09 février 2012

L'abstention : la seule chance de Nicolas Sarkozy

Dans la série « il n’y a pas de mal à se faire du bien », je suis tombé sur un article évoquant la cristallisation en cours dans les sondages au sujet de l’élection présidentielle, à savoir le moment où le favori se dégage nettement et où les sondages ne varient plus. Cette cristallisation a lieu à des moments différents au cours d’une campagne et ce n’est qu’a posteriori qu’on peut réellement fixer ce moment.

Pour notre élection, François Hollande se maintient en tête aux alentours de 30% et ne bouge pas beaucoup. Nicolas Sarkozy reste à peu près stable à 25%. Marine Le Pen, après une bonne période, semble bloquée en dessous des 20%. François Bayrou, qui a fait un bon après son entrée en campagne, est maintenant scotché vers 12%. Jean-Luc Mélenchon est dans une bonne période et frôle les 10%, ce qui n’est pas le cas d’Eva Joly qui reste vers 2 ou 3%.

Quant au second tour, François Hollande maintient son avance sur Nicolas Sarkozy avec un score entre 55 et 60%.

L’article poursuit son analyse. Compte tenu du nombre de sondés qui sont sûrs de leurs choix, il est très improbable que Nicolas Sarkozy puisse combler son retard. Enfin, les français sont très nombreux à pronostiquer la victoire de François Hollande. Pour ma part, je ne pronostique pas, j’espère !

Néanmoins, la force du tel noyau de soutien de Nicolas Sarkozy est telle qu’il ne peut plus, a priori, être éjecté du premier tour. Non seulement, l’hypothèse d’un « 21 avril à l’envers » serait donc à écarter mais, en plus, François Bayrou aura bien du mal à grignoter des voix à l’UMP. En fait, les intentions de vote pour François Bayrou sont plus « un refuge », comme ne 2007. Du coup, et contrairement à ce que je pensais, François Hollande et Nicolas Sarkozy ont plus de chance de lui grignoter des points que l’inverse.

« Au-delà de ces seuls chiffres, le positionnement de François Hollande semble solide sur tous les points, et nul besoin pour lui de le changer, ce qui est autant une preuve qu’un gage de réussite : son image reste bonne, et il peut se contenter de « gérer l’acquis » sans prendre de risques, tout en tentant de résoudre ses dernières faiblesses. » (international, dynamisme, …).

« Son positionnement politique lui permet d’encercler Nicolas Sarkozy entre Marine Le Pen et François Bayrou, tout en circonvenant ce dernier » qui est coincé par le volet modéré de notre batave.

Enfin, la couverture médiatique est favorable au candidat socialiste et le Président sortant est en difficulté. Lui et ses conseillers ont probablement fait des bourdes.

Comment Nicolas Sarkozy pourrait encore gagner ? L’annonce de sa candidature ne provoquera pas un dynamisme pour sa campagne, tant elle est évidente. Les mesures fortes qu’il pourrait annoncer risquent de mal passer, comme l’augmentation de la TVA qui restée en travers de la gorge des citoyens. Je crois même, personnellement (ce n’est pas dans l’article dont je parle), que toutes les annonces qu’il pourrait faire exaspéreront les Français. Les attaques sur la personnalité d’Hollande ne donneront rien. Il en a tellement pris dans la gueule qu’il s’est construit un blindage et, surtout, Sarkozy risque de les voir se retourner contre lui.

En fait, « seule une abstention massive pourrait peut-être sauver Nicolas Sarkozy » ! Le risque est très fort pour François Hollande mais le Parti Socialiste a le 21 avril 2002 bien en tête. « Le risque existe en effet que la victoire attendue de François Hollande créé un réflexe contraire chez ses électeurs, d’autant que cette perspective ne suscite guère d’enthousiasme : le sondage quotidien de l’IFOP nous montre que à peine 40% des sondés souhaitent sa victoire, une proportion qui reste très stable dans le temps, malgré le lancement de sa campagne. »

Pour en revenir à la cristallisation des sondages (le moment où ils se figent et deviennent stables), il semble qu’elle se soit produite en janvier 2012 pour ne pas dire dès 2008 (« La droite, qui a perdu les premiers tours en voix de chaque élection depuis cette date alors qu’elle les avait toutes gagnées depuis 1984 »). « Finalement, comme [des chercheurs l’ont montré], les évènements de la campagne ne jouent peut-être pas énormément sur les résultats électoraux… »

J’espère avoir bien résumé l’article.

S’il fallait que j’en tire une conclusion plus personnelle, je dirais qu’il est très important pour « mon camp » de rester très fortement mobilisé pour convaincre les Français d’aller voter. Nicolas Sarkozy pourrait avoir pour stratégie de montrer que l’élection n’est pas si importante ou que tous les candidats se valent. Il pourrait même ne pas mener campagne vu qu’il n’arrivera probablement pas à déclencher un électrochoc en sa faveur, il pourrait même faire un lancement de sa campagne très fort, pour marquer ses électeurs, mais faire en sorte, ensuite, qu’on parle le moins possible de cette élection en tirant dans tous les sens à propos de n’importe quel sujet.

L’abstention était de 28% en 2002 et de 16% en 2007 (19% en 81 et 88, 21% en 95).

Tout l’enjeu pour Nicolas Sarkozy est de faire oublier à « ces 12% » qu’il faut aller voter. C’est le seul enjeu, sa seule chance.

C’est grave.

10 commentaires:

  1. Billet tardif, mais excellent toutefois.

    RépondreSupprimer
  2. Il "faut" aller voter ? Je répondrai en deux mots : Mon cul !.

    Nous refaire encore et toujours le coup de la prime à la nullité ? Voter encore, toujours, pour des socialos qui ont absolument tout trahi les 25 dernières années ? Exprimer qu'on préfère être gouvernés par l'hypocrisie mollusque plutôt que par le cynisme maniaco-énervé ?

    Qui feront, l'un ou l'autre, exactement la même chose, valets des mêmes puissances, la différence étant « Avec ou sans vaseline ? »

    Mais quelle pantalonnade !

    Relisons plutôt la magnifique lettre d'Élisée Reclus : "Ce que j'ai à vous dire peut se formuler en quelques mots"

    Et pour ce qui est de "partager ton avis", tu me pardonneras, mais sans moi !

    RépondreSupprimer
  3. Yann, Falconhill,

    Merci !

    Petar,

    Fais ce que tu veux. Je m'adresse aux militants socialos pas aux pingouins.

    RépondreSupprimer
  4. Ha, ben si tu ne t'adresses qu'aux militants socialos, ça ne risque pas de faire beaucoup de voix en plus pour Couyemol... À prêcher des convertis, en termes électoraux, on ne gagne pas grand-chose...

    RépondreSupprimer
  5. Ah ! Tu fais partie de ceux qui pensent les électeurs lisent les blogs et pensent que ceux ci permettre de convaincre ? Continue à jouer pour perdre...

    RépondreSupprimer
  6. J'adore vos graphiques, avec plein de petits points et de jolies couleurs !

    RépondreSupprimer
  7. Les referendums, c'est voter plus pour… euh je ne sais pa pourquoi en fait ! Mais peut-être bien dégouter les gens d'exprimer leur opinion, c'est bien vu !
    :-)

    [Je m'attendais à une flèche rouge sur un graphique mais, rien, je suis déçu ! :-)].

    RépondreSupprimer
  8. Je préfére étienne chouard comme politique (vrai démocratie), mais peu nombreux, sinon dans cette aristocratie élue, le vote blanc serais utile puis ne pas limiter le srutain a 2 tour car cela limite le choix ! C'est tyrannique de passer de 15 a 2!
    Pour info ( je voterais peut être écologie, ou front de gauche, ou npa) pour limiter la casse et si le ps face a ump ou fn ou ump vs fn =
    soit le moin pire, soit le plus pire
    Mais l'envie d'une remise a zero ça peut arriver!
    Faire sauter le system = fn ou même 5 ans de ump

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est activée. JE SUIS LE SEUL à décider des commentaires qui sont supprimés et ils ne le sont jamais pour divergence politique sauf si les propos tiennent du harcèlement de la part d'imbéciles qui ne savent pas prendre acte d'un constat de désaccord.

Je supprime les commentaires qui n'apportent rien à l'esprit de ce blog, tel que je me l'imagine. Tant pis pour les andouilles qui voient autre chose...