02 mars 2010

La droite est vide

Sur son blog (que je découvre, en retard, comme toujours), Jean-François Kahn analyse ce qui, pour lui, explique la baisse incroyable de la popularité de Nicolas Sarkozy. Il a probablement raison même si on pourrait multiplier les causes. Pour résumer, un ras-le-bol généralisé !

Par exemple, on nous explique qu’il ne s’implique pas dans la campagne pour les régionales et, en même temps, il multiplie les déplacements en région et convoque les troupes franciliennes à l’Elysée…

Lassitude. Moi-même, blogueur stakhanoviste, je n’ai pas fait un seul billet antisarkozyste primaire depuis fin janvier, avec l’appel pour le No Sarkozy Day, c’est vous dire !

Je crois que Jean-François Kahn peut rajouter des raisons. D’une part, l’UMP fait réellement une mauvaise campagne : c’est trop tard pour rattraper le coup. Valérie Pécresse était interviewée dans le quotidien Métro que j’ai lu dans le moyen de transport du même nom. C’est avec un fond de commisération qu’on lit ses propos, ses nouvelles propositions, … D’autre part, le PS est revenu au centre de la vie politique, pas toujours par la bonne porte (situation en Languedoc-Roussillon, propos de Vincent Peillon, bisbilles avec le reste de la gauche…), mais il est bien là. Il pourrait dépasser les 30%, on finit par y croire : on a retrouvé un vrai parti d’opposition.

Restons zen. La victoire annoncée, le fameux grand chelem, n’est pas encore là et s’il arrive, il sera encore du à des triangulaires avec le FN…

Mais la relative bonne santé de la gauche ne doit pas cacher la très mauvaise santé de la droite, cette « droite de gouvernement » qui n’est même pas sûre d’atteindre les 30% aux prochaines élections, cette droite qui a voulu l’hégémonie de l’UMP… Ses électeurs traditionnels, les gaullistes, les libéraux, … n’en veulent plus et ne savent pas où se réfugier. Même les paysans font la gueule. Le Modem avait une carte à jouer : il n’en a pas voulu. François Bayrou n'a pas ressorti son tracteur !

Alors, les copains de droite sont seuls. Ils ne savent pas où aller.

A gauche, si le PS nous gonfle, on peut toujours aller voir du côté d’Europe Ecologie ou du Front de Gauche.

Mais la droite est vide.

17 commentaires:

  1. Faucon,

    Merci ! Je n'ai pas voulu te mettre en lien mais le coeur y était...

    RépondreSupprimer
  2. Je ne crois pas la gauche en bonne santé, mais comme tu le dis, la droite est vraiment dans un sale état, sans mauvais jeu de mots où je suis d'une nullité crasse.
    A force de se croire le roi, N. Sarkozy a lassé tout le monde.
    Enfin, je l'espère ...

    RépondreSupprimer
  3. Flêche,

    Oui, elle va bien "par défaut"...

    RépondreSupprimer
  4. Moi, j'ai hâte de lire le Canard demain matin...

    Je sens que Xynthia, c'était rien comparé à la gueulante qu'ils vont tous se prendre !

    RépondreSupprimer
  5. En fait Sarkozy avec son hégémonie tue la droite par étouffement. Il veut tout faire tout seul, qu'il s'occupe donc de sauver l'UMP maintenant !
    :-))

    RépondreSupprimer
  6. "on a retrouvé un vrai parti d’opposition", j'aurai préféré lire: on a retrouvé un vrai parti politique...Mais là, il y a encore du boulot
    biz

    RépondreSupprimer
  7. Corto,

    Faut pas désespérer...

    RépondreSupprimer
  8. Beau billet, en effet!
    J'adore l'avant dernière phrase...et la dernière aussi!
    ;^)

    RépondreSupprimer
  9. Je ne me réjouis nullement que le PS redevienne le parti d'opposition (cela reste en outre à confirmer)...pour en faire quoi? La même chose que depuis 30 ans?

    Mais je me réjouis de l'hégémonie de l'UMP mise à mal...

    RépondreSupprimer
  10. Nemo,

    Ben ouais, mais c'est le Modem qui a merdé, pas moi...

    RépondreSupprimer
  11. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

    RépondreSupprimer
  12. La droite n'a pas de réelle politique.

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.