20 décembre 2011

Patrons de bistros : renseignez-vous avant de voter pour Nicolas Sarkozy



À l'Amandine, ce soir, je discutais avec Corinne qu'elle me disait qu'elle était emmerdée par des démarches administratives parce que sa mère, 82 ans, n'était plus pris à 100% par la sécu. Ça ne dure plus que cinq ans, après il fait refaire un dossier et attendre l'avis d'un médecin conseil, surchargé.

Michel, le patron, traînait dans le coin et c'est mis à pester contre les mutuelles qu'il était obligé de prendre alors qu'il est lui aussi pris à 100%.

Il nous a ensuite parlé d'une salariée à lui qui avait été obligée de prendre la mutuelle imposée alors qu'auparavant elle était prise en charge par la mutuelle de son mari.

Alors, j'ai demandé à Michel si la mutuelle imposée était bien Malakoff Médéric. Il m'a répondu par l'affirmative, s'étonnant que je sois au courant.

J'ai alors eu l'idée de lui expliquer pourquoi j'étais au courant. Et j'ai sorti cette page de Wikipédia (copie d'écran de l'iPhone).

Le patron n'est autre que le frère du Chef de l'Etat.

C'est bien, les gars ! Vous avez eu votre réduction du taux de TVA...

Maintenant vous payez.

- Posted using BlogPress from my iPhone

5 commentaires:

  1. Mais combien sont-ils à nier avoir voté Sarkozy aujourd'hui? Il a pourtant bien fallu 52% de voix favorables pour qu'il passe, bordel.

    En effet, ce genre d'anecdote devient légion. J'y pense à chaque fois qu'un gros chantier est confié à Bouygues.
    Sarko a placé sa famille et ses copains. Ca fait un peu mafia.

    RépondreSupprimer
  2. Ce qui n'explique pas comment tu savais que c'est cette mutuelle ?

    RépondreSupprimer
  3. Je crois que la même "mutuelle" a été imposée aux cabinets d'architectes, après accord entre Malakoff et l'ordre des architectes. Résultat : 30% d'augmentation pour des garanties plutôt inférieures.

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est activée. JE SUIS LE SEUL à décider des commentaires qui sont supprimés et ils ne le sont jamais pour divergence politique sauf si les propos tiennent du harcèlement de la part d'imbéciles qui ne savent pas prendre acte d'un constat de désaccord.

Je supprime les commentaires qui n'apportent rien à l'esprit de ce blog, tel que je me l'imagine. Tant pis pour les andouilles qui voient autre chose...