12 avril 2012

Crise de confiance ? Dans les sondages ?


« La France a 42 milliards d'euros d'intérêts de la dette à rembourser chaque année. Grâce à la gestion de notre gouvernement, cette dette on la finance parce que dans le monde entier les gens ont confiance en la France à un taux historiquement bas, à moins de 3%, si demain il y a une crise de confiance (...) qui paiera ? Ce sera le peuple de France » a déclaré Nicolas Sarkozy. Mon côté antisarkozyste primaire me pousse à réagir.

D’ailleurs, Nicolas Sarkozy ajoute : « Un homme politique digne de ce nom n'a pas le droit de nier la réalité, il doit la regarder en face et dire au pays ‘voilà ce qu'on doit faire et voilà par dessus tout ce qu'on ne doit pas faire. »

Il a raison. Je suis d’accord avec Nicolas Sarkozy : un homme politique digne de ce nom n’a pas le droit de nier la réalité. Ou alors, qu’il change de métier. Le changement, c’est maintenant, et tout ça.

Je vais donc reformuler la phrase de Nicolas Sarkozy : « A cause de la gestion catastrophique de notre gouvernement, la France a maintenant 42 milliards d’euros d’intérêts de la dette à rembourser chaque année. »

C’est plus juste, non ?

Avant le retour de la droite au pouvoir, en 2002, la dette de la France était non seulement inférieure au seuil de 60% du PIB défini dans les accords internationaux que nous avons signés mais aussi à la dette moyenne des différents pays de l’Union Européenne.

Cela dit, on ne va pas chipoter avec les chiffres… Nicolas Sarkozy et l’UMP se basent dorénavant sur la peur. Les Français doivent avoir peur que la France soit obligée de se mettre à genoux devant les marchés financiers si François Hollande est élu. Voila donc le seul argument de campagne. « J'ai entendu un candidat dire qu'il ne tiendrait pas compte des marchés. Ne pas tenir compte des marchés ça n'a pas de sens, si vous voulez ne pas tenir compte des marchés je vais vous donner un bon conseil : remboursez vos dettes, réduisez vos déficits et vous n'aurez pas besoin que quelqu'un vienne vous prêter de l'argent, voilà comment on peut ne pas tenir compte des marchés » a aussi dit le candidat sortant.

Pourtant, il avait bien commencé sa campagne. Les sondages ont été parfaits pour le premier tour, presque euphoriques ! Les courbes s’étaient croisées… Nicolas Sarkozy arriverait premier. Il y a eu l’annonce de la candidature puis « l’affaire Merah »…

Le rêve est terminé.

Les courbes se croisent à nouveau. François Hollande arriverait en tête avec 29,5% contre 27% à Nicolas Sarkozy d’après le dernier sondage (fait par LH2 pour Yahoo). Marine Le Pen recommence à monter alors que Jean-Luc Mélenchon s’éloigne des 15% qu’il avait atteint par miracle. François Bayrou continue sa baisse.

Au second tour, le candidat entrant battrait le candidat sortant avec 55% des voix.

Nicolas Sarkozy est-il définitivement fâché avec les chiffres ? Il arrive à leur faire dire n'importe quoi, pourtant. Il est prêt à tenir un blog d'opposition...

8 commentaires:

  1. Il a déjà fait le coup !...
    Mais ce qui a changé, c'est que les petits épargnants qui n'ont pas mis leur argent à Dubaï,eux ! ... ils ont perdu une partie de leurs avoirs petit à petit depuis 5 ans ! ...
    Alors m'étonnerait qu'ils n'aient pas une grosse crise de confiance envers Nicolas Sarkozy !

    RépondreSupprimer
  2. Dixit : Marine Le Pen recommence à monter alors que Jean-Luc Mélenchon s’éloigne des 15% qu’il avait atteint par miracle.
    Il est difficile de ne pas voir dans cette phrase une certaine satisfaction à voir le croisement des 2 courbes. En tout cas si ce n'est pas le cas il y a incontestablement un profond mépris dans l' utilisation du mot miracle

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non. Le mépris est juste pour les blogueurs militants du Front de Gauche et qui n'ont qu'un seul ennemi, Hollande. Le mépris est pour ces abrutis qui pensent représenter le peuple, avec leurs 15%.

      Par contre "total respect" pour Méluche.

      Supprimer
  3. Bonsoir Nicolas. A la place de "...la gestion catastrophique de notre gouvernement..." ce ne serait pas plutôt "...de MON gouvernement..." ?

    RépondreSupprimer
  4. bon ! t'énerves pas. Non je ne suis pas militant du FDG. Oui je vais voté FDG.Peut être suis je abruti. En tout cas je n'ai pas la prétention de représenter le Peuple.
    Au final si au second tour c'est Hollande vs Sarkozy je voterai forcément Hollande malheureusement non par adhésion. je le regrette mais c'est comme ça. Because he is not dangerous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as raison. Surtout que l'augmentation du budget de l'Education Nationale semble une priorité.

      Supprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.