06 février 2012

Je reconnais mes erreurs

Le Président de la République devrait annoncer sa candidature à sa succession vendredi prochain, le 10 février. Cette annonce devrait s’accompagner de la sortie d’un livre mais Nicolas Sarkozy est très occupé à résoudre la crise et ne peut trouver le temps de prendre la plume. Toujours prêt à aider mon prochain, je propose de lui rédiger l’introduction.

Mes chers compatriotes,

Vous le savez, la France, comme beaucoup de pays, vient de traverser une crise grave mais s’en est sortie beaucoup mieux que d’autres grâces aux mesures prises par mon gouvernement, malgré la retraite à 60 ans et les congés payés.

Il nous faut maintenant poursuivre les réformes qui permettront à la France, notre si beau pays, de retrouver sa place dans le monde moderne, place qu’elle a perdue à cause des 35 heures et d’une immigration que les gouvernements précédents n’ont pas su maitriser. C’est pourquoi, j’ai eu le plaisir de vous annoncer ma candidature à la prochaine élection présidentielle.

L’heure est maintenant au bilan du premier mandat. J’ai changé. J’ai beaucoup changé. Et je dois reconnaître que j’ai fait quelques erreurs qu’il me conviendra d’expliquer dans ce livre.

La première erreur est financière. Faute d’avoir mesuré assez tôt l’ampleur de la crise, j’ai laissé s’accumuler 600 milliards de dette supplémentaires à cause de cadeaux fiscaux que j’ai faits à mes amis méritants. J’en livrerai le détail dans le chapitre 3.

La deuxième erreur est électorale. Je n’aurais jamais du mettre en œuvre la mesure phare de mes promesses, au sein du paquet fiscal : la défiscalisation des heures supplémentaires (je vais par contre défiscaliser les erreurs supplémentaires). Elles ont bénéficié à des ouvriers ingrats qui vont voter maintenant pour Madame Le Pen (c’est pourquoi j’ai proposé une loi pour que les noms des maires lui donnant sa signature défilent en bas de l’écran pendant les journaux télévisés). Je n’ai pas de regret, cependant. Mes amis patrons ont pu en profiter pour augmenter leur production sans avoir besoin de faire appel à de l’intérim ou, pire, à des embauches supplémentaires. Ca sera l’objet du chapitre 6.

Dès le chapitre 1, je vais évoquer les erreurs relatives à ma famille et à ma vie privée. Par exemple, la fameuse affaire de mon fils à la Présidence de l’EPAD. J’ai laissé tergiverser quelques temps alors qu’il m’aurait été extrêmement facile d’imposer ma décision dès le premier jour. La polémique aurait alors duré trois jours et aurait été rapidement oubliée.

Dans le chapitre 2, je vais vous expliquer la boulette que j'ai commise quand j'ai décidé de procéder à l'acquisition de ce fameux avion présidentielle qu'une presse de caniveau et des blogs odieux ont appelé "Air Sarko One". En effet, j'ai agi dans la précipitation pour montrer à Barrack que la France aussi était un grand pays. J'aurais du attendre la sortie du A380 pour imposer au monde entier le prestige de la France.

Enfin, étant Président de La République, une large part de ce livre sera consacrée à la politique internationale. J’ai fait une grave erreur. J’aurais du rester droit dans mes bottes et continuer dans la suite du début de mon mandat : l’Union pour la Méditerranée, la réception de Monsieur Kadhafi, … Je ne sais pas ce qui m’a pris quand j’ai décidé de soutenir les révolutions arabes, au début de l’année dernière. On le voit aujourd’hui en Egypte, le calme n’est pas revenu. On le voit en Syrie, le peuple essaie de faire valoir des droits qu’il croit avoir et la situation est dangereuse. J’aurais du unir tous ces chefs d’état et leur apporter un fort soutien logistique.

Mes chers compatriotes, dans ce livre, vous verrez à quel point j’ai changé, réellement. Par exemple, je me suis rendu compte que je n’avais pas besoin de Rollex, l’heure étant affichée sur l’écran de mon téléphone portable que j’ai toujours avec moi pour pouvoir envoyer des SMS quand je m’ennuie dans des réunions internationales.

Je vous souhaite une bonne lecture et je vous donne rendez-vous en mai.

8 commentaires:

  1. Nicolas Président!
    (Pas le même) :-)

    RépondreSupprimer
  2. prénom royal , quelques x ....

    RépondreSupprimer
  3. sarkozigouillé , il l'aura bien mérité

    RépondreSupprimer
  4. D'ailleurs, il n'y a que les imbéciles qui ne changent pas d'avis, c'est bien connu. Et je ne dis pas cela pour l'ami molette.

    Amicalement.
    Al.

    RépondreSupprimer
  5. Au moins, il soutient le peuple syrien ! Alors à l'heure de la mobilisation des amis de la Syrie, soutenons tous le peuple d'Homs :
    http://www.stop-homs-violence.org

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est activée. JE SUIS LE SEUL à décider des commentaires qui sont supprimés et ils ne le sont jamais pour divergence politique sauf si les propos tiennent du harcèlement de la part d'imbéciles qui ne savent pas prendre acte d'un constat de désaccord.

Je supprime les commentaires qui n'apportent rien à l'esprit de ce blog, tel que je me l'imagine. Tant pis pour les andouilles qui voient autre chose...