21 février 2012

L'Education : le grand échec

« Dans le domaine éducatif, que retiendra-t-on de ce quinquennat ? 80.000 suppressions d'emplois, la fin de l'année initiale de formation des maîtres, la semaine de quatre jours à l'école primaire. Même si l'on place, sur l'autre plateau, les évaluations généralisées des compétences des élèves, le bilan est maigre. »

C’est Dominique Antoine qui l’affirme, lui qui a été conseiller de Nicolas Sarkozy pour l’Education. Il insiste sur l’honneur que fut d’occuper ce poste mais pense que personne, à l’Elysée ne juge correctement l’importance de l’Education Nationale. Les autres conseillers ne pensent qu’à faire des économies et ne connaissent absolument pas ce dossier.

Il est pourtant évident qu’investir sur l’Education des jeunes est indispensable en période de crise.

« Dominique Antoine, conseiller éducation de Nicolas Sarkozy à l'Elysée de 2007 à 2009, a annoncé dans une tribune publiée dans le Monde daté de mardi qu'il voterait à l'élection présidentielle pour François Hollande, car celui-ci faisait de l'éducation "une priorité nationale". »

Il a bien raison.

5 commentaires:

  1. Pauvre Jules Ferry...

    RépondreSupprimer
  2. Sur LCP (et ça repasse 15000 fois) il y avait un très bon documentaire sur l'échec de l'éducation et de ce système qui stresse certains enfants qui perdent toutes capacités. Bref quel gâchis...

    RépondreSupprimer
  3. Je le vois tout les jours avec mes gamins, ça devient vraiment n'importe quoi l'EN.

    RépondreSupprimer
  4. Ah, je vois que les “traîtres” dans le sens Sarkozy ---> Hollande vous sont beaucoup moins insupportables que ceux qui, naguère, ont accompli le trajet inverse !

    RépondreSupprimer
  5. Bembelly, Cécile, El Camino,

    Ouais...

    Didier,

    1. Ben oui, c'est évident.

    2. La situation n'a rien à voir : le gugusse m'est complètement inconnu et n'est pas un élu UMP.

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est activée. JE SUIS LE SEUL à décider des commentaires qui sont supprimés et ils ne le sont jamais pour divergence politique sauf si les propos tiennent du harcèlement de la part d'imbéciles qui ne savent pas prendre acte d'un constat de désaccord.

Je supprime les commentaires qui n'apportent rien à l'esprit de ce blog, tel que je me l'imagine. Tant pis pour les andouilles qui voient autre chose...