23 mai 2013

Et l'éclatement de l'UMP, hein !, c'est pour quand ?

La question est posée : quand l’UMP va-t-elle éclater ? Vous me direz que ce n’est pas d’actualité. Je vous répondrais que si : c’est d’actualité depuis plus d’un an. Toujours est-il que je me la posais en commentaire d’un de mes billets avec un aimable commentateur à gros nez. La création de l’UMP fut une erreur. Elle n’a servi réellement qu’à la Présidentielle de 2007, quand ce parti avait enfin trouvé un chef incontesté.

Et 2002, andouille, me direz-vous ce à quoi je répondrai : polop. Ce brave Chirac n’a pas réussi à faire 20% au premier tour avec LE grand parti de droite ! Nous, à gauche, on ne fait pas les marioles, pour 2002, vous pensez bien. Mais maintenant qu’on a gagné l’élection, dix ans après, on peut ricaner bêtement : le score de celui qui allait être élu président de la République était aussi ridicule qu’en 1995.

Avec l’UMP, la droite traditionnelle a gagné une présidentielle par hasard et une autre bellement. On va lui accorder les européennes de 2009. Il n’empêche que, en cumulant, le PS et EELV avaient fait plus. Pour le reste, l’UMP a perdu toutes les élections depuis sa création.

L’UMP va-t-elle éclater ? Probablement pas. Ils n’en auront pas les couilles si je puis me permettre une exceptionnelle vulgarité dans ce blog. Pourtant, il est à peu près évident qu’ils auraient intérêt à le faire. Ils devraient même le faire aujourd’hui. Là, ce soir, à l’heure de l’apéro.

Ils se réunissent dans un bistro et déterminent une ligne de démarcation. Tiens ! Ceux qui ne veulent pas revenir sur le mariage pour tous, vous créez un nouveau parti. Ou alors, vous faites la même chose de l’autre côté : hop ! Vous voulez une alliance avec le FN, faites-le, mais en dehors. Je vais donner un conseil : foutez-vous sur la gueule maintenant et laissez les échelons locaux recoller les morceaux par des alliances sympathiques pour les municipales.

Prenons un exemple. Imaginons que le Modem soit à 6%, l’UDI à 12 et les deux moitiés de l’UMP à 14. Ceci est une hypothèse réaliste, vous ajoutez 15% pour le FN et ça nous fait 39% qui restent pour la gauche ce qui est peu mais ça lui apprendra à avoir gagné les dernières élections nationales et à assumer le bordel ambiant. Il sera plus facile pour le Modem et l’UDI de s’allier avec deux partis moyens plutôt qu’un gros. Je dis ça au hasard.

Regardons maintenant les prochaines échéances électorales. Rêvons un peu et disons que les principales composantes de la gauche seront assez unies. Nous avons donc : gauche à 40% (j’arrondis), droite pas FN à 35% et FN à 15%¨. Il reste 10% pour les autres : j’ai bon fond. Paf ! Des triangulaires ! La gauche gagne… Ce n’est pas si simple, l’élection est locale et tout ça. Il faudra compter les grandes villes, les moyennes... Toujours est-il que l’UMP pourrait bien prendre une claque.

Vous allez me dire que je suis très optimiste. Pas du tout. Il se trouve que Sarkofrance déprime : c’est à moi de faire youplaboum, ce soir, dans la hollandosphère. Je fais l’intérim, quoi…

Après, nous avons une nouvelle échéance électorale : les Européennes de 2014.

Les Européennes sont des élections à la con. On ne sait pas à quoi elles servent, on vote n’importe comment, si on vote. 1994 : le PS prend une baffe à cause d’une liste menée par Bernard Tapie. 14,5%. 1999 : le RPR canal historique prend une gifle à cause d’une liste menée par Charles Pasqua et Philippe de Villiers. 2004 : l’UMP prend une torgnole « à cause » de l’UDF qui fait un joli score et du Mouvement pour la France qui s’en tire honorablement. 16,6%. 2009 : le PS prend une claque à cause d’EELV en pleine forme. 16,5%.

2014 ? Depuis 20 ans, lors de chacun des quatre scrutins, un des grands paris prend une torgnole. Dans trois fois sur 4, c’est celui qui a perdu les précédentes élections nationales..

Qui voit-on pour prendre massivement des voix au PS en 2014 ? Les Verts sont laminés (Cohn-Bendit se retire). Le Front de Gauche pourrait faire 16% mais le PS pourrait bien être aux alentours de 25%... L’UMP sera en concurrence avec l’UDI et le Front National… Hop 15% pour l’UMP, 16% pour l’UDI et 20% pour le FN… Et je suis extrêmement généreux : j’accorde 31% à l’UMP et l’UDI alors que le l’UMP a fait 28% la dernière fois. Il n’empêche que l’UMP se retrouverait derrière le PS, le Front de Gauche, l’UDI et le FN. Ca la foutrait mal, non ?

Trêve de plaisanterie : le FN pourrait bien faire beaucoup plus que ces 20%. Si je ne précise pas ça, je vais me faire engueuler par mes commentateurs réactionnaires. Il n’empêche que les Européennes n’ont jamais bien réussi au Front National, notamment les trois dernières (je ne sais pas s’ils ont déjà dépassé 11 ou 12%). La dernière fois, ils étaient à 6% et quelques brouettes. Cela semble logique : les électeurs sont contre l’Europe, ils ne vont pas aller voter pour… Et comme ça va de mal en pis, ils se déplacent moins…

Je dis ça au hasard. Je vous rappelle que j’ai une question en attente de réponse : quand l’UMP va-t-elle éclater ?

Hypothèse 1 : elle a déjà éclaté avec la création de l’UDI.
Hypothèse 2 : ce soir (disons, jusqu’à la fin de l’été).
Hypothèse 3 : après les municipales.
Hypothèse 4 : après les européennes.

Vous en pensez quoi ?

18 commentaires:

  1. C'est un mouvement pendulaire constant, aussi bien à droite qu'à gauche:

    -on créé un grand parti unique, pour y regrouper tous les "coutants", de façon à régler par avance et en interne les problèmes des alliances électorales et des majorités parlementaires;

    -mais certains, faisant le pari de l'absence de majorité parlementaire absolue en cas de victoire, font scission et créent leur petit parti indispensable pour constituer une majorité de gouvernement, pouvant ainsi négocier davantage leur ralliement en position de force.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ça reste plus pendulaire à droite quand même...

      Supprimer
  2. Je pense que la manif pour tous va faire émerger une nouvelle droite, et le point d'orgue sera le refus du mariage zomo. C'est fédérateur la famille.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non. La famille n'est pas en cause ou à la marge. C'est une position de principe (que je respecte).

      Supprimer
  3. européennes de 2015 ? 2014 non plutôt ?

    RépondreSupprimer
  4. Je n'ai pas un gros nez, bordel !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'était pour faire diversion. Vous imaginez si j'avais dit que Didier Goux m'inspirait mes "analyses" politiques ? Ma réputation ...

      Supprimer
  5. Les statistiques, ça aide à raisonner à partir de l'observation fine du réel ! ...Respect Sir !
    Va falloir qu'on aille chercher nos victoires dans nos réserves profondes ! On est motivés !
    Bz

    RépondreSupprimer
  6. J'aime beaucoup l'image d'illustration, elle me rappelle vaguement quelque chose.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sois plus observateur : ;)

      Supprimer
    2. Bah, mon avatar, enfin !

      Pour info c'est la fameuse explosion thermonucléaire "Castle Bravo" de Bikini en 1954, le premier essai de bombe H et l'explosion la plus puissante jamais déclenchée par les USA (15 mégatonnes). Ils avaient sous-estimé la puissance d'un facteur 3, ce qui a causé quelques "problèmes" d'irradiation alentours...

      Une métaphore des retombées mal maitrisées de la Manif pour tous ?

      Supprimer
    3. Ah merde ! Le con que je fais !

      Supprimer
  7. Je ne sais pas quand ce parti va éclater, mais le plus vite sera le mieux.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais non. Mais non.

      Mais pour tout vous avouer je ne comprends pas que les libéraux ne s'unissent pas pour monter un truc contre l'aile droite, probablement majoritaire dans le parti mais pas dans la population.

      Supprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.