20 février 2012

Mécanisme Européen de Stabilité : la souveraineté à nouveau bradée

J’en parlais ce matin : mon confrère Intox2007 est très inquiet du « Mécanisme Européen de Stabilité. » et il a raison. Le texte doit passer à l’Assemblée Nationale et j’appelle tous les députés à la rejeter massivement. Il s’agit du pire transfert de souveraineté depuis la création de l’Europe !
 
Rue89 en parlait la semaine dernière : « Le parlement français doit ratifier, la semaine prochaine, le mécanisme européen de stabilité. Sous ce nom anodin, se cache une sorte de FMI européen, qui aura pour fonction de prêter des milliards d'euros aux pays en difficulté. »

C’est en lisant les petites lignes qu’on découvre ce « MES » : « sous l'influence de la partie merkelienne de Merkozy, les Etats qui solliciteront cette aide devront s'être engagés, au préalable, à pratiquer chez eux une politique de rigueur, assortie de sanctions automatiques en cas de non respect. »

Concrètement, on pourrait être pour… : on vous prête des sous, vous ne les dépensez pas n’importe comment. Mes confrères du Front de Gauche, comme Nico et GdeC hurlent à juste titre : « Il implique une soumission à la règle d’or et à l’austérité qui t’empêchera de voter plus tard la moindre loi de progrès social. » Marie-Noëlle Lienemann en parle dans son blog : « J'ai récemment adressé aux sénateurs socialistes ainsi qu'aux membres du Bureau National du PS une lettre les appelant à voter NON aux deux projets de lois de ratification soumis au Parlement et instituant le Mécanisme Européen de Stabilité. » Benoît Hamon a appelé, ce matin, à un vote de rejet.

Ce que pointe Intox2007, dans le billet que je mettais en lien au début du mien, est qu’une structure juridique sera créée pour gérer le MES et qu’elle échappe à tout contrôle du peuple et de la justice. Prenez votre souffle et lisez calmement le texte, chez Intox2007. Les pouvoirs du MES dépassent largement ce à quoi on pouvait s’attendre, tournant autour des finances. Surtout, le MES et ses agents bénéficiera d’une immunité sans limite

Le texte est disponible dans ce blog que j’ai trouvé par celui-ci. « Imaginez une autorité nouvelle qui demande, quand elle le veut, aux Etats de payer dans les 7 jours des montants non plafonnés. Une autorité qui peut accuser sans être accusée. Une autorité dont les dirigeants et employés bénéficient de l’immunité. Une autorité qui ne peut pas être attaquée par les tribunaux. Des gouvernements qui ne peuvent plus revenir sur les engagements pris par leurs prédécesseurs auprès de cette autorité. Une autorité non élue qui détiendrait dans une seule main les caisses des Etats européens. Et bien cette autorité est en cours de création. Elle s’appelle le MES, le Mécanisme Européen de Stabilité qui devrait entrer en vigueur en 2013. Vous n’en avez jamais entendu parler ? »

Nicolas Sarkozy n’a pas annoncé ce machin lors de ses interventions à la télé.

On ne peut pas laisser passer un tel transfert de souveraineté à deux mois des élections.
On retrouve également une description ici. Je vous en présente quelques extraits, mais je vous recommande une lecture attentive.

« Le MES en tant que tel n’est pas un traité, mais une société financière, basée au Luxembourg, dont les actionnaires sont les 17 États de la zone euro. Le capital est fixé à 700 milliards d’euros. Plus un pays est fort économiquement, plus il est obligé de souscrire un nombre important d’actions. » « Le MES est ainsi « habilité à emprunter sur les marchés de capitaux auprès des banques, des institutions financières ou d’autres personnes ou institutions afin de réaliser son but » « Leur pari : que le MES soit en mesure d’emprunter à des taux assez bas pour en faire bénéficier, moyennant une commission, des États qui, s’ils s’adressaient directement aux marchés, seraient soumis à des taux très élevés à cause de leur note dégradée. »

Et si ça ne fonctionne pas ? Seuls deux pays ont encore une bonne note l’Allemagne et les Pays-Bas (la Hollande…). Ils ne représenteront que 32% du MES a qui rien ne garantit obtenir une bonne note. Les politiques des pays dépendront encore plus des marchés et une autorité juridique est mise en place pour les contraindre à appliquer une politique.

Si le MES échoue, tout le château de cartes va s’effondrer…

« Le MES est doté d’un « conseil des gouverneurs », composé par les ministres des Finances de chaque pays membre, François Baroin aujourd’hui, dans le cas de la France. » « À aucun moment l’avis du Parlement européen ou des parlements nationaux n’intervient. Ce qui fait du MES une superstructure encore moins démocratique que la Banque européenne d’investissement […]. »

Les discussions ne doivent pas être faciles, au Parti Socialiste et dans l’équipe de François Hollande. Entre la volonté de poursuivre les travaux de sauvetage des pays menacés d’effondrement et la nécessité de la mise en place d’un fond européen d’une part, et de lutter contre cette monstruosité en pleine campagne électorale d’autre part.

Je suppose que les députés socialistes vont s’abstenir, demain. La première tache de François Hollande quand il sera élu (s'il l’est, ce que je souhaite) devra être de renégocier les traités Européens, notamment celui en préparation : « Traité sur la stabilité, la coordination et la gouvernance dans l’Union économique et monétaire (TSCG) : le traité Merkel-Sarkozy  encore appelé Pacte budgétaire adopté par 25 des 27 Chefs d’Etat et de Gouvernement le 30 janvier 2012. Il doit être signé le 1 ou le 2 mars avant la ratification par les différents Etats signataires. »

La victoire de la gauche, en France, montrera aux peuples Européens qu’une autre vision de l’avenir est possible.

La rigueur et l’austérité n’ont jamais permis de sortir d’une crise économique.

Marie-Noëlle Lienemann a déclaré : « Ce serait une grave erreur que de sous-estimer la défiance qu’une partie de notre électorat peut avoir à notre endroit sur les choix européens. Nous ne devons pas négliger l’exigence d’un changement majeur et rapide dans les politiques européennes, qui s’exprime au plus profond de notre peuple. C’est pourquoi le vote que nous émettrons sur ces deux premiers textes, constitutifs du “pacte d’austérité Merkel-Sarkozy”, aura une grande importance, lors de l’élection présidentielle et après. »

Nicolas Sarkozy a tenu son premier grand meeting de campagne, à Marseille, hier. Il a parlé de la France.

C’est l’occasion de rappeler qu’il en brade sa souveraineté.

17 commentaires:

  1. Mouais, encore un truc qui se décide sans nous... à combattre.

    RépondreSupprimer
  2. Pour les députés PS tiennent ils à s'abstenir?? Je ne comprends pas.

    RépondreSupprimer
  3. J'ai fait sur le sujet du M.E.S. une petite note sur mon blog, relayant celui de Gérard Filoche, Inspecteur du Travail, membre du CN du PS, que je te recommande, pour la richesse des infos qu'il diffuse, son indépendance d'esprit et la justesse de ses commentaires.
    A la suite de l'intervention de Marie-Noëlle - qui m'est proche - je relaie son appel aux Députés de gauche : ne vous abstenez pas sur le M.E.S., votez NON ! ... Entendez l'appel ... non, non, je ne vais pas dire "du peuple" !!! ... Entendez l'appel de la NATION !!!!!!!
    Bz

    RépondreSupprimer
  4. Stef,

    Ouais.

    Apo,

    Il y a eu des tonnes de billets à ce sujet mais j'ai complètement zappé. C'est le billet d'intox2007 qui m'a ouvert les yeux.

    Elle,

    Il faut bien avancer, je suppose.

    RépondreSupprimer
  5. Et pourtant le PS risque de s'abstenir au lieu de voter contre !
    Pourquoi ?
    Parce qu'ils ne peuvent pas voter "oui" ainsi que le souligne Marie-Noelle Lienemann; parce qu'ils ne voudront pas voter "non" à cause de leurs convictions européistes (règle d'or, solidarité inter-nations etc.); parce qu'en s'abstenant, la chose se fera mais en voulant donner l'impression de ne pas l'avoir cautionnée et prétendre modifier le traité une fois Hollande élu (bon courage !).
    Bref, une autre façon de brader notre souveraineté.

    RépondreSupprimer
  6. Y'a aucun problème, t'inkiet ! ... l'important, c'est ce relai invitant les députés socialistes à voter NON !
    Bz

    RépondreSupprimer
  7. Ah ben là, si Grouik-Grouik en personne est inquiet du mécanisme européen de stabilité, c'est vraiment que l'heure est grave et le fascisme sur not' paillasson !

    RépondreSupprimer
  8. Claribelle,

    Bah, il faut aussi avancer.

    Didier,

    Pas du tout ! Dagrouik n'a jamais dans le sens du parti pource qui concerne l'Europe.

    Lady,

    Je prends bien garde de ne rien encourager. On réglera d'éventuels comptes après l'élection...

    RépondreSupprimer
  9. Le pire c'est que t'as raison ... Mais ça me fait bouillir ! ...

    RépondreSupprimer
  10. @nicolas : ta position est courageuse. Ce n'est pas celle de ton candidat.

    RépondreSupprimer
  11. Je ne suis pas toujours d'accord avec toi, Nicolas, mais sur ce coup nous sommes en phase parfaite ! Il y a dans ce MES des choses qui dépassent l'entendement. On est dans la dictature financière ou ça y ressemble fort.

    Partageux

    RépondreSupprimer
  12. Excellentissime article.

    Note bien que je déplore que le PS n'ait pas donné de consigne de vote à ses députés..

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.