13 février 2012

Quand y en a Boutin, y en a pour deux

Non seulement Christine Boutin annonce le retrait de sa candidature ce soir mais Hervé Morin aussi. Est-ce le hasard ? Alors que selon Le Parisien, Nicolas Sarkozy devrait annoncer sa candidature dans le JT de TF1 jeudi soir, les ralliements s'annoncent.

Comme si ça pouvait intéresser quelqu'un... À part moi, ayant trouvé un titre de billet amusant.

15 commentaires:

  1. Et oh, moi aussi je suis fier de ma bombe atomique qui a fait prout ^__^

    (mais ton titre est excellent, j'adore !)

    RépondreSupprimer
  2. c son pere qui aurait du se retirer

    RépondreSupprimer
  3. Ça y est, ils ont les postes assures. Plus besoin de se présenter.
    Pour le titre, y'avait aussi: Tiens voilà du Boutin ou Morin-Tintin pour la présidentielle.

    RépondreSupprimer
  4. Urvoy,

    Ah ! Les titres...

    Cactus,

    Heu...

    RépondreSupprimer
  5. Des fois, quand y en a Boutin, y a Poutou, aussi !!!

    RépondreSupprimer
  6. Il fallait lire : quand y en a Boutin, y en a Poutou...

    RépondreSupprimer
  7. Morin s'est arrêté ? Je ne l'ai pas vu passer cette info.
    Deux ralliements à 0% pour Sarkozy, ça change le paysage ! :-))

    RépondreSupprimer
  8. Philippe,

    Heu...

    Poireau,

    Non. Je me suis planté.

    RépondreSupprimer
  9. Nicolas : c'est pas une vraie erreur, la rumeur a couru hier sur le retrait de Morin mais non confirmée pour l'heure !
    :-))

    RépondreSupprimer
  10. Bouter Boutin ... ça n'a pas dû être trop dur, surtout depuis les prises de positions récentes sur le mariage homo et l'euthanasie.

    RépondreSupprimer
  11. Ce commentaire a été supprimé par son auteur.

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est activée. JE SUIS LE SEUL à décider des commentaires qui sont supprimés et ils ne le sont jamais pour divergence politique sauf si les propos tiennent du harcèlement de la part d'imbéciles qui ne savent pas prendre acte d'un constat de désaccord.

Je supprime les commentaires qui n'apportent rien à l'esprit de ce blog, tel que je me l'imagine. Tant pis pour les andouilles qui voient autre chose...