22 avril 2012

Convoqué par le tribunal

J’avais paumé ma carte d’électeur. C’est ballot. Du coup, je me suis demandé si je ne l’avais pas laissée dans la boite à lettre, ce qui était le cas. Je relève le courrier de la veille, le matin, en partant de chez moi, du coup il reste souvent dans la boite, quand il n’a pas à être traité dans journée.

J’avais aussi une carte pour mon anniversaire (merci !) et le courrier qui illustre ce blog, probablement arrivé hier même s’il a près d’un mois.

Le cerveau humain et les formulaires administratifs sont assez mal faits, contrairement à mon cœur qui ne s’est pas arrêté malgré mon idiote méprise. Je n’avais pas vu le « à victime » dans le titre, je me suis imaginé convoqué devant le tribunal des enfants comme accusé…

Il y a près d’un an, je m’étais fait fracturé la voiture dans la rue ; le tribunal me propose maintenant de me porter partie civile.

J’ai cru pendant trois secondes, en ouvrant le courrier, que j’étais convoqué dans une histoire sordide, n’étant pas un enfant… Pour être franc, j’ai pensé à une erreur judiciaire dans une histoire de viol de mineur. Heureusement que j’ai déjà choisi pour qui j’allais voter et que je n’ai pas l’habitude violer les mineurs (ni mes colocataires) ou d’en avoir la moindre envie.

Je vais donc aller voir l’honorable société qui m’a loué la voiture qui a été fracturée dans la rue pour leur remettre ce courrier. Je vais aussi répondre à la juge, par politesse.

Et je vais mettre un message dans mon blog politique : un môme, probablement débile léger, a fracturé ma voiture pour tenter de la voler. Je ne vais pas me porter partie civile, je vais juste me battre pour qu’on puisse remettre ce gamin dans une voie correcte, qu’il puisse avoir une deuxième chance pour démarrer sa vie. Et je fais confiance à la justice de mon pays et à la juge en question qui, j’espère, se contera de foutre un coup de pied au cul à ce guignol.

Non mais sans blague.

Pour le reste, si la voiture avait été à moi, j’aurais eu une assurance.

8 commentaires:

  1. C'est beau, une vie de bisounours frisé…

    RépondreSupprimer
  2. Si l'innocent jouvenceau, probablement victime d'un système injuste, lit votre blog, nul doute qu'il ne change de vie. Ira-t-il jusqu'à embrasser la vie contemplative du moine (ce qui ne vous plairait qu'à moitié, je suppose), se contentera-t-il de réformer ses moeurs, ou bien deviendra-t-il un militant du changement ? Une chose est certaine : quel qu'en soit le mode, votre refus de porter plainte le mènera à profiter à fond de cette deuxième chance de démarrer sa vie que vous lui offrez. Espérons simplement qu'il n'en était pas à sa cinquantième "incivilité" de la journée, auquel cas, il se pourrait que parmi ses soi-disant victimes se trouvent des gens qui n'ont pas une vision si sociale de la sécurité...

    RépondreSupprimer
  3. Ne racontez pas n'importe quoi. J'ai porté plainte. Je refuse juste de me porter partie civile.

    RépondreSupprimer
  4. Bravo, il est urgent de rompre avec 5 ans de sarkozysme débilisant. J'adore la teneur de ce courrier qui vous met en demeure, vous victime, de vous porter civile. Mon fils de 17 ans a fait des conneries, et il en répondra, mais il aurait du être arrêté avant. Alors cette tolérance zéro, c est bien de la démagogie. Bravo encore pour cette analyse aiguisée

    RépondreSupprimer
  5. 29° à Amsterdam, 25° à Budapest, 17° à La Trinité sur Mer, 13° à Tanger et 10° à Pau

    RépondreSupprimer
  6. De toute façon tu finira au Goulag avec l'autre Nicolas et Mireille.

    RépondreSupprimer
  7. Simplement bravo, sans avoir besoin de rajouter aucun jugement de valeur débile à ton geste, tu es seul maître de ton choix dans cette affaire et offre ainsi le choix au jeune homme de rester maître des siens à venir.

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.