25 avril 2012

Quand ça ne veut pas, ça ne veut pas ! (bis)

Ce n'est quand même pas de chance, le jour où Nicolas Sarkozy dit qu'il fera bien un referendum pour la règle d'or (pour s'obliger à suivre ses engagements s'il est élu ?), le patron de la BCE, Mario Draghi, annonce qu'il soutient un pacte de croissance, donnant ainsi raison à François Hollande tout en lui apportant un tas d'arguments.

11 commentaires:

  1. un soutien inattendu mais qui compte...

    RépondreSupprimer
  2. Je garde: "Le sort s'y met" -06 Mai-

    Pareil : Et PAF !!!

    RépondreSupprimer
  3. Vous avez écouté Draghi ? Il parle de faire repartir la croissance avec des réformes structurelles libérales !
    Donc feu sur le CDI, le temps de travail légal et vive la flexibilité = précarité maximale.
    C'est ça que veut faire Hollande, vous croyez ?
    Cela dit le fait de parler de croissance et pas seulement d'austérité c'est peut-être pour vous un embryon de début de changement.
    Z'avez qu'à croire...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'ai pas écouté mais lu. Je ne suis pas d'accord avec ce qu'il propose mais il donne des arguments à FH.

      Supprimer
  4. Pas plutôt une embuscade pour le coup ?
    Comment va t il apprécier des mesures libérales qu'il combat d'habitude mais qui vont dans le sens du volet de croissance qu'il réclame pour le MES ?
    Henri Eugène

    RépondreSupprimer
  5. Ce blog est merveilleux, merci de nous proposer. Content de voir de nouveaux projets ! Je vous souhaite beaucoup de réussite.

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.