11 avril 2012

Le Financial Times vote Hollande !

Je ne refuse devant rien pour mes lecteurs. J’ai lu cet article du Financial Times et je vous en livre quelques extraits (traduits par Google, hein ! Pas par moi).

« Les jeunes électeurs français ont souligné leur hostilité croissante envers les politiciens traditionnels, avec plus d'un quart disent qu'ils préféreraient avoir Marine Le Pen, leader du parti du Front national d'extrême droite, comme leur président que tout autre candidat. »

Nous voila bien ! Sont cons, les jeunes.

« L'enquête - réalisée par CSA pour le journal Le Monde - est un coup particulier à François Hollande, le favori du Parti socialiste, qui a ouvertement mis à courtiser les jeunes électeurs. »

Bah ! Tant qu’ils ne votent pas pour Nicolas Sarkozy…

« Le regain de popularité à la fois pour la gauche radicale et l'extrême droite signifie que les partis extrémistes sont aussi populaires auprès des jeunes que les deux grands partis: socialistes, M. Hollande et M. Sarkozy de centre-droit UMP. »

Ah ! Si tout le monde est à égalité… Ils ont oublié, le Modem…

Un autre article de cet honorable journal m’intéresse.

« Les super-riches sont sous le feu dans une grande partie du monde développé. Barack Obama est sur la route cette semaine pour promouvoir la règle Buffett, un impôt minimum sur les millionnaires. En France, François Hollande, le challenger socialiste à la présidentielle, propose un tarif de 75 pour cent sur les riches. En Grande-Bretagne, George Osborne, chancelier, qui vient de dévoiler de nouvelles bordures sur les allégements fiscaux, a exprimé le choc à la preuve indiquant l'échelle de la planification fiscale par certains des gens les plus riches dans le pays. » Pardon ?

« Les partisans de la fiscalité plus progressive - plus le revenu, plus le taux de - pense que c'est un tournant. Après 25 années au cours desquelles les taux maximums sont tombés pour les plus riches, un nombre croissant de pays cherchent à les pousser vers le haut. »

Ah !

« Dans un débat politique dominé par l'austérité, écarts croissants de revenu et la situation de la "middle pressé", les politiciens sont sous pression pour faire en sorte que les riches paient leur cotisation - par l'élimination des échappatoires ou la hausse des taux. »

Ben oui…

Surtout, c’est cet article de Alternatives Economiques qui me captive. Il est à propos de l’éditorial du Financial Times du 9 avril.

« Dans son éditorial du 9 avril dernier, le quotidien d’affaires britannique offre un soutien inattendu à la volonté du candidat socialiste de relancer la croissance en Europe. Il fustige les partisans de l’austérité généralisée et appelle à des politiques de relance par l’investissement public. »

« Conclusion : « l’Europe a désespérément besoin d’une politique de croissance. Ce qui implique des politiques de demande et pas seulement des réformes en matière d’offre ». Les oreilles du président sortant ont du siffler… Et encore plus lorsque le quotidien ajoute que baisser le coût du travail au Nord de l’Europe pour augmenter la TVA revient à une politique de dévaluation interne non coopérative avec les pays du Sud de l’Europe. Autant ces pays devrait recourir à ce type de politique, autant l’Allemagne et la France devrait faire l’inverse : réduire la TVA pour soutenir la demande sur le continent ! Une condamnation sans appel des choix sarkoziens et allemands. »

« « Les grands prêtres de l’austérité budgétaire sont condamnés à être de plus en plus isolés » conclue l’éditorial qui voit un encouragement dans le fait que François Hollande appelle à la mise en œuvre d’une stratégie européenne de croissance. C’est la politique dont ont besoin aujourd’hui notre continent et la France. »

Hop ! Le changement, c’est maintenant. Si c’est le Financial Times qui le dit !

6 commentaires:

  1. Tiens, je suis content de voir que mes infos décriées sur BFMTV prennent de la valeur..
    Je crois que je vais refaire un billet pour mon copain de "Présidentielle 2012"

    Le Financial Times, c'est Maintenant!

    RépondreSupprimer
  2. Mon Chat,ce grand philosophe, assis sur la table, regarde, sans bouger, le soleil napper lentement les façades et même les arbres du square, tandis que je lui dis à haute voix,les meilleurs passages de ta note : "Tu veux que je te relise la fin ?"
    Il acquiesce d'un fin mouvement d'oreille qui ressemble à un clin d'oeil ...
    Bravo et Bz

    RépondreSupprimer
  3. La traduction du paragraphe sur George Osborne est ... intéressante. J'aurais plutôt dit :

    In Britain, George Osborne, chancellor, who has just unveiled new curbs on tax reliefs, has expressed shock at evidence showing the scale of tax planning by some of the wealthiest people in the country.
    =>
    En Grande-Bretagne, George Osborne, ministre des finances, qui vient de dévoiler de nouvelles restrictions de niches fiscales, s'est dit choqué devant les preuves de l'ampleur de l'optimisation fiscale pratiquée par certains des contribuables les plus fortunés du pays.

    RépondreSupprimer
  4. Le Financial Times vote Hollande: ça va intéresser les électeurs de Mélenchon!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sur le domaine qu'évoque le Financial Times, les propositions de Hollande et Mélanchon se rejoignent avec un peu plus d'excès de la part de Mélanchon, donc le FT vote aussi Mélanchon !

      Supprimer
  5. Oui mais il ne fait pas de faute aux noms de famille.

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.