18 janvier 2008

Sarkozy et Dieu - Bis

Suite à mon billet d'hier où j'exprimais une certaine mauvaise humeur à l'écoute d'un discours de Nicolas Sarkozy sur la religion, j'ai eu de nombreux échanges dans les commentaires. La polémique a fait rage d'ailleurs aussi un peu partout (heureusement) ! Il n'empêche que Nicolas Sarkozy a essayé de rectifier le tir hier soir. Maladroitement, c'est dommage. Il rappelle son attachement à la Laïcité tout en souhaitant mettre les religions au coeur de la vie politique. Ce n'est donc plus de la laïcité... et ça laisse ouvertement à côté les athées comme moi.

En outre, ça oblige les gens à faire partie d’une communauté : juif, catholique, musulman ou autre.

Pour un type qui veut mettre l’identité nationale en avant, diviser les Français par religion est délirant et totalement incohérent.

En outre, ça rentre totalement dans la stratégie électorale de Nicolas Sarkozy : monter les gens les uns contre les autres. Dans un premier temps les athées contre les autres, dans un deuxième temps les communautés religieuses entre elles ! Ca fera sûrement plaisir à son électorat de base, des vieilles rombières catholiques exaspérées par les frasques du Président, mais ça ne pourra que raviver les tensions en France. Nous voilà reparti au début du siècle précédent.

J'en connais qui le qualifiaient de moderne pendant la campagne !

Tous les citoyens ont peut-être un héritage culturel d’une religion et je ne veux pas débattre sur le sujet, il n’empêche que les religions n’ont rien à faire dans la vie politique Française, ce qui n’empêche pas le dialogue.

16 commentaires:

  1. C'est exactement ce que j'ai compris aussi : on file droit vers le communautarisme et ça n'est pas du tout dans l'esprit de notre république !
    Serait-il un traître à la république ?
    :-)

    RépondreSupprimer
  2. bo, je ne vais pas insister. Je pense que tu prends le problème à l'envers. Pour moi, Sarkozy essaie juste de dire aux croyants : vous n'êtes pas exclus. ça ne veut pas dire que le scurés vont gouverner. Et ça n'exclut pa snon plus les athées...

    RépondreSupprimer
  3. Le Chafouin

    Ecoute la déclaration de Martignon à l'issue de la rencontre de Nicolas Sarkozy avec les religieux. J'ai rédigé ce billet juste après l'avoir écoutée alors que je voulais juste faire un billet de type "Sarko calme le jeu" avec ce que j'avais lu dans la presse.

    RépondreSupprimer
  4. La religion était à ces début un moyen pour mettre de l'ordre dans les conflits humain , en édictant des principes, les commandements par exemple, jusqu'à ce que la politique la remplace. Par contre la religion a pris une place plus philosophique et parce que certains hommes ont besoin de croire en quelque chose. mais cela est de l'ordre de l'intimité de conviction et ne concerne que soi-même.Que je crois ou non , ne concerne que moi et ne doit en aucun cas venir s'immiscer dans la vie publique , dans ma vie publique.
    Mais la religion a toujours servi de prétextes aux dérives , dérives d'argent(quand on voit le luxe du Vatican alors que des enfants meurent de faim !) , elle serte de prétextes d'asservissement de peuples différents de nous (sous quelle légitimité ?) par la guerre le plus souvent !
    Bref la religion (que l'on croit ou non , n'a rien à voir dans la politique !)
    Quand au modernisme du chef de l'état , il est dans l'imagination des personnes qui ont voté pour une chimère !

    RépondreSupprimer
  5. Un petit exemple de pays où l'identité commnunautaire passe avant l'identité nationale (brr je parle du truc de M. Hortefeux): le LIBAN. Un pays magnifique, mais qui n'a plus connu la paix depuis 1975.
    C'est ça la politique de civilisation de M; Sarkozy?

    RépondreSupprimer
  6. je suis d'accord, j'ai aussi lu martinon et je me suis alors dit "il remet de l'huile sur le feu". Mais après, c'est une question de point de vue...
    Quand tu dis qu'on revient au siècle passé, je m'interroge. Sans être passéiste, je trouve qu'il y avait aussi des choses bonnes il y a cent ans. Aujourd'hui qu'on est soi-disant libéré des dogmes, je n'ai pas le sentiment que les choses aillent mieux. Tu es libre d'aller mal, en quelque sorte.
    bon allez, aujourd'hui, promis, je bosse au lieu de passer ma vie chez toi! bonne journée!

    P.S : la discussion d'hier fut animée mais c'est toujours intéressant d'entendre des points de vue différents.

    RépondreSupprimer
  7. Mc,

    C'est bien ça, la religion sert de prétexte !

    Suzanne,

    Merci pour ta visite. Tu as raison ! Tant que les gens ne sauront pas vivre ensemble (religions différentes, ...) les guerres continueront. Et la politique de Sarkozy consiste à organiser ses différences !

    C'est un pousse au crime.

    RépondreSupprimer
  8. Le chaffouin,

    Tu es toujours le bienvenu chez moi !

    Il y avait du bon il y a cent ans ? 4 an plus tard on entrait en guerre sur notre territoire. 32 ans plus tard on remettait ça...

    C'est parce qu'on a appris à vivre ensemble qu'on n'a plus de guerre sur le territoire depuis plus de 60ans... et qu'on ne fait plus d'interventions militaires à l'étranger depuis plus de 40 ans que pour garantir la paix (sauf quelques errements).

    En quelques mois, quelques années, Nicolas Sarkozy réactive la visibilité des cultures entre les gens.

    Il le fait par stratégie électorale, mais c'est très dangereux...

    RépondreSupprimer
  9. je n'aime vraiment pas ça, il va trop loin ! Y a t'il un pilote dans l'avion ?

    RépondreSupprimer
  10. Mouais... Bien sûr qu'on vit mieux aujourd'hui, pas de prob avec ça... Mais dans un certain sens peut-être que la vie était plus naturelle, peut-être y avait-il moins d'exploitation de l'humain. Aujourd'hui on est prêt à vendre des clônes d'embryon, à vendre de la "marchandise" de travailleurs clandestins, à importer des prostituées d'europe de l'est. Le trafic des esclaves perdure en Arabie, tout le monde s'en fout.
    Il n'y a pas de contre-pouvoir au capitalisme de masse. Au moins, au XIXe, les religions (enfin, la religion...) était une forme de contre-pouvoir avec les lois sociales-chrétiennes. Je sais que le socialisme a des références commune savec le christianisme, mais je pense qu'en boutant les religions hors de la sphère publique (même si je suis d'accord pour dire qu'elles doivent garder une certaines distance dans les questions temporelles) on a enlevé aussi la "moralité" du champ public. Je ne sanctifie pas les époques passées, il ya toujorus eu des connards mais tu vois, par exemple, les arnaques à l'assurance, tous ces trucs là, tous les types qui essaient de frauder à tous les niveaux, sont un signe qu'il n'y a pas de "morale", que du droit. Il existe une "morale républicaine", certes, mais elle n'est pas contraignante, donc les gens lui crachent dessus. Que du droit, ça c'est inquiétant. Regarde où en sont les Etats-Unis, avec leurs procès pour tout et n'importe quoi, alors même qu'ils sont religieux:)
    Bon je m'enflamme. Bon appétit...

    RépondreSupprimer
  11. J'ai l'impression que pour Sarkozy, sa solution pour le communautarisme, c'est la victoire de l'une des communautés sur les autres, en l'occurence sa communauté.

    Pour le reste, Dieu dans le coeur des hommes par exemple, il s'en fout.

    RépondreSupprimer
  12. Chaffouin : il y a encore une morale religieuse et les gens s'en foutent et ca n'a rien à voir avec le retour du religieux aux commandes !
    Je ne vois pas en quoi changer la morale républicaine pour une autre d'inspiration divine va réguler les choses.
    Parlons d'éducation et de culture, ce sera toujours ça de fait !
    :-)

    RépondreSupprimer
  13. Le Chaffouin,

    N'essaie pas de me dire qu'avec la religion il n'y a pas d'exploitation, de vol, ...

    La morale ne vient pas la religion mais de l'éducation, de l'intelligence de chacun, ...

    La position du précédent pape sur le sida a été catastrophique... La religion ferait bien, parfois, de ne pas s'occuper de morale !

    o16o,

    Même pas... ce qui l'intéresse c'est le pognon et le pouvoir et il a trouvé un moyen : diviser pour mieux régner.

    Poireau,

    Tu dis à peu près la même chose que moi dans ma réponse au Chaffouin.

    RépondreSupprimer
  14. Nicolas : les grosses léguumes se rencontrent ! :-)

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.