07 mai 2013

Nicolas Sarkozy, obligé de revenir ?

D’après le Parisien, Nicolas Sarkozy s’apprête à revenir en politique. Il se juge indispensable. Il redoute : « La société est très fragile, il suffit d’une allumette. » « Le pouvoir socialiste est en train de s’effondrer sur lui-même. Je suis extrêmement inquiet ». Il trouve le président « vraiment nul ».

Nicolas Sarkozy a la mémoire courte : il oublie à quel point il a lui-même fragilisé la société, d’une part en prenant des mesures économiques désastreuses et d’autre part en remontant les Français les uns contre les autres, notamment à partir de la seconde moitié de son mandat, quand il a constaté que sa politique ne prendrait pas.

Il ne s’agit pas pour moi de rejouer aujourd’hui le morceau de : « c’est de sa faute » mais plus de rebondir sur la chronique de Guy Birenbaum (je croyais qu’il était en vacances…). Les médias vont nous faire croire pendant encore plus de trois à un hypothétique retour. Le retour aura lieu. Il n’est pas hypothétique. Nicolas Sarkozy veut sa revanche. Il n’a toujours pas digéré sa défaite, à l’instar de tous ces gens de droite que je croise dans les réseaux sociaux.

Pourtant, c’est simple : il a été battu parce que les électeurs ne voulaient plus de lui. Parce qu’il a été un mauvais président, probablement « vraiment nul ». Il est maintenant persuadé qu’il est obligé de revenir. Ou il dit qu’il en est persuadé. Peu importe. Il veut revenir. Il veut sa vengeance.

Je suis d’accord avec Guy : il ne faut lâcher Nicolas Sarkozy. Ne pas lâcher les journalistes. Il faut que les Français comprennent bien que ça n’est qu’une histoire de revanche, pas de sauvetage de la France. L’ex veut qu’on parle de lui. Faisons-le. Montrons qu’il hante encore la vie politique Française, qu’il a complètement déstructurée depuis 2002, avec ses actions en tant que ministre de l’Intérieur puis des Finances puis en tant que président.

Cela étant, je n’ai pas envie de refaire quatre ans d’antisarkozysme. D’ailleurs, je ne comprends pas la stratégie de Nicolas Sarkozy. S’il veut passer pour le sauveur, qu’il se fasse oublier. Qu’il négocie avec Jean-François Copé (« bon ben écoute il est probable que je revienne en 2016 et je ferai en sorte que tu me succède en 2022 sinon à des primaires tu n’as aucune chance alors fais pas chier c’est comme ça qu’on va niquer Fillon »)…

Dans un entretien qui passera bientôt à la télé, François Fillon expose les différences entre lui et l’ex. Elles tournent globalement autour des raisons de se battre contre le FN. Nicolas Sarkozy a fait une erreur d’analyse pour 2012 : il a voulu aller chercher des électeurs au Front National mais Marine Le Pen n’aurait jamais fait autant de voix si Nicolas Sarkozy avait joué la carte de l’apaisement.

Je ne sais pas ce qu’il compte faire en 2017, mais s’il fait encore prendre 8 ou 10 points au FN, il risque fort bien de ne pas être présent au second tour… Vous me direz que François Hollande pourrait aussi ne pas y être. Je n’y crois pas trop.

D’ailleurs, je vous donne en exclusivité les résultats du premier tour 2017 si la situation économique ne s'arrange pas, ce qui ne saurait être le cas :

Div gauche
3
Mélenchon
14
Duflot
7
Hollande
21
De Sarnez
3
Borloo
8
Sarkozy
20
Le Pen
21
Div droite
3

11 commentaires:

  1. Et si ça s'arrange :

    Hollande : 100 %
    Tous le autres : 0 %

    Je suis comme vous : Les Français sont taquins, mais de tout leur cœur, ils adorent M. Hollande. D'ailleurs, comment faire autrement ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vu la façon dont les français considèrent la politique de plus en plus, effectivement ce sera peut-être 100% pour Hollande, avec une seule voix : la sienne.

      Supprimer
    2. Ah non ! La mienne aussi.

      Supprimer
  2. Revenir? S'il a l'autorisation du juge Gentil, pourquoi pas?
    Mais le juge peut ne pas être gentil ;-)

    RépondreSupprimer
  3. Duflot à 7% ? Les verts n'ont jamais obtenu un tel score à une présidentielle, et si jamais ils s'en approchaient, ils s'arrangeraient pour sortir une belle connerie histoire de se décrédibiliser, comme d'hab.

    Yis.

    RépondreSupprimer
  4. Il est comme les boeufs, il a un double estomac : celui pour ruminer et celui pour digérer !
    Il va essayer : mais faudrait nous marcher dessus : on sera là ! Le mur des c... ouais, ouais ... faudra le franchir ! ça, il ne pourra pas !

    RépondreSupprimer
  5. J'ai l'impression que plus le peuple Français déchante et plus le Front National monte dans les sondages d'intention de vote.
    Il reste encore quatre années à François Hollande pour redresser la barre et redonner espoir à la France entière.
    On peut en faire des choses en quatre ans.

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.