25 février 2012

Le vote à droite des paysans ou l'histoire d'un suicide ?

Si j'en crois Twitter, Nicolas Sarkozy aurait ouvert le Salon de l'Agriculture avec une heure d'avance pour éviter les bains de foule, avec des militants UMP comme figurant et une télévision (BFM TV) particulièrement complaisante...

Ils sont méchants dans Twitter.

Les paysans sont majoritairement de droite. D'ailleurs, « Selon deux sondages (Ifop et OpinionWay) publiés quelques heures avant l'ouverture du Salon, Nicolas Sarkozy fait la course en tête dans l'électorat agricole, traditionnellement marqué à droite, avec 40% des intentions de vote. C'est plus de deux fois les scores de François Bayrou, Marine Le Pen et François Hollande, qui oscillent autour de 15%. » Ces sondages sont très opportuns, ce que note d'ailleurs mon confrère Melclalex (allez le lire, il diffuse un tas d'informations intéressantes).

Je ne crois pas spécialement à ce sondage ! Ca mettrait Nicolas Sarkozy au même niveau que Jacques Chirac plus Edouard Balladur en 1995... et 25 points devant Chirac en 2002... et 10 points de plus que lui-même en 2007. Cela étant, Marine Le Pen est beaucoup moins attirantes que son père dans le milieu agricole... et François Hollande est au même niveau que Lionel Jospin en 1995 et 2002. Ségolène Royal ne séduisait pas les paysans. A se demander s'ils ne sont pas un peu misogynes...

Les paysans sont majoritairement à droite, disais-je, je ne vais donc pas me soucier trop de cet électorat un peu bizarre, de gens qui votent contre leurs propres intérêts. Ils ont connu un âge d'or dans les années qui ont suivi la guerre notamment en créant des coopératives pour regrouper des moyens, comme la collecte du lait. Depuis, ils ont vendu leurs coopératives à des groupes internationaux et sont pressurés par les marchés et « le monde de la finance » (et les groupes de distribution mais ça revient au même).

Le journal qui a écrit la phrase que je cite ci-dessus aurait pu écrire : « Nicolas Sarkozy fait un bon score dans l'électorat agricole car il est le seul homme à droite du centre droit. »

Je crois que la vraie popularité de Nicolas Sarkozy chez les paysans est très mauvaise. Je suis justement en week-end chez ma mère, en Centre Bretagne et les copains m'ont confirmé la très mauvaise cote de Nicolas Sarkozy dans le monde agricole (et pas seulement pour des raisons liées à l'agriculture, aussi à cause du prix du carburant...).

De toute manière, les agriculteurs ne sont pas dans la cible électorale du Parti Socialiste, ce qui n'empêchera pas François Hollande d'aller tâter le cul des vaches et faire son Jacques Chirac : il sera probablement plus à l'aise que Nicolas Sarkozy !

En outre, si le vote des agriculteurs peut échapper aux socialos, toute la France rurale vote, y compris les nombreux salariés ou retraités de l'industrie agroalimentaire.

Alors rappelons les chiffres. 56 083 agriculteurs touchent le RSA. Le taux de suicide chez les paysans est trois fois plus important que dans le reste de la population. Le nombre d'exploitation a baissé de 25% en dix ans. 47 fermes cessent leur activité chaque jour. 26 m2 de terre agricole disparaissent chaque seconde.

La France, première puissance agricole en Europe, a perdu sa première place dans la transformation en 2009. L'Allemagne et les Pays-Bas sont passés devant.

L'industrie agroalimentaire française est en déclin depuis l'arrivée de Nicolas Sarkozy au pouvoir.

Ca, c'est dramatique. On n'arrive plus à "transformer" les produits issus de notre terroir...

N.B. : l'illustration de ce billet vous permettra de comprendre mon rôle dans l'équipe de campagne de François Hollande. Je suis en charge de l'entrainement du candidat.

10 commentaires:

  1. Excellent billet, comme d'habitude je dirais.

    RépondreSupprimer
  2. Rien de nouveau sous le soleil, ce n'est pas une découverte, les agriculteurs ont toujours été de droite voir encore plus à droite de la droite.

    Même sous le règne des rois beaucoup aimaient leur souverain qui le leur rendait bien .. A coup de fouet.

    RépondreSupprimer
  3. "La France, première puissance agricole en Europe, a perdu sa première place dans la transformation en 2009. L'Allemagne et les Pays-Bas sont passés devant."

    On se demande bien pourquoi ils sont passé de la 1ere place à trépas. De toute évidence on ne peut même pas accuser Bruxelles dans ce cas ..

    RépondreSupprimer
  4. Bruno,

    Merci,

    Les anonymes : heu, je n'aime pas les anonymes.

    RépondreSupprimer
  5. Les paysans, ça ne veut rien dire.

    Entre le céréalier de la Beauce et le muti-activité de montagne, il y a la même distance qu'entre Marcel Dassault et le plus misérable des intérimaires qui bossent pour ses sous-traitants.

    Pire qu'un ouvrier, le paysan pauvre a dû s'endetter pour acheter son outil de production à ses frères et soeurs. Et se tire à peine un smic de salaire pour des journées à rallonge.

    Par ailleurs, j'ai entendu que 51% avaient voté Sarko: ce qui les mettrait en dessous de la moyenne nationale.

    RépondreSupprimer
  6. c'est comme les personnes âgées qui votent à droite alors qu'elles en prennent plein la poire.

    RépondreSupprimer
  7. Les sondages…
    Comme s'il existait une manière fiable et honnête de mesurer le vote des agriculteurs…
    :-)

    RépondreSupprimer
  8. Pour faire court, on pourrait dire "Les paysans ça n'existe plus" comme le fait remarquer Cultive ton jardin. Les gros céréaliers qui dirigent la FNSEA sont des chefs d'entreprises agricoles... et les petits paysans disparaissent, criblés de dettes.
    Les coopératives agricoles me semblent depuis longtemps être devenues de simples entreprises commerciales qui n'ont plus grand chose à voir avec leur vocation initiale; on le voit dans le lait notamment, où ce sont devenus de gros monstres qui ont racheté toutes les laiteries sur de vastes territoires, et le prix du lait...ne fait pas vivre son producteur. Alors dans ce contexte, c'est vrai que le "vote à droite" des agriculteurs fait un peu figure d'auto-flagélation : la PAC et autres politiques de subventions à tout va qui régissent cette agriculture productiviste qui profite aux gros doit beaucoup à la droite (et aussi aux socialos sans doute) mais "ils en redemandent" : masochistes ?

    RépondreSupprimer
  9. Cultive ton jardin,

    Il est évident que les céréaliers de la Beauce sont minoritaires.

    Pour les 51%, ça doit être au premier tour !

    Romain,

    Oui. Tarées ...

    Poireau,

    Non, mais les indications sont intéressantes et surtout, le côté "décalage entre les intérêts et le vote" (j'en ai fait un ou deux billets récemment) est délirant.

    La Graula,

    Oui, les paysans ont abandonné leurs coopératives à des grands groupes (notamment laitiers, en effet).

    RépondreSupprimer
  10. lesbiofruits demonpays27 janvier, 2015 15:43

    Les paysans s' occupe tous les jours de production et ils ont paye leur outils et leur entreprise de travail....pour dire qu'ils ne sont pas salaries. Ils ne peuvent pas tout faire et s' occuper de courir les marches du lait... qui ne se conserve pas. Pour leur amour du travail et leur mefiance de l'assistanat, aleez comparer la retraite d'un agriculteur qui a travaille dur jusqu'a 7 h en ete pour 1200 a 900 euros par trimestre. La droite a instituee une retraite pour les conjointes d'exploitants qu'a fait la gauche? Un agriculteur nourrit dit on 90 personnes ou plus et fait travailler 7 personnes en moyenne....mais la gauche n'a jamais rien fait de bien pour l'agriculture et quand a redistribuer les richesses a part toujours augmenter les salaires et obliger tout le monde a augmenter les prix , personne ne s' attaque aux enormes salaires. UN AGRICULTEUR PREND DES RISQUES POUR SON ENTREPRISE et n'ai jamais paye pour et il genere des productions et des emplois, plus qu'un salarie.

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.