03 février 2012

Le Parisien, le digital et l'info locale

Le 28 octobre 1996, je me décidais à entrer à la Comète pour boire un verre en rentrant du boulot puis à y venir passer presque tous les soirs. J’ai vite sympathisé avec les patrons et les serveurs. Comme je passe devant tous les matins, j’ai commencé à passer dire bonjour, à prendre un café, puis, carrément mon petit déjeuner. Ca fait ainsi 15 ans que je lis Le Parisien presque tous les matins (quand il n’est pas dans la main d’un autre client). Le soir, je vérifie si les mots fléchés sont bien faits par le patron ou d’autres clients. Une dizaine d’années après, mon blog politique naissait et le Parisien m’a toujours servi à « mesurer l’information » qui arrivait aux yeux du grand public, d’abord en le lisant puis en observant, le soir, la réaction de mes copains qui le lisaient.

Je n’ai rien contre la presse politique nationale, Le Monde, Le Figaro et Libération en tête, ni contre les sites d’informations en ligne (ils sont trop nombreux pour que je les cite) qui font souvent un superbe boulot, mais leurs lecteurs sont généralement assez « convaincus politiquement » et, à leur lecture, on oublie souvent ce qui fait le vote des électeurs… Les observateurs de la vie politique ne considèrent pas à leur bon niveau la presse populaire.

Que ne lit-t-on pas à propos des « éditocrates », les Barbier, Elkabach et autres ! Il n’empêche que même s’ils disent des bêtises, ils s’adressent bien au peuple (même si le Parisien n’est pas un journal « d’éditorialistes » mais purement d’information).

D’ailleurs, hier, j’étais invité à un atelier du Parisien avec des blogueurs autour du « digital », c'est-à-dire tout ce qu’ils font en ligne. J’y avais invité mes copains leftblogs et le seul qui avait répondu positivement, Seb, a eu un empêchement de dernière minute. J’avais aussi invité mes amis blogueurs spécialistes en « digital », Styven et Jean-Jacques : ils ont interrompu une tournée de visites à des clients dans toute l’Europe pour assister aux travaux. Jean-Jacques a déjà fait unrésumé des travaux. C’est vous dire si le sujet est passionnant !

Quelques faits que j’ai retenus :
-          le Parisien réalise 10% de son chiffre d’affaire avec le numérique, ce volet étant rentable depuis l’an dernier,
-          le Parisien n’a pas réellement d’équipe de journalistes dédiés pour l’édition web,
-          la page Facebook du Parisien est la page d’un site d’information avec le plus d’abonnés,
-          le parisien est le cinquième site d’information sur le web, en forte croissance,
-          120 journalistes sont dédiés aux pages locales,
-          La croissance de l’utilisation des tablettes pour consulter l’actualité est délirante.

Les propos des orateurs furent passionnants, notamment avec l’évolution du travail de rédaction pour s’adapter aux deux médias : quelles informations garder pour l’édition papier, quel « fait du jour » retenir pour faire acheter le journal ? Le travail journalistique est en constante évolution. Il y a dix ans, un candidat à la Présidentielle se faisait asperger de farine, le journaliste rentrait tranquillement et rédigeait son papier pour le lendemain, le sujet étant passé au JT du soir, le papier ne méritait pas la une mais juste un article. Maintenant, trente secondes après les faits, l’information est dans Twitter et la vidéo buzze sur le net. L’article du journal n’a donc plus d’intérêt informatif. Les journalistes sont obligés de traiter l’information par un angle spécifique, comme la sécurité des candidats, …

Hier soir, le Parisien a présenté sa nouvelle application pour iPad (illustration). La version pour Androïd devrait sortir dans les prochaines semaines. Je ne vais vous en dire plus ici, je vous invite à la télécharger et à créer un compte.

Elle a été l’occasion d’illustrer la manière avec laquelle les gens appréhendent l’actualité et le « glocal » (global et local) qui revient à la mode.

Les gens s’intéressent avant tout à ce qui se passe chez eux. Ils ouvrent Ouest France et vont directement à la page de la commune.

Pour ma part, je pense que l’information locale est insuffisante d’une part sur le net et d’autre part en région Parisienne.

Demain matin, si les intempéries ne me retiennent pas, je lirai le Télégramme en buvant mon café. Deux pages seront consacrées à Loudéac (10000 habitants). Dans Le Parisien, on trouve juste parfois quelques lignes à propos du Kremlin-Bicêtre (25000 habitants). Le Télégramme et Ouest-France ont ceci de commun avec le Parisien que l’information nationale est très bien développée contrairement à la plupart des autres organes de la presse régionale que j’ai l’occasion de feuiller pendant mes vacances ou mes déplacements professionnels.

Je pense que le web pourrait être utilisé par le Parisien pour diffuser à moindre frais une information locale beaucoup plus fouillée à moindres frais (c'est-à-dire sans avoir un réseau de correspondants de la taille de Ouest-France ou du Télégramme), en s’appuyant par exemple sur des blogueurs et surtout sur les communiqués que font les associations, les collectivités, les entreprises, les écoles, …

J’organise un Kremlin des Blogs ? Hop ! Je ponds dix lignes et je l’envoie à « la rédaction » qui juge de l’opportunité de les mettre en lignes dans une rubrique « Le Kremlin Bicêtre ». Le rêve…

La soirée c’est terminée par un cocktail fort sympathique avec des petits fours extraordinaire, c’est bien le plus important !

Et n’oubliez pas de télécharger également l’application News Républic pour iPhone ! Mon billet à propos de l’arrogance de la droite est devant l’article du Parisien à propos de l’enfarinage de François Hollande, dans le classement par avis (illustration à droite) ! Mon billet est "l'article" d'information politique nationale qui a fait réagir le plus les utilisateurs de News Républic.

Ca s'arrose.

10 commentaires:

  1. Et News Republic sur Android! Elle existe.

    RépondreSupprimer
  2. Beau billet !
    La presse est terriblement lente à comprendre internet, on dirait des mamouths ! :-))

    RépondreSupprimer
  3. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

    RépondreSupprimer
  4. Bem,

    Merci !

    El Camino,

    Oui ! J'ai vu ton commentaire, l'autre jour, mais je n'ai pas eu le temps de répondre.

    Poireau,

    Merci !

    RépondreSupprimer
  5. Salut l'éponge combien de grammes dans chaque bras.

    Le Fouquet's c'est une gargote de prolétaire car le petit restaurant du François c'est pour SDF (Sans Difficultés Financières).

    Supprime mon com et tu me feras un grand plaisir et si tu ne veux plus me lire interdit moi et là tout le monde sera que tu n'es qu'un stalinien.

    RépondreSupprimer
  6. Je vais le laisser pour que tout le monde voit que tu n'es qu'un sale con.

    RépondreSupprimer
  7. Oh,merci grand maître de la blogosphère, vous êtes trop bon quand au compliment venant du ROI des sales cons, je suis flatté.

    RépondreSupprimer
  8. D'accord avec toi sur l'info locale trop confinée. Il faudrait presque une édition du Parisien pour chaque arrondissement, chaque ville

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est activée. JE SUIS LE SEUL à décider des commentaires qui sont supprimés et ils ne le sont jamais pour divergence politique sauf si les propos tiennent du harcèlement de la part d'imbéciles qui ne savent pas prendre acte d'un constat de désaccord.

Je supprime les commentaires qui n'apportent rien à l'esprit de ce blog, tel que je me l'imagine. Tant pis pour les andouilles qui voient autre chose...