 1995 et 1997, ça a fini en fiasco.

Par ailleurs, il faut arrêter de se voiler la face avec un discours de rejet d’un côté, bien compréhensif, et le fait que la gauche ne pourra s’en tirer aux municipales qu’avec des triangulaires avec le Front National.

Les idées du Front National sont certainement condamnables. Il n’empêche qu’il faut se demander pourquoi ils font des scores électoraux importants. Chacun aura évidemment son interprétation. Je suppose qu’une partie des électeurs sont hostiles à l’immigration (et surtout aux immigrés) et la majorité a le sentiment d’être laissé de côté par les autres partis, la mondialisation, l’Europe et tout ça. Il y a une perte d’espoir.

L’autre question à se poser est celle de la stratégie du Front National. Il faudrait demander à sa direction… A mon avis, ce n’est pas de gagner quelques élus locaux mais de s’inscrire durablement dans le paysage. Ce billet est illustré à partir des sondages de popularité faits par TNS Sofres. La courbe est un peu brouillonne mais on constate que depuis trois ans de plus en plus de gens en ont une bonne opinion et de moins en moins une mauvaise.

Nos camarades de droite accusent périodiquement la gauche de faire monter le Front National volontairement depuis Mitterrand. Or, cette popularité n’a quasiment pas bougé quand Mitterrand était président.

Avec en plus le changement de stratégie opérée par Marine Le Pen, l’UMP est responsable de cette montée, avec, notamment la politique menée par Nicolas Sarkozy (avec le discours de Grenoble) et les débats autour de l’Islam et de la laïcité. L’UMP doit assumer. Ce n’est pas au PS de le faire.

Dans l’attente, le PS a un rôle : remonter la France mais on sait que ça ne se fera pas en claquant des doigts et gagner des élections intermédiaires. C’est en remontant la France (c’est une image…) que l’on fera baisser le FN et c’est en gagnant les élections intermédiaires qu’on pourra le faire.

L’adversaire, à ses élections intermédiaires, est bien l’UMP. C’est mal, je sais mais c’est l’adversaire commun au FN et au PS.

Pour l’instant, il n’y a aucun risque important de voir le FN atteindre le pouvoir. Leurs idées sont puantes. Soit. On ne va pas aider une UMP qui flirte avec ces idées. Le rejet doit être global.

Hop !

On s’est déjà assez fait baiser, à gauche, avec le Front Républicain…

17 commentaires:

  1. "il faut arrêter de se voiler la face avec un discours de rejet d’un côté, bien compréhensif, et le fait que la gauche ne pourra s’en tirer aux municipales qu’avec des triangulaires avec le Front National."

    Ben oui.

    COmme j'ai dit sur mon billet, cette info de l'Express me semble très plausible, et confirme d'autres sources plus personnelles...

    Après, est ce choquant ? C'est de la stratégie politique. Et que le PS ait pour stratégie d'avoir un FN fort est une stratégie.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il y a un truc choquant : qu'une élue n'ait pas respecté une consigne du parti. Donc le PS a eu raison de la foutre dehors. Enfin je ne suis pas sur place non plus.

      L'autre truc choquant est que l'UMP marche sur les plates-bandes du FN.

      Mais le truc le plus choquant est très peu de blogueurs de gauche reviennent sur ce sujet : cet imbécile de front républicain.

      Supprimer
  2. Tu as raison sur le fait qu'on ne lutte pas contre des idées mais on lutte et on défend ses idées.
    On ne répond pas à un problème en n'essayant pas de donner de vraies solutions.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout le problème est là. Tu le formules d'ailleurs mieux que moi.

      Supprimer
  3. Je vais me sacrifier pour le point Godwin: si il y'avait eu un front républicain en 1933 Hitler serait resté dans l'opposition, il serait peut être arrivé au pouvoir par la force mais pas légalement.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Peut être ! Mais on s'en fout. Marine Le Pen n'aura pas le pouvoir.

      Supprimer
    2. Grâce a une constitution qui favorise PS et UMP

      Supprimer
    3. On l'a vu en 2002. Arrête de raconter n'omporte quoi. La constitution est en train de couler l'UMP.

      Supprimer
  4. "On s’est déjà assez fait baiser, à gauche, avec le Front Républicain…"

    Depuis 2002, il en a fallu du temps aux électeurs de gôche de Chirac, pour s'en rendre compte!

    Faute avouée à moitié pardonnée...hihi!

    RépondreSupprimer
  5. Le PS continue, en l'aggravant, de favoriser la stratégie européenne. Le FN fait mine de s'y opposer. Il y en a suffisamment qui s'y laissent prendre, pour que la balance continue pour le moment à pencher en sa faveur. Trop d'électeurs font l'amalgame Europe-Shoengen-immigration incontrôlée.

    Le problème, bien entendu, est dans l'immigration de fonds de pension ou de capitaines d'industrie qui jouent avec les entreprises comme avec des boîtes de haricots. La gauche (pour moi le PS n'en fait pas partie, je le rappelle) a du mal à faire passer le message (les médias y veillent jalousement) de cette évidence.

    Je ne crains pas particulièrement le FN : il n'est qu'une composante du néolibéralisme, avec juste un petit côté provocant qui peut attirer des personnes peu renseignées. L'aile droite de l'UMP est au moins aussi dangereuse. Pour la compétence, sûrement n'est-il pas bon, mais pour autant d'autres étiquettes ne sont pas reluisantes non plus, surtout selon certains critères peu abordés comme les taux de chômage et de pauvreté. Et bien plus significatif, le taux de solidarité, dans la mesure où on peut le mesurer.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Arrête de mettre le mot néolibéralisme à toutes les sauces et relis le programme du FN...

      Supprimer
    2. Ce qui m'y intéresse (je l'ai lu depuis longtemps), c'est la composante capitaliste qui s'y accroche. Je laisse les histoires de rejets de telles ou telles autres personnes à d'autres.

      Supprimer
    3. J'ai relu. Il ressort du salmigondis où prédomine toujours une préférence nationale, que le capitalisme n'est guère montré du doigt que par de vaines supplications.

      Sur certains points, la politique de Hollande (la vraie, pas ses promesses), c'est pire.

      Supprimer
    4. Bah ! C'est le programme du PC, en partie, jusqu'à 80.

      Supprimer
    5. Non, le programme de l'UMP, saupoudré de sociétal... bof

      Supprimer
    6. Non. Il y a la lutte contre le libéralisme et des trucs comme ça.

      Supprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.