23 avril 2012

Pas de quoi pavoiser.

« 11h22. Les résultats définitifs du premier tour sont tombés. Le ministère de l’Intérieur publie les chiffres définitifs du scrutin, ce lundi en fin de matinée. François Hollande (PS) arrive en tête avec 28,63% des voix. En 2e position, Nicolas Sarkozy (UMP) : 27,18%. Suivent Marine Le Pen (FN) : 17,9% ; Jean-Luc Mélenchon (Front de gauche) : 11,11% ; François Bayrou (MoDem) : 9,13% ; Eva Joly (EELV) : 2,31% ; Nicolas Dupont-Aignan (DLR) : 1,79% ; Philippe Poutou (NPA) : 1,15% ; Nathalie Arthaud (LO) : 0,56% ; Jacques Cheminade (S&P) : 0,25%. L'abstention est de 20,53 %. »

Ca ne m’avance pas tellement pour faire mon billet politique du jour…

Les sondages avaient à peu près correctement prévu le résultat mais annonçaient un écart moindre entre Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon. On prévoyait un peu plus, pour ce dernier, mais il a quand même gagné son pari, quand on voit d’où il vient : jusqu’à mi mars, personne ne le voyait au dessus de 10%.

Néanmoins, Marine Le Pen apparaît comme grande gagnante de scrutin. Plusieurs éditorialistes estiment que l’UMP pourrait exploser et qu’elle deviendrait, de fait, la chef de l’opposition avec la victoire de François Hollande.

Un blogueur de gauche devrait se lamenter d’un tel résultat pourtant, il ne fait que confirmer que le Front National est la troisième formation politique en France depuis 1988, avec un pic en 2002 (Jean-Marie Le Pen et Bruno Mégret cumulaient plus de 19%). Je ne vais pas jouer la vierge effarouchée. En 2007, Nicolas Sarkozy avait réussi à siphonner les voix du FN. Cette année, il a échoué mais a bien contribué à mettre ses thèmes sur le devant de la scène.

La campagne continue. Il nous reste quinze jours pour combattre Nicolas Sarkozy et c’est étrange de constater qu’au fond, Marine Le Pen a probablement le même souhait que moi : l’éviction du sortant.

Pas de quoi pavoiser.

Mais on y croit ! Le changement, c'est maintenant.

16 commentaires:

  1. copieur bouhhhh tu me dois une bière

    RépondreSupprimer
  2. D'accord sur tout ça, hein ! ... Et un coup de chapeau quand même à Méluche : car sans lui, la Marine était sans doute en tête et nous derrière ! ... :(((
    Dès ce soir, on recommence notre travail de fourmis de militants. Bah, si, ça paye, la preuve. Notre vague, c'est une vague de fond ! :))))
    A part ça, bon anniv' Nico ! Je t'ai souhaité ça sur mon blog
    Bz

    RépondreSupprimer
  3. Malheureusement, la gauche n'est pas au bout de ses Pen. L'exercice du pouvoir sera fort délicat, si la "vague bleu marine" atteint l'assemblée...

    RépondreSupprimer
  4. Mélenchon, malgré l'écart avec les derniers sondages, a fait un très bon score et une campagne mémorable.
    Il faudra retourner en masse aux urnes pour voter contre Sarkozy

    RépondreSupprimer
  5. Une fois de plus, les socialistes vont être sauvés par le FN. Rien ne change, au fond.

    Du reste, s'il avait frôlé les 20 %, Mélenchon aurait eu exactement le même intérêt que Le Pen mais à fronts renversés, si je puis dire : faire battre Hollande afin de tenter de faire main basse sur l'opposition. Mais, évidemment, avec un gros 10 %, ça va faire un peu juste pour rouler des mécaniques.

    Enfin, cela dit, étant donné que votre candidat a désormais quatre chances sur cinq d'entrer à l'Élysée, j'aurais espéré un peu plus d'enthousiasme de votre part !

    RépondreSupprimer
  6. "c’est étrange de constater qu’au fond, Marine Le Pen a probablement le même souhait que moi : l’éviction du sortant." Je suis complétement d'accord avec cette analyse.

    RépondreSupprimer
  7. Et encore en cette periode de crise profonde on a encore de la chance de ne pas voir le FN plus haut que cela.
    Cela risque d'arriver si cette situation perdure.
    Henri Eugène.

    RépondreSupprimer
  8. Les Français de Suisse ont massivement voté Sarkozy...

    A noter que j'ai lu hier la description d'un scrutin à la française organisé dans une petite ville non loin de chez moi. Je suis impressionné par les formes et par les précautions prises... il est remarquable de constater qu'un acte tel que le vote, semblable partout sur le principe, soit formellement si différent d'un pays à l'autre. Les piles de bulletins de vote qu'il faut maintenir à hauteurs égales sont par exemple inconnues du système électoral suisse.

    Le début de l'article est là: http://www.laliberte.ch/regions/un-petit-coin-de-france-bulle - avec une photo d'un bureau de vote français en Suisse.

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.